Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 18 Juin 2018, 08:44

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 53 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 15 Oct 2017, 20:17 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18297
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Tope-là Abyssin! :)

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 15 Oct 2017, 22:03 
Hors ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 24513
Localisation: Paris
J'ai jamais été à donf sur le premier, donc quelque part je suis content de voir que je suis pas à donf sur celui-ci. En fait, je lui trouve les mêmes qualités: splendeur visuelle, trouble, légère sensation de distance et de froideur. On ne peut pas nier qu'ils ont accompli l'impossible, à savoir faire une suite à un film-culte en maintenant le ton, rivalisant de beauté avec l'original, tout en élargissant le canevas visuel et thématique.

J'ai jamais été fan de Ryan Gosling, mais il est parfait pour le rôle. Les scènes avec Joi sont bien. Le film fourmille de détails et de seconds rôles parfaitement castés. Le commentaire méta sur "Blade Runner a accouché de quelque chose et il faut le trouver"/i.e. "le film raconte sa propre genèse" est passionnant. Et évidemment la mise en scène est incroyable, comme toujours chez Villeneuve d'une puissance mastoc et maousse incontestable et intimidante.

C'est paradoxal: je ne suis pas suffisamment à fond pour retourner le voir, mais je suis sûr que si j'y allais, je l'adorerais.

_________________
Ma série télé sur la rivalité Jacques Chirac/Edouard Balladur !
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Oct 2017, 00:43 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 16 Aoû 2012, 12:19
Messages: 903
Deuxième vision et c'est encore mieux que la première fois.
La fin et les scènes de Deckard m'ont plus touché cette fois si (ce gouffre existentiel qui s'ouvre à plusieurs reprises quand même).
Wallace qui demande à Deckard s'il sait si son amour pour Rachel était programmé ou pas.
Deckard qui demande à Joe "who are you for me?" et dont on sait que la réponse, à plusieurs significations, est "a stranger".

Qui-Gon Jinn a écrit:
C'est paradoxal: je ne suis pas suffisamment à fond pour retourner le voir, mais je suis sûr que si j'y allais, je l'adorerais.

Retournes y donc.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 20 Oct 2017, 07:05 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Mar 2007, 08:23
Messages: 894
J'ai toujours trouvé le premier sublime et un peu chiant. Au niveau thématique ça ne me paraissait pas non plus d'une richesse inouïe (les robots trop humains, ce marronnier de la SF) et, comme l'a reconnu Scott lui-même d'ailleurs, le film avait tendance à s'admirer un peu ce qui nuisait à son rythme. Et les nappes de Vangelis non-stop, brrrr.
J'ai donc logiquement préféré le second, que je trouve à la fois plus intéressant car interrogeant beaucoup plus de choses (l'altérité et l'humain mais aussi le couple et le genre, l'ascendance et la descendance, la réalité et la virtualité, etc.), tout aussi sublime graphiquement sans être un copier-coller, bien mieux rythmé, onirique sans être philosophico-prout-prout (c'est à mes yeux beaucoup moins pataud que le Nolan d'Inception ou Interstellar) et inséré dans une bande-son parfaite. Pas convaincu par Jared Leto, mais bon, ça tient un peu de l'allergie.
Un seul détail scénaristique m'a un poil gêné :
Quand les méchants viennent choper Deckard, ils laissent K là, tranquille, alors qu'en toute logique ils devraient soit le dézinguer, soit au moins l'emmener aussi pour l'interroger, ça n'a pas de sens de laisser un replicant rebelle dans la nature.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Nov 2017, 14:51 
Hors ligne
Connaisseur

Inscription: 22 Sep 2011, 22:13
Messages: 177
6/6

Je spoile à fond donc ne lisez pas si vous n'avez pas vu.

