Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 24 Jan 2018, 00:57

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 08 Jan 2018, 01:23 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1360
Réza, la quarantaine, vit avec sa femme Haddis et leur fils d'une douzaine d'année dans une région rurale fertile au nord de l'Iran. Lui est pisciculteur, elle est directrice d'école secondaire, ayant donc un certain pouvoir local. Réza semble avoir un passé compliqué, mais a aménagé la ferme en un endroit assez coquet et confortable. Ils semblent en butte aux tracasserie et intimidations d'un riche voisin, un homme de main d'une compagnie privée de distribution d'eau, qui convoite leur domaine et cherche, de façon plus ou moins directe, à les faire partir.

Image

Excellent film, signalé par Abyssin dans son top, qui résonne de manière très forte avec l'actualité. Cela semble commencer comme une fable tchékovienne à la Nuri Bilge Ceylan, mais bifurque de manière inattendue vers un film noir tendu et rapide, quasi fullerien, voire même, par des élements de surnaturel qui densifient le sous-texte social, aldrichien
le twist final rappelle aussi le Transperceneige de Bong Joon-ho, voire Kagemusha de Kurosawa
.

C'est assez différent du cinéma iranien "à dispositif" que l'on connaît chez Kiarostami et Farhadi, non seulement dans la forme mais aussi dans le sujet (mais un peu plus proche de la veine plus populiste, dans le bon sens du terme, de Panahi). Le film délaisse les intellectuels et artistes de Téhéran pour montrer le monde rural, même s'il y a là aussi un faux-semblant
le personnage central a plusieurs passés, avec lesquels il va tenter de renouer et qui vont pareillement lui rester extérieurs : étudiant en lettre rebelle, leader syndical en usine, petit propriétaire paysan, potentiel trafiquant de drogue : en fait il cumule de façon irréelle toutes les identités de révoltés possible dans la société iranienne
.
Comme le personnage n'a pas vraiment de psychologie fixe (au contraire des seconds rôles), la remise en cause du régime est étonnamment frontale et directe , sans recourir à des symbole et des métaphores : le ras-le-bol qu'exprime le film n'est pas feint. Je crois vraiment qu'il permet de mieux comprendre ce qui se passe actuellement.

Le titre est en fait trompeur, car il s'agît d'un beau portrait de groupe (le personnage de sa femme est superbe, et tout aussi important que celui du mari. D' une manière générale, les scène de couples sont très belles). Au fur et à mesure que l'intrigue avance, la psychologie du héros devient de plus en plus abstraite et creuse, le moteur de l'intrigue (tout comme le soucis de vérisme social et politique) est transféré de Réza à son entourage. Ce transfert va de pair avec la mise à jour progressive d'une forme de violence pré-politique, irréductible, chez Réza, qui semble combler le vide laissé par la circulation et dissémination de sa mauvaise conscience politique (qui est aussi une plongée dans son passé). Ainsi, le film va combiner plusieurs milieux, plusieurs espaces, plusieurs systèmes liés ensemble par un même mécanisme de domination et de corruption subi, mais qui permet des jeux de pouvoir et de dissimulation, quel que soit le rôle qu'on y joue. Il n'est pas sans rappeler les meilleurs moments de the Wire, avec le droit (ou plutôt la jurisprudence, que la corruption finalement annule, sans changer les rapports de classe et de pouvoir) théocratique et la corruption à la place du trafic de drogue, et Réza ressemble finalement beaucoup au personnage d'Omar, le tueur que ses justifications éthiques rendent de plus en plus opaque, et finalement complètement impossible à cerner.

Il y a un point de pivot singulier entre la dimension "individualiste" et abstraite du film et celle relèvant de la mise en scène du collectif : des scènes où Réza se baigne dans sa douche, ou une mystérieuse grotte, avec ou sans son fils (qui subit le même processus d'effacement que le père, mais sous un angle tragique et arbitraire, là où chez le père c'est un pari politique pour acquérir une forme de pouvoir, à la fois contre et en plein milieu du système), d'une charge érotique trouble et menaçante qui amorcent un pas dans la direction du body-horror à la Cronenberg, et échappe ainsi au symbolisme trop illustratif.
C'est un film très riche, courageux et maîtrisé, sans doute un des trois meilleurs que j'ai vus de l'année passée.

Le film dialogue, malgré sa singularité, aussi beaucoup avec d'autres films iraniens récents, et pemet de comprendre que le mari du Client de Farhadi commet un acte très lâche et gravissime en balançant l'homosexualité d'un de ses élèves à la classe.


Dernière édition par Gontrand le 08 Jan 2018, 17:30, édité 20 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Jan 2018, 01:27 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 8034
Très impressionné par le casting. Film très fort effectivement.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Au revoir (Mohammad Rasoulof - 2011)

DPSR

10

328

15 Sep 2011, 11:13

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Si j'étais un homme (Audrey Dana - 2017)

Qui-Gon Jinn

1

238

31 Déc 2017, 12:19

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'Homme aux poings de fer (RZA, 2012)

Film Freak

9

939

15 Aoû 2013, 19:52

Xavierovitch Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'homme de sa vie (Zabou Breitman - 2006)

JP Rouve

3

480

23 Oct 2006, 22:36

Blissfully Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'Homme de la rue (Frank Capra - 1941)

Lohmann

1

263

04 Mai 2017, 09:37

Puck Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Fils de l'homme (Alfonso Cuaron - 2006)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 10, 11, 12 ]

Blissfully

170

8730

09 Mai 2012, 16:22

romain Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'Homme de Berlin (Carol Reed, 1953)

Le Pingouin

0

402

19 Fév 2007, 16:04

Le Pingouin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'Homme de l'Ouest (Anthony Mann, 1958)

Qui-Gon Jinn

3

669

27 Jan 2007, 18:10

juLILO Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'Homme de Londres (Bela Tarr - 2007)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Blissfully

22

1400

21 Oct 2008, 20:31

DPSR Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'homme sans visage (Mel Gibson, 1993)

Cosmo

3

331

23 Aoû 2007, 20:37

rotary [Bot] Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web