Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 01 Déc 2022, 08:49

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 60 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 01 Juin 2011, 09:15 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 12:23
Messages: 7048
J'ai un bon souvenir de la séquence dans la décharge dans Jennifer 8, la photo m'avait vaguement fait penser à Twin Peaks.

_________________
There is no such thing in life as normal


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juin 2011, 09:19 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 11155
Z a écrit:
Ma scène préférée est d'ailleurs assez étrangement celle où Mills et Somerset confrontent leur vision du monde dans un bar

sponge a écrit:
Et pareil la scène du bar est géniale.

Dans mon souvenir c'est justement cette scène qui pose problème, dans le sens où le film lui-même/Somerset "prêche". Idem pour la citation finale d'Hemingway.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juin 2011, 09:25 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 12:23
Messages: 7048
LA bonne scène de bar est celle de Paltrow et Freeman.

_________________
There is no such thing in life as normal


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juin 2011, 09:33 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 11155
Billy Budd a écrit:
LA bonne scène de bar est celle de Paltrow et Freeman.

Celle où elle lui confie être enceinte ?

Exact.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juin 2011, 09:34 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 25630
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Un de mes films préférés. Faut absolument que je me choppe le Blu-Ray !

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juin 2011, 09:52 
Hors ligne
Expert

Inscription: 15 Juil 2009, 21:22
Messages: 7329
La critique de Z m'a donné très envie de le revoir, chose que j'ai faite hier avec cette copie Blu Ray absolument sublime.

Je ne l'avais vu qu'une seule fois jusqu'à maintenant, vers 2002 je dirais. Le film avait alors très impressionné le non-cinéphile que j'étais. Avec les années, et la découverte d'autres films de la même veine ou mouvance de réalisateurs (notamment "Fight Club", que je n'ai jamais aimé, malgré les trois ou quatre revisions), qui généralement m'ennuyaient ou me repoussaient, j'avais fini par l'oublier, et même par le dévaloriser, le considérant comme un film creux et fier de son utilisation excessive d'effets vulgaires en tous genres.

Quelle fut ma surprise hier de constater que ce n'était en réalité pas du tout le cas ! Le film est sec, dénué d'expérimentations, jamais vulgaire, jamais daté surtout. La remarque particulièrement juste de Z sur le fait que le film semble se dérouler dans un futur proche, ou un présent alternatif, à la manière de "Mad Max", ou d'un pré-"Blade Runner", m'a vraiment aidé à savourer la séance. Fincher, Walker, Darius Khondji (photo éblouissante !), et l'équipe technique dans son ensemble, ont véritablement réussi, avec trois fois rien, à transformer les lieux que nous traversons tous quotidiennement en des lieux très familiers mais différents, où l'espoir aurait disparu pour laisser la place à un Mal omniprésent (j'ai pensé à "Silent Hill", parfois - le jeu vidéo, pas le film). Tout au long du film, Fincher sembler bien veiller à ce qu'il n'y ait pas un seul élément en trop qui se glisse dans ses tableaux de reconstitution d'un monde dégénérescent.

Cet éclairage permet d'apprécier le film sous un nouveau jour, et de ne pas tiquer devant l'avalanche de détails glauques qui aurait probablement fait tâche dans un film policier classique. Sommerset et Mills ne sont plus des flics normaux, ce sont des gardiens, ce sont les seuls hommes qui luttent contre la décrépitude et qui semblent tenir au monde d'avant, aujourd'hui disparu et que tout le monde semble avoir oublié. Les scènes de conversation entre Freeman, Pitt, Paltrow, tous excellents, sont à ce titre souvent déchirantes et ne font que renforcer la violence du meurtre suivant, choquant et malsain mais toujours empreint d'une profonde tristesse. Les cadavres laissés par Doe ne sont rien de plus que le reflet d'un monde en décomposition.

Grand film.

6/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juin 2011, 11:04 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Avr 2011, 14:10
Messages: 1500
Localisation: Salad Fingers Country
Ce film mériterait une revision en effet.

Je pense que la dernière fois que je l'ai vu c'était à la TV, donc pas glop.

_________________
I am the constant. You were always a variable.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juin 2011, 11:43 
En ligne
Putain, sérieux mec
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Juin 2009, 12:09
Messages: 5414
Clairement un de mes films préférés, un de ceux qui restent dans le top 5 de tête qui ne change jamais. De sa première vision à la dernière, ce film ne cesse de me fasciner, me faire réfléchir, m'émerveiller sur la qualité de l'écriture, de l'utilisation et la création de l'espace, des acteurs, de sa sobriété apparente et son sérieux.

