Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 21 Fév 2024, 19:01

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 20 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 20 Avr 2015, 22:10 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11666
Image

James et Catherine Ballard, un couple dont la vie sexuelle s'essouffle quelque peu, va trouver un chemin nouveau et tortueux pour exprimer son amour grâce aux accidents de voiture. A la suite d'une violente collision, ils vont en effet se lier avec des adeptes des accidents...


Je ne sais pas trop quoi dire de ce film immensément respecté, qui m'a certes semblé souverain et maîtrisé de toute part, qui m'a contenté, mais qui n'est pas aussi remuant ou émouvant que je l'aurais pensé. Je trouve ça en fait surtout notable pour ce que ce n'est pas : ce n'est pas la corruption progressive d'un couple trop naïf (les deux amants ont d'emblée une sexualité au libertinage usé), le fétiche de l'accident n'y fait pas sensation (peu de choses, sinon la musique peut-être, l'appuient comme une étrangeté de freak show), ce n'est pas non plus un trajet linéaire d'obsession qui phagocyterait progressivement tout le reste...

Là est finalement peut-être la particularité du film : il est absolument égal, traversé par aucune ligne véritable sinon celle des imperturbables variations de cette rencontre accident/sexualité. Dès que le film essaie d'intellectualiser un peu la chose d'une manière qui ferait dramaturgie (les discussions entre Spader et Koteas sur le sens de ce fétichisme, Hunter qui s'impatiente devant sa télé en pause), il devient plat et caricatural. Lorsqu'il est dans la simple exploration de son fantasme (la déambulation superbe au milieu du carambolage), comme dans un présent figé, il fonctionne parfaitement.

Ce surplace finit néanmoins par faire apparaître les limites de l'entreprise : la façon d'utiliser les codes du film érotique kitschouille et l'artificialité de leur représentation clinique, tout comme la peinture capitaliste d'un monde brillant de jeunes Dieux qui s'ennuient, perdent assez rapidement de leur force de frappe, dénuant souvent le film du mystère et de l'étrangeté dont il se réclame.

Ce mystère, il survit en fait dès le début grâce aux acteurs, à l'interprétation d'une intelligence et d'une ouverture remarquables, si l'on excepte la partition (impeccable mais sans grande surprise) de Koteas en Frankenstein excité. L'énigme de leur visage supplante majestueusement l'obsession programmée qu'on serait censés avoir pour leurs corps à cicatrices. La douceur blanche de James Spader, la frigidité vénéneuse de Deborah Kara Unger, la nervosité gamine d'Holly Hunter : voir ces différents masques agréer ou redouter le fantasme, s'ennuyer ou s'exciter de leur sexualité, ou simplement interagir ensemble, deviner ce qui tient de l'amour et de la tendresse dans ces échanges retors, engendre une infinité de nuances qui font une grande part de l'intérêt du film.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Avr 2015, 01:13 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 14062
Ce Cronenberg je l'adore.
Quasiment aucun souvenirs, vu très jeune mais une vraie claque et la fin a été un vrai électrochoc. Je me souviens encore de cette dernière scène que je trouve magnifique avec cette conclusion absurde mais tellement belle. Tiens j'ai envie de le revoir.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Avr 2015, 07:12 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 22262
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Jamais vuuuuuuuuuuuuuuu

(Mais j'ai vu THE THING hier soir - tain c'est génial) :D

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Avr 2015, 08:09 
Hors ligne
Garçon-veau
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Juil 2005, 15:48
Messages: 20953
Localisation: FrontierLand
HA !

_________________
Netflix les gars, Netflix.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Avr 2015, 09:09 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juin 2013, 15:21
Messages: 2518
Localisation: Entertainment 720
Arnotte a écrit:
(Mais j'ai vu THE THING hier soir - tain c'est génial) :D


:D
Dans le genre hommage en claymation, je trouve que la version de Lee Hardcastle est plutôt pas mal.

Image


Dernière édition par Walt le 21 Avr 2015, 13:06, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Avr 2015, 10:57 
Hors ligne
Putain, sérieux mec
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Juin 2009, 12:09
Messages: 5562
Arnotte a écrit:
Jamais vuuuuuuuuuuuuuuu

(Mais j'ai vu THE THING hier soir - tain c'est génial) :D


ENFIN!

Videodrome maintenant!

