Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 23 Juil 2024, 12:02

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 18 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 28 Nov 2008, 13:29 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Fév 2008, 23:10
Messages: 4026
Localisation: bah un cimetière, tiens...
Image


Noriko est la seule fille de la famille Somiya à ne pas être mariée. Elle vit cependant heureuse avec son père mais ce dernier pense qu'il est grand temps pour elle de penser au mariage. Noriko est réticente à l'idée de laisser son père seul.



Bon, bah voilà, parce qu'il faut le dire aussi quand un grand film nous plait pas quand il nous gonfle, voire nous agresse.

Alors le film est formellement superbe. Y a des coupe de fou, des cadrage énormes, un montage hallucinant pour faire tenir tout ça, bref, c'est un Ozu super posé, (même pour un Ozu, c'est un des films où il est au top de ce style Ozu. Les plans à Kyoto, puis vers la fin quand les deux vieillots regardent dans le vide, dans la cour... tout simplement immense). Le tout tout naturellement, ça passe comme une lettre à la poste, c'est assez incroyable.

Après voilà, outre le fait que c'est encore un des films sur le père qui veut marier sa fille (des trois grands thèmes qui me viennent en tête chez Ozu, c'est celui qui me plait le moins a priori), on est vraiment dans une acceptation alors même que les refus commencent à pointer, le film ne s'interroge pas dessus, il les prend pas en compte, et finalement il parle d'un petit vieux qui se sent seul parce que cette étape renvoie à son vieillissement.

Tout cela serait encore superbe si pour en arriver là, Ozu n''était pas obligé de traiter l'événement humain comme naturel, et de confondre la nature et l'institution, ce que je trouve assez grave pour un artiste. Le comble étant ce dernier plan putassier sur les vagues, symbole facile, et pour le coup, pas du tout adapté (ou adapté à sa confusion, instrument de l'idéologie).


Donc voilà, ça aurait pu être superbe, ça m'a énervé.

3/6

_________________
"enchanté, d'ailleurs. Moi c'est Bub. J'étais con y a 15 ans, et maintenant, je suis vieux, en plus. Et pour citer Kiju Yoshida, être con est un crime".

Espace branleurs


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Nov 2008, 16:55 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 24601
Localisation: Arkham Asylum
Karl le mort-vivant a écrit:
on est vraiment dans une acceptation alors même que les refus commencent à pointer, le film ne s'interroge pas dessus, il les prend pas en compte

Tout cela serait encore superbe si pour en arriver là, Ozu n''était pas obligé de traiter l'événement humain comme naturel, et de confondre la nature et l'institution, ce que je trouve assez grave pour un artiste. Le comble étant ce dernier plan putassier sur les vagues, symbole facile, et pour le coup, pas du tout adapté (ou adapté à sa confusion, instrument de l'idéologie).


Mais la grande spécificité du cinéma d'Ozu (à partir des années 40), ce qui en fait sa grandeur justement, c'est de ne porter aucun jugement sur ce qu'il filme. Il n'y a ni acceptation ni remise en cause des moeurs japonaises, seulement une observation contemplative qui, bien au-delà de tout critères moraux et sociaux, touche universellement à l'humain et son essence. C'est la mort et le passage du temps qui intéresse Ozu, pas autre chose.
L'institution, là, est prise en tant que telle, il l'aurait filmé dans un autre pays, l'histoire aurait été légèrement différente, mais le regard serait resté le même.
Sinon je ne crois pas qu'il y ait beaucoup de symbole ou de métaphore dans son cinéma.

_________________
N'écoutez pas Film Freak


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Nov 2008, 19:14 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Fév 2008, 23:10
Messages: 4026
Localisation: bah un cimetière, tiens...
Tetsuo a écrit:
Mais la grande spécificité du cinéma d'Ozu (à partir des années 40), ce qui en fait sa grandeur justement, c'est de ne porter aucun jugement sur ce qu'il filme. Il n'y a ni acceptation ni remise en cause des moeurs japonaises, seulement une observation contemplative qui, bien au-delà de tout critères moraux et sociaux, touche universellement à l'humain et son essence.C'est la mort et le passage du temps qui intéresse Ozu, pas autre chose.
L'institution, là, est prise en tant que telle, il l'aurait filmé dans un autre pays, l'histoire aurait été légèrement différente, mais le regard serait resté le même.


J'ai pas dit qu'il portait un jugement. J'ai effectivement dit qu'il y avait acceptation dans la mesure où la confusion entre la nature et l'institution est effectivement présente, et ça aurait été pareil dans n'importe quelle autre pays.
Sa présentation du vieillissement s'illustre effectivement par cet aspect institutionnel, et c'est là que je reproche la confusion. La tension et le refus du mariage ne servent aussi qu'à illustrer une réticente vis-à-vis de ce passage du temps.
Tu dois faire ça, puis ça, c'est tout, c'est la nature. Non, je suis désolé, si les personnages peuvent le dire ou le penser, il y a des questions à se poser. Il porte peut-être pas de jugement mais là, peut-être qu'il devrait. En tout cas, il devrait au moins séparer les deux plans sur lesquels se joue cette tension.

