Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 19 Nov 2017, 04:21

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 89 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Paterson (Jim Jarmusch, 2016)
MessagePosté: 08 Déc 2016, 21:21 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18067
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Paterson vit à Paterson, New Jersey, cette ville des poètes, de William Carlos Williams à Allen Ginsberg, aujourd’hui en décrépitude. Chauffeur de bus d’une trentaine d’années, il mène une vie réglée aux côtés de Laura, qui multiplie projets et expériences avec enthousiasme et de Marvin, bouledogue anglais. Chaque jour, Paterson écrit des poèmes sur un carnet secret qui ne le quitte pas…

Film qui jouit, depuis Cannes, d'un amour fou de toute une frange de la critique et de la cinéphilie, y compris ici (coucou Karloff). Je me sens bien seul et j'ai l'impression d'être le grand lucide d'une hallucination collective... A mes yeux, c'est loin d'être le plus mauvais de l'année, faut pas déconner non plus, mais c'est haut la main le plus surestimé.
Ça ne m'a pas touché une seconde, ça m'a emmerdé toutes les autres. Film sur la poésie sur la banalité du quotidien? OK, mais pourquoi en faire un truc chiant, répétitif, qui raconte strictement rien, qui n'est ni drôle ni touchant ni rien? Et je ne parle même pas des poèmes en question, juste bidons, sur fond de rivière scintillante tout juste bonne à illustrer un karaoke... Jamais on ne s'attache à ces personnages creux, à ce récit monotone, qui n'implique jamais le spectateur, qui est cadenassé par les intentions aux gros sabots et moisi par la prétention de son réalisateur (tiens, quand on parle de cinéaste RIP...), qui ne suscite absolument aucune émotion, juste un ennui de plus en plus mortel. Et la musique de Sqürl est dégueulasse.
Bref, film de hipster qui ne mérite absolument pas la hype dont il profite.

1,5/6 pour Adam Driver.

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Déc 2016, 21:31 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 70655
Localisation: Fortress of Writing
Ta critique pourrait s'appliquer à Only Lovers Left Alive...je me tâte mais je sens que je vais zapper.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Déc 2016, 21:47 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18067
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Film Freak a écrit:
Ta critique pourrait s'appliquer à Only Lovers Left Alive...je me tâte mais je sens que je vais zapper.

Je crois que c'est pas DU TOUT un film pour toi..
Pas vu Only lovers mais quand je lis la presse qui dit que ce Paterson, contrairement au précédent qui était nase, est sublime, eh ben quelque me dit que je ne le verrai jamais.

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Déc 2016, 22:56 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20554
Film absolument magnifique, j'en suis tombé amoureux dès le premier plan. Après, je peux comprendre que l'on n'aime pas ce type de récit minimaliste.

Par contre les poèmes sont incroyablement beaux. Même en Français.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Déc 2016, 07:57 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18067
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Karloff a écrit:
Par contre les poèmes sont incroyablement beaux. Même en Français.

T'es sérieux...?
(Bon, après je suis une brêle en poésie, hein...)

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Déc 2016, 10:16 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 17593
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
J'aime beaucoup le rythme indolent du film, sa tranquillité, ses non-évènements (la panne du bus), sa poésie du rien et son personnage principal mutique et fascinant.

Mais il me pose un problème majeur et presque rédhibitoire que j'ai été surpris de ne voir relevé par personne (surtout dans une époque comme aujourd'hui où tout est scruté et critiqué). C'est à quel point le film est profondément misogyne et sexiste. Le rôle de Golshifteh Farahani est honteux de bout en bout. Réduite à être une femme au foyer aux hobbies ridiculisés qui doit demander l'autorisation à son mari pour acheter une guitare et qui reste bien sagement à la maison TOUS les putains de soir pendant que lui va au bar. D'autant qu'en plus d'être une vision dégueulasse de la femme, c'est une vision absolument catastrophique des classes populaires. Comme si de sa hauteur d'artiste new-yorkais, Jarmusch nous disait que les choses se passaient ainsi dans les banlieues ouvrières alors que son film n'en est qu'une pure vision romanticisée. Quand même le film va très loin puisqu'il va aller jusqu'à rendre la femme
responsable de la destruction du carnet de poème par le chien.
Je comprends pas comment le film est passé à travers cette polémique, il faut vraiment s'appeler Jarmusch pour pouvoir écrire quelque chose d'aussi grossier et s'en sortir avec les éloges.

Les poèmes sont un peu du même tonneau d'ailleurs. Comme représentation d'un art profondément naïf, sans cesse à la lisière du ridicule (on peut sans mal penser au Facteur Cheval), ils sont à la fois beaux dans leur nudité et à la lisière du grotesque. Il y avait une critique très juste sur ce point précis mais j'arrive plus à la retrouver.

Donc je ne peux nier m'être laissé bercé par l'indolence confortable du film, par sa simplicité enveloppante. Mais je bloque quand même sur quelques points assez fondamentaux à mes yeux.

