Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 21 Juin 2024, 18:20

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 369 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 21, 22, 23, 24, 25
Auteur Message
MessagePosté: 05 Déc 2021, 22:52 
Hors ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 36022
Localisation: Paris
Je crois que c'est seulement la troisième fois que je le voyais. Autant dire que j'avais oublié un paquet de trucs.

Bien qu'il soit plus court que le 2, il paraît étonnamment plus long et chiant. Relativement straightforward, il s'embourbe pourtant dans toute la partie "humaine" avec la défense de Zion. On sent clairement les Wachowskis pas à l'aise dans ce long segment . J'en veux pour preuve leurs maladroites tentatives d'humaniser la résistance, que ce soit avec le gamin "de 16 ans" qui s'engage, ou encore avec le personnage de Charra, sous-Vasquez qui sort de nulle part pour mourir aussitôt et en qui on est censés s'investir. On a l'impression que les Wachowski are going through the motions, essayant de cocher les cases requises par le format blockbuster, mais sans y croire vraiment.

Une dissonance... voir une schizophrénie qu'on retrouve dans cette tendance générale de ces deux épisodes à tout dissocier. Ici, ça se traduit par ce choix de montage tellement étrange: les humains qui essaient de défendre Zion donnent lieu à un chapitre hyper long, pour ensuite basculer sur le combat final Neo-Smith. Jamais il ne viendrait à l'idée des Wachowski de... faire un montage alterné ?

Et en même temps c'est aussi cette absence d'effets de manche, cet emballage totalement à nu qui fait le charme (certes amoindri) de cette deuxième partie de la sage que sont Reloaded et Revolutions. Loin de l'efficacité clean et carré du premier, les films se dénudent et s'étalent, suite de scènes en plan fixe, de gros blocs narratifs disjoints, de discussions assommantes. Mais au sein desquelles ça déborde, que ce soit dans ce brassage naturel et sans chichis de sexes, de "races", de genres cinématographique, le tout parcouru parfois d'images puissamment fulgurantes et totalement - wait for it - décomplexées. Encore contraint par le carcan de la franchise, le duo s'épanouira davantage dans les œuvres libérées que sont SPEED RACER et CLOUD ATLAS. Mais on voit déjà les graines de cette folie ici.

_________________
Liam Engle: réalisateur et scénariste
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re:
MessagePosté: 06 Déc 2021, 01:18 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 85770
Localisation: Fortress of Précarité
J'en ai maintes fois parlé mais les suites de Matrix constituent, avec Contact et Ali, les rares films qui m'ont déçu mais que j'ai revu plusieurs fois dans l'espoir de les aimer enfin.
Pour Contact et Ali, j'ai enfin vu la lumière et, alors que ma dernière vision de Reloaded m'avait fait dire que cela n'arriverait sans doute jamais, la sortie imminente du 4 m'a rehypé pour leur redonner une chance.

Je me suis donc refait la trilogie en salle samedi.

Et j'avais pas relu cet avis écrit en 2008...et que j'aurais presque pu réécrire mot pour mot :
Film Freak a écrit:
Bon je voulais pas faire de message parce que les anciens connaissent déjà mon avis et les nouveaux semblent être de la trampe des palucheurs fans des suites avec qui le débat sera évidemment totalement futile mais bon...

Donc rematé la trilogie ce soir...ça faisait...un moment...plus de 3 ans je crois...que j'avais pas vu les 3.

Le premier...vu deux fois en salles...puis un nombre incalculable de fois en DVD...ce qui explique que je le revois très peu souvent à présent, je le connais tellement par coeur, et puis surtout, le remater une fois qu'on connaît ce qui vient après...ça fait mal.

Non pas que les suites catastrophiques (si si) entâche leur prédecesseur, non c'est juste qu'aujourd'hui, en le revoyant, je me suis retrouvé partagé...partagé entre une admiration sans équivoque pour un produit fini que je trouve tout simplement parfait...et la souffrance de penser à quel point ce potentiel a été GÂCHE.

Alors ça, ce n'est plus vrai aujourd'hui. Ce n'était déjà plus vrai la dernière fois que j'avais revu le film, pour le faire (re)découvrir à ma femme qui n'avait pas aimé la première fois et a kiffé cette fois-là.

