Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 01 Déc 2022, 07:31

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 91 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePosté: 05 Nov 2007, 23:30 
Un beau film qui ne manque pas de nerf, ni de maîtrise mais qui dégage malgré tout une impression plutôt mitigée (on ressent plus l'intention que l'émotion), même si certaines scènes valent le déplacement (dont une baston d'anthologie).

4/6


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 07 Nov 2007, 18:45 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 80870
Localisation: Fortress of Writing
Mmm en fait je ne sais trop quoi en dire...comme l'impression de me retrouver face à la même ambiance froide et cruelle que pour A History of Violence mais sans la même maestria...

Ici, le récit se fait par moments plus longs, moins intéressants et là où le précédent ne manquaient pas de scènes fortes, on n'en retient réellement qu'une ici.

Le perso de Watts aurait pu être plus fouillé, quant à celui de Cassel, il demeure assez caricatural.
Par contre le parcours muet de Mortensen, jusqu'au dernier plan magnifique, est bien.

4/6

_________________
Projection de THE ISLAND en 35mm Jeudi 8 Décembre à 21h à l'Ecoles Cinéma Club présentée par bibi
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Nov 2007, 19:08 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 80870
Localisation: Fortress of Writing
Blissfully a écrit:
Et puis, c'est un détail, mais

le baiser final, tellement hors de propos, ressemble à une parodie de convention hollywoodienne. Est-ce que c'est le cas?


Oui j'ai trouvé que ça arrivait comme un cheveu aussi...

_________________
Projection de THE ISLAND en 35mm Jeudi 8 Décembre à 21h à l'Ecoles Cinéma Club présentée par bibi
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 07 Nov 2007, 21:38 
Hors ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 33278
Localisation: Paris
Mon avis se site exactement entre les deux premiers: celui de Cosmo et celui de Bliss.

Dans le film, pareil, rien ne m'intéresse vraiment. Rien ne me captive.
L'univers fait un peu bidon, y a un petit côté "Ouais... et alors ?"

J'ai beaucoup de mal avec
le baiser final.


Mais à côté de ça t'as Mortensen qui fait une belle performance avec un beau personnage (tout le contraire des persos de Watts et Cassel). Et plein de détails assez classe (la baston, les tatouages).

Bref, quand même déçu mais voilà.

_________________
Liam Engle: réalisateur cinéma, série, publicité !
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 08 Nov 2007, 08:35 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 16:48
Messages: 11649
Localisation: in the forest of the Iroquois
Personnellement, j'ai adoré. Pour beaucoup de raisons, mais notamment le scénario. Je n'avais pas vu la mise en place d'une intrigue aussi simple mais aussi implacable depuis... A history of violence je pense. J'aime beaucoup le personnage de Watts et la toute dernière scène, dans laquelle les noeuds affectifs du film se délient prend tout son sens, au contraire de ce que disent les avis contraires ici (le baiser me parait indispensable, certes hollywoodien, mais il est le pendant de l'embrassement entre Mortensen et Cassel juste avant).

Je connais mal l'oeuvre de Cronenberg mais j'ai l'impression que la fascination pour le corps humain se prolonge largement ici. Et puis Viggo est impérial ici.

Et la scène clé est évidemment dantesque.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 08 Nov 2007, 08:53 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mai 2007, 12:27
Messages: 12731
Localisation: Actresses
oh putain ça rassure. Merci Noony. Je pars plus confiant. :D

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 09 Nov 2007, 02:00 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 80870
Localisation: Fortress of Writing
hal5 a écrit:
Et puis j'adore cette scène où Viggo explique ceci :

I can't become king if someone else already sits on the throne


8)


Mais grave...en fait, moi jvoudrais une suite au film :D

_________________
Projection de THE ISLAND en 35mm Jeudi 8 Décembre à 21h à l'Ecoles Cinéma Club présentée par bibi
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 09 Nov 2007, 10:18 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mai 2007, 12:27
Messages: 12731
Localisation: Actresses
Jericho a écrit:
on ressent plus l'intention que l'émotion


Il faut que tu m'expliques.


Bon je me suis régalé mais c'est pas une surprise.
Comme tu dis Hal5 c'est le négatif de History of violence. Il s'agit toujours d'un entrechoc de deux mondes. Dans le précédent la virtualité de la petite ville tranquille était contaminé par l'autre monde. Ici Cronenberg ne s'attache pas à un seul et unique corps et, il faut être honnête, c'est ce qui fait que Les Promesses de L'ombre n'atteint pas la puissance de son grand frère. Moins de clarté dans les frontières.
Je trouve les personnages magnifiques. C'est vrai que celui de Naomie Watts aurait pu être plus fouillé mais elle est tout simplement un vecteur de récit, elle n'est pas d'un grand intêret, elle appartient au monde des gens "normaux".
Ce qui est beau c'est l'opposition entre cette normalité et ce virtuel univers de mort. Ce qui interesse le cinéaste c'est la figure du meurtrier, la subversion au sens large. Et ce versant là du film est teinté de mythe, au coeur du restaurant le spectateur peut perdre ses repères temporels, c'est un basculement vers une autre époque. Ici c'est donc le monde virtuel est celui du meurtre et c'est lui qui sera contaminé, et non l'inverse, par l'intermédiaire du grandiose personnage de Mortensen. Encore une fois un film sur la dualité des corps, des personnages mais également du récit.