3-4/6

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Déc 2016, 10:34 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18067
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Art Core a écrit:
Le rôle de Golshifteh Farahani est honteux de bout en bout. Réduite à être une femme au foyer aux hobbies ridiculisés qui doit demander l'autorisation à son mari pour acheter une guitare et qui reste bien sagement à la maison TOUS les putains de soir pendant que lui va au bar.

Mais grave! J'ai oublié d'en parler, mais le rôle de Farahani est juste grotesque de bout en bout, et surtout, pas crédible. Honteux, en effet.

Art Core a écrit:
Les poèmes sont un peu du même tonneau d'ailleurs. Comme représentation d'un art profondément naïf, sans cesse à la lisière du ridicule (on peut sans mal penser au Facteur Cheval), ils sont à la fois beaux dans leur nudité et à la lisière du grotesque. Il y avait une critique très juste sur ce point précis mais j'arrive plus à la retrouver.


Greg sur FDC:
"le meilleur gag et le vrai mystère du film : les poèmes de Paterson sont-il sublimes ou pathétiques ? Jarmusch a l’élégance de ne pas trancher."

(moi j'ai tranché sans aucun souci)

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Déc 2016, 11:06 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 17593
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Ah ben c'est peut-être celle-là.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Déc 2016, 22:55 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20554
Art Core a écrit:
, il faut vraiment s'appeler Jarmusch pour pouvoir écrire quelque chose d'aussi grossier et s'en sortir avec les éloges.


Honnêtement, je suis très surpris. Elle est présentée comme une artiste comme lui.

Sinon un critique américain avait écrit à Cannes qu'elle n'existait pas, qu'elle n'était que la muse imaginaire du poète, ce qui est rendu possible du fait qu'elle n'a aucune interaction avec le réel et que personne ne lui en parle. J'ai aussi lu - ça doit être le même critique - qu'elle était un souvenir d'Irak du soldat revenu du front.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Déc 2016, 09:42 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18067
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Karloff a écrit:
Sinon un critique américain avait écrit à Cannes qu'elle n'existait pas, qu'elle n'était que la muse imaginaire du poète, ce qui est rendu possible du fait qu'elle n'a aucune interaction avec le réel et que personne ne lui en parle.

Ah c'est pas con... Vu comme ça ça se tient mieux (sauf que ç m'étonnerait que JJ y ait pensé).

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Déc 2016, 09:56 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 17593
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Oui enfin si c'était le cas il aurait peut-être fallu le signifier vraiment. En l'état c'est un très mauvais personnage (et indigne de l'actrice).

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Déc 2016, 14:29 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20554
J'adore le film donc bon, je ne suis pas objectif, je trouve que l'on éprouve vite de l'amour pour elle.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Déc 2016, 17:46 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Mar 2007, 08:23
Messages: 874
Arnotte a écrit:
Karloff a écrit:
Sinon un critique américain avait écrit à Cannes qu'elle n'existait pas, qu'elle n'était que la muse imaginaire du poète, ce qui est rendu possible du fait qu'elle n'a aucune interaction avec le réel et que personne ne lui en parle.

Ah c'est pas con... Vu comme ça ça se tient mieux (sauf que ç m'étonnerait que JJ y ait pensé).



Ca aurait été très beau, oui, mais alors il fallait le dire. J'avais bien remarqué la photo de soldat (pratique qu'Adam Driver ait vraiment fait les Marines), mais en l'état c'est impossible de faire le rapprochement, ça n'est ni suggéré ni exploité dans le film.
Sinon, il y a des moments attachants, mais globalement ça reste d'un chiant assez abouti. Et non, la poésie ne vaut pas un pet de bouledogue anglais.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Déc 2016, 16:28 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2015, 16:00
Messages: 945
Art Core a écrit:
Mais il me pose un problème majeur et presque rédhibitoire que j'ai été surpris de ne voir relevé par personne (surtout dans une époque comme aujourd'hui où tout est scruté et critiqué). C'est à quel point le film est profondément misogyne et sexiste. Le rôle de Golshifteh Farahani est honteux de bout en bout. Réduite à être une femme au foyer aux hobbies ridiculisés qui doit demander l'autorisation à son mari pour acheter une guitare et qui reste bien sagement à la maison TOUS les putains de soir pendant que lui va au bar. D'autant qu'en plus d'être une vision dégueulasse de la femme, c'est une vision absolument catastrophique des classes populaires. Comme si de sa hauteur d'artiste new-yorkais, Jarmusch nous disait que les choses se passaient ainsi dans les banlieues ouvrières alors que son film n'en est qu'une pure vision romanticisée. Quand même le film va très loin puisqu'il va aller jusqu'à rendre la femme
responsable de la destruction du carnet de poème par le chien.
Je comprends pas comment le film est passé à travers cette polémique, il faut vraiment s'appeler Jarmusch pour pouvoir écrire quelque chose d'aussi grossier et s'en sortir avec les éloges.
Peut-être parce que tu (ou devrais-je dire vous avec Arnotte) es le seul à appréhender leur relation par ce bout là? Je trouve ton interprétation passablement ridicule, assez symptomatique du féminisme à la mode masculine très en vogue actuellement. Le personnage de Farahani n'est absolument pas une femme au foyer, c'est une artiste qui n'a pas percée. Elle prépare les repas parce qu'elle considère probablement cela comme faisant partie intégrante de sa sphère de création, et ne sort pas le soir car casanière ou trop absorbée pas ses activités... quant à ses hobbies ridiculisés, il ne l'était absolument pas à mes yeux (ni hobbie - mais bien création - ni ridiculisé), je trouve au contraire que Jarmusch la filme avec beaucoup de tendresse et de justesse (n'en déplaise à Arnotte c'est tout à fait crédible, je suis marié avec une femme qui a exactement les mêmes aspirations et qui a une nouvelle idée par jour que je me garde bien de trouver ridicule). Je serais très curieux d'avoir un avis féminin sur la question.