Citation:
C'est simple, on l'a souvent dit, c'est une formule devenue facile, mais ça reste la meilleure, oui, le premier Matrix, c'est un peu le Star Wars de la nouvelle génération...avec tout ce que ça comprend d'émulations de Joseph Campbell et de mixture de mythes et légendes, de contes et de religions, de philosophies, d'influences multi-culturelles...dans le fond donc mais surtout dans la forme...films de HK, jeux vidéos, japanime, comic books, tout y passe...bon là je ne vous apprends rien donc inutile de m'étendre...

Je ne m'étais jamais fait la réflexion qu'il y avait presque, de façon méta, une justification induite de "l'appropriation culturelle", avec le principe des talents directement téléchargés dans le cerveau. On a besoin de savoir se battre? On download du kung fu. C'est comme si les protagonistes se downloadaient des genres de cinéma, et c'est parfaitement cohérent avec le milieu d'où émergent ces persos (hackers, sous-culture, contre-culture) et l'envie de se mettre en scène différemment (les looks à base de costards, lunettes noires et cuir), d'être "cool".

Citation:
mais je l'aime tellement ce film...la mise en scène super carrée néanmoins inventive de l'action, le sharpness de la photo, le look qui ne faisait pas encore poseur comme dans les deux suivants...

C'est incroyable.
Et comme dit QGJ :
Qui-Gon Jinn a écrit:
Rien à ajouter qui n'ait déjà été dit, mais bon sang, c'est dingue le nombre de choses que ce film réussit PARFAITEMENT, le nombre de moments qui tombent absolument nickel, dans le bon rythme, le bon cadre, le bon cut. C'est juste hyper fluide et pile poil de bout en bout. Impressionnant.

Le bond entre Bound, qui est bien, et ce film est juste incroyable. Certes, les Wachowski se sont adjoints les forces de Geoff Darrow et Steve Skroce et autres mais putain, quelle vision. Ça préfigure tout le cinéma de super-héros qui allait devenir le genre dominant (en appauvri).

Qui-Gon Jinn a écrit:
Étonnante structure également pour ce film qui semble ne pas avoir de deuxième acte: c'est comme si t'avais juste le premier (une super longue introduction au monde et à ses règles) puis directement le troisième (un climax super long). Du coup y a jamais ce moment où tu t'ennuies un peu, où ça flotte, et du coup le film passe hyper vite.

Je vois ce qu'il veut dire mais en vrai, il y a un deuxième acte (qui commence quand Neo est débranché) mais il est vrai que l'intégralité du deuxième acte reste de l'exposition pure et dure mais l'univers est tellement fascinant et l'exécution tellement ludique, qu'on est à donf. Il se passe trois fois rien dans le film, c'est principalement Morpheus qui explique la matrice à Neo mais, comme je le dis dans un autre message de ce topic :
Citation:
Dans le premier Matrix, lorsque Morpheus évoque la Matrice avec Neo, il n'a de cesse de lui dire (la réplique revient à l'identique 3 fois dans le film : ) "see for yourself" (oui parce que Thomas Anderson = Saint Thomas, qui ne croit que ce qu'il voit, etc...on connaît tous la chanson).
Donc à chaque fois, il l'invite à voir par lui-même...Et ça passe par des excursions dans le monde virtuel (cf. la scène avec les deux fauteuils et le vieux poste de télé, ou la scène du saut entre les immeubles, ou la scène de l'entraînement, ou la scène de la femme en rouge...pour expliquer les Agents).

L'exposition est toujours illustrée visuellement...la compréhension est immédiate. C'est vraiment très bien géré.

Et c'est exactement ce que le 2 oublie de faire.

Citation:
...et soudain, à l'issue du film...je me retrouve encore, éternellement, inéluctablement, en bon geek que je suis, à avoir l'espoir que cette 3e vision de Matrix Reloaded sera la bonne...que tout ce qui m'y gêne s'estompera enfin pour ne laisser paraître que ses qualités (oui parce qu'il y en a quand même un peu, soyons honnêtes)....

Mais le résultat...est toujours...le même...

History keeps repeating itself.