J'ai toujours apprécié les précédents films de Villeneuve, mais en étant jamais à fond il manquait toujours un supplément de quelque chose pour que je sois véritablement bouleversé. Je vais écrire un peu dans le désordre mais ici ce qui m'a touché (entre autre) c'est lorsque celle qui fabrique les souvenirs , la fille de Deckard donc, dis qu'elle met un peu de sien dans chacun de ses souvenirs de la même manière que chaque artiste met un peu de lui, de ces oeuvres précédentes dans sa nouvelle oeuvre. Blade Runner est un condensé des précédents films de Villeneuve, il y'a un peu d’Incendies, notamment à travers cette ambiguïté des « jumeaux » (K, qui est le jumeau génétique ou en tout cas « nostalgique » puisqu'ils partagent les mêmes souvenirs que la fille de Deckard), ily'a beaucoup de Arrival, dans la métaphore sur la perte d'un enfant (d'une fille) en particulier, il y'a du Prisonners aussi dans l'enquête, un peu de Ennemy dans cette relation étrange à la petite amie. Un cinéaste crée des souvenirs. C'est peut-être même la fonction première du cinéma que de créer des souvenirs (artificiels, ou presque). Blade Runner est une réplique de tous les films de Villeneuve en plus d'être une réplique du film original, pas une réplique dans le sens de Remake, mais une réplique dans le sens du film et de l'univers de Blade Runner. Une extension d'un sujet original, extension qui parvient à s'émanciper du sujet originel pour acquérir sa propre existence, ou en tout cas essayer. On va comparer et critiquer Blade Runner en référence à l'original de la même manière que dans Blade Runner l'on compare et met en parallèle les humains et leur réplique(cants), (ou Kant, on est en pleine métaphysique ici ! Et je pense que ce n'est pas involontaire de la part de Villeneuve). Mais pour moi cette réplique est imparfaite, touchante, parfois maladroite, bref elle est pleine d'humanité. C'est l'une des plus belles suites de l'histoire du cinéma, ce qu'Innocence est à Ghost in The Shell. Surtout le plus important pour moi, le premier film n'en ressort pas diminué ou gâché, au contraire le premier film est encore plus beau avec l'existence de ce film. Encore plus touchant. Blade Runner pouvait-il accoucher d'une suite, était-ce seulement possible ? Il aurait fallu un miracle, et pourtant,..


6/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 02 Nov 2017, 16:08 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 6280
Moi j'adore le premier, j'adore Villeneuve que je considère comme le haut du panier actuellement. Mais j'ai trouvé ça chiant et beaucoup trop conscient de ses effets, avec une ambiance travaillée certes mais beaucoup moins ambigüe et intéressante que dans le premier. Alors ok on peut dire que c'est fait exprès, que Villeneuve parle d'un monde encore plus verrouillé, déprimant, sans poésie, mais il peine à créer une esthétique réellement originale partant de ce constat.

Tout est assez téléphoné, j'avais grillé dès sa première scène qui était l'identité de la vraie progéniture de Deckard, pourtant je suis en général pas une lumière. Les moments de bravoure sont juste pas mal (expliquez-moi en quoi la scène de fight finale est si extra que ça, avec ce suspense vu et revu de l'eau qui monte et menace de noyer quelqu'un qui est ligoté? Il n'y a que le superbe plan subjectif de la "méchante" agonisant qui surnage, d'ailleurs très bons personnage et actrice). Seule vraie perle, la scène d'amour fusionnel à trois, par contre pas compris pourquoi Villeneuve ne pousse pas la logique au maximum en filmant ensuite les corps nus s'enlacer, il y avait moyen de faire l'une des plus belles et troublantes scènes de sexe de l'histoire du cinéma...

Puis je trouve qu'il y a aussi un gros problème de distribution, Ryan Gosling est une énorme erreur de casting, non? Il n'arrive pas du tout à faire affleurer l'aspect humain de son personnage, comme par exemple quand il surjoue le pétage de câble devant la créatrice de rêves. Ford est aux fraises, monolithique dans sa dépression, qu'il arrête sa carrière au lieu de ruiner son héritage. Le méchant est complètement raté, mal défini et le jeu de l'acteur y est pour beaucoup.

