Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 06 Déc 2023, 09:45

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 73 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePosté: 29 Juin 2006, 18:39 
Hors ligne
Expert

Inscription: 01 Sep 2005, 12:59
Messages: 919
Cosmo a écrit:
F-des-Bois a écrit:
Nan mais Cosmo c'est sur le principe même du "RIP machin" ou "machin" que c'est quand même parfaitement ridicule. Je m'étais un peu pris la tête avec Dupuy à l'époque de son RIP Burton sur le forum Mad d'ailleurs. Enfin bon...


Ca dépend. La formule en soi n'est qu'une formule. On sait bien qu'aucun cinéaste (pas même Krawscick) n'est véritablement RIP.

Cependant, lorsqu'un réalisateur, autrefois glorieux, enchaine 4 films foirés (voire même cinq si tu considères - à tort selon moi - que 12 monkeys est anodins), tu peux sortir cette formule.

Pour Burton, parler de RIP alors qu'il n'a foiré qu'un seul film (Planet of the Apes), c'est un peu abusé.


5 films foirés:
12 monkeys?
Las Vegas Parano?
Don QUichotte? (bon là c'est un peu la faute au temps et à l'hernie de Jean Rochefort. Pour info le DVD c'est vendu à plus de 500 000 mille exemplaires)
Les Frères Grimm? (largement plus supportable que la moitié de la production actuelle!)
Tideland?

Je rêve, mais dite moi que je rêve!
Ah oui, je rêve!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 29 Juin 2006, 18:53 
Hors ligne
Vaut mieux l'avoir en journal
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 15:21
Messages: 21942
Localisation: Paris
Citation:
5 films foirés:
12 monkeys?


Come j'ai dit, je ne suis pas d'accord avec ceux qui le trouvent anodin (mon Gilliam préféré).

Citation:
Las Vegas Parano?


Il passe bien à côté du bouquin quand même.

Citation:
Don QUichotte? (bon là c'est un peu la faute au temps et à l'hernie de Jean Rochefort. Pour info le DVD c'est vendu à plus de 500 000 mille exemplaires)


L'histoire à la base, et surtout le personnage de Depp, me laissent penser que le film aurait pu être le gros ratage du cinéaste.

(500.000 mille exemplaires, tu es sûr ? :) )

Citation:
Les Frères Grimm? (largement plus supportable que la moitié de la production actuelle!)


0/6, j'ai même pas tenu jusqu'au bout.

Citation:
Tideland?


Pas vu.

Citation:
Je rêve, mais dite moi que je rêve!
Ah oui, je rêve


Je crois que tu es surtout crétin.

Je répète, donc : je ne dis pas que Tideland est foiré, je ne l'ai pas vu. Je dis juste qu'il n'est pas exclu, si l'on aime pas ce dernier film, de considérer Gilliam comme foutu (encore une fois, c'est juste une formule, on a vu des cinéastes revenir de plus bas) sachant qu'il sort d'un film médiocre et bousillé par les producteurs, d'un tournage dramatique qui a débouché sur un simple making-of, d'un plantage au box-office doublé d'un plantage critique (Las Vegas parano).

_________________
Anthony Sitruk - Bien sûr, nous eûmes des orages
(168 pages, 14.00€)
Commande | Site perso


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 29 Juin 2006, 19:05 
Hors ligne
Expert

Inscription: 01 Sep 2005, 12:59
Messages: 919
Comme je me suis excusé auprès de Cosmo, j'efface..... comme dans l'ardoise magique


Dernière édition par Vintage le 30 Juin 2006, 09:12, édité 2 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 29 Juin 2006, 19:13 
Hors ligne
Vaut mieux l'avoir en journal
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 15:21
Messages: 21942
Localisation: Paris
Vintage a écrit:
Citation:
Je crois que tu es surtout crétin.



Avec mon profond respect et en toute cordialité, je t'emmerde.


Voila qui règle la question et m'évite de perdre mon temps.

_________________
Anthony Sitruk - Bien sûr, nous eûmes des orages
(168 pages, 14.00€)
Commande | Site perso


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 30 Juin 2006, 09:50 
Hors ligne

Inscription: 07 Oct 2005, 20:09
Messages: 3
Pour le coup, ça vaut le coup d'être vécu!
6/6


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 30 Juin 2006, 20:58 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 19:55
Messages: 5459
C'était mon après-midi "chez les tarés".

