Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 19 Juin 2024, 22:24

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 133 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 ... 9  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 22 Nov 2022, 11:24 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 28004
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Oui c'est rare les films qui donnent envie de redonner une chance aux films précédents du réalisateur. Envie de découvrir son film sur Casanova d'ailleurs.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Nov 2022, 11:51 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Mai 2014, 10:12
Messages: 3702
Liberté a eu pas mal de mauvaises critiques à la sortie alors que c'est peut être une des adaptations les plus justes de l'univers de Sade. Après c'est un film qui gagne à être vu en salle


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Nov 2022, 11:55 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Déc 2018, 23:08
Messages: 6035
Pacifiction est un gros chouïlla hypé quand-même, c'est bon pour les salles et le film mais peut desservir le réalisateur à moyen-terme, surtout s'il tranche avec le reste de son oeuvre (on connaît le caractère pour le moins abrupt de certains retournements de veste de la part de la critique française). Surtout quand en insistant sur le fait qu'on n'attendait rien de Serra, ce qui est un mécanisme finalement inflationniste.

Pour ma part, je l'ai vu au Métropole de Lille, c'est vrai qu'il n'y avait qu'une seule séance, en milieu d'après-midi, rien en soirée même un samedi, la crise rend les exploitants prudents. Public clairsemé selon les standards d'il y a 10 ans (une quinzaine de personnes) mais peut-être relativement nourri étant donné le contexte.

_________________
Mais peut-être la nécessité accrue de faire confiance incite-t-elle à la mériter davantage

Erving Goffman


Dernière édition par Vieux-Gontrand le 22 Nov 2022, 12:08, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Nov 2022, 12:02 
En ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2015, 16:00
Messages: 7939
Cantal a écrit:
Liberté a eu pas mal de mauvaises critiques à la sortie alors que c'est peut être une des adaptations les plus justes de l'univers de Sade. Après c'est un film qui gagne à être vu en salle

Je l’ai vu en salle :mrgreen:


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Nov 2022, 13:25 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 13365
Baptiste a écrit:
J'ai envisagé de caser à tout prix une séance ce matin, craignant qu'il sorte de l'affiche dès demain.

Tu peux voir dès aujourd'hui sur AlloCiné qu'il jouera encore dans plusieurs salles demain.

Citation:
et qui déplaît à Déjà-Vu :twisted:
(ça va je rigooole, t'as qu'a mettre ton avis sur le Gray là, je me sens seul)

Je suis trop choqué par les propos de Lohmann sur Gray en enfant battu pour y parler (je rigole pas, ou du moins si je devais parler de quelque chose ce serait d'abord de ça), mais je trouve le film remarquable.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Nov 2022, 13:43 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 9692
Localisation: Ile-de-France
Hier soir quand j'ai dû prendre la décision je ne sais plus si cette info était dispo. Ou alors j'ai oublié de revérifier. Mais bref, tant mieux!

Oui au prochain 1J1F dans 10 ans on saura quoi répondre à la question "plus gros pétage de plomb" sur le topic Lohmann :shock:


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Nov 2022, 10:01 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Déc 2018, 20:03
Messages: 1633
Je trouve dommage que passé la séquence où le Portugais et l'Américain observent De Roller (et délivrent un dialogue un peu foireux pour les deux du fond qui ont pas suivi), le film se casse un chouia la gueule pour claudiquer un peu jusqu'à la fin et que le film se termine sur la séquence la plus faiblarde avec
un discours entre les docteurs Folamour et Denfer
, parce que j'étais vraiment dedans sur les deux tiers où les trois lignes du film se chevauchent, se croisent, s'entrelacent ; c'est-à-dire le complot en sourdine, la description de l'île et de sa topographie, et enfin -surtout- le portrait de De Roller, fascinant sphinx. Un personnage dont plus on en apprend moins on en sait sur lui et qui, pourtant, donne l'impression qu'on le connaît depuis toujours. On aimerait lui faire confiance, un peu comme les habitants de l'île qui ont tous un truc à lui demander.

D'ailleurs, effectivement, De Roller se pose en metteur en scène de tout ce beau monde, dans leur vie quotidienne, et le côté "fiction" du titre infuse tout le film : les rumeurs sur les essais, le décorum de la boîte de nuit, l'organisation d'une manif mais qu'on "met en scène" avec les autorités. Et bien sûr les répétitions où De Roller prend le lead qui entrent directement en opposition avec le final dans le club
avec l'amiral qui fait danser toute la boîte à son rythme (devant en plus une peinture murale de l'île), où on nous rappelle qui a la plus grosse au cas où on l'aurait oublié -comme De Roller-.
.