Enorme déception pour mon attente de l'année.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 03 Nov 2017, 03:39 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 16 Aoû 2012, 12:19
Messages: 903
Baptiste a écrit:
Tout est assez téléphoné, j'avais grillé dès sa première scène qui était l'identité de la vraie progéniture de Deckard, pourtant je suis en général pas une lumière.

Tu parles de la nana qui invente les rêves? On s'en tape un peu non? Je ne pense pas que le film crée un suspense autour de ça. Ce qui importe c'est le questionnement de Joe et comment il décide de vivre avec le fait qu'il ne soit, après tout, qu'un android.


Baptiste a écrit:
(expliquez-moi en quoi la scène de fight finale est si extra que ça, avec ce suspense vu et revu de l'eau qui monte et menace de noyer quelqu'un qui est ligoté? )

Je dirais principalement la photo (assez douce, froide, sous exposée et réaliste (la voiture comme phare dans la tempête, et rien d'autre))
Mais il y a quand même quelque chose qui se joue dans la manière dont il faut monter la tension tout du long, pour terminer sur se plan sous l'eau, effectivement.
Bon je ne suis pas de ceux qui crient au génie pour cette scène en particulier de toute façon ...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 04 Nov 2017, 17:39 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2015, 16:00
Messages: 1105
Baptiste a écrit:
Moi j'adore le premier, j'adore Villeneuve que je considère comme le haut du panier actuellement. Mais j'ai trouvé ça chiant et beaucoup trop conscient de ses effets, avec une ambiance travaillée certes mais beaucoup moins ambigüe et intéressante que dans le premier. Alors ok on peut dire que c'est fait exprès, que Villeneuve parle d'un monde encore plus verrouillé, déprimant, sans poésie, mais il peine à créer une esthétique réellement originale partant de ce constat.
Je ne voulais pas froisser les conquis, mais comme Baptiste s'autorise de mettre les pieds dans le plat je ne peux qu'abonder dans son sens. L'année dernière Villeneuve m'avait conquis par l'esthétique unique de Premier Contact (la beauté de cette langue extra-terrestre à base de projection d'encre). Là, mystérieusement 30 années se sont passées depuis l'opus de Scott et esthétiquement rien n'a changé: la représentation de la ville est identique avec ses pubs gigantesques dominées par les caractères chinois et japonais (seule nouveauté le cyrillique), l'appartement de Gosling est une copie à l'identique de celui de Ford (les Blade Runner ont un bail illimité dans un appartement unique?). A trop vouloir respecter l'original, j'ai eu le sentiment que la créativité de Villeneuve s'est retrouvé bridé et abouti dans un visuel totalement fade. Je suis également tout à fait d'accord avec Baptiste sur le niveau globalement déplorable du casting, Ford a l'air totalement rincé et à côté de la plaque, Gosling j'aurais tendance à dire mauvais comme à l'habitude (en fait depuis Drive je n'apprécie aucune de ses performances).

2/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 12 Nov 2017, 11:45 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2007, 11:11
Messages: 5885
Film Freak a écrit:
[...]


Tu vois, sans avoir aimé le film je crois pourtant être d'accord avec presque tout ce que tu démontres. Mais à te lire je suis incapable de savoir si tu as juste bien apprécié ou si ça t'a passionné tellement tout ça est tout de même extrêmement théorique !

Et c'est en vérité d'après moi assez symptomatique de ce diptyque qui en dehors de ses qualités visuelles indéniables - et d'ailleurs je reconnais volontiers la prouesse de Villeneuve est son équipe de s'être aussi bien approprié l'identité visuelle du film de Scott (bon Scott en producteur ça doit aider en même temps...) - il n'y'a rien à mes yeux d'emballant dans ces films. J'ai l'impression d'y voir un puits sans fond de dépression et de noirceur d'où il y'a aucune lumière qui n'y jaillit. Les quelques étincelles que Scott/Villeneuve essayent timidement de craquer ça et là ne prennent pas et la moindre émotion ressentie par les personnages est un trompe l'oeil. Je sais bien que c'est en partie le sujet du film mais on en revient du coup à cet aspect bien trop théorique, car en étant constamment "désinvesti" au point de vue émotionnel je ne peux pas me soucier du moins du monde à ce qui se passe à l'écran.