Il y a les traces d'un récit de thriller classique mais le double fond cronenbergien perturbe ces repères. La dualité, toujours la dualité, lors d'une scène magnifique: Mortensen baise de force une blonde ressemblant étrangement à Naomie Watts... Sous le regard de Cassel, lorsque la caméra adopte son point de vue, cette fille nous apparait comme un morceau de viande, un simple corps objet inutile livré à la monstruosité de Kirill. Ensuite elle est allongée sur le lit et un simple plan suffit à transcender ce corps, un subtil travelling arrière alors qu'elle chante... de la chair inutile nous passons au personnage sublimé, un changement de point de vue suffit à ça, la pute devient une divinité chantante. L'éternelle dualité d'un seule et même corps. Malgré ses nombreuses avancées formelles cela ne changera jamais, il modifie uniquement les manières de le mettre en forme.

Cassel est en effet caricatural mais cela ne m'a pas trop dérangé, ça colle bien avec l'univers au sein duquel il évolue je trouve.
Pour le baiser final... j'ai du mal à comprendre ce qui vous gène. Les deux mondes s'entrecroisent simplement mais ce sont deux gens "normaux", seulement Mortensen est un leurre. Mais il ya une articulation, ce n'est pas juste un symbole à la con comme ça, ça se sent qu'ils sont attirés l'un vers l'autre tout le long du film quand même.

Bref le film n'est pas parfait (Pour moi son plus gros défaut est le fait qu'il s'éparpille trop) mais, comme l'a dit Freak je crois dans une page précédente, lorsqu'on réceptif à un style, lorsqu'il atteint notre sensibilité, inutile de lutter.
Il faut aller voir ce film. Parole de vendu.

5/6


PS: la scène dans le Hammam est géniale. D'une brutalité incroyable. Mortensen à poil,comme une nouvelle naissance on ne peut plus difficile... le personnage vient de dire "je n'ai plus de père ni de mère".

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 10 Nov 2007, 00:07 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 12:23
Messages: 7048
Image
Image

_________________
There is no such thing in life as normal


Dernière édition par Billy Budd le 10 Nov 2007, 12:25, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 10 Nov 2007, 00:09 
Hors ligne
Matou miteux
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Juil 2005, 13:48
Messages: 12933
Localisation: From a little shell, at the bottom of the sea
On voit pas la 2e image Jason!

_________________
Doll, it's a heartbreaking affair


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 10 Nov 2007, 12:11 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 12:23
Messages: 7048
Bizarre, je la vois chez moi, je tente un héberement shack

Edit : voilà, c'est fait

_________________
There is no such thing in life as normal


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 10 Nov 2007, 14:04 
Hors ligne
Serial Modo
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 17:02
Messages: 16786
Localisation: en cours...
Bon, je n'en attendais pas énormément, et je 'nai été ni déçu ni surpris.

Une espèce de remake grand-guignolesque de History of Violence, dont j'étais pas fan, du coup plus drôle mais du coup assez vain.

Ce qui me plaît sans doute le moins là-dedans, c'est ce que j'appelerais "l'auto-conscience" du film... Ce que je veux dire par là, c'est que j'ai l'impression que Cronenberg se regarde un peu filmer, mais plus que ça, se regarde sortir un film en salles. Qu'il soit (re?)devenu une valeur commerciale en l'espace d'un seul film (en ce moment, Les Promesses de l'ombre, c'est la sortie du samedi soir, j'ai l'impression... le film US à stars du moment, et que ce soit Cronenberg importe peu) c'est assez étonnant. Et je crois que Cronenberg en a conscience. Donc il prend ses stars, il prépare quelques séquences de "cinéma pur" bien ostensibles (comme en son temps le plan-séquence d'ouverture de HoV), pour la critique, ici l'impressionnante séquence du hammam, en appliquant à la lettre cette théorie qu'il semble avoir, qu'une série B ralentie deviendrait une série A (cf. l'ouverture où le rythme, le découpage, les cadres, disent exactement ça).

