Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 21 Fév 2024, 20:06

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 60 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 18 Jan 2023, 13:41 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Sep 2021, 16:55
Messages: 602
Le problème c'est que, pour pouvoir te répondre, il faut aller voir le film et rester jusqu'à la fin


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 18 Jan 2023, 13:44 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 13195
Le meilleur est à la fin.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 18 Jan 2023, 14:03 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 84836
Localisation: Fortress of Writing
Lel, nope.

_________________
UBERLINKS toujours dispo sur OCS et MyCanal!
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 18 Jan 2023, 23:21 
Hors ligne
Expert

Inscription: 17 Juin 2021, 13:07
Messages: 689
on retrouve la caractéristique fondamentale qui me dérange dans le cinéma de damien chazelle : le show off de la forme au service du vide du fond. le flex de la mise en scène pour illustrer pas grand chose : il n'a fondamentalement rien à dire sur la vie, la société, ou ses personnages, à part la volonté de "make it". c'est ici moins génant que par le passé puisque cette débauche de trucs et de moyens au service de pas grand chose, c'est fondamentalement ce qu'il filme. mais il n'en demeure pas moins que pour un film, et encore plus un film de 3 heures, avoir des personnages qui évoquent quelque chose, c'est bien. ici, on a des clichés, des stéreotypes, et la catastrophe du personnage de diego calva, dont l'histoire est improbable et inintéressante, le personnage totalement transparent, qui ne dit rien et pourrait être totalement réécrit en quelqu'un de totalement différent sans que ça ait aucune incidence sur sa storyline. même les moments censés du coeur et de l'âme ressemblent principalement à du oscar bait, ces monologues en gros plans semblent concus pour être présentés à l'annonce de la nomination des acteurs, ils ont même pensé à le faire pour les best supporting. du flex, encore.

la photo est sublime, la musique hyper chouette, la première heure ets impressionnante (il ne sait pas écrire des êtres humains intéressants, donc cette heure sans personnages est encore ce qui fonctionne le mieux) mais dès qu'il s'agit de raconter une histoire, c'est une dégringolade sans fond. le film fait penser à "boogie nights", dont il pique au moins 3 passages clefs, et c'est impressionnant de penser qu'à 27 ans pour son 2ème film PTA avait plus à dire sur les êtres humains et le movie business que chazelle à 37 ans après un début de carrière aussi riche.

toute la fin est vraiment triste, elle fait réaliser quelque chose de lancinant pendant tout le film : il ne fait même pas aimer le cinéma, on ne perçoit pas pourquoi les personnages aiment le cinéma, il ne nous transmet pas ça. le "magic shot" obtenu à 1 heure devrait se faire dire "c'est une industrie de zinzin mais ça vaut le coup pour ça", ça devrait être le coeur du film, sauf que dans cette scène l'émotion est celle des personnages, pas celle du spectateur, et que ce sentiment là, le spectateur ne le ressent jamais.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 18 Jan 2023, 23:49 
Hors ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 35666
Localisation: Paris
Oui mais est-ce qu'à un moment l'écran devient vert ?

_________________
Liam Engle: réalisateur et scénariste
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Jan 2023, 09:06 
Hors ligne
Expert

Inscription: 17 Juin 2021, 13:07
Messages: 689
lors du montage à la toute fin oui, mais pas pendant la séquence de la cave, je pense pas.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Jan 2023, 14:43 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 27560
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Je confirme pas vu d'écran vert lors de la séquence du Rectum.

