Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 01 Déc 2022, 07:04

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 399 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 23, 24, 25, 26, 27
Auteur Message
MessagePosté: 24 Juin 2009, 15:54 
Hors ligne
Putain, sérieux mec
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Juin 2009, 12:09
Messages: 5414
Jericho Cane a écrit:
Puck a écrit:
Je fais quoi moi?
J'ai 25 ans, je vis chez mes parents, je me plains de mon boulot qui n'est même pas si prenant que ça, je me branle une fois par jour, parfois deux, à part peut être quand j'ai un compagnon (comprendre une femme), je mange, je dors, je chie, je vois mes potes, mais si on devait faire un résumé de mes 25 premières années, je n'aurais rien vécu d'épique.
Ah, mais par contre, un truc que je fais très bien,
je rêve

Oscar du meilleur nouveau, là.


Cimer, j'vais essayer de voir comment est foutu ce truc et écrire des machins là, avec des mots.

Le Cow-boy a écrit:
Puck a écrit:
J'ai 25 ans, je me branle une fois par jour, parfois deux, à part peut être quand j'ai un compagnon...

Ah bah tu vas pouvoir te branler avec le Pingouin en tout cas ! Bienvenue !


Thanks

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 24 Juin 2009, 22:01 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 17:56
Messages: 8543
Localisation: Caché avec Charlie
Puck a écrit:
Et désolé pour le manque d'objectivité, ce n'était pas le but que je cherchais...


L'objectivité c'est pour la science. T'as pas à voir un film objectivement.

Même si je ne me reconnais pas forcément dans ton avis, quelque part je trouve que ça montre aussi la capacité du film à envoyer des choses très diverses.

Moi je l'ai revu il y a peu, j'étais encore anéanti. Ce film, je peux même pas en parler en étant naturel et calme, je l'aime à un degré qui dépasse l'entendement. Et ça fait plaisir de voir que c'est massivement partagé, d'entendre des gens me dire comme ça les affecté, ceux qui pleurent, ceux que ça remue, ceux qui sont sorti de là en ayant envie de faire quelque chose de leur existence, ceux qui en sont sorti rempli d'une forme de zenitude... Pleins de trucs différents.

C'est chouette de lire tous ces avis. C'est un grand film.

Et donc bienvenu. N'hésite pas à partager et n'écoute pas les aigris.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Juin 2009, 14:01 
Hors ligne
Putain, sérieux mec
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Juin 2009, 12:09
Messages: 5414
Le Pingouin a écrit:
Puck a écrit:
Et désolé pour le manque d'objectivité, ce n'était pas le but que je cherchais...


L'objectivité c'est pour la science. T'as pas à voir un film objectivement.

Même si je ne me reconnais pas forcément dans ton avis, quelque part je trouve que ça montre aussi la capacité du film à envoyer des choses très diverses.

Moi je l'ai revu il y a peu, j'étais encore anéanti. Ce film, je peux même pas en parler en étant naturel et calme, je l'aime à un degré qui dépasse l'entendement. Et ça fait plaisir de voir que c'est massivement partagé, d'entendre des gens me dire comme ça les affecté, ceux qui pleurent, ceux que ça remue, ceux qui sont sorti de là en ayant envie de faire quelque chose de leur existence, ceux qui en sont sorti rempli d'une forme de zenitude... Pleins de trucs différents.

C'est chouette de lire tous ces avis. C'est un grand film.

Et donc bienvenu. N'hésite pas à partager et n'écoute pas les aigris.


Assez d'accord avec toi, dans le fond comme la forme de ce que t'écris, pour les aigris, je sais depuis longtemps :D