Alors ça fonctionne, hein, mais ça fait je trouve vachement calculé. D'ailleurs je trouve que ça ressent même dans ces séquences, qui malgré leur violence sèche et l'ultra-réalisme des effets, qui pourrait vraiment foutre mal à l'aise, j'ai l'impression que le film se "rattrape" toujours afin de rester poli malgré tout. Alors que le Cronenberg que j'aime vraiment, celui de Scanner ou de The Brood, était franchement malpoli et faisait exploser des têtes au premier degré, avec une rugosité qui foutait mal à l'aise, celui d'aujourd'hui pose un peu et, sourire en coin, fait dans le second degré/humour noir qui fait ricaner (c'est plutôt marrant, en effet, le coup du sèche-cheveux, ou la fin de la séquence du hammam, ce sursaut gortesque), mais qui fait qu'en sortant du film, on entend des gens dire "c'était joli, hein?" et on se dit oui, voilà, c'est joli cette post-prod numérique, ces marches qui débouchent dans l'eau, etc, c'est joli un peu comme une carte postale, mais voilà, ça reste des cartes postales du pays du film de genre.

Je veux dire, quand Rodriguez et Tarantino font les Grindhouses, ils pourraient s'en tenir à la b-a de Machete qui ouvre le Rodriguez, à cet esprit-là. Ca irait pas loin, on rigolerait comme ça et on passerait à autre chose. Mais au lieu de ça, ils réinvestissent la place, et réinterprêtent.

Cronenberg, lui, nous donne qqch de très conventionnel, compile, voilà, les trucs du moment (l'infiltration, tiens). Et je dirais même qu'il ne s'en cache pas : le scénario est terriblement programmatique et prévisible (difficile de ne pas deviner presque dès l'apparition de chaque personnage le rôle qu'ils tiendront dans l'intrigue), file sans surprise, donne dans la caricature et le sait et se regarde le faire (Cassel qui joue comme Magimel, mèche inclue, dans le dernier Charbol... :? ), prend des raccourcis et s'en tape (le coup de la moto noyée, j'ai trouvé ça presque vexant, qu'il fasse ça aux spectateurs, qu'il dise : voilà, vous avez bien compris où je vais alors j'ai opté pour la solution la plus basique... et je sais ce que je fais, c'est vachemnet postmoderne, non?)...

Ca donne une espèce de film-mutant, très classique, très balisé, très "je l'ai déà vu vingt fois mais comme y'a deux séquences étonnantes bah c'est un film d'auteur", très "avant j'étais undergroud maintenant je tourne avec des stars et du pognon et je fais des entrées alors je m'amuse et je donne à manger à tout le monde, comme ça tout le monde devrait être content".

Alors c'est pas détestable, hein, je peux pas dire que j'aie passé un mauvais moment, mais ça m'emmerde un peu que le dernier Cronenberg soit surtout du "divertissement", comme on dit.

ps : l'impression d'une auto-parodie, du même coup, avec par ex ce baiser final complètement déplacé, ou encore cette voix-off au pathos et pittoresque hyper-surligné... et ce folklore russe en toc...

_________________

*


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 10 Nov 2007, 17:18 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 12:23
Messages: 7048
Zad a écrit:
ps : l'impression d'une auto-parodie, du même coup, avec par ex ce baiser final complètement déplacé, ou encore cette voix-off au pathos et pittoresque hyper-surligné... et ce folklore russe en toc...


Pour ce qui est de la fin de ton spoiler,
le folklore russe en toc
, je ne puis que m'inscrire en faux

_________________
There is no such thing in life as normal


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 10 Nov 2007, 17:36 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 16:48
Messages: 11649
Localisation: in the forest of the Iroquois
Zad, en terme de casting de star, c'est pas non plus la grosse grosse teuf. Viggo, c'est pas le mec le plus bankable du monde, Cassel est connu en France. Y'a que Watts qui est vraiment une "star"... Je comprends mal ce reproche.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 10 Nov 2007, 17:39 
Hors ligne
Serial Modo
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 17:02
Messages: 16786
Localisation: en cours...
c'est pas là mon reproche.

_________________

*


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 91 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Proie d'une ombre (David Bruckner, 2021)

Film Freak

9

547

17 Jan 2022, 09:07

Müller Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Chromosome 3 (David Cronenberg - 1979)

Blissfully

12

2031

19 Déc 2016, 20:33

Déjà-vu Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Mouche (David Cronenberg - 1986)

Blissfully

14

2899

11 Nov 2021, 10:23

Bêtcépouhr Lahvi Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Videodrome (David Cronenberg - 1984)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Blissfully

22

3227

22 Déc 2016, 21:41

Baptiste Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Spider (David Cronenberg - 2002)

romain

0

1525

23 Juil 2012, 11:59

romain Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Cosmopolis (David Cronenberg, 2012)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Film Freak

41

5439

16 Juin 2012, 17:51

sponge Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Crash (David Cronenberg - 1996)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Tom

16

2501

30 Mai 2022, 12:33

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Stereo (David Cronenberg, 1969)

Film Freak

2

1234

21 Sep 2015, 08:17

Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Shivers (David Cronenberg, 1975)

Film Freak

11

1885

24 Nov 2020, 17:37

Vieux-Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. M. Butterfly (David Cronenberg, 1993)

Mr.Orange

12

1531

31 Mai 2022, 10:33

Billy Budd Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web