Bon je tiens à le dire d'emblée histoire de désamorcer tout de suite les défenseurs...
OUI je suis conscient des thèmes et des références brassées par l'univers du film.
NON je ne nie aucunement la richesse de son fond qui navigue du langage informatique jusqu'aux textes sanskrits.
MAIS je suis désolé, cela ne justifie en rien l'incroyable lourdeur de la forme.

Ca me rappelle les gnognotteries à propos de Rollerball..."t'aimes pas le film? M'est avis que tu n'as jamais lu Guy Debord toi".
Pitié.
Debord n'excuse en rien la mollesse et/ou la confusion de certaines scènes d'action.

Et là c'est pareil.
Djoumi aura beau écrire tous les sites Internet qu'il veut pour traiter de la question, je doute que l'assimilation parfaite des Upanishads par les frères Wachowski explique la raison pour laquelle ils ont choisi de véhiculer les plus simples idées par le biais de dialogues incroyablement laborieux.

En fait, ils sont presque parodiques.
La scène entre Neo et le chef des humains sur le balcon devant les machines.
Les scènes avec l'Oracle.
"Nous sommes tous ici pour faire ce que nous sommes tous ici pour faire."

A bien des niveaux, j'ai l'impression de voir des suites reprises par quelqu'un d'autre qui essaye de réitérer la formule du premier film.
En faisant toujours plus, toujours trop.
Un peu comme dans Scream 3 qui multipliait l'humour et les meurtres.

J'ai eu envie de faire un fan edit, c'est dire. Parce que c'est loin d'être irratrappable mais le fait d'avoir troqué les explications illustrées du 1 pour ces TROIS scènes CONSECUTIVES où Neo parle SANS BOUGER à son interlocuteur (Hamman, l'Oracle, Smith) dans des CHAMP-CONTRE-CHAMP, c'est incompréhensible. Et suicidaire.

Comme je disais dans un autre message :
Citation:
Dans le 2 et le 3, tout passe par les mots. Et les phrases.
Et pas les plus minimalistes, non. Il faut obligatoirement passer par des chemins de traverse pour arriver à l'idée éventuelle à retenir de tout ça.
C'est pas possible...


J'ai eu moins de souci avec les détails qui me sortaient du film jadis :
Citation:
Ici ça commence avec du bullet-time super long, ça s'enchaîne avec une scène où 15 personnes dans les égoûts sont habillées de vestes en croco avec leurs coiffures super cools et les lunettes qui vont avec...je sais pas vraiment ce qui fait que ça passait mieux dans le premier mais je me rappelle encore ce regard silencieux échangé entre Neville et moi au bout de 10 minutes de film lors de la première vision en salle.
"Something's not right".

Jusque dans ma tombe, je n'oublierai jamais ce regard.

En fait, t'as déjà dans le premier le coup des lunettes de soleil en intérieur et bizarrement, ça passait, tu t'identifiais à Neo, tu découvrais ce monde interlope, tu te posais pas de question. Puis ça concernait UN groupe de gens, Morpheus et sa team.
Là d'un coup, c'est TOUS les membres des équipages de TOUS les vaisseaux qui, quand ils se connectent à la matrice, se voient en marques de luxe et brillantes. Personne n'a un style différent. On dirait les gothiques au lycée : un gothique seul ne ressemble à personne d'autre avec son look, mais quand ils traînent entre eux, ils sont plus identiques que ne le sont les non-gothiques.

Mais bon, on va dire que ça tient du saut de foi.

Citation:
Et ça se confirme après.
Je vais moins bouder sur les scènes d'action mais bon, même là, ça cloche.
Je pense surtout aux deux premières scènes de combat :
- contre les 3 agents
- contre Serpah
Toutes deux partent de justifications débiles (bah oui faut trouver une raison pour que Neo, l'invincible, qui peut voler s'il veut mais n'est même pas obligé vu que les balles -et donc les coups j'imagine- ne lui font plus rien, se batte) :
- "Hunh, upgrades."
- "I had to verify [que tu étais le vrai Neo]".