La première fois que je l'ai vu, c'était il y a de cela bien longtemps déjà, un ou deux ans après la sortie au cinéma, en VHS. Entre temps, un ami d'enfance plus âgé de quelques années m'avait raconté tout le film, du début à la fin, me disant que c'était violent, horrible, etc. et je voulais le voir pour cela, mais j'ai eu un film différent, un film sale, sombre, noir, parlant de gens qui n'ont de cesse de vouloir accéder à une certaine lumière, les images parlent tellement bien! Je n'ai pas été dégoûté la première fois, ni aucune fois je pense par quelque aspect que ce soit du film en fait, parce que celui ci t'accompagne, il ne te pousse pas à détourner le regard mais à rester dans ta tête, à rester avec lui, à rester avec eux.

La première fois, c'est ce que j'avais vu surtout, une ambiance, une singularité, une fiction.

Puis vinrent les visions suivantes, précédées chaque fois d'un "Je suis sûr que ça aura vieilli", et non, en effet, comme il est dit plus haut, le film est intemporel, ses personnages, ses pêchés, ses enjeux, ses thèmes, sa ville aussi.
Voir ainsi ces quatre personnages se confronter sans cesse, provoquant du changement et de la fusion a quelque chose de magique, d'organique, et de plus en plus, ce que j'aime dans le film, c'est son intimité, le regard que porte chacun sur l'autre ou sur le monde, loin du spectacle, au détour d'un café, d'une bibliothèque, d'un dîner, d'une balade en voiture.

Absolument tout dans ce film est parfait mais n'en fait pas pour autant un film qui repose sur ses acquis, il change, tout le temps, il n'est jamais pareil, et il a cette fragilité, cette folie qui fait qu'il en dit toujours beaucoup tout en restant dans la retenue, c'est rare de voir un thriller pudique, un paradoxe.

J'ai envie de le revoir, le blu-ray, il est sorti sans leurs conneries de DVD et copie digitale avec?

6/6

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juin 2011, 12:09 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 11133
Localisation: Previously on Premiere
Déjà-vu a écrit:
Dans mon souvenir c'est justement cette scène qui pose problème, dans le sens où le film lui-même/Somerset "prêche". Idem pour la citation finale d'Hemingway.


Somerset est à mi-chemin entre Doe et Mills, et se montre souvent contradictoire. Il part à la retraite, dégoûté de son travail et de cette société qu'il a passé sa vie à protéger, mais ne peut s'empêcher de s'intéresser à l'enquête et de rassurer Tracy lorsqu'elle évoque ses craintes sur cette ville (chouette scène)...

La scène du bar entre les deux flics arrive donc après 1h30 de conflits entre eux, et alors que l'on croit qu'ils vont enfin tomber d'accord, Walker en profite pour enfoncer le clou, et marquer un antagonisme profond. J'adore lorsque Mills rejette le pessimisme de Somerset, et qu'il lui confronte idéalisme simple et sincère. C'est le genre de scènes qui me terrassent dans Munich aussi... ça doit être mes p'tites thématiques à moi...

_________________
I think we're gonna need a helmet.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juin 2011, 12:14 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 11133
Localisation: Previously on Premiere
Marlo a écrit:
Fincher sembler bien veiller à ce qu'il n'y ait pas un seul élément en trop qui se glisse dans ses tableaux de reconstitution d'un monde dégénérescent.


C'est exactement ça, comme un filtre qui empêcherait tous les rayons du soleil de baigner la ville. D'ailleurs, quel magnifique moment en voiture, où Mills raconte une anecdote de service, et où le soleil éclate puis se poursuit à l'arrière du véhicule pour éclairer les deux hommes dans la continuité... Le film est bourré de détails hyper classes comme ça, mais qui ne sont jamais des effets toc de mise en images.

_________________
I think we're gonna need a helmet.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juin 2011, 12:15 
Hors ligne
Expert

Inscription: 15 Juil 2009, 21:22
Messages: 7329
Z a écrit:
Marlo a écrit:
Fincher sembler bien veiller à ce qu'il n'y ait pas un seul élément en trop qui se glisse dans ses tableaux de reconstitution d'un monde dégénérescent.


D'ailleurs, quel magnifique moment en voiture, où Mills raconte une anecdote de service, et où le soleil éclate puis se poursuit à l'arrière du véhicule pour éclairer les deux hommes dans la continuité...


