Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 21 Sep 2018, 05:58

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 12 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 25 Avr 2009, 17:55 
Hors ligne
Titilleur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Avr 2009, 15:35
Messages: 73
Localisation: Château de l'araignée
Aujourd'hui un film d'un grand maître du cinéma mondial, j'ai nommé Ernst Lubitsch.
Il s'agit de Heaven Can Wait (en VO) film de 1943 avec, entre autres Don Ameche, Gene Tierney et Charles Coburn.

Image

Voici le synopsis du film que l'on peut trouver sur Wikipédia:

Juste après sa mort, Henry Van Cleve, persuadé de mériter le feu
éternel, se présente auprès du Diable et sollicite son entrée en
enfer. Celui-ci, charmant mais débordé, semble incertain du sort
à réserver à son visiteur et prend le temps d’écouter son histoire.
Ou plutôt celle des femmes de sa vie. L'homme évoque en effet
sa vie bourgeoise, personnage exalté et cabotin, d'une mauvaise
foi confondante, s'arrêtant sur les divers écarts à la morale qui ont
jalonné son parcours.

Vous trouverez une chronique du film sur mon blog: Heaven Cant Wait (1943)
Et le trailer sur YouTube.

On le trouve pour un prix dérisoire à la Fnac.

_________________
zdc


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 26 Avr 2009, 10:19 
Hors ligne
Memorabilia
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Sep 2005, 14:15
Messages: 3378
Localisation: OUTATIME
wikipedia, ton blog, youtube, la fnac....
tu veux pas parler du film plutôt?

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Avr 2009, 09:44 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 23548
Localisation: Arkham Asylum
J'ai découvert ça hier soir et c'est une pure merveille. En relatant la vie d'un nanti un peu volage, Lubitsch dézingue la connerie bourgeoise avec jubilation, sonde la relation homme/femme et nous parle de la mort avec une dignité et une distance absolument renversantes. C'est drôle, c'est triste, c'est passionnant, c'est génial, c'est un chef-d'oeuvre, un vrai.

_________________
Ce que ce critique de cinéma dit de ce film va vous bouleverser...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Avr 2009, 09:49 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mai 2007, 12:27
Messages: 12962
Localisation: Actresses
OUAIS !

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Avr 2009, 09:49 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18470
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Fait chier, je l'ai raté lors du cycle Lubitsch à la Cinémathèque.

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Avr 2009, 10:17 
Hors ligne
Memorabilia
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Sep 2005, 14:15
Messages: 3378
Localisation: OUTATIME
Tetsuo a écrit:
J'ai découvert ça hier soir et c'est une pure merveille. En relatant la vie d'un nanti un peu volage, Lubitsch dézingue la connerie bourgeoise avec jubilation, sonde la relation homme/femme et nous parle de la mort avec une dignité et une distance absolument renversantes. C'est drôle, c'est triste, c'est passionnant, c'est génial, c'est un chef-d'oeuvre, un vrai.

et puis c'est beau! les couleurs sont magnifiques (technicolor?), ameche est génial. c'est le genre de film dont tu te souviens toujours avec émotion. dans le genre, c'est un de mes préférés de la période, avec "the late george apley" de mankiewicz.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Avr 2009, 10:19 
Arnotte a écrit:
Fait chier, je l'ai raté lors du cycle Lubitsch à la Cinémathèque.

Et encore y en a plein à voir absolument : La Huitième Femme de Barbe-Bleue, Sérénade à Trois, La Folle Ingénue, Ninotchka...

Ca me donne envie de me refaire un cycle Lubitsch...


Haut
  
 
MessagePosté: 30 Avr 2009, 10:21 
Hors ligne
Titilleur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Avr 2009, 15:35
Messages: 73
Localisation: Château de l'araignée
N'oublions To Be or Not to Be et Haute Pègre ! 8)

_________________
zdc


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Avr 2009, 11:22 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 23548
Localisation: Arkham Asylum
J'aime bien comment à chaque fois qu'on parle de Lubitsch, on ressort tous ses films !

_________________
Ce que ce critique de cinéma dit de ce film va vous bouleverser...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Avr 2009, 11:25 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 23548
Localisation: Arkham Asylum
Tiny Tears a écrit:
et puis c'est beau! les couleurs sont magnifiques (technicolor?)


Oui, ça m'a frappé aussi, c'est la première fois que je voyais un Lubitsch en couleur, et j'ai trouvé ça magnifique cette palette de couleur assez minimaliste finalement, mais dont les tons ressortent instantanément sans que ça fasse appuyé. C'est là qu'on se rend compte qu'il avait un vrai sens esthétique.