A ça s'ajoute pas mal de trucs que je trouve superflus ou feignants dans l'histoire même, par exemple:

[Note: attention je spoile aussi sur La Planète des Singes ci-dessous]

K qui rapporte à sa supérieure qu'il a tué l'enfant et elle qui dit grossièrement "ah pfiou, je suis soulagée" sans chercher le moins du monde à obtenir une preuve et en avoir le coeur net ou même ne serait-ce que la moindre information alors qu'elle en parle depuis le début comme d'un risque de fin du monde... J'ai eu beaucoup de mal à l'avaler ça.

Ou alors la dernière scène, où K est en train d'agoniser après s'être fait démonté, il s'est pris une balle, il a failli se noyer, il est à bout de force (même papi Ford nage plus vite que lui)... Et Ford qui se contente d'un "euh t'es sur ça va aller ? Oui oui t'inquiètes". Ou comment se payer une figure sacrificielle bon marché sans trop faire d'effort. ça m'agace ça, ça m'a fait repenser à la mort ridicule de César dans la Planète des Singes: pourquoi tuer son héros de façon aussi plate et bâclée ? Sans vouloir du pathos, on dirait que le film se refuse volontairement toute émotion.


Je me suis endormi à chacune de mes tentatives de voir le Scott et j'ai du m'assoupir 2 minutes devant le Villeneuve. Le rythme doit jouer forcément mais je crois surtout que ces histoires de replicants et de blade runners ça m'intéresse pas des masses !

2/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 13 Nov 2017, 01:54 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 16 Aoû 2012, 12:19
Messages: 903
Mickey Willis a écrit:

K qui rapporte à sa supérieure qu'il a tué l'enfant et elle qui dit grossièrement "ah pfiou, je suis soulagée" sans chercher le moins du monde à obtenir une preuve et en avoir le coeur net ou même ne serait-ce que la moindre information alors qu'elle en parle depuis le début comme d'un risque de fin du monde... J'ai eu beaucoup de mal à l'avaler ça.

Assez d'accord avec ça.
Mickey Willis a écrit:
Ou alors la dernière scène, où K est en train d'agoniser après s'être fait démonté, il s'est pris une balle, il a failli se noyer, il est à bout de force (même papi Ford nage plus vite que lui)... Et Ford qui se contente d'un "euh t'es sur ça va aller ? Oui oui t'inquiètes". Ou comment se payer une figure sacrificielle bon marché sans trop faire d'effort. ça m'agace ça, ça m'a fait repenser à la mort ridicule de César dans la Planète des Singes: pourquoi tuer son héros de façon aussi plate et bâclée ? Sans vouloir du pathos, on dirait que le film se refuse volontairement toute émotion.


Parcontre ça ça fait parti de ce qui fait le sel de cette fin.
Deckard n'est personne pour K ("Who are you for me?"), mais c'est justement parcequ'il n'est personne pour lui que ça fait de K quelqu'un capable d'aimer ("Sometimes when you love somebody you need to be a stranger.", je ne me rappelle plus exactement la phrase de Deckard dans le film.)
Je trouve l'idée justement forte parcequ'elle contre balance la noirceur générale et la révélation que les souvenirs de K ne soient pas les siens.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 13 Nov 2017, 22:13 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2007, 11:11
Messages: 5885
flatclem a écrit:
Parcontre ça ça fait parti de ce qui fait le sel de cette fin.
Deckard n'est personne pour K ("Who are you for me?"), mais c'est justement parcequ'il n'est personne pour lui que ça fait de K quelqu'un capable d'aimer ("Sometimes when you love somebody you need to be a stranger.", je ne me rappelle plus exactement la phrase de Deckard dans le film.)
Je trouve l'idée justement forte parcequ'elle contre balance la noirceur générale et la révélation que les souvenirs de K ne soient pas les siens.