SPOILERS

Alors je trouve le début très bien. Mais au bout de trois quart d'heures, on passe de l'imagination farfelue à la maladie pure et simple. Ce ne sont plus des personnages excentriques qui échappent à un monde glauque par leur imagination, ce sont des personnages irrationels qui ont perdu tout sens de la réalité. On le sent jusque dans l'évolution de Rose : au départ elle semble rêveuse mais plus rationnelle et plus mature que ses parents (elle empêche son père de mettre le feu, la scène du bus), et à la fin elle incite Dickens à faire sauter le requin, tout le public ayant très bien compris qu'ils parlent. Ceci ajouté à la puérilité de ce qui nous est montré à partir du milieu (surtout tout ce qui tourne autour du cadavre du père - mais aussi l'accumulation de détails glauques inutiles comme le fait que la grand mère de Rose abusait de Dickens) fait se poser des questions : quel est l'intérêt de ce film? On n'est clairement pas dans un film fantasmagorique sur l'imaginaire ni dans une oeuvre surréaliste (les très rares scènes "fantastiques" sont montrées comme des scènes de rêve, et le reste se place dans la réalité, avec ce déplacement des personnages de plus en plus vers le délire) mais dans une sorte de représentation très extérieure de personnages schizophrènes dont je peine à trouver l'intérêt. Provocation gratuite? Absence de contenu? Cynisme? Tout est regardé du dehors, mais sans mettre en place la moindre distance ou la moindre réflexion. Le résultat est batard : on est pas dans l'univers de la fillette (elle a beau voir son père, nous on voit un cadavre pourrissant, et il n'y a guère que les éléments mis en place au début du film (le dialogue avec les têtes) qui fonctionnent sur le mode de "la plongée dans l'univers de l'enfant"), mais le regard extérieur n'apporte rien. Je ne vois pas quelle position on peut avoir devant ce film : trop distant et incohérent pour être sensible, trop vain pour être intellectualisé. Le film est tiré d'un premier roman, ca se sent dans la futilité et la superficialité de l'exploitation du morbide. Le film a un mérite, c'est qu'il reste crédible, et Jodelle Ferland est excellente (la pauvre...), mais à partir d'un début prometteur Gilliam a fait un film très discutable et d'un gout douteux. Tout ca fait peut être sa qualité et son originalité, mais ca parait quand même assez vain et gratuit.

4/6 (pour le début surtout)

_________________
Nothing and no one can save you! Abandon hope now! Here's what you can do :
1. Admit you are a semi-evolved ape-thing mercifully ignorant of the sanity-blasting truths of the greater cosmos.
2. Die.
3. Rot.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: pénible
MessagePosté: 03 Juil 2006, 12:36 
Hors ligne
Zizou de la blague
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Juil 2005, 12:29
Messages: 2161
Localisation: Ile de France
Franchement c'est pas mauvais mais c'esttrès loin d'etre bon.
A la base je suis plutot fan de Gilliam mais là pour moi c'était too much. la fillette est extraordinaire et sauve literallement le film de la banalité. Je peux comprendre qu'on aime mais je suis juste pas rentré dedans. Les clins d'oeil sont inexistants (mis à part la boite à vetements) et le film ne va nulle part et n'a aucune idée directrice. Certes c'est beau, certes c'est poétique (attaquer le requin blablabla) mais où vas-t-on je n'ai toujours pas trouvé la réponse...
2/6

_________________
Sim
[url=http://simsrest.blog.lemonde.fr]Ce sera surtout l'occasion de rencontrer le gratin cairote.
[/url]"Le fil politique est souvent source de frustration et d'incompréhension.
Le fil du slip aussi, cela dit." Chlochette


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 04 Juil 2006, 00:11 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 23265
avant correction

GILLIAM AU PAYS DES MERVEILLES

On avait laissé Terry Gilliam groggy, lassé de se battre tel Don Quichotte de la Mancha, son personnage de fiction préféré, contre les moulins à vent, les financiers. Juré promis, on ne le reprendrait plus. <b>Les Frères Grimm</i>, fantaisie inachevée baroque mais imparfaite serait donc son dernier film de studio, sa dernière concession au tout-commerce. Mais pas son dernier projet et tant mieux. <b>Tideland</b>, adaptation du roman éponyme de Mitch Cullin marque en effet son retour au cinéma par une petite production indépendante, format dans laquelle son imagination débridée peut s’exprimer à loisir. Cadrages déroutants, humour pipi-caca décalé, vraie tendresse pour les personnages, dès une introduction sérieusement déjantée le film porte indéniablement la griffe de l’auteur de <b>Brazil</b>. Il est très aisé de comprendre ce qui a séduit le cinéaste américain dans le roman originel. Jeliza-Rose est la descendante directe de Sam Lowry ou Parry (<b>The Fisher King</b>), une jeune fille qui s’invente un monde chimérique pour oublier la misère du sien, qui bascule de la réalité la plus crue au rêve éveillé. Qu’elle prépare un fix pour son père ou qu’elle raconte des histoires à ses poupées.