Il y a aussi l'idée de jeu dans les rapports protocolaires et de domination des uns avec les autres : les habitants jouent "mal" comparé à Magimel et au mec qui fait l'Amiral mais c'est réussi parce que Serra laisse durer les scènes pour nous montrer la gène et le malaise devant des figures d'autorité qui pérorent à n'en plus finir. On ne sait pas comment se tenir, on hésite et on balance des banalités voire des grosses conneries juste pour donner le change ("c'est le berceau des dieux / oui, de jésus").

La maîtrise du verbe est aussi au cœur des les séquences du toast portée à la romancière et l'impeccable réunion chez le nouveau chef des "opposants" au cours de laquelle De Roller retourne complètement la table (d'ailleurs, il passe de l'autre côté pour finir avec son profil qui s'oppose au jeune coq).

Ça a les défauts de ses qualités : ces compositions très strictes, ça donne l'impression que le réalisateur fait pas vraiment confiance au spectateur. Malgré les éléments de troubles placés ici ou là (trouble sur l'identité notamment sexuelle, sur qui baise qui, sur qui sait quoi, sur qu'est-ce que c'est à la fin tout ce bazar ? La scène dans le stade notamment m'est passée totalement au-dessus), on tient quand même à faire passer le message au niveau des enjeux. Par exemple, l'Amiral et De Roller qui sont séparés par un poteau quand ils s'opposent pour de bon. Ou le repas chez le maire en pleine réélection qui est censé être un moment de détente mais est délimité par un tarmac et des grillages tandis que les pilotes attendent que De Roller reparte une fois qu'il s'est débarrassé de sa secrétaire comme une vieille chaussette : on est juste là pour déposer le colis en fait. On sent que notre regard est dirigé vers ce qui importe, on a peu de place au vagabondage dans l'écran : comme les lentilles des jumelles qu'utilise De Roller qui s'écarquillent quand il repère le sous-marin : on y a droit plein pot.

C'est un dispositif qui est un peu étouffant mais qui a au final son sens vu l'intrigue proposée. Je chipote parce que je n'ai pas senti la durée et que Magimel est vraiment impérial dans un décor à sa démesure.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Nov 2022, 10:39 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 13365
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Nov 2022, 14:39 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 9692
Localisation: Ile-de-France
Du petit lait pour moi que ce film. Ca m'a rappelé un jeu Atari que mon frère et moi adorions: Maupiti island, une enquête dans une colonie avec le ton suranné du début du XXe siècle.

Ici, on doute presque de l'époque: le cadre de l'île est propice à une perte de repères et la technologie n'est pas des plus présentes dans le plan. L'archétype de l'île est profondément attirant, écrin magnifique pour une communauté solidaire et hors du monde; mais l'autre face de la pièce, c'est la touffeur, le glauque, la macération. Et Serra tire lentement ce fil jusqu'à la sidération du danger géopolitique.

Auparavant, "l'enquête" est mené piano par un Magimel aux contours mal définis. Il est censé connaître tout le monde après plusieurs années sur place, mais a l'air de découvrir les compétitions de surf. Il est censé adorer être un nabab en son petit royaume, mais il esquisse une envie de départ - dont on ne saura pas l'issue. Il dit faire de la politique son domaine de coeur, mais finit par démolir le milieu en faisant mine de se tenir à l'écart. Par l'écriture savoureusement protéiforme des dialogues - entre langue diplomatique et parler "vrai" -, ces contradictions nourrissent davantage le mystère et la richesse du film qu'elles ne nuisent à sa cohérence.

En revanche, j'ai lu un peu partout - ici notamment - qu'un dernier tiers viendrait dynamiter le film avec des séquences oniriques à la Lynch et cette attente a un peu nui à ma séance. J'ai attendu ce fameux décollage et il n'est jamais venu. Parce que pour moi, la dernière demie-heure est dans le parfait prolongement du reste. C'est simplement le cloaque qui passe de la macération à la décantation. Mais je ne suis pas sûr d'avoir compris exactement tous les choix de ce finale, notamment ce monologue bizarroïde de l'amiral: terrifiant ou parodique? Si bien que j'étais stupéfait que le film se termine là-dessus.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Nov 2022, 14:51 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Sep 2007, 09:31
Messages: 4656
Baptiste a écrit:
Mais je ne suis pas sûr d'avoir compris exactement tous les choix de ce finale, notamment ce monologue bizarroïde de l'amiral: terrifiant ou parodique? Si bien que j'étais stupéfait que le film se termine là-dessus.