On pourrait d'ailleurs inverser radicalement ton interprétation et s'offusquer selon l'angle masculiniste de cette femme qui jouit de ne pas travailler pour assouvir ses désirs d'artistes, qui un jour envisage d'ouvrir un magasin de cupcakes, un autre de devenir chanteuse country et achète une guitare, ne ramène pas un sous à la maison et fais chaque jour la grasse matinée pendant que son mari trime dans son petit boulot de chauffeur de bus. Ça serait tout autant ridicule et totalement à côté de la plaque.
Et sinon oui, lorsque dans un couple l'une des deux personnes est celle qui a voulu avoir un chien, elle se sent toujours un peu responsable lorsqu'il fait une connerie.

Pour en revenir au fond du film, je partais plutôt avec un avis négatif (je me demande encore pourquoi), j'en suis sorti ravi. A mon avis plus qu'un film sur la poésie (domaine auquel je ne connais d'ailleurs absolument rien, je me garderai donc d'émettre un quelconque jugement sur celle qu'écrit Adam Driver) Jarmusch traite de cet équilibre précaire qu'est le bonheur, s'attachant à décrire ces petits riens qui rendent heureux: Paterson au volant de son bus qui écoute les conversations de ses passagers (potentielles sources d'inspiration pour de futurs poèmes), Laura et ses créations, les rituels journaliers (que le moindre petit caillou peut venir brisé, comme la panne du bus), la magie du couple Laura/Paterson (opposé à ceux du patron du bar et du couple noir). Et tout, de la réalisation à la musique, contribue à renforcer le sentiment du bonheur que dégage ce film, tout en ressentant qu'il ne tient qu'à un fil et qu'il pourrait disparaitre définitivement. Ma seule déception c'est que Paterson ne se départie pas d'un côté "petit", qu'il n'arrive pas à transcender véritablement son sujet pour tendre à quelque chose de plus "grand".

4.5/6


Dernière édition par Lohmann le 28 Déc 2016, 16:55, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Déc 2016, 16:55 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 7805
Lohmann a écrit:
Ma seule déception c'est que Paterson ne se départie pas d'un côté "petit", qu'il n'arrive pas à transcender véritablement son sujet pour tendre à quelque chose de plus "grand".
Ce que je ressens devant Broken Flowers.


Dernière édition par Abyssin le 28 Déc 2016, 17:09, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 89 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Dead man (Jim Jarmusch, 1995)

astrix

13

817

30 Aoû 2016, 22:45

Lazarre Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Broken Flowers (Jim Jarmusch - 2005)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Karloff

65

3781

16 Avr 2010, 17:28

Lecerceau Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The limits of control (Jim Jarmusch - 2009)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

DPSR

25

1693

29 Aoû 2013, 15:29

kTT Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Stranger Than Paradise (Jim Jarmusch - 1984)

Castorp

3

403

25 Jan 2016, 00:28

Slacker Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Ghost Dog : La Voie du Samouraï (Jim Jarmusch, 1999)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Riggs

28

1569

07 Aoû 2008, 23:42

Bub Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Only Lovers Left Alive (Jim Jarmusch, 2013)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Karloff

27

1644

24 Mar 2014, 14:37

Baptiste Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. 31 (Rob Zombie, 2016)

Fire walk with me

4

444

31 Jan 2017, 19:33

Xavi777 Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Deadpool (Tim Miller, 2016)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 5, 6, 7 ]

Film Freak

104

3671

27 Mai 2016, 10:15

Azuma Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Chocolat (Roschdy Zem - 2016)

Karloff

2

554

08 Fév 2016, 10:05

Le Cow-boy Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Ce sentiment de l'été (Mikhaël Hers - 2016)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Jerónimo

18

996

04 Avr 2017, 17:44

Abyssin Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web