Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 20 Jan 2018, 14:13

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 19 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 02 Sep 2016, 18:06 
Hors ligne
Successful superfucker
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2006, 21:20
Messages: 8810
Image

Une femme dont le couple bat de l'aile voit sa vie bouleversée lorsqu'elle lit le manuscrit d'un thriller envoyé par son ancien mari.

Le second long de Tom Ford sept ans après A single man nous fait retrouver son outrance frondeuse dans sa manière très porno chic de choquer le bourgeois en mélangeant plusieurs couches de narration. Amy Adams joue une galeriste dans une baraque de Los Angeles ouvrant sur une sculpture de Jeff Koons, mais son mari commence à s'en désintéresser et sa situation financière à se rapprocher de la banqueroute. Seule et abandonnée chez elle un week end, elle reçoit un manuscrit de son ancien mari (Gyllenhall) qu'elle n'avait plus revu depuis leur séparation il y a dix-neuf ans après avoir douté de sa capacité à devenir un artiste, renonçant à ses idéaux de jeune fille pour se vautrer dans le matérialisme comme sa mère dans une scène d'un cynisme à la prémonition suprême.

Elle se met donc à imaginer ce roman avec son ex-mari dans les traits du héros, une sorte de fiction vigilante (fantasme ou réalité, on ne le saura pas avant la fin) franchement un peu ridicule et qui traîne délibérément en longueur, façon les chiens de paille de Peckinpah du pauvre, où un groupe de voyous vont assassiner et violer froidement sa femme et sa fille devant lui impuissant, avec des inserts de nudité gratuite d'un mauvais goût décomplexé et Michael Shannon en marshall cancéreux. Entre temps, elle se souvient aussi de son idylle avec son premier mari, et de ce que son existence est devenue. Après le romantisme échevelé et revenu de tout d'A single man, Nocturnal animals dialogue avec La La Land sur les choix de vie et sa manière de se rêver en artiste mais avec cette fois une cruauté cinglante, ou la vengeance prend une toute autre tournure et où les faibles mûrissent leurs revanches.
3/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Jan 2017, 00:17 
En ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 71056
Localisation: Fortress of Writing
Assez d'accord avec ce qui est dit au-dessus.

Les deux (voire trois) trames sont assez banales en soi et l'intérêt ne tient que dans le parallèle et la mise en abyme semi-libre à l'interprétation de l'intrigue du livre filmé et bien que je trouve l'ensemble plutôt habile et intrigant tout le long même si parfois sursignifiant dans les dialogues très écrits et le montage en échos appuyés, je ne savais trop quoi penser du film à l'issue de la séance, réalisant en fin de compte que si j'apprécie cette histoire de créativité et de vengeance par l'art, c'est seulement froidement et que le tout fonctionne davantage en théorie qu'en pratique.

Ça m'a tout de même donné envie de voir A Single Man parce que je suis assez séduit par la manière dont Ford travaille l'image.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Jan 2017, 00:25 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18155
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Film Freak a écrit:
Ça m'a tout de même donné envie de voir A Single Man parce que je suis assez séduit par la manière dont Ford travaille l'image.

Tu dois!! Film tiré à quatre épingles, cela va de soi, mais qui arrive, lui, à émouvoir.
Celui-ci ne m'attire pas plus que ça (et encore moins avec ces avis tout tièdes).

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Jan 2017, 12:43 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 17853
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
J'ai pris beaucoup de plaisir durant ce film ludique et narrativement malin jouant avec plusieurs temporalités pour in fine raconter la même chose, la dépression larvée d'une femme mûre qui craint soudain d'avoir raté sa vie. Il y a quelque chose d'un peu camp dans le film qui m'a beaucoup plu. Tous les curseurs sont un peu trop poussés que ce soit le perso d'Amy Adams, trop riche, son mari Armie Hammer, bien trop jeune d'ailleurs et trop beau et même dans l'histoire du livre (le flic cliché etc...) sans parler de quelques dialogues bien littéraux (
le moment où elle se fait avorter et qu'elle sort un truc du stye, "oh non quand untel va savoir que j'ai tué son bébé il ne me pardonnera jamais". Un dialogue de soap.
. D'ailleurs pour moi il ne fait aucun doute que Tom Ford lui même est conscient que ce film dans le film n'est pas très bon, un peu schématique et facile (il y a un moment totalement absurde à la fin que j'ai pris pour volontaire
quand le méchant va se réfugier dans le bungalow où avait eu lieu les meurtres, totalement incompréhensible
) mais ça fonctionne parce que d'une part on se laisse gentiment porter et de l'autre ça fonctionne intelligemment comme un commentaire de l'autre film.

