Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 21 Juin 2024, 17:33

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 06 Aoû 2006, 01:17 
Hors ligne
Matou miteux
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Juil 2005, 13:48
Messages: 12933
Localisation: From a little shell, at the bottom of the sea
Dans son genre, un titre qui claque aussi

Image

Anna, Ester et Joan font halte dans un hotel de luxe desuet et desert au cours d'un voyage, dans un pays desole et en guerre dont ils ne comprennent pas la langue. La solitude devoile leurs problemes affectifs.

Comme un petit labo au Persona à venir, parce que les liens entre les deux sont assez facilement visibles, dont le coeur - la confrontation et la tension entre les deux personnages féminin. Notamment une rage sexuelle rentrée, de laquelle déborde quelques séquences assez sensuelles (généralement la façon de filmer Gunnel Lindblom - nom ô combien bandant, ou la séquence du cinéma par exemple). Une tension qui vient aussi de l'étrangeté de certaines scènes, principalement via le regard du gamin, comme toutes les (très belles) séquences où il déambule dans l'hôtel façon Shining. Le film me transperce pas émotionnellement mais point de vue mise en scène, c'est un festin total.

5/6

_________________
Doll, it's a heartbreaking affair


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 06 Aoû 2006, 20:27 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 24601
Localisation: Arkham Asylum
C'est dans celui-ci qu'une femme se masturbe dans son lit, non ? J'ai le souvenir de ne pas avoir accroché plus que ça, malgré la superbe mise en scène...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 07 Aoû 2006, 21:35 
Hors ligne
Matou miteux
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Juil 2005, 13:48
Messages: 12933
Localisation: From a little shell, at the bottom of the sea
Tetsuo a écrit:
C'est dans celui-ci qu'une femme se masturbe dans son lit, non ?


Yep yep.

_________________
Doll, it's a heartbreaking affair


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 05 Déc 2019, 23:36 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2007, 11:11
Messages: 7894
Forcément la classe suinte dans chaque cadre mais pour une fois je dois dire que je suis un peu circonspect, je vois pas trop où il veut en venir. L'étrangeté de l'ensemble maintient le film en éveil, malgré tout je dois dire que je me suis un peu ennuyé. Ou peut-être plutôt désintéressé de ce qui est raconté.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Déc 2019, 12:51 
En ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Déc 2018, 23:08
Messages: 6035
Un des premiers Bergman que j'ai vus (l'occasion aussi d'un commentaire fameux de Jean-Louis Bory au Masque à la Plume face à Charensol qui avait sur le film le même regard que le forum - finalement ce forum est très charensolien dans son approche du cinéma).
Je ne pense pas que se demander "Ou veut-il en venir ?" "que veut-il raconter ?" permette de le comprendre.
Avec le recul il apparaît un film-carrefour entre plusieurs déterminations de son oeuvre : la veine nordique, à la fois oedipienne et mythologique de "la Source" et la dystopie politique de "la Honte" (plus morale, et en même temps centrée sur le couple plus que sur la filiation), le point de vue sur la contre-société féminine de "Cris et Chuchotements", et d'aures encore....
Le film est aussi marqué par la peur du nucléaire qui était caractéristique de l'époque (un peu analogue à celle du terrorisme voire du "grand remplacement" actuellement - les immigrés sont les Russes dhier) - en cela le film est à la fois sans ancrage concret au plan de la fiction mais très sociologique dans son inspiration (finalement la sexualité avec la fameuse scène de Thulin a ici la même valeur qu'un ancrage national et une appartenance à uen classe sociologique, elle les absorbe et les résume) . C'est un type de cinéma qui a un peu disparu (mais qui se retrouve dans La Femme des Sables de la même époque et les Tarkovsky des années 80.

Quand on voit le début du film avec le train et les chars, on ne peut s'empêcher de souvenir qu'adolescent, Bergman a visité en touriste fasciné l'Allemagne hitlerienne et assisté au meeting de Nuremberg, il projette peut-être la même situation dans la Guerre Froide, avec des transpositions (la voyageur est non plss soi-même, un adolescent, mais l'autre : une feme adulte et en crise, incrédule et sceptique face au monde, mais sans l'avoir recherché, l'affontement n'est plus entre gauche et droite mais a-politisme et idéologie ).
Bergman a peut-être l'idée que si elle survient, l'apolcalypse ne sera pas forcément un récit (ce qu'elle est dans la Source, le Septième Sceau voire au plan individuel dans le Miroir, ce qu'elle redevient dans la Honte quand le couple ici neutralisé réapparait, d'où l'affrontement sexuel et fratricide au sein de l'effondrement), mais une situation (ce qu'il film avec effroi, alors que d'autres y verraient une opportunité de subversion et de recommencement). Le caractère politique et collectif de cette apocalypse est dans "la Silence" la morbidité habituelle dans d'autres parties du cinéma de Bergman à laquelle on a soustrait à la fois la folie et son nom.