Cimer

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re:
MessagePosté: 12 Déc 2011, 03:07 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 80870
Localisation: Fortress of Writing
Film Freak a écrit:
Dès les logos des studios, j'étais conquis.
J'étais prêt à ce que l'on me raconte une fable.
Et c'est ce que Fincher et Roth font avec une structure certes classique et gimmick (on lit un journal intime et on appelle donc aux flashbacks) qui demeure très efficace.
Je me rappelle que Jean-Pierre Jeunet avait évoqué suite au premier teaser et finalement, c'est pas tant dans la forme visuelle que le film rappelle Jeunet mais dans la forme scénaristique.
Y a ici parfois l'impression que le film est fait des petits rien, de petites histoires, comme peuvent l'être Amélie Poulain et Un long dimanche de fiançailles.
Du coup, c'est toujours léger, jamais chiant, malgré 2h44 de métrage.
Mais ce n'est pas "trop" léger, ce n'est pas inconséquent.
Le film est hanté par son thème principal qui n'est pas vraiment la love story qui la traverse mais plutôt la mort.
De par sa nature, la vie du héros évolue comme un compte à rebours donc sa fin inévitable s'en ressent d'autant plus, elle est presque concrètement "définie", plus que pour tout autre être humain (même si on sait tous qu'on va mourir).
Le mec grandit dans un hospice, avec des vieux. Il connaîtra également une guerre. Le mec va côtoyer la mort tout le long...
Ca pèse sur le récit. C'est pas Forrest Gump quoi.
Même si évidemment, c'en est très proche.
Fincher et Zemeckis ont toujours eu des points communs mais on a sans doute ici le plus zemeckissien des films de Fincher.
Presque tous les thèmes de l'autre y sont : le temps qui passe, le personnage-anomalie dans le temps, l'ancrage de la fable dans le réel par le biais d'événements historiques célèbres, l'histoire qui se répète et la figure du double à travers ça, etc.
On l'a déjà dit, c'est pas un hasard si Forrest Gump et Benjamin Button partagent un même scénariste.
Et le film reste cependant fincherien, non seulement au niveau de l'esthétique (la photographie brunâtre, certains cadres reconnaissables entre milles) mais également de la thématique.
Le Pingouin me disait en sortant que le cinéaste avait enterré son père récemment, bon bah on ne s'étonne pas de voir le sujet de la figure paternelle parcourir le film, plus encore que pour ses précédentes oeuvres (et on comprend aussi pourquoi le film ne fait que de parler de mort).
On notera également la nature "le temps détruit tout" de l'ouvrage, aspect déjà travaillé dans Zodiac.
L'expression "film de la maturité", très classique, avait été employée à propos de Zodiac, et quand on voit les thématiques qui unissent ses deux derniers films, ça se confirme. Non pas que je trouve ses films d'avants "immatures" ou inaboutis de quelque manière que ce soit, mais il est clair que Fincher a vieilli. Ses obsessions sont autres, à présent.
Je sais pas si on le reverra discourir sur l'apathie et l'optimisme/pessimisme (Seven) ou la société de consommation et la Volonté de Pouvoir (Fight Club).
Enfin, je pense pas non plus qu'il va se morfondre sur "le temps, la mort, aaaaaah", pendant le reste de sa filmo non plus mais bon...il a grandi notre David.

Bon je vais pas m'étendre beaucoup plus cette fois-ci parce que cet avis est encore récent et résume bien tout le bien que je pense du film.

J'adore la complémentarité avec Zodiac, film sec inspiré de faits réels sans finalité avec une présence menaçante de la Mort contaminant la vie de ses protagonistes, de ce Benjamin Button, film émouvant au postulat de départ fantastique où la Mort a la même présence mais adoucie, acceptée, et c'est là la finalité.
Les deux films partagent donc cette thématique du "temps, destructeur de mondes" comme le disait Oppenheimer, mais celui-ci aborde de manière plus frontale que jamais la question de la Mort, récurrente dans la filmo de l'auteur, tout en retrouvant l'aspect ludique - dans la légèreté de sa narration - de ses films pré-Zodiac (un peu un parent de The Game, avec ce protagoniste qui traverse le cinéma et les genres, le poids de l'absence du père qu'il est condamné à reproduire, la mortalité). Et pour autant, point de pathos, juste une mélancolie endeuillée.
Et je chiale régulièrement.

6/6

_________________
Projection de THE ISLAND en 35mm Jeudi 8 Décembre à 21h à l'Ecoles Cinéma Club présentée par bibi
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Re:
MessagePosté: 12 Déc 2011, 08:55 
Hors ligne
Vaut mieux l'avoir en journal
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 15:21
Messages: 21098
Localisation: Paris
Film Freak a écrit:
Et je chiale régulièrement.


C'est bouleversant, comme histoire (et très bien mené, en plus). L'un des films les plus tristes de ces dernières années.