Mais peut-être suis-je moins réceptif à ce cinéma d'Ozu à partir des années 40, qu'à celui des années 30, par exemple dans gosses de Tokyo où l'aspect naïf des personnages remet permet de mettre en question cette institution d'une manière assez puissante.

Citation:
Sinon je ne crois pas qu'il y ait beaucoup de symbole ou de métaphore dans son cinéma.


D'où ma surprise quant à ce dernier plan sur les vagues.

_________________
"enchanté, d'ailleurs. Moi c'est Bub. J'étais con y a 15 ans, et maintenant, je suis vieux, en plus. Et pour citer Kiju Yoshida, être con est un crime".

Espace branleurs


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Avr 2011, 23:24 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11667
Banshun en VO. Légers spoiliers.

Image


Après une première demi-heure un poil endormie, où l'on regarde le petit Ozu illustré tranquillement dérouler son protocole, non sans maladresses d'ailleurs (des séquences à l'intérêt pas évident, comme le voyage en train bizarrement rythmé/monté), le film dévoile miraculeusement, à travers une scène fielleuse entre la jeune fille et sa tante, tout ce qui va le remuer en profondeur : l'histoire d'une relation oedipienne dont personne n'avait mesuré l'ampleur.

Le film semble presque être l'histoire d'un sourire - celui, écartelé et reluisant, de son héroïne, brouillant toujours les pistes entre la joie vive et la douleur figée en un masque de façade. Lorsque celui-ci disparaît, les scènes répétées à l'identique (tous les échanges au rez-de-chaussée, autour d'un père-pivot toujours posé à la même place, comme l'une des colonnes de la maison) se voient transfigurées, se parant d'une aura inquiète et malaisante. L'excellent comédien qui joue le père, opaque jusqu'à l'extrême révélation de l'épilogue, affiche une note sereine constamment tenue face aux tourments de sa fille, présence apaisante et énigmatique dans ses véritables intentions, qui évoque, comme le fait remarquer Bub, quelque chose comme l'incarnation d'un ordre naturel implacable.

Au plus fort de l'annonce d'une séparation prochaine (tout le tiers central, en gros), Ozu aligne les scènes absolument superbes, puisant toute la beauté douloureuse qu'il peut tirer de l'ambiguité d'un tel canevas. Il ne parvient pas à garder cette qualité tout du long (malgré un final étrangement amer - avec toujours le mariage en point aveugle - et une sublime escale à Kyoto). Mais je trouve cependant ici (avec le seul film que j'ai sous la main pour comparer, évidemment ça peut fausser le jugement) sa mise en scène moins cadenassée, plus libre et mystérieuse, d'une extrême élégance surtout. Peut-être la couleur a-t-elle changé la donne, mais malgré les inégalités et défauts de ce film, son art m'apparaît bien plus fin ici.



Sinon le plan sur les vagues, je l'ai pris aussi comme de rendre à un certain ordre intemporel ce qui lui revient, de ramener les déchirements du film à un naturel état des choses : le film parle moins de mariage et d'institutions japonaises (effectivement placés en dehors de tout jugement) que d'Œdipe et de la vieillesse, à mon sens. Le père l'explique de toute façon très explicitement à sa fille à l'hôtel, y a pas de feinte...


Dernière édition par Tom le 22 Avr 2011, 23:28, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Avr 2011, 23:28 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 85947
Localisation: Fortress of Précarité
Sont souvent "tardifs" les trucs chez les japonais...

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Avr 2011, 23:30 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11667
Crépuscule à Tokyo, Printemps précoce, Été précoce, Fin d'automne... Ozu il s'éclate.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Avr 2011, 23:31 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 85947
Localisation: Fortress of Précarité
Les distributeurs français surtout, non?

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Avr 2011, 23:33 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11667
Je sais pas, je traduis pas le japonais ! Mais les titres anglais sont les mêmes, donc on peut supposer que pour une fois c'est pas nous.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 23 Avr 2011, 00:01 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 24601
Localisation: Arkham Asylum
Tom a écrit:
Peut-être la couleur a-t-elle changé la donne, mais malgré les inégalités et défauts de ce film, son art m'apparaît bien plus fin ici.


Dès qu'il est passé à la couleur, Ozu a décrété qu'il ne ferait plus de mouvement de caméra, l'un étant pour lui incompatible avec l'autre. Après je ne trouve pas pour autant ses films couleurs moins fins et plus figés mais bon, on va pas polémiquer là-dessus...