Je sais pas trop quoi penser du film. J'ai pas passé un mauvais moment et étonnement je n'ai jamais trouvé le temps long, cependant je souscris un peu à tout ce qui a été dit contre le film. Je vois ce qu'à voulu raconter Chazelle, une vision fantasmée d'un Hollywood qui n'a jamais existé où des outsiders magnifiques sont voués à disparaître. On retrouve encore chez lui cette espèce de tristesse inhérente à tout dépassement de soi, il fallait se cramer jusqu'au bout pour atteindre cette espèce d'immortalité sur celluloïd. Et le film semble tenter le genre de la comédie (du moins dans un premier temps) organisant tout sur le mode du surrégime permanent, de gags visuels presque burlesques, de caricatures assumées etc... Cependant ça ne tient pas. Après les deux premières grosses scènes plutôt réussies (la fête et les tournages parallèles avec la découverte de ces studios en plein air [j'ignore d'ailleurs si c'est réel]), le film s'effondre un peu parce qu'il ne sait pas trop quoi raconter. L'histoire de ses personnages ou l'histoire du passage au cinéma parlant. Du côté des personnages c'est hyper raide parce que le film dure 3h et pourtant tout est raconté à la serpe notamment l'improbable rise de Manny, torchée en deux ellipses quasiment non-sensiques (le mec passe d'assistant à producteur et de producteur à "studio executive", on comprend rien). Trop de persos (difficile de pas voir dans les personnages totalement sacrifiés du trompettiste et de la danseuse chinoise des résidus de l'époque), un manque d'intériorité (pourquoi ne pas nous raconter un peu plus la vie de Nellie LaRoy ?), tout est schématique est finalement un peu faiblard (Manny est quand même un personnage sans grand intérêt, son virage "sombre" [quand il vire la danseuse chinoise] n'est même pas traité). D'ailleurs en parlant de ce personnage de danseuse, j'ai plutôt aimé l'évocation de l'homosexualité de Nellie (qui pourrait expliquer son amour/haine de la sexualité des hommes) mais c'est évacué très vite, plus évoqué
on peut également se demander si le personnage de Brad Pitt n'était pas lui non plus amoureux de son producteur. Ca semble presque sous entendu.


Et du côté du passage au parlant c'est trop léger aussi, l'excellente scène où Nellie doit parler pour la première fois est géniale, tu vois tous les problèmes concrets que demandaient cette transition, c'est vraiment drôle, informatif, l'effet de répétition fonctionne. Mais ça s'arrête là. Toute la dernière partie qui part en film de gangster cheap là, oulala ça part totalement en hors sujet et là je trouve que le film se perd totalement ou presque jusqu'à une fin comme le dit QGJ qui sait plus finir et qui propose une séquence montage quand même très embarrassante là encore dans sa puérilité et sa facilité (il faudrait voir la liste des films cités, pas reconnu Shakespeare in love lol) même si le décalage avec l'époque surprend forcément.

Bref curieuse séance, encore une fois pas désagréable mais un film totalement bancal, très très loin d'un Once Upon a Time in Hollywood, tonalement un peu all over the place et dont le scénario semble être une oeuvre adolescente écrite avant ses précédents films. La différence en tout cas avec l'élégance et le minimalisme de First Man est très étonnante et il faut bien le dire plutôt décevante.

3/6

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Jan 2023, 15:16 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 13195
Art Core a écrit:
Je confirme pas vu d'écran vert lors de la séquence du Rectum.

J'ai aussi pensé à cet établissement et c'était évidemment des glitches sur le DCP, mais ce qui est curieux c'est que c'est arrivé à deux moments où l'écran est censé être noir, du coup on pouvait douter du hasard, a fortiori à cause de la fin du film.

Citation:
Et du côté du passage au parlant c'est trop léger aussi, l'excellente scène où Nellie doit parler pour la première fois est géniale, tu vois tous les problèmes concrets que demandaient cette transition, c'est vraiment drôle, informatif, l'effet de répétition fonctionne.

Sauf que principe de surenchère oblige, on comprend vite que ça ira de mal en pis pour notre pauvre ami dans la cabine, du coup il n'y a plus qu'à attendre que la séquence déroule son programme, et je ne sais pas si c'est très profitable.