C'est là que je trouve ça assez beau. Une souffrance passe d'un récit à l'autre, éveille des souvenirs et surtout d'amers regrets. Comme si une oeuvre, aussi insignifiante soit-elle, peut faire reconsidérer sa propre vie. J'y ai vu une belle métaphore du cinéma et de l'art en général. A ce titre le dernier plan est absolument génial et révèle soudain
cette entreprise de destruction dont elle ne se relèvera probablement jamais. Soudain ce visage, fatigué, légèrement ridé qui annonce la vieillesse irréversible se creuse du doute d'avoir été trompé, d'avoir été victime d'une vengeance d'une cruauté presque inhumaine.
J'ai adoré parce que j'ai dans un premier temps trouvé la fin un peu plate et presque ratée mais soudain tout m'est apparu très clairement comme une révélation et j'ai l'ai totalement réévaluée.

Bref excellent film, qui pêche peut-être par un rythme pas toujours parfait (à un moment on passe trop de temps "dans" le livre) même si j'ai beaucoup aimé le montage ces plans où Amy Adams (parfaite) est surprise, choquée ou émue par ce qu'elle lit. Encore une fois ce côté un peu camp, un peu exagéré mais qui fonctionne parfaitement avec le film.

4.5-5/6

_________________
CroqAnimement votre


Dernière édition par Art Core le 10 Jan 2017, 12:56, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Jan 2017, 12:53 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18155
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Ah purée j'hésite vraiment à y aller... Echos qui partent dans tous les sens, et puis ça ne m'attire pas, et je sens que je vais pas accrocher, et en même temps je veux le voir par pure curiosité.

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 11 Jan 2017, 11:34 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2015, 16:00
Messages: 1012
Arnotte a écrit:
ne pas trop s'exciter avec le tout-venant des sorties..


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 11 Jan 2017, 12:34 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18155
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
argh!! :lol: me suis fait eu!

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 03 Fév 2017, 14:55 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 6100
Idée de scénar ultra zarb quand même, cette histoire de
film dans le film qui est l'adaptation visuelle du manuscrit qui lui-même est une vengeance par rapport à une histoire qui est aussi à raconter.


Ca aurait pu être totalement raté mais ça fonctionne durant le film, on ne se pose pas trop de questions, on suit avec attention ce film à l'ambiance unique. Puis en sortant de la salle quand on repense à cette idée de narration on se dit quand même que c'est gonflé et un peu creux, cette façon de faire d'un crime atroce qui détruit une famille, la métaphore de la relation racontée. Car les détails propres au genre thriller du film dans le film ne racontent pas grand chose, ou alors à traits caricaturaux, par rapport aux ressorts du drame sentimental qui est le vrai sujet du film. C'est beaucoup de moyens déployés pour peu.

Mais c'est bien filmé, bien monté, bien joué. A voir.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 13 Fév 2017, 10:57 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18155
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
La grande classe formelle (le soin apporté à l'image, à la réalisation, à la musique, au montage, aux décors..) procure déjà un plaisir en soi. Et je trouve que tout le casting (assez luxueux) déchire bien, Amy Adams en tête. Toute cette classe est ici au service d'une histoire ludique, efficace, très intrigante de bout en bout. Jusqu'à cette toute fin, où l'en se demande finalement en quoi ou à quel point
le mec a pu se "venger", à part le fait de lui poser un lapin (on a déjà vu plus spectaculaire pour un climax final), ou encore de lui prouver qu'il a pu écrire quelque chose de bien - un polar banal mais qui a visiblement bouleversé celle à qui le texte est dédié. Je suis pas sûr d'avoir bien saisi la bête, mais il y a quelque chose de fort dans ce tout dernier plan, comme si les premières rides trahissaient une fissure en elle, désormais indélébile, comme un regret éternel.

Ceci dit j'ai aussi ressenti un côté "tout ça pour ça" qui m'empêche d'être touché par le film. Mais ça reste du bel ouvrage et je suis content de l'avoir vu.

4/6 à voir comment il vieillit.