_________________
Ce que ce critique de cinéma dit de ce film va vous bouleverser...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 11 Mar 2018, 14:27 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1758
Un film marquant, riche et extrêmement drôle en effet. Les dix premières minutes sont tout bonnement anthologiques. Mais je ne peux me détacher d'un certain malaise : voilà un film placé dans une situation cumulant les lignes de frontières multiples entre ancien et nouveau :entre théâtre filmé et cinéma, tragédie et drame, étiquette et libération sexuelle, don juanisme cynique et feminisme absolu, violence du désir et apaisement, film familial et expérience des limites. C'est un film divisé et heurté, même si les comportements sexuels et affectifs et les gestes se répètent à l'identique à chaque époque, de façon conceptuelle, à l'abri de la vieillesse mais impuissants (tandis que le discours qui les délimite de l'extérieur est lui pris dans l'histoire)
Cette situation-limite est déstabilisante car elle tient autant de l'accident que de l'intention. Cela est particulièrement frappant avec la scène des domestiques noirs (à propos d'une BD qui rappelle d'ailleurs Krazy Kat tiens, ce n'est sans doute pas un hasard) , où Lubitsch est à la fois en plein à l'intérieur de l'humour blackface maladroit et dans quelque-chose de quasi-révolutionnaire (étant donné la connerie foncière des maîtres, dont personne n'est dupe, sauf eux-mêmes) . Le film montre l'intelligence que les choses en crise ont d'elle-même, et identifie leur travail d'autocritique à la mort, considérée sans passion, comme un spectacle et une apparence (la vérité est sans destin ni arrière-plan quand elle est saisie immédiatement) . Cela donne une impression de la fois grisante et étouffante.
Don Ameche est très bon. Gene Tierney est émouvante : plutôt maladroite quand elle joue son âge réel (24 ans) mais extraordinairement crédible en femme (plus) âgée affrontant calmement la mort.

On a tous vus en rêve la scène de bal inaccessible de la fin. Le film n'invente rien, mais avoue tout, place au cœur du refoulement ce qui ne peut pas faire l'objet d'un apprentissage.

Ce qui est effrayant et donne impression de voir le résultat d'un pacte faustien contracté inconsciemment, c'est que Laird Cregar, sans doute le meilleur acteur ayant joué le diable au cinéma, est mort la même année, alors qu'il semble en pleine forme dans le film.


Dernière édition par Gontrand le 12 Mar 2018, 00:17, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 12 Mar 2018, 00:03 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1758
Il y a chez Lubitsch une logique à la fois implacable et naïve : quand dans un film racontant 50 ans de vie en moins de deux heures, une femme dit à son mari "j'ai appelé le docteur, mais rien de grave rassure-toi", avec un sourire énigmatique, c'est bien-sûr qu'elle va mourir et elle ne peut que disparaître au plan suivant. L'angoisse du mari est alors la projection entière de celle du spectateur, il n'a pas de regard propre sur sa propre tristesse, à tel point que filmer l'agonie n'a pas d'intérêt. L'angoisse est maximale, même si elle n'est qu'une situation de boulevard, le réel ne l'approfondira pas. Le film raconte les tragédies qui l'affectent même lorsqu'elle demeure un simple concept. Il y a alors une ellipse, qui égalise le regard du spectateur au travail de la mort (le seul personnage vraiment fictif du film est Gene Tierney, trop généreuse et intelligente pour être vraie, dans l'univers sans manque du film la seule raison d'être des autres personnages du film n'est pas d'exister, mais de la regarder, la juger puis de l'oublier). Cette logique est tellement naïve et sophistiquée, qu'alors qu'elle a produit à l'intérieur du film du comique et de la convention, la seule part de la réalité qui parvienne à la complèter est le tragique hors de toute mesure du deuil.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 12 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. To Be or Not to Be (Ernst Lubitsch - 1942)

Blissfully

7

776

08 Avr 2008, 22:05

Noony Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Rendez-vous (Ernst Lubitsch - 1940)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Blissfully

21

1242

15 Sep 2014, 15:59

Nada Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Dame au manteau d'hermine (Ernst Lubitsch, 1948)

skip mccoy

0

629

08 Juin 2008, 15:43

skip mccoy Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Trilogie Sissi (Ernst Marischka, 1955-1957)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Bub

26

1425

14 Déc 2015, 00:59

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. 7e ciel (Andreas Dresen - 2008)

Blissfully

2

544

06 Nov 2008, 20:42

Blissfully Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Banni (Howard Hughes, 1943)

Mamie Tromblon

0

646

12 Mai 2006, 13:02

Mamie Tromblon Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Val d'Enfer (Maurice Tourneur - 1943)

Mathilde Tessier

0

482

10 Mai 2008, 19:25

Mathilde Tessier Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Vaudou (Jacques Tourneur, 1943)

Blissfully

7

889

09 Oct 2014, 09:03

Tom Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Lumière d'été (Jean Gremillon - 1943)

Tom

6

620

05 Sep 2012, 10:41

Le Cow-boy Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Cadeau du ciel (Dover Kosashvili - 2003)

Noony

0

705

10 Sep 2005, 19:12

Noony Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 15 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web