Dans ce cas là il pouvait aussi ne rien dire, c'est le "ça va aller ?" lâché comme ça alors qu'il sait très bien que K est en train de creuver comme ça qui m'a fait pouffé et m'a niqué la fin


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Jan 2018, 13:46 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Mar 2012, 13:20
Messages: 4610
J'ai mis du temps à me décider à voir ce film. tout d'abord parce que j'adore le film de Ridley Scott. Aussi car j'avais peur que le Villeneuve affadisse et ternisse ce petit bijou de SF.

J'avais tort. Il y a longtemps qu'un film ne m'avait pas autant plus visuellement. Avec des scènes qui restent durablement en tête. Le scénario réussit l'exploit de ne pas renier son héritage mais aussi à apporter du neuf. J'adore toute la première partie jusqu'à l'apparition de Harrison Ford ( qui a pris cher). Le reste est plus convenu mais propose encore de très belles choses ( la scène finale, etc). Pas fan de Gosling habituellement mais dans le rôle d'un androide il est parfait.

Je serais à fond si quelques petits trucs n'étaient pas de trop. Je rêve d'un montage ou on supprimerait ces voix off ou flashback visuels qui nous rappellent ce qu'on a vu 10 minutes avant. Le spectateur est il devenu un poisson rouge pour qu'on doive lui répéter tout plusieurs fois pour qu'ils comprennent? C'est cela qui différencie le plus ce film de celui de Ridly qui jamais ne surligner

5/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Jan 2018, 16:01 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 71761
Localisation: Fortress of Writing
Mr Degryse a écrit:
Le spectateur est il devenu un poisson rouge pour qu'on doive lui répéter tout plusieurs fois pour qu'ils comprennent?

Ah bah y en a ils ont besoin qu'on leur montre les dés du Falcon 10 fois visiblement.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Jan 2018, 16:42 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Mai 2014, 10:12
Messages: 1589
Mr Degryse a écrit:
Le spectateur est il devenu un poisson rouge pour qu'on doive lui répéter tout plusieurs fois pour qu'ils comprennent?


oui


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Jan 2018, 16:53 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 6280
Nan mais je suis d'accord avec Degryse y a un côté Blade Runner simplifié et surligné qui ne m'a pas plu du tout dans celui-ci.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 53 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Blade Runner - The Final Cut (Ridley Scott, 1982/2007)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 7, 8, 9 ]

Film Freak

129

6026

14 Oct 2017, 00:14

Mickey Willis Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Polytechnique (Denis Villeneuve - 2009)

DPSR

13

1250

03 Mar 2016, 23:31

Gounou Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Incendies (Denis Villeneuve, 2010)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

David Swinton

53

3707

11 Sep 2013, 22:12

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Prisoners (Denis Villeneuve, 2013)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 4, 5, 6 ]

Film Freak

89

5002

18 Juin 2014, 19:20

Kost Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Enemy (Denis Villeneuve, 2013)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

TeLeTuBiieS

27

2226

12 Avr 2016, 15:34

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Sicario (Denis Villeneuve, 2015)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Art Core

16

1570

13 Jan 2016, 18:40

Abyssin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Arrival (Denis Villeneuve - 2016)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 15, 16, 17 ]

DPSR

244

8463

09 Fév 2018, 08:23

Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Un beau Soleil Intérieur (Claire Denis, 2017)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Gontrand

16

788

09 Oct 2017, 09:31

Art Core Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Blade (Tsui Hark, 1996)

the black addiction

13

1063

17 Juil 2013, 00:11

Mickey Willis Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Blade Trinity (David Goyer - 2004)

Cosmo

4

757

30 Juil 2005, 16:31

Zad Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web