Please.
L'impression de voir deux scènes fonctionnelles (en plus d'être des ressucées du 1 en plus court et moins bien, filmées pareil) pour répondre au cahier des charges...C'est sûr qu'avec toute la parlotte dans laquelle se vautre le film, il est NECESSAIRE que ça se tatanne un peu.
Donc l'Oracle maintenant se balade avec un garde du corps. Ok. Soit.
Ce sont des programmes. Ah. Ok.
Bon je vais pas élaborer là-dessus, comme je l'ai dit, je suis loin de trouver le fond (et donc toutes ces nouvelles données -qui paraissent quand même un peu imaginées après coup, comme globalement tout le reste, du Mérovingien à l'Architecte en passant par le Key Maker et le Train Man etc.) inintéressant, juste souvent très mal introduit. Mal formulé.

Là aussi, ça m'a moins gêné. Les scènes restent pas folles, surtout comparé à ce qui suit, mais effectivement, quand on y pense, ça traduit assez bien ce qui est assez intéressant dans la caractérisation originale de Neo dans cette suite, comme le dit Bulldog Errant :
Bulldog Errant a écrit:
Le discours du mérovingien, qu'il martèle tout le long du film, est que le choix n'existe pas. Neo se bat, mais pourquoi ? Le mérovingien se pose la question, et parfois le spectateur aussi (pourquoi il se bat contre les smith au lieu de se casser plus tot ?). Donc Neo n'a pas le choix de se battre, il se bat parce que c'est sa fonction, comme si lui aussi avait été programme pour ça.

C'est un discours que l'on va aussi entendre de la part de l'oracle : ce qui compte ce n'est pas le choix puisqu'il n'y en a pas, mais pourquoi on le fait. C'est bien pour ça que dans reloaded elle lui donne directement le bonbon rouge, alors que morpheus avait laissé l'illusion du choix dans le premier.

Tout ça est bien compréhensible de la part de programmes informatiques. Après tout ils sont réellement programmés dans le but de remplir leur fonction. Donc ils font ce qu'ils doivent faire, sans savoir pourquoi, comme le maitre des clés sait ce qu'il faut faire pour accéder à la source, sans savoir comment il le sait ni pourquoi.

Bon bref, et ce que veut montrer le mérovingien, c'est que programme ou humains, nous sommes tous pareils. Neo se bat sans savoir pourquoi

Après, je trouve que, comme pour globalement tout le reste, le film peine à faire ressentir ses idées et se contente souvent de les énoncer.

Mais j'étais agréablement surpris par le premier acte qui remet en question ce que le spectateur prend pour acquis parce qu'il a vu le premier film et accepte comme donnée indiscutable le hero's journey de Neo et donc son statut d’Élu. En étendant l'échelle du film d'une simple équipe à l'humanité survivante tout entière, le film aborde une piste intéressante avec tous ces sceptiques qui ne croient pas Morpheus, qui ne croient pas en Neo.

Étant donné que tout le film va mener à cette révélation que Neo n'est qu'un Élu manufacturé de toutes pièces par les machines elles-mêmes, et le 6ème qui plus est, c'est très parlant comme idée. Et surtout, c'est une idée qui s'infuse dans la dramaturgie (le fait que Morpheus n'a pas la confiance du Commandant militaire mais celle du Chef du conseil, ça créé du conflit) donc elle résonne, elle est ressentie, contrairement aux autres qui ne sont donc qu'énoncées, comme je disais plus haut.

Citation:
En fait, c'est assez simple, les scènes d'action qui fonctionnent le mieux sont celles où il y a un minimum d'enjeux (et c'est dur avec un héros invincible).
Alors évidemment, je ne peux m'empêcher de me demander pourquoi il ne s'envole pas plus tôt pendant le Burly Brawl (contre les 100 Smith là) mais bon, au moins la scène diffère, assure...le Neo numérique est pas top mais le reste cartonne (la barre...ça déboîte).
La scène du château, avec les armes de gladiateur est tout, en plus d'être "cool" (oui des fois, on en demande pas plus), est plus logique (il fait diversion pendant que Morpheus/Trinity/KeyMaker se cassent).

Mas la meilleure reste évidemment Mona Lisa Overdrive.
C'est le nom de la piste (énorme) qui accompagne l'extraordinaire et longue poursuite en voiture/pieds/camion/etc sur l'autoroute devant laquelle je prends régulièrement un pied monstrueux.
Plus de Neo. Deux "unplugged" vulnérables (Morpheus et Trinity), un non-fighter (le Key Maker) et surtout, en plus des agents et du terrain mouvant, on a deux nouveaux adversaires plus puissants que les agents (même si zappés malheureusement très vite...façon Darth Maul).
Plus d'enjeux, plus d'inventivité, là ça claque.