_________________
N'écoutez pas Film Freak


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 23 Avr 2011, 00:03 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 24601
Localisation: Arkham Asylum
Tom a écrit:
Je sais pas, je traduis pas le japonais ! Mais les titres anglais sont les mêmes, donc on peut supposer que pour une fois c'est pas nous.


Ce sont les traductions exactes des titres originaux. Naruse a les mêmes...

_________________
N'écoutez pas Film Freak


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 23 Avr 2011, 00:04 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 85947
Localisation: Fortress of Précarité
Tetsuo a écrit:
Tom a écrit:
Peut-être la couleur a-t-elle changé la donne, mais malgré les inégalités et défauts de ce film, son art m'apparaît bien plus fin ici.


Dès qu'il est passé à la couleur, Ozu a décrété qu'il ne ferait plus de mouvement de caméra, l'un étant pour lui incompatible avec l'autre.


Image

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 23 Avr 2011, 00:09 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 24601
Localisation: Arkham Asylum
Film Freak a écrit:
Tetsuo a écrit:
Tom a écrit:
Peut-être la couleur a-t-elle changé la donne, mais malgré les inégalités et défauts de ce film, son art m'apparaît bien plus fin ici.


Dès qu'il est passé à la couleur, Ozu a décrété qu'il ne ferait plus de mouvement de caméra, l'un étant pour lui incompatible avec l'autre.


Image


loooooool j'étais sûr que tu réagirais.

Faut voir aussi les travellings qu'il faisait hein, c'était déjà hyper spécifique, souvent "à vide" etc... le mec a fait inventer un trépied spécial pour la hauteur de sa cam (qui est toujours la même) et un chronomètre qui mesure le temps en nombre d'image seconde pour la durée de ses plans. Il était complètement dans son délire Yasu. Après le résultat est là.

_________________
N'écoutez pas Film Freak


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 23 Avr 2011, 00:11 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 85947
Localisation: Fortress of Précarité
Tetsuo a écrit:
loooooool j'étais sûr que tu réagirais.

Faut voir aussi les travellings qu'il faisait hein, c'était déjà hyper spécifique, souvent "à vide" etc... le mec a fait inventer un trépied spécial pour la hauteur de sa cam (qui est toujours la même) et un chronomètre qui mesure le temps en nombre d'image seconde pour la durée de ses plans. Il était complètement dans son délire Yasu.

Oui oui, il tournait également avec l'objectif de 30mm si je ne m'abuse, parce que c'est celui qui se "rapprochait" le plus de ce que voit l'oeil humain.

Citation:
Après le résultat est là.

Chais pas, j'en ai vu aucun.


salut!

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 23 Avr 2011, 00:25 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 24601
Localisation: Arkham Asylum
50mm. Je sens que tu t'éclaterais comme un fou devant ses films.

_________________
N'écoutez pas Film Freak


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 23 Avr 2011, 00:27 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11667
Citation:
Après le résultat est là.

Ozu, en fait, c'est comme une pub pour une lessive.

La comparaison couleur / Noir et blanc, de toute façon en un film c'est sans doute chaud, mais je m'attendais pas à trouver autant de différences (enfin tout est relatif, hein). Ce film là me semble un peu plus délicat et virtuose visuellement que l'autre, mais les deux style ont leur charme. Tom, qui ne veut fâcher personne.

Citation:
50mm. Je sens que tu t'éclaterais comme un fou devant ses films.

L'espoir de 01h30 du matin fait vivre !


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 18 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Printemps, été, automne, hiver et printemps(Kim Ki-duk,2003)

_ZaZaZa_

8

1572

19 Avr 2008, 10:52

Tetsuo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Jeunesse (Le Printemps) (Wang Bing, 2023)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Lohmann

29

1075

18 Jan 2024, 12:33

JulienLepers Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Printemps dans une petite ville (Fei Mu - 1948)

Tom

0

1439

24 Mai 2011, 02:09

Tom Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Pas de printemps pour Marnie (Alfred Hitchcock, 1964)

Mr Chow

11

2343

30 Juil 2023, 11:33

Paprika Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Quelques heures de Printemps (Stéphane Brizé, 2012)

Art Core

9

1826

29 Juil 2014, 22:25

Arnotte Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Bonjour (Yasujiro Ozu - 1959)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Blissfully

36

4966

07 Fév 2015, 11:51

Art Core Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Galopin (Yasujirō Ozu, 1929)

Puck

0

151

18 Fév 2024, 23:44

Puck Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Fin d'automne (Yasujiro Ozu - 1960)

Blissfully

4

1947

09 Déc 2013, 10:43

Mr Chow Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. J'ai été diplômé, mais... (Yasujirō Ozu, 1929)

Puck

0

118

18 Fév 2024, 23:42

Puck Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Goût du saké (Yasujiro Ozu, 1963)

Mr Chow

10

41069

11 Jan 2024, 16:06

Art Core Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 13 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web