Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 29 Fév 2024, 13:53

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 12 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 07 Juil 2006, 00:35 
Hors ligne
Matou miteux
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Juil 2005, 13:48
Messages: 12933
Localisation: From a little shell, at the bottom of the sea
Image

Le docteur Isak Borg part a Lund pour assister a une ceremonie de jubile en son honneur. Au cours de ce voyage dans sa propre limousine et accompagne de sa bru, il fait le point sur sa vie et finalement se reconcilie avec lui meme.

Un peu déçu et rien qu'à dire ça je me prends un train entier de commodes dans la gueule me disant que j'ai tort vu que c'est un ultime classique du top 10 des films éternels mais c'est comme ça que ça est. Comme d'habitude chez Bergman je suis fasciné par la forme, le cadre, l'utilisation des n&b, leur façon de mettre en valeur décors et visages - et par exemple ici toutes les scènes d'onirisme sont géniales (le cauchemar du début). Mais...je suis très peu touché par le récit et son découpage, malgré Sjöstrom qui est très bien. Là où j'avais beaucoup aimé un Saraband par exemple, qui n'était pas vraiment un vrai film sur des d'jeuns quoi. Restent à côté de ça quelques belles scènes ou la fin mais un peu frustré.

Bon s'il faut ajouter une remarque à la con j'ajouterais que Bergman c'est toujours aussi reposant, mieux qu'une heure de natation.

4/6

_________________
Doll, it's a heartbreaking affair


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 03 Déc 2008, 09:53 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 9577
Localisation: Ile-de-France
Un poil decu aussi par ces Fraises sauvages. On s'ennuie quand meme beaucoup... apres je trouve que du film dans son ensemble se degage une certaine beaute et une emotion assez subtile et fraiche. Les vingts dernieres minutes notamment sont dignes, et fortes.
Ce qui m'amene a l'eternelle conclusion, tres vraie pour ce film: "necessite plusieurs visions pour bien l'apprehender."

4/6 aussi


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 26 Aoû 2014, 00:07 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11666
Smultronstället en VO.

Image

Et ben à ma grande surprise, j'ai adoré. Je reste toujours plus ou moins incapable de comprendre ce qui fait exactement le cinéma de Bergman : sa distance étrange, sa rigueur austère, la façon dont la subtilité dentelle de son cinéma cohabite avec un grossier symbolisme psychologique (qui, là encore dans ce film, apparaît par moments de manière très circonscrite, comme de gros boutons d’acné sur un visage parfait). Mais je ne l'ai jamais trouvé aussi peu froid que dans ce film (et ce sans qu'il ne se trahisse pour autant, préservant tout ce qui fait le sel de son cinéma). Toutes les deux secondes je me disais "c'est trop beau il y a piège, il va briser son personnage, il ne va pas accepter cette rédemption, il va trouver que c'est trop facile"... Et il y a quelque chose de l'ordre du miracle de le voir accepter d'aimer ceux qu'il filme, de leur donner sa bénédiction.

Söjström y aide beaucoup sans doute : personnage pathétique et méprisable, que l'acteur arrive de manière impressionnante à rendre chaque seconde humain, digne, attachant même dans ses errements. Mais c'est surtout la matrice que Bergman lui crée que je trouve splendide : cette famille improvisée qui se compose autour de lui, le road-movie intime, la façon dont rêves et réalité (quelque peu abstraite, dans ce cocon protecteur de la voiture) s'enchaînent et se confondent de manière si naturelle, comme dans un même flux.

Le film est peut-être un poil trop propre, un sommet de maîtrise (le show lumineux, entre autres) qui donne l'impression aussi que Bergman ne se met pas des masses en danger. Un peu comme La mort au trousses chez Hithcock, tout réussi qu'il soit, donne l'impression d'un grand réal trop maître de son système désormais conquis. Ça empêche sans doute le film d'être profondément remuant, et ça se regarde comme un magnifique ouvrage plus que ça ne traverse le cœur. Mais quelle vision agréable, quel beau film, je me suis pas ennuyé une seconde !


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 26 Aoû 2014, 01:56 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Déc 2008, 01:24
Messages: 3431
Tom a écrit:
Ça empêche sans doute le film d'être profondément remuant, et ça se regarde comme un magnifique ouvrage plus que ça ne traverse le cœur.

C'est drôle parce qu'au début de ma cinéphilie il m'avait au contraire profondément remué et traversé le coeur.
Je ne l'ai pas revu depuis donc je ne m'aventurerai pas dans les détails mais je me souviens très bien à un moment avoir été subitement submergé d'émotion sans que je puisse définir ce qui la déclenchait. Les films qui bouleversent l'âme de cette manière sont rares et précieux et c'était peut-être la première fois que mes défenses de spectateur tombaient véritablement. Je lui ai gardé une place de choix dans mon panthéon cinéphilique.

_________________
VADE RETRO - Une histoire du cinéma d'horreur


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 26 Aoû 2014, 04:13 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2013, 19:06
Messages: 1044
Un peu comme Tom, je n'ai pas cru à la "réelle" rédemption de cet homme avant la tout fin. Mais quand c'était sûr et certain, sans doute parce que Bergman fait tout pour qu'on s'y attende si peu, ça m'a réellement bouleversée.
Film très attachant.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 26 Aoû 2014, 09:14 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11666
Mr.Orange a écrit:
Je ne l'ai pas revu depuis donc je ne m'aventurerai pas dans les détails mais je me souviens très bien à un moment avoir été subitement submergé d'émotion sans que je puisse définir ce qui la déclenchait. .