Ces séquences et surtout la course-poursuite, c'est une dinguerie. L'inventivité abattue ne se contente pas de surenchérir sur celle du premier, elle continue de proposer de l'inédit. C'est du niveau T2 par rapport à Terminator dans la proposition.

Citation:
Dommage qu'entre les scènes d'action, le film tombe à nouveau dans le relou quand il ne s'agit pas carrément du ridicule...le délire du Mérovingien avec ses insultes en français et ses gâteaux au chocolat qui font jouir les meufs en code matriciel, ça fait rire quelqu'un d'autre que les puceaux de nerds informaticiens tels que le sont les frères Wachowski? Sincèrement.
C'est du foutage de gueule cette scène (et ce perso).

Comme la scène de 3min (montre en main) du peuple de Zion qui danse et sue au ralenti pendant que Neo et sa meuf baisent...ridicule.
Ca a pas l'air long quand je l'écris, comme ça, "3 minutes", mais c'est interminable quand tu vois le film...

Ouais tout ça, j'accroche toujours pas.
Déjà parce que le Mérovingien, c'est ENCORE des répliques redondantes et une mise en scène figée mais que le gâteau exploseur de foufoune (malgré les explications peu convaincantes de ce topic) et le MTV Global Groove à Zion sont, bien que des illustrations visuelles du propos, des représentations grossières. Vulgaires.
Aujourd'hui, je ne qualifierais pas les Wachowski de puceaux, haha, mais le premier degré qui était déjà limite dans Sense8 voyaient ses germes ici, avec ce côté très naïf de la baise entre Neo & Trinity (dont l'alchimie a d'ailleurs disparu des suites) montée en parallèle avec la rave party, le tout au ralenti et long.

Citation:
Et vas-y que ça reparle, avec des scènes de conseil à la Star Wars/Star Trek qui servent juste à rien

Ça j'y reviendrais surtout pour le 3 mais j'ai réussi à mettre le doigt sur ce que j'entendais avec cette comparaison : la spécificité de cette saga, c'est la matrice. C'est ce concept de monde virtuel qui réduit les gens en esclavage mais dans lequel les personnes réveillées (les wokes MDR) peuvent se comporter comme des terroristes avec des super-pouvoirs. C'est ça, l'accroche. C'est ce que tout le premier film nous vend en le faisant vendre par Morpheus à Neo.
Forcément, avec la nécessité de montrer la guerre contre aux machines dans le monde réel dans les suites, les scènes qui s'y situent perdent de la spécificité de la saga et tendent à ressembler à "n'importe quelle" autre dystopie avec La Résistance vs L'Armée de soldats identiques.

Reloaded s'en sort avec ce que j'évoquais plus haut vis-à-vis de la figure du sauveur, remise en question par certains, sujet d'offrandes pour les autres.

Citation:
pour se terminer sur l'apogée du discours alambiqué : l'Architecte.
Mmmmph.

A ce moment-là, j'en ai déjà juste plus rien à foutre.
Viens-en au fait. Il a le choix entre les deux portes? Ok. That's all I need to know.
Le délire sur les multiples matrices d'avant et l'amour (mais lol) est au final bien superflu...

"Mais nan, t'as rien compris, Neo c'est le premier qui fait ce choix-là gna gna gna".

M'en fous.
Ca ne change rien.

Moui alors là par contre, j'étais con...plètement passé à côté du truc.
C'est sans doute ce que j'ai le plus apprécié avec cette énième revisionnage et que je n'avais pas saisi pour ce que c'était à l'époque : la subversion du hero's journey, le cassage du monomythe campbellien. Faut dire qu'encore une fois, ça passe par un dialogue relou (mais moins long que dans mon souvenir), un poil plus visuellement illustré que les autres échanges du film (avec les caméras de surveillance qui montrent le champ des possibles) mais qui auraient gagné à l'être davantage (montrez-les nous, ces précédents Élus) et, comme le coup de l'amour, une bonne idée en soi, on le ressent peu (encore une fois, la romance Neo & Trinity n'est pas assez palpable).