Il me semble que cette ambiguité sous-tend tout le film. Ca m'étonne qu'on bloque là-dessus.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Nov 2022, 14:52 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 9692
Localisation: Ile-de-France
Oui tu as raison, je l'ai pensé en l'écrivant. Mais ce moment-là n'a pas trop marché sur moi. A la revision ça passera sans doute mieux.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Nov 2022, 15:03 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Déc 2018, 23:08
Messages: 6035
Je veux pas me vanter mais au bout d'une heure 30, au fur et à mesure que les persos de l'Amerloque à lunettes et du Portugais peenaient de l'importance, le film m'a paru ressembler de plus en plus à un de ces vieux clips de Human League ou de Duran Duran ou Ultravox avec des bouts d'OSS 117 d'Hazanavicius et je me suis dit si ça continue comme ça c'est en 4ème Vitesse à l'Agence de la Francophonie et bîm
.

_________________
Mais peut-être la nécessité accrue de faire confiance incite-t-elle à la mériter davantage

Erving Goffman


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Nov 2022, 15:17 
Hors ligne
Expert

Inscription: 30 Sep 2016, 19:39
Messages: 5430
Les raisons avancées pour vanter le film me paraissent pas forcément convaincantes : "démesure de Magimel" "atmosphère coloniale d'un autre âge", "langueur et côté évanescent", etc. Je vois l'arnaque d'ici (j'avais pas détesté son film sur Casanova, les Rois Mages, c'est assez nul).


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Nov 2022, 15:28 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 14201
bmntmp a écrit:
Les raisons avancées pour vanter le film me paraissent pas forcément convaincantes : "démesure de Magimel" "atmosphère coloniale d'un autre âge", "langueur et côté évanescent", etc. Je vois l'arnaque d'ici (j'avais pas détesté son film sur Casanova, les Rois Mages, c'est assez nul).


1) Ben oui Magimel et le personnage qu'il construit est assez phénoménal. Et je n'utiliserais pas le terme de démesure, tellement il est construit de manière subtile, par petites touches.
2) Ce n'est pas une atmosphère coloniale d'un autre âge. C'est plus le côté post-colonial que saisit de manière juste Serra (à ne pas confondre avec la mouvance décolonialiste débile)
3) "Langueur et côté évanescent" => alors oui tu as un vrai travail sur le rythme et la "lenteur". Un peu comme certains films asiatiques (je pense à Eureka), la gestion du rythme, malgré la longueur, est assez exemplaire. Tu es immergé pendant 2H45 et tu as l'impression que le film dure 2 fois moins. Tu es vraiment dedans et le côté ensoleillé et vacances donne un petit côté irréel. Et puis le côté décalé de Magimel avec son costume blanc joue un peu.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Nov 2022, 15:30 
En ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2015, 16:00
Messages: 7939
J'ai également revu Liberté, qui reste un film pas forcément très plaisant mais plus intéressant qu'à la première vision. On retrouve quelques acteurs de Pacifiction, dont l'amiral (Marc Susini) qui joue une scène d'anulingus de toute beauté. Et je me demande comment j'avais pu oublier la Golden Shower (le mec qui la reçoit est le responsable de la post-prod de tous les Serra, entre ça et son ensemblière qui se fait vigoureusement fouetter les fesses pendant 10 bonnes minutes on peut dire qu'il sait s'entourer de techniciens pour le moins fidèles).


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 133 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 ... 9  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La mort de Louix XIV (Albert Serra, 2016)

Art Core

1

1133

11 Oct 2016, 21:01

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Honor de Cavalleria (Albert Serra - 2006)

Zad

6

1641

28 Avr 2022, 21:23

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le chant des oiseaux (Albert Serra - 2008)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

DPSR

15

2575

12 Mai 2009, 01:06

Mr.Orange Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Black Adam (Jaume Collet-Serra, 2022)

Film Freak

12

885

04 Nov 2022, 19:22

JulienLepers Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Run All Night (Jaume Collet-Serra, 2015)

Film Freak

4

1410

16 Mar 2015, 19:22

Abyssin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Non-Stop (Jaume Collet-Serra - 2014)

Abyssin

5

1788

08 Juil 2014, 23:53

deudtens Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Esther (Jaume Collet-Serra - 2009)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Blissfully

19

3481

22 Aoû 2022, 19:59

Abyssin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Commuter (Jaume Collet-Serra - 2018)

Qui-Gon Jinn

2

1323

10 Juin 2018, 12:30

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Sans identité (Jaume Collet-Serra - 2011)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Karloff

45

5198

29 Juil 2011, 21:49

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Instinct de survie (Jaume Collet-Serra, 2016)

Film Freak

12

2365

03 Oct 2016, 06:34

deudtens Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web