Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 02 Mar 2024, 08:22

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 37 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3
Auteur Message
MessagePosté: 06 Juil 2012, 20:38 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 24601
Localisation: Arkham Asylum
Faudrait que je tente un jour mais je sais VRAIMENT pas quand...

_________________
N'écoutez pas Film Freak


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 20 Fév 2020, 14:28 
Hors ligne
Expert

Inscription: 30 Sep 2016, 19:39
Messages: 5197
C'est quand même marrant cette tendance à nationaliser (pour ne pas utiliser le mot essentialiser à la mode) un réalisateur comme dans l'avis qui ouvre le topic - et ça m'arrive de le faire. C'est la vision des films de Béla Tarr qui m'a fait aller en Hongrie d'ailleurs, mais surtout à Budapest évidemment, dont il s'est soigneusement tenu à l'écart. Evidemment la ville n'a pas beaucoup de rapport avec le monde dépeint dans les films de Tarr - à part peut-être dans les bars.
Pour ce qui est de la "hongrité" de Tarr, il faut plutôt la resituer par rapport à la tradition cinématographique hongroise et à ses "auteurs". Miklós Jancsó, pour commencer, similaire ment "starifié" auprès d'un certain public à l'époque, aujourd'hui assez oublié, et qui avait développé une espèce d'esthétique du plan-séquence, dont Tarr est l'héritier. Aujourd'hui, László Nemes a repris le flambeau. Une tradition qui se débat entre expérimentation mais aussi une tendance lourde à l'académisme.
Bref, j'ai vu le premier volet de Satantango hier et, bien que je comprenne qu'un réalisateur creuse toujours le même sillon, que je trouve au début du film beaucoup de qualités, je ne peux pas m'empêcher d'être un peu blasé devant ce cinéma qui ne se renouvelle pas. Le paradoxe c'est que j'ai vu ses derniers avant celui-ci où "il se trouve" d'une certaine manière.
Après l'impression d'être encore au seuil d'un film dont les premières 2h17 sont uniquement le prologue - les avis ci-dessus mentionnent d'ailleurs plutôt des scènes qui se passent après.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 20 Fév 2020, 15:33 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Déc 2018, 23:08
Messages: 5880
Il ne se renouvelle noas parce qu'il se métamorphose. La première manière de Belà Tarr, au début des années 80 est très différentes de ses films faits ensuite. Plus naturaliste et à la Pialat.

_________________
Mais peut-être la nécessité accrue de faire confiance incite-t-elle à la mériter davantage

Erving Goffman


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 20 Fév 2020, 15:47 
Hors ligne
Expert

Inscription: 30 Sep 2016, 19:39
Messages: 5197
Oui je n'ai vu qu'Almanach d'Automne et d'ailleurs il use encore de la couleur à cette époque. Même s'il y a un aspect huis-clos domestique au début de Satantango qui doit se retrouver plus tôt. Je déplore un peu qu'avec Damnation puis Satantango, il semble qu'il se soit trouvé un style dont il n'a pas véritablement dévié après. (Je garde un très bon souvenir de Werckmeister, Damnation et même L'homme de Londres).


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 20 Fév 2020, 17:27 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Déc 2018, 23:08
Messages: 5880
Almanach est son seul film en couleur si je ne m'abuse. U'avais vu Rapports Préfabriqués.
C'est un cinéma qui me parle aussi assez peu, mais il se comprend par rapport à l'époque. Rupture tant avec le mutisme historiciste de Jancso que le naturalisme du cinéma qui transforme la contestation en genre.
Mais le cinéma hongrois est assez divers, difficile de porter un jugement englobant et définitif. Karoly Makk peut faire penser à Forman ou à Bergman. "Chien chauve rock" est un bon film plus brut de decoffrage, assez punk dans l'esprit (même s'il y a une ambiguïté : les musiciens sont plutôt dans une sorte de Hard Rock à la Jethro Tull déjà démodé, et le rocker rebelle est le fils d'un responsable stalinien- cela ne rend pas son positionnement illégitime, mais le film ne le montre pas).