Citation:
Ca ne change rien au fait que la suite mette elle aussi près de 40min à se bouger le cul après les scènes dans les boîtes SM

Incroyable comme ça met longtemps à démarrer. Avec encore un échange longuet dans les limbes métropolitaines là.

Citation:
pour arriver à une scène de guerre là aussi monumentales mais parcouru de sous-intrigues que tu pensais ne voir que dans des Pirates des Caraïbes ou des Transformers (Mifune/Kid, Zee/Charra).

Le problème n'est pas la présence de sous-intrigues mais le fait que l'écriture échoue complètement à rendre tous ces persos secondaires intéressants. Mifune a au moins pour lui le charisme mais qu'il s'agisse du "triangle amoureux" superflu cité par QGJ ou du personnage de Kid ou de Link (Harold Perrineau Jr.) qu'on nous présente initialement comme un des sceptiques susmentionnés (une bonne idée, vu qu'il fait partie de l'équipage de Morpheus!) avant d'abandonner complètement cette dramaturgie pour ne l'utiliser que pour des reaction shots de comic relief à la Anakin dans le cockpit à la fin de La Menace fantôme, ça rend cette scène de guerre désincarné.
On revient à ce que je disais plus haut : le monde réel est moins original que le monde virtuel donc si on ne s'attache pas à ces nouveaux persos censés le faire vivre...bah on se fait un peu chier...alors que t'as quand même des putain de mechas post-Aliens pré-Avatar qui mitraillent des essaims de pieuvres mécaniques volantes.

Citation:
Oh mais j'oubliais tout le délire avec Smith...
Bon Smith t'as vraiment l'impression qu'après le 1, ils ont pas trop su quoi en foutre mais qu'ils l'ont quand même gardé parce qu'il est emblématique du premier film...mais là, il va, il vient, il se balade, dans la matrice, dans le monde réel, dans les backdoors, dans le 2, dans le 3, etc...c'est un peu la foir'fouille là aussi.
Soit.
On va dire qu'on accepte cette donnée...

Moui non, c'est foireux. Une fois de plus, l'idée est intéressante mais l'exécution laisse à désirer. C'est là que la déconstruction va trop loin. Lui aussi devient un programme qui agit juste par fonction, un virus qui va tout contaminer jusqu'à tout détruire, mais du coup, ça devient un personnage sans motivation alors que son discours dans le premier film réussissait à donner corps à un programme informatique, une intelligence artificielle dégoûtée de devoir vivre dans ce monde virtuel.
Du coup, là aussi, alors que formellement, c'est superbe, un combat Gotterdammerungesque, bah on ressent pas grand chose. Finalement, c'est pas plus mal qu'il soit absent du 4.

Citation:
Le 3, moins bien structuré (blabla pendant 40min, puis 40min de guerre, puis on va à la Source et après, Dragon Ball Time), est au moins plus concis...enfin, un peu quoi...

Non non, j'ai revu le 2 à la hausse mais le 3 à la baisse. Je ne comprends pas le rejet d'un montage alterné comme dans les chapitres de fin des Star Wars ou LOTR.

Citation:
Bon après, moi, au-delà de trucs que je considère OBJECTIVEMENT foireux (la lourdeur généraler), je suis pas fan des choix concernant la conclusion, ça c'est beaucoup plus subjectif...donc bon, cette scène finale sur le banc entre l'Oracle et l'Architecte et la gamine qui a fait un soleil "pour Neo", bof.
Underwhelming A DONF.

Ah bah j'ai tweeté presque mot pour mot la même chose hier. Je n'ai jamais été convaincu par l'idée, que le film essaie de justifier par une réplique qui dit "bah oui logique" (bah non), que Neo pouvait sentir les machines dans le monde réel ni par cette fin même si la paix inattendue est une idée subversive bien vue.

Citation:
Je sais plus quoi dire d'autre, parler de cette saga m'épuise en fait...

Boah à chaque fois, je situe un peu plus ce que j'aime et ce que j'aime pas et pourquoi donc bon...

Citation:
Puis c'est surtout le 2 qui est intéressant, qui comporte la majorité des idées (et passe son temps à les exposer DE MANIERE RELOUUUUUUUUUU), là où le 3 en balance quelques unes histoire de clore le tout mais balance surtout de la savate (et en cela, le final Dragon Ball avec son imagerie presque expressionniste par moments, j'adhère à fond).