_________________
Mais peut-être la nécessité accrue de faire confiance incite-t-elle à la mériter davantage

Erving Goffman


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Aoû 2020, 22:27 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 9693
Localisation: Ile-de-France
Vieux-Gontrand s'est surpassé dans le genre message imbitable juste au-dessus et je viens pourtant de voir le film. On croit comprendre ce qu'il veut dire l'espace d'un paragraphe et puis boum! il repart dans une autre référence sibylline que seul lui peut comprendre... bref un monologue.

Je disais à Art Core l'autre fois que Les Communiants c'était bien mais pas au niveau, pour moi, des plus puissants films de Bergman, eh bien on y est ici. Le film commence doucement même si la beauté plastique est tout de suite fascinante, cette manière toujours sévère mais aussi aérée de filmer les visages, les mains, les gestes...

Et puis on s'installe dans le duel entre les deux soeurs et on se dit que ça va être une boucherie dans une scène-clé où les répliques fuseront, comme beaucoup de films du réalisateur. Mais non, le climax a lieu sans trop de mots échangés. Il finit par un plan absolument incroyable où la soeur que l'on pensait dominatrice finit comme enchaînée au lit - et au pouvoir masculin ici très littéral. Tandis que l'aînée est frustrée sexuellement, certes, mais a une riche vie intérieure et professionnelle. Et comme souvent chez Bergman, apparaissent les liens de dépendance/repoussoir entre deux êtres qui se sont construits l'un par rapport à l'autre.

Au milieu du champ de bataille, l'errance magnifique d'un gamin qui n'a rien demandé et dont la seule porte de sortie semble être ce monde du théâtre que les sept nains lui font entrevoir...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Aoû 2020, 08:04 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 28012
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Faut absolument que je le voie, j'espère qu'il est encore sur MUBI.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Aoû 2020, 09:21 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 9693
Localisation: Ile-de-France
Jusqu'à ce soir! Ca vaut le coup.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Aoû 2020, 09:30 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 28012
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Mubi je comprends plus rien. Tu as les films qui sont dispos 30 jours et à côté tu as maintenant une librairie plein de films, du coup je sais pas si les films qui sont plus dispos, passent dans la librairie. C'est pas du tout clair.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Aoû 2020, 10:03 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 9693
Localisation: Ile-de-France
Ca provient d'une différence dans les droits mais oui ça altère un peu la simplicité initiale. Honnêtement je vais jamais voir leur bibliothèque de films, j'ai toujours 3-4 films à voir parmi la sélection tournante.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 14 Aoû 2020, 10:04 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 28012
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Trouvé le film absolument sublime, la photo de Nyqvist est à tomber et toute l'étrangeté de la situation est géniale, surtout dans cette première partie qui m'a rappelé le roman Epépé où un homme atterrit dans un pays qu'il ne reconnaît pas et dont il ne parle pas la langue.
Après malheureusement comme pas mal d'avis exprimés plus haut, emotionnellement je suis resté assez en dehors, il y a quelque chose d'un peu trop théâtral dans le dispositif je trouve même si cette relation entre deux sœurs (où plane d'évidentes effluves lesbiennes) tape là où ça fait mal avec la cruauté chère à Bergman. Sinon en effet impressionnant à quel point le film annonce à la fois Personna et Cris et chuchotements (le rapport à la maladie).

J'ai pour ma parr préféré Les communiants qui m'a vraiment secoué mais ça reste un film assez unique et, encore une fois, d'une splendeur rare (rien que cette longue ouverture muette dans le train c'est une merveille).

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Communiants (Ingmar Bergman - 1962)

Blissfully

5

1798

06 Aoû 2020, 09:10

Art Core Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Source (Ingmar Bergman, 1959)

BuzzMeeks

7

2112

10 Oct 2022, 22:58

Baptiste Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Persona (Ingmar Bergman, 1966)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Mr Chow

47

6219

24 Oct 2021, 21:10

Qui-Gon Jinn Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Visage (Ingmar Bergman - 1958)

Tom

8

1803

12 Avr 2011, 02:54

David Swinton Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Honte (Ingmar Bergman - 1968)

Blissfully

2

1753

21 Sep 2006, 00:00

Jack Griffin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Saraband (Ingmar Bergman - 2004)

Art Core

3

1445

15 Fév 2008, 13:44

Tonton Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'Œil du diable (Ingmar Bergman - 1960)

Blissfully

1

1530

08 Aoû 2007, 22:49

Jericho Cane Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Rite (Ingmar Bergman - 1969)

DPSR

3

1734

28 Mai 2009, 10:40

Qui-Gon Jinn Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Septième Sceau (Ingmar Bergman - 1957)

Blissfully

14

1782

02 Mai 2021, 21:15

Qui-Gon Jinn Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Sourires d'une nuit d'été (Ingmar Bergman - 1956)

Blissfully

0

1198

19 Aoû 2007, 19:29

Blissfully Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 52 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web