Citation:
jusqu'à une fin comme le dit QGJ qui sait plus finir et qui propose une séquence montage quand même très embarrassante là encore dans sa puérilité et sa facilité

Moi pendant le montage final :

Image

Je ne m'explique pas non plus que Margot Robbie refasse
1. la "même" scène que dans Once Upon a Time in Hollywood.
2. si peu de temps après le Tarantino.
3. à vrai dire je fais de Margot Robbie le sujet mais je ne m'explique pas pourquoi Chazelle le lui demande, ça devrait déjà s'arrêter à lui.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Jan 2023, 15:18 
Hors ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 35666
Localisation: Paris
Art Core a écrit:
ddifficile de pas voir dans les personnages totalement sacrifiés du trompettiste et de la danseuse chinoise des résidus de l'époque
NON TU CROIS ??

_________________
Liam Engle: réalisateur et scénariste
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Jan 2023, 15:38 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 13195
Et pourtant, je crois que j'aurais préféré que le film se focalise sur ces minorités plutôt que de voir un énième rise and fall hollywoodien sur des blancs.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Jan 2023, 15:42 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 27560
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Idem et surtout de la part d'un "auteur" comme Chazelle cet entre deux un peu merdique surprend, on est pas dans une prod Netflix algorithmique.

Et oui la scène miroir de Once Upon a time avec la même actrice c'est assez curieux même si d'une certaine façon elle était inévitable.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Jan 2023, 15:50 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 13195
Ah et j'adore la moralité du film qui semble dire : "OK le cinéma détruit des vies mais quand même c'est vachement bien non ?!"

Gênant.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Jan 2023, 15:59 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Sep 2007, 09:31
Messages: 4508
Déjà-vu a écrit:
Ah et j'adore la moralité du film qui semble dire : "OK le cinéma détruit des vies mais quand même c'est vachement bien non ?!"

Pas vu le film, mais aussi pathétique que ce soit c'est pourtant un constat honnête.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Jan 2023, 16:27 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 13195
La version Godwin : « La Shoah ça craint mais ça a donné La Liste de Schindler donc quand même ça valait le coup non ?! »


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Jan 2023, 16:30 
Hors ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 35666
Localisation: Paris
Déjà-vu a écrit:
Et pourtant, je crois que j'aurais préféré que le film se focalise sur ces minorités plutôt que de voir un énième rise and fall hollywoodien sur des blancs.
Ah mais complètement, d'ailleurs Sidney Palmer et Manny auraient pu être fusionnés en un seul et même personnage sans problème.

_________________
Liam Engle: réalisateur et scénariste
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 60 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. First Man (Damien Chazelle, 2018)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 5, 6, 7 ]

Film Freak

96

8452

07 Fév 2023, 00:58

deudtens Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Whiplash (Damien Chazelle, 2014)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Film Freak

64

6417

08 Jan 2017, 21:35

Erik Vonk Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La La Land (Damien Chazelle - 2016)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 4, 5, 6 ]

DPSR

88

10578

01 Juil 2019, 23:24

Vieux-Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Magdala (Damien Manivel, 2022)

Tout est Cinéma

8

574

07 Aoû 2022, 22:55

Lohmann Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Babylon A.D. (Mathieu Kassovitz - 2008)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 4, 5, 6 ]

Qui-Gon Jinn

75

8332

21 Nov 2011, 22:23

David Swinton Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Terrifier (Damien Leone, 2016)

KillMunster

13

939

20 Jan 2023, 10:43

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Misanthrope (Damien Szifron, 2023)

Film Freak

12

1050

19 Oct 2023, 09:03

Mr Degryse Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La peur (Damien Odoul - 2015)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

DPSR

15

1646

12 Jan 2024, 21:12

bmntmp Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le parc (Damien Manivel, 2016)

Art Core

2

1208

08 Jan 2017, 12:01

Art Core Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Damien veut changer le monde ( Xavier de Choudens, 2019)

Abyssin

0

1178

17 Mar 2019, 18:38

Abyssin Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Mickey Willis et 4 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web