Juste après Marley & moi.


EDIT : quand on lit la nouvelle initiale, on se dit que le film méritait amplement l'oscar de la meilleure adaptation.

_________________
Anthony Sitruk - La Vie brève de Jan Palach
(192 pages, 16.50€)
Le Dilettante | Fnac | Amazon


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re:
MessagePosté: 06 Mar 2022, 14:02 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2007, 11:11
Messages: 7290
Revu pour la première fois, 13 ans après... Et cette fois c'est FF qui a tout dit:

Film Freak a écrit:
Déjà ça passait comme une lettre à la Poste la première fois, là ça passe comme ma bite dans ton cul.


Déjà rien que de penser au fait que j'ai vu ce film il y'a 13 ANS, après avoir vu une telle histoire, ça me glace le sang... je pensais l'avoir vu il y'a moitié moins de temps environ, 6-7 ans donc.

Le film est extrêmement tragique, triste, mais ce qui m'a le plus frappé cette fois c'est la fuite perpétuelle de Benjamin: fuite de son corps au début, de sa condition, des gens qu'il aime... Tout ce dont il s'approche, chaque bonheur de sa vie est condamné à l'éphémère. Et là où ça fait mal c'est lorsque l'on met ça en écho avec notre propre vie, le fait de prendre un peu de recul et surtout de prendre la mesure du temps qui s'échappe indéniablement. ça m'avait déjà beaucoup touché à la sortie en salle mais évidemment ça fait pas le même effet à 19 ans qu'à 32, on n'a plus la même relation au temps.

J'ai relu le topic sinon (en sautant les pages inutiles de débat avec Dark Mireille...) et il y'a souvent le reproche qui revient, lié au fait que la relation entre Cate et Pitt soit désincarnée. Je le comprends, mais perso j'y ai plus vu le masque d'un amour condamné, d'une chappe de plomb perpétuelle. Et en même temps leurs moments de bonheur communs sont assez beaux pour que leur souvenir en devienne amer par la suite.

Le film a une bonne durée sinon, il était nécessaire que l'on sente le temps s'écouler, l'amour se rapprocher puis s'éloigner...

ça m'a complètement déprimé mais 6/6 quand même.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Mar 2022, 20:10 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 25630
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Oui revu il y a pas longtemps et le film grandit à chaque vision.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Mar 2022, 21:15 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 80870
Localisation: Fortress of Writing
Revu y a deux ans et fini le film à l'état liquide à hurler "je veux pas mouriiiiiiiir".

_________________
Projection de THE ISLAND en 35mm Jeudi 8 Décembre à 21h à l'Ecoles Cinéma Club présentée par bibi
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Mar 2022, 21:48 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 21300
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Lol

Toujours pas revu et le DVD est toujours sous son cellophane…
(J’écoute souvent la BO par contre)

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 399 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 23, 24, 25, 26, 27

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Zodiac (David Fincher - 2007)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 19, 20, 21 ]

Janet

301

23911

09 Juin 2012, 15:40

Z Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Se7en (David Fincher - 1995)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Z

59

5784

10 Déc 2011, 14:40

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Game (David Fincher, 1997)

Film Freak

5

2218

10 Sep 2022, 11:00

Fire walk with me Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Gone Girl (David Fincher - 2014)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 20, 21, 22 ]

Karloff

325

22577

15 Mai 2016, 04:23

Mr.Orange Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mank (David Fincher, 2020)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Film Freak

73

4675

05 Avr 2021, 01:19

Abyssin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Fight Club (David Fincher, 1999)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Baptiste

68

7501

10 Déc 2011, 23:09

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Social Network (David Fincher - 2010)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 18, 19, 20 ]

Qui-Gon Jinn

297

25750

26 Juin 2013, 06:29

Mufti Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Panic Room (David Fincher, 2002)

Film Freak

11

1971

28 Jan 2015, 17:55

Puck Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Girl with the Dragon Tattoo (David Fincher, 2011)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 8, 9, 10 ]

Film Freak

140

10284

02 Déc 2013, 19:29

Mayouta Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Lads & Jockeys (Benjamin Marquet - 2008)

Blissfully

0

1434

23 Sep 2008, 23:03

Blissfully Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot] et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web