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 14 Fév 2017, 17:10 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Fév 2011, 18:24
Messages: 418
La grande classe, c'est surtout Michael Shannon et Laura Linney (qui n'a qu'une scène mais enfonce tout).
Comme l'a dit Art Core, Le film dans le film contient son lot de raccourcis tellement absurdes qu'on se demande s'ils sont volontaires mais c'est également le cas du film tout court
j l'avortement, le coup de fil à sa fille, personnage qu'on ne verra plus du film...
)
la fin est ouverte à plusieurs interprétations (
on peut y voir une vengeance, ou alors l'incapacité de son ex mari à la revoir et de faire preuve du courage et de la persévérance du personnage qu'il décrit dans son bouquin
mais dans le premier cas c'est vraiment soft et dans le second c'est un peu inconsistant...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 13 Mar 2017, 21:21 
Hors ligne
Expert

Inscription: 30 Sep 2016, 19:39
Messages: 381
C'est marrant parce que ça rappelle beaucoup le cinéma récent de Denis Villeneuve, et ça a tout l'air d'un mix entre Prisoners (la vengeance du père dévasté qui veut se faire justice lui-même) et Enemy (le psycho-polar chichiteux chez les yuppies) avec Jake Gyllenghal qui sert de jonction entre tout ça (sans compter qu'Amy Adams joue dans le dernier Villeneuve). Alors, tout compte fait, ça donne un film formellement prétentieux et agréable à suivre mais au scénario pété, comme vous dites, et sans intérêt. La partie qui concerne la galeriste jouée par Adams (qui est une sorte de Kidman lookalike dans le film) est la plus intéressante finalement et fait regretter que Tom Ford ne s'y soit pas consacré pour faire sa version de La Grande Bellezza, autre référence du film péteux contemporain qui vient à l'esprit. La minute à l'écran de Michael Sheen en gay cynique, compatissant et réconcilié avec l'absurdité de l'existence en atteste.
Pour le reste, on a un mauvais film noir par désagréable à suivre avec un excellent Michael Shannon et quelques morceaux épars de flash-backs qui ressemblent à un très mauvais soap opera arty opposant la réaliste qui vient d'une famille très friquée et le romantique qui rêve d'écrire des romans.
ça ne donne que des morceaux épars dans un ensemble disparate qui se laisse suivre sans déplaisir, ça vaut un bon 3/6 des familles mais à la fin de la journée, comme disent nos amis anglais, ce n'est pas vraiment bon. La forme n'est pas assez forte pour que ça puisse prétendre à être plus, non plus.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 13 Mar 2017, 21:30 
Hors ligne
Expert

Inscription: 30 Sep 2016, 19:39
Messages: 381
On a un film sur une nana qui comprend tout trop tard.
Beau portrait de femme ou film vaguement condescendant ?


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 13 Mar 2017, 21:31 
En ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 71056
Localisation: Fortress of Writing
Film de gay.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 13 Mar 2017, 21:44 
Hors ligne
Expert

Inscription: 30 Sep 2016, 19:39
Messages: 381
Je me le suis dit, mais je tais mes pensées les plus inavouables, ou les formule différemment.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 20 Mar 2017, 14:59 
Hors ligne
Expert

Inscription: 30 Sep 2016, 19:39
Messages: 381
Citation:
2. Gagner trop d'argent

Oui, oui, vous avez bien lu. L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a interrogé 89.037 personnes dans 18 pays différents et en a conclu que la dépression frappe plus les pays riches que les pays pauvres. Comment expliquer ces résultats surprenants ? Le désir de richesse et de possession est lié au besoin de masquer un mécontentement intérieur, selon les auteurs. Plus on a d'argent, plus on essaye de combler un vide intérieur, sans y arriver jamais vraiment. Une manière de vérifier le vieil adage «Le mieux est l'ennemi du bien».


Tout est relatif comme le dit l'un des personnages du film. Les riches ont plus de raisons d'être tristes que les pauvres.
Le niveau des sociétés évoluées quand même...

http://madame.lefigaro.fr/bien-etre/10- ... 217-129707


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 19 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. A single man (Tom Ford - 2009)

DPSR

9

1180

23 Déc 2010, 23:08

Tom Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Seven Women (John Ford - 1966)

Tom

10

825

12 Juil 2011, 16:58

Delmore Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Up the River (John Ford, 1930)

Cantal

1

355

05 Jan 2015, 11:31

Prout Man Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Je n'ai pas tué Lincoln (John Ford - 1936)

Castorp

2

278

24 Fév 2016, 07:11

Castorp Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Grapes of Wrath (John Ford - 1940)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Zad

36

2628

04 Aoû 2010, 12:24

oncletom Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Chevauchée fantastique (John Ford - 1939)

SwingKid

2

815

06 Nov 2017, 11:12

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Parrain (Francis Ford Coppola - 1972)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Blissfully

63

4517

09 Jan 2012, 08:55

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Cheyenne Autumn (John Ford - 1964)

Zad

1

658

21 Aoû 2006, 21:27

Jericho Cane Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Marie Stuart (John Ford - 1936)

Blissfully

0

616

23 Oct 2006, 01:30

Blissfully Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Sur la piste des Mohawks (John Ford, 1939)

Jericho Cane

3

448

28 Aoû 2007, 17:20

Mister Zob Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web