Voilà.

Citation:
Enfin voilà...l'incroyable déception...ça reste bourré de bonnes choses mais les mecs sont tellement en roue libre que c'est juste non quoi...

Et en même temps, revoir des blockbusters aussi ambitieux et réussis par moments après plusieurs années d'un paysage blockbusterien désolant, ça fait relativiser.

Citation:
Chaque revision fait encore plus mal...

Non ça va, j'ai fait ma paix, enfin. J'ai accepté.

Si je devais noter, ça donnerait :
The Matrix 6/6
The Matrix Reloaded 4,5/6
The Matrix Revolutions 3/6

Et je suis super chaud pour The Matrix Resurrections, notamment parce qu'il peut aisément être meilleur que les deux précédents.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Déc 2021, 08:30 
Hors ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 36022
Localisation: Paris
Oui mais c’est bien ou pas ?

_________________
Liam Engle: réalisateur et scénariste
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Déc 2021, 08:33 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 22434
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Lol

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Déc 2021, 09:22 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 9693
Localisation: Ile-de-France
La scène de l'autoroute dans le 2, énorme pied, tellement frustrant qu'il n'y en ai pas d'autres du même calibre dans les 2 et 3 (et ça dépasse même tout ce qu'il y a dans le 1 pour moi).


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Re:
MessagePosté: 06 Déc 2021, 10:04 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2008, 00:06
Messages: 5519
Film Freak a écrit:
un poil plus visuellement illustré que les autres échanges du film (avec les caméras de surveillance qui montrent le champ des possibles) mais qui auraient gagné à l'être davantage (montrez-les nous, ces précédents Élus)

Ah bah j'étais persuadé que ce sont tous les Néo que l'on voit dans les écrans, les précédents.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Re:
MessagePosté: 06 Déc 2021, 10:22 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Mai 2014, 10:12
Messages: 3702
Tonton a écrit:
Film Freak a écrit:
un poil plus visuellement illustré que les autres échanges du film (avec les caméras de surveillance qui montrent le champ des possibles) mais qui auraient gagné à l'être davantage (montrez-les nous, ces précédents Élus)

Ah bah j'étais persuadé que ce sont tous les Néo que l'on voit dans les écrans, les précédents.


oui c'est ça


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Déc 2021, 10:54 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 85770
Localisation: Fortress of Précarité
Mmmm il n'est censé y avoir eu que 5 Neo avant celui qu'on connaît et il y a bien plus de 5 écrans.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Déc 2021, 10:56 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2008, 00:06
Messages: 5519
Oui, mais je pense que c'est un effet de mise en scène miroir au premier film, où les écrans diffusent la même image d'Anderson au commissariat.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 369 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 21, 22, 23, 24, 25

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Matrix Resurrections (Lana Wachowski, 2021)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Film Freak

68

5501

17 Mar 2023, 15:42

Tonton Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Trilogie la Momie (1999 - 2008)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Thomas M.

17

2946

13 Mai 2016, 23:57

Erik Vonk Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Trilogie Terminator - Cameron & Mostow (1984, 1991, 2003)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 8, 9, 10 ]

Mufti

137

10594

03 Juin 2024, 08:07

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Trilogie Les Classes Sociales : Le Banc / Inheritance / Homicide (Per Fly, 2000 / 2003 / 2005)

Zad

2

1514

16 Mai 2006, 20:58

Zad Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. MATRIX

julienlbd

0

641

23 Déc 2021, 16:39

julienlbd Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Bound (Wachowski Bros, 2006)

Mufti

11

1702

09 Déc 2009, 18:25

sponge Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Speed Racer (Wachowski Bros. - 2008)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 15, 16, 17 ]

Art Core

252

18289

09 Nov 2009, 19:16

Kurtz Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Cloud Atlas (Tom Tykwer, les Wachowski, 2012)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

David Swinton

73

8807

12 Aoû 2013, 17:39

romain Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les 3 frères, le retour (Les Inconnus - 2014)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 4, 5, 6 ]

DPSR

76

7997

17 Fév 2017, 18:11

Walt Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Jupiter Ascending (Andy & Lana Wachowski, 2015)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Film Freak

71

7493

19 Déc 2015, 18:47

Gontrand Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 37 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web