Clair ! D'ailleurs toutes les scènes en voiture sont magnifiques.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juin 2011, 12:18 
En ligne
Putain, sérieux mec
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Juin 2009, 12:09
Messages: 5414
Z a écrit:
Déjà-vu a écrit:
Dans mon souvenir c'est justement cette scène qui pose problème, dans le sens où le film lui-même/Somerset "prêche". Idem pour la citation finale d'Hemingway.


Somerset est à mi-chemin entre Doe et Mills, et se montre souvent contradictoire. Il part à la retraite, dégoûté de son travail et de cette société qu'il a passé sa vie à protéger, mais ne peut s'empêcher de s'intéresser à l'enquête et de rassurer Tracy lorsqu'elle évoque ses craintes sur cette ville (chouette scène)...

La scène du bar entre les deux flics arrive donc après 1h30 de conflits entre eux, et alors que l'on croit qu'ils vont enfin tomber d'accord, Walker en profite pour enfoncer le clou, et marquer un antagonisme profond. J'adore lorsque Mills rejette le pessimisme de Somerset, et qu'il lui confronte idéalisme simple et sincère. C'est le genre de scènes qui me terrassent dans Munich aussi... ça doit être mes p'tites thématiques à moi...


Oui, Sommerset est très proche de Doe en fait, et quelques trucs le montrent de manière plus ou moins subtiles dans le film surtout par rapport au fait qu'il n'a pas peur de contourner la loi pour arriver à ses fins, backshish etc. C'est un type qui a renoncé à la justice classique et voir en Mills un moyen de redevenir comme avant, mais le film le pousse dans l'extrême plus encore.

La fin alternative montrait bien ce truc.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juin 2011, 12:41 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Avr 2010, 11:07
Messages: 2227
Puck a écrit:
La fin alternative montrait bien ce truc.

Hey, je savias pas qu'il en existait une.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juin 2011, 12:52 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 11133
Localisation: Previously on Premiere
Puck a écrit:
J'ai envie de le revoir, le blu-ray, il est sorti sans leurs conneries de DVD et copie digitale avec?


Il existe le tout simple :

http://www.amazon.fr/Seven-Blu-ray-Brad-Pitt/dp/B004SC6Q22/ref=sr_1_3?ie=UTF8&qid=1306928973&sr=8-3

Sinon y a celui-là :

http://www.amazon.fr/Seven-collector-limit%C3%A9e-illustrant-capitaux/dp/B0040UEIDQ/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1306929035&sr=8-1

Le seul truc frustrant, c'est l'absence de making of... mais ça ajoute bizarrement à l'impact du film.

_________________
I think we're gonna need a helmet.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juin 2011, 13:16 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 11155
Il me semble que quelque chose de pontifiant va au-delà de la pesanteur morale dans laquelle baigne le film, ce que Fincher a heureusement atténué par la suite, et Andrew Kevin Walker malheureusement accentué dans 8MM.

L'édition simple fait partie d'une opé Fnac en ce moment.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 60 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Zodiac (David Fincher - 2007)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 19, 20, 21 ]

Janet

301

23913

09 Juin 2012, 15:40

Z Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Game (David Fincher, 1997)

Film Freak

5

2218

10 Sep 2022, 11:00

Fire walk with me Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Gone Girl (David Fincher - 2014)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 20, 21, 22 ]

Karloff

325

22580

15 Mai 2016, 04:23

Mr.Orange Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mank (David Fincher, 2020)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Film Freak

73

4678

05 Avr 2021, 01:19

Abyssin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Fight Club (David Fincher, 1999)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Baptiste

68

7505

10 Déc 2011, 23:09

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Social Network (David Fincher - 2010)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 18, 19, 20 ]

Qui-Gon Jinn

297

25753

26 Juin 2013, 06:29

Mufti Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Panic Room (David Fincher, 2002)

Film Freak

11

1972

28 Jan 2015, 17:55

Puck Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Girl with the Dragon Tattoo (David Fincher, 2011)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 8, 9, 10 ]

Film Freak

140

10286

02 Déc 2013, 19:29

Mayouta Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Curious Case of Benjamin Button (David Fincher, 2008)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 25, 26, 27 ]

Baptiste

398

31299

06 Mar 2022, 21:48

Arnotte Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Quadrilogie Alien (Scott, Cameron, Fincher, Jeunet - 79/97)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Z

34

4634

15 Nov 2022, 20:36

Film Freak Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web