POUPEES QUI SONGENT

Bien sûr, comme pour tous les Terry Gilliam, <b>Tideland</b> nécessite un acte de foi. De rejeter la rationalité scientifique pour adhérer au point de vue du personnage principal, une jeune fille de douze ans qui n’accepte pas la mort de son père et décide de s’inventer un autre destin malgré tout. Si le décor – les grandes praires de l’Ouest américain – évoque bien sûr <b>Les Moissons du Ciel</b> de Terrence Mallick, Terry Gilliam invente une mythologie qui tient davantage de la littérature - <b>Alice au pays des merveilles</b> de Lewis Caroll, les romans initiatiques de Charles Dickens, les nouvelles de Theodore Sturgeon – que du cinéma. Le récit opère un curieux surplace et ne repose sur aucune intrigue identifiable. Le réalisateur de <b>L’Armée des douze singes</b> tente plutôt de saisir un état de confusion poétique et y parvient parfois grâce au talent insensé de sa jeune interprète Jodelle Ferland. Si l’ensemble ne tient pas toutes ses promesses par la faute d’un systématique recours à l’hystérie, quelques séquences possèdent le parfum des meilleurs longs métrages du cinéaste américain comme la découverte du bout du monde ou les tendres bisous échangées entre l’héroïne et un jeune homme à l’esprit perturbé.

4/6


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 04 Juil 2006, 00:14 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 23265
sinon, j'ai échappé à la notion de douteux mis en avant par certaines crtiques. En quoi c'est douteux ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 04 Juil 2006, 07:24 
Hors ligne
Zizou de la blague
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Juil 2005, 12:29
Messages: 2161
Localisation: Ile de France
Karloff a écrit:
sinon, j'ai échappé à la notion de douteux mis en avant par certaines crtiques. En quoi c'est douteux ?

Si l'on enlève la poésie, la pédophilie transparait un peu partout...

_________________
Sim
[url=http://simsrest.blog.lemonde.fr]Ce sera surtout l'occasion de rencontrer le gratin cairote.
[/url]"Le fil politique est souvent source de frustration et d'incompréhension.
Le fil du slip aussi, cela dit." Chlochette


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 04 Juil 2006, 09:09 
Hors ligne
Expert

Inscription: 01 Sep 2005, 12:59
Messages: 919
PAS vu une seconde pédophilie...mais bon!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 04 Juil 2006, 10:07 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Aoû 2005, 14:46
Messages: 3803
Localisation: Dans le nord du sud.
Vintage a écrit:
PAS vu une seconde pédophilie...mais bon!


Un adulte qui embrasse une petite fille, tu ne vois pas de pédophilie ? Une mère qui embrasse son fils avec la langue ? Moi, je ne vois absolument aucune mauvaise foi dans vos propos tiens !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 04 Juil 2006, 10:33 
Hors ligne
Expert

Inscription: 01 Sep 2005, 12:59
Messages: 919
Juan a écrit:
Vintage a écrit:
PAS vu une seconde pédophilie...mais bon!


Un adulte qui embrasse une petite fille, tu ne vois pas de pédophilie ? Une mère qui embrasse son fils avec la langue ? Moi, je ne vois absolument aucune mauvaise foi dans vos propos tiens !


le rapport dickens.mère oui, le rapport Jeliza/Dickens non.
Sois patient, peut être que dans les scènes coupées, il y a une petite branlette.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 04 Juil 2006, 11:51 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 23265
Sim a écrit:
Karloff a écrit:
sinon, j'ai échappé à la notion de douteux mis en avant par certaines crtiques. En quoi c'est douteux ?

Si l'on enlève la poésie, la pédophilie transparait un peu partout...

A partir du moment ou Dickens a dix ans dans la tête...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 04 Juil 2006, 12:04 
Hors ligne
Expert

Inscription: 01 Sep 2005, 12:59
Messages: 919
Je sais que c'est une mauvaise excuse... mais Dickens a 17 ans et 10 ans d'âge mental, ce n'est pas non plus un homme de 50 ans...

Bien entendu, un jeune homme de 17 ans qui a une relation sexuelle avec une fille de 11 ans c'est inaceptable, mais ce n'est ni le propos ni le cas dans le film.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 73 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Monthy Python, sacré graal ! (Terry Jones & Terry Gilliam - 1975)

FingersCrossed

12

349

19 Nov 2023, 22:09

Le Cow-boy Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Brazil (Terry Gilliam, 1985)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Fion des Alpes

27

3553

06 Fév 2016, 11:18

Walt Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Frères Grimm (Terry Gilliam - 2005)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Karloff

67

8247

13 Déc 2006, 19:29

gould Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'imaginarium du Dr Parnassus (Terry Gilliam - 2009)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Zad

57

6144

04 Mar 2010, 17:23

Arnotte Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le théorème zéro (Terry Gilliam 2013)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Karloff

22

2655

02 Juil 2014, 19:28

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Las Vegas parano (Terry Gilliam - 1998)

Tom

8

1466

01 Mar 2014, 17:52

Tetsuo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'Homme qui tua Don Quichotte (Terry Gilliam, 2018)

Film Freak

4

1722

28 Aoû 2018, 09:51

marshall1000 Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Absolutely Anything (Terry Jones - 2015)

rotary [Bot]

2

1652

18 Sep 2016, 22:18

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Reservation Road (Terry George - 2007)

Z

2

1355

16 Nov 2008, 23:25

Janet Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Ghost World (Terry Zwigoff, 2001)

JeanJacquesSchool

0

1270

23 Déc 2015, 15:37

JeanJacquesSchool Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Fire walk with me et 10 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web