Ça me remue vraiment sur le final, on va dire. Peut-être que si je le renvois sans avoir peur du couperet Bergman chaque seconde, ça marchera dès le début !

Chevelle a écrit:
Un peu comme Tom, je n'ai pas cru à la "réelle" rédemption de cet homme avant la tout fin.

Oui, même durant le dernier rêve, j'avais un soupçon d'ironie.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 05 Aoû 2016, 12:53 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2007, 11:11
Messages: 7661
Mr.Orange a écrit:
C'est drôle parce qu'au début de ma cinéphilie il m'avait au contraire profondément remué et traversé le coeur.
Je ne l'ai pas revu depuis donc je ne m'aventurerai pas dans les détails mais je me souviens très bien à un moment avoir été subitement submergé d'émotion sans que je puisse définir ce qui la déclenchait. Les films qui bouleversent l'âme de cette manière sont rares et précieux et c'était peut-être la première fois que mes défenses de spectateur tombaient véritablement. Je lui ai gardé une place de choix dans mon panthéon cinéphilique.



Pfouu tout pareil, un film somptueux qui m'a bien retourné et qui entre instantanément dans la liste des films qui m'ont le plus touchés au monde. C'est impossible pour moi de ne pas me projeter dans le personnage principal et la délicatesse avec laquelle Bergman arrive à le sublimer est à tomber.

6/6 triomphant


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Juin 2020, 21:34 
Hors ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 35682
Localisation: Paris
Délicatesse c'est bien le mot. Délicatesse et en même temps franchise: c'est tellement pur, tellement , tout est dit, tout est lisible, rien n'est contourné. Et en même temps c'est au service d'émotions contrastées, nuancées, complexes. Le mariage fonctionne à merveille.

C'est marrant en plus de voir le film prendre la forme du pire pitch possible aujourd'hui (le road movie) et en faire ce voyage intime à la Scrooge bouleversant. En plus, on s'attend à ce que ça se termine mal d'une manière ou d'une autre mais non, ça reste innocent et positif, avec des scènes aussi belles que la sérénade des jeunes sous sa fenêtre, ou le sublime flashback final. Gros coup de cœur aussi pour la scène où Sara veille sur le bébé.

Bref, Bergman continue d'être une valeur sûre, j'ai aimé tous ceux que j'ai vu.

_________________
Liam Engle: réalisateur et scénariste
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 11 Juin 2020, 07:38 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2007, 11:11
Messages: 7661
Je pensais aussi d'autant que j'avais adoré Persona déjà, mais ensuite ça a été la douche froide avec Silence, puis Le septième sceau... Ça m'a coupé net dans mon élan.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 12 Juin 2020, 13:39 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 9577
Localisation: Ile-de-France
Mickey ils sont moins accessibles ceux que tu cites, et pas les meilleurs in fine. Si tu dois recommencer à explorer Bergman, je te recommande Scènes de la vie conjugale ou Cris et chuchotements (son film le plus puissant mais il faut être prévenu: c'est éprouvant).


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 12 Juin 2020, 16:33 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 12:23
Messages: 7376
Baptiste a écrit:
Mickey ils sont moins accessibles ceux que tu cites, et pas les meilleurs in fine. Si tu dois recommencer à explorer Bergman, je te recommande Scènes de la vie conjugale ou Cris et chuchotements (son film le plus puissant mais il faut être prévenu: c'est éprouvant).


Sourires d’une nuit d’été aussi.

_________________
There is no such thing in life as normal


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 14 Juin 2020, 21:46 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2007, 11:11
Messages: 7661
Yes je compte bien m'y remettre !


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 12 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Septième Sceau (Ingmar Bergman - 1957)

Blissfully

14

1738

02 Mai 2021, 21:15

Qui-Gon Jinn Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Saraband (Ingmar Bergman - 2004)

Art Core

3

1413

15 Fév 2008, 13:44

Tonton Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Rite (Ingmar Bergman - 1969)

DPSR

3

1710

28 Mai 2009, 10:40

Qui-Gon Jinn Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'Œil du diable (Ingmar Bergman - 1960)

Blissfully

1

1500

08 Aoû 2007, 22:49

Jericho Cane Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Communiants (Ingmar Bergman - 1962)

Blissfully

5

1755

06 Aoû 2020, 09:10

Art Core Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Visage (Ingmar Bergman - 1958)

Tom

8

1773

12 Avr 2011, 02:54

David Swinton Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Source (Ingmar Bergman, 1959)

BuzzMeeks

7

2078

10 Oct 2022, 22:58

Baptiste Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Persona (Ingmar Bergman, 1966)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Mr Chow

47

6107

24 Oct 2021, 21:10

Qui-Gon Jinn Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Silence (Ingmar Bergman - 1963)

Blissfully

10

2237

14 Aoû 2020, 10:04

Art Core Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Honte (Ingmar Bergman - 1968)

Blissfully

2

1722

21 Sep 2006, 00:00

Jack Griffin Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web