_________________
Mais peut-être la nécessité accrue de faire confiance incite-t-elle à la mériter davantage

Erving Goffman


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 20 Fév 2020, 21:34 
Hors ligne
Expert

Inscription: 30 Sep 2016, 19:39
Messages: 5197
L'Outsider et Macbeth sont aussi en couleurs. Sinon, même si tu balaies superficiellement l'histoire du cinéma hongrois tendance auteur (parce que les films populaires ne sont pas ceux qui parviennent jusqu'à nous ou ceux dont on va entendre parler sur internet), il y a souvent un aspect baroque et formaliste même dans un contexte réaliste (c'est typiquement ce dont il s'agit chez Béla Tarr - l'éclairage de Almanach d'automne a l'air ultra stylisé) ou documentaire (les films du père de Lazlo Nemes). Et aussi un goût poussé pour le noir et blanc qu'on retrouve chez Márta Mészáros, Ildikó Enyedi, Ildikó Szabó (trois nanas là - d'ailleurs la femme de Béla Tarr est citée au générique comme la co-réalisatrice avec Lazlo Krasznahorkai, sauf erreur de ma part, ce qui n'est précisé nulle part).
Les derniers réalisateurs dont les films soient sortis ici - Kornel Mundruczo, György Pálfi - ça va du film intégralement chanté façon opéra, ou du super-héros sur les migrants à Taxidermia. J'imagine que dans un petit pays comme celui-ci, mais avec une tradition de cinéma vivace, il est facile de faire école. C'est un peu comme la "nouvelle vague bizarre grecque". Je soupçonne Lanthimos d'avoir lancé une mode - mais c'est comme ça que les mouvements apparaissent.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Fév 2020, 14:33 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 9579
Localisation: Ile-de-France
Vu le weekend dernier pour sa ressortie au Reflet Medicis et j'en chéris déjà le souvenir. L'aspect performance des plans-sequences est certes bluffant mais ce n'est qu'un moyen au service du temps et de l'espace. C'est incroyable comme cela fait du bien, tout simplement, de voir un film de Bela Tarr. Parce que dans une époque qui accélère perpétuellement, lui creuse le sillon du temps long, et nous montre que derrière les apparences de la banalité du quotidien se loge toute la splendeur de la dignité humaine. Quand un personnage casse quelque chose et qu'il entreprend ensuite lentement de saisir son balai pour nettoyer, on se dit d'abord "merde il va pas tout nous montrer quand même" et en fait si, on se tape 2 minutes d'un gars qui balaye et c'est formidable.

Autre exemple: le dernier arc de la première partie, sur le docteur. Le personnage a de quoi dégoûter ou susciter la pitié: immobilisé sur un fauteuil par son obésité et la dépression, il passe tout son temps à espionner le voisinage, dont il consigne les allées et venues dans des carnets (on comprend ensuite qu'ils servaient encore récemment au régime communiste), et à boire de la liqueur. L'attention méticuleuse portée à ces deux occupations finit par être fascinante et, lorsque cette routine est perturbée, on devient solidaire du pauvre docteur qui doit se lever péniblement et partir en aventure sous des trombes de pluie pour aller chercher sa liqueur. Et c'est une petite odyssée qu'il vit, à sa mesure d'être médiocre mais qui a sa dignité. C'est très touchant.

Tout le film est comme ça. Evidemment, la longueur est telle qu'on ne peut pas tout ressentir avec une égale intensité, mais il y a un côté très addictif - même si ce n'est pas le mot car en rien cela n'est une aliénation - qui fait qu'une fois lancé on pourrait regarder encore et encore ce cinéma simple et plein avancer sereinement.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 37 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Harmonies Werckmeister (Belà Tarr - 2000)

Art Core

8

1556

27 Juil 2008, 05:21

march1291 Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Almanach d'Automne (Béla Tarr, 1984)

Gontrand

4

1352

19 Juil 2023, 09:41

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'Homme de Londres (Bela Tarr - 2007)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Blissfully

22

2998

21 Oct 2008, 20:31

DPSR Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le cheval de Turin (Bela Tarr - 2011)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

DPSR

29

3670

20 Fév 2020, 14:46

bmntmp Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Ed Wood (Tim Burton, 1994)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Film Freak

24

2799

18 Mar 2012, 20:36

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Muriel (P.J. Hogan, 1994)

Jerónimo

2

490

18 Nov 2021, 14:04

Mr Degryse Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Salé, Sucré (Ang Lee, 1994)

Cosmo

2

666

26 Fév 2024, 09:28

bmntmp Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Pompoko (Isa Takahata, 1994)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Blissfully

36

4873

06 Déc 2020, 21:35

Bêtcépouhr Lahvi Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Speed (Jan de Bont, 1994)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 4, 5, 6 ]

Film Freak

85

7806

29 Nov 2023, 10:24

Déjà-vu Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Crooklyn (Spike Lee, 1994)

Mickey Willis

1

219

03 Aoû 2023, 19:53

Cosmo Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot] et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web