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Avr 2015, 11:09 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 14062
Comment saloper un topic de Tom en 3 leçons :D


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Avr 2015, 11:21 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11666
Pas grave, j'avais franchement pas grand chose à dire dessus.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Avr 2015, 11:46 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 22262
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Puck a écrit:
Arnotte a écrit:
Jamais vuuuuuuuuuuuuuuu

(Mais j'ai vu THE THING hier soir - tain c'est génial) :D


ENFIN!

Videodrome maintenant!

Yes :D

Et Crash (sorry Tom pour le hors-sujet..)

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Avr 2015, 11:50 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11666
Mais c'est très bien les hors-sujet !
Parce qu'après je peux les archiver et les classer.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Avr 2015, 11:59 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 14062
Non mais ce que tu dis sur le film est très juste. De mes (lointains) souvenirs, je trouvais que Cronenberg avait bien saisi le roman, la thématique de la voiture comme prolongement du corps de ses personnages qui allait jusqu'à la fusion. Aujourd'hui, j'ai peur de revoir la fin qui est un de mes plus beaux souvenirs de jeune cinéphile
cette scène ou après l'accident de voiture, sortant à peine de la carcasse agonisante, plein de sang James Spader et sa femme sont sur l'herbe et ne pensent qu'à leurs obsessions sexuelles
Il y a une tristesse assez belle, presque mortifère, qui sort de cette séquence finale.

A son époque, le film avait reçu un prix très spécial du jury pour "son audace et son originalité". Le jury avait été profondément divisé, Coppola lui-même qui était alors le président trouvait le film antipathique tandis qu'une moitié du jury était fan dont Atom Egoyan, ce qui n'est pas étonnant si on se réfère à ses premiers films (pas les derniers tout moisis).


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Avr 2015, 12:08 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11666
Je savais pas que c'était une adaptation.

La fin justement, je savais pas trop comment la prendre. Elle a une dimension poétique certaine, mais j'ai aussi l'impression qu'on souligne alors l'anomalie de leur obsession, comme on vendrait l'originalité du concept in extremis, alors que ça me semble être une des qualités du film de ne pas faire sensation de son côté sulfureux.

En fait j'ai l'impression de découvrir le film de manière asynchrone, ayant déjà intégré à la fois le parfum de scandale issu de Cannes et des critiques presse, puis la relativisation postérieure qui en fit un grand film mesuré et maîtrisé. À l'époque, à 11 ans, j'avais aussi l'image d'un film assez "dangereux" (excitant à la limite de la pornographie, troublant, ultra-choquant) ce qui n'est finalement pas tant le cas - soit parce que j'ai grandi, soit parce qu'on a fait mille fois plus poussé depuis.

C'est difficile d'aborder le film sans prendre tout ça en compte.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Avr 2015, 12:33 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 12:23
Messages: 7371
J'aime beaucoup l'extrême intimité qui se dégage du film, c'est cela qui peut être dérangeant.

D'autre part, j'y vois aussi une sorte de Faust moderne, Spader n'arrive plus à faire jouir sa femme, il rencontre Koteas / Méphisot etc ...

Quant à la dernière scène, ben,
malheureusement, elle n'a pas joui, maybe the next time.

_________________
There is no such thing in life as normal


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Avr 2015, 12:41 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 27560
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Mon Cronenberg préféré et un des mes films préférés tout court. Immense poème du corps, de ses plaisirs et ses douleurs.
Aboutissement viscéral et physiologique presque de la réflexion homme/machine née dans les années 80 avec Terminator et Robocop.
Dernière scène (dernier plan même) qui m'a marqué à vie par son romantisme morbide (auquel renvoie d'ailleurs la dernière scène de son dernier) et ce motto qui résume tout "maybe the next time".
Sublimissime B.O métallique de Shore. Ambiance délétère à se flinguer mais en même temps il y a comme une douceur et une tendresse permanentes.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Avr 2015, 13:05 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 14062
Tom a écrit:
Je savais pas que c'était une adaptation.

La fin justement, je savais pas trop comment la prendre. Elle a une dimension poétique certaine, mais j'ai aussi l'impression qu'on souligne alors l'anomalie de leur obsession, comme on vendrait l'originalité du concept in extremis, alors que ça me semble être une des qualités du film de ne pas faire sensation de son côté sulfureux.


Adaptation libre mais si ça t'a donné envie de lire Ballard, je te recommande Super-Cannes et Millenium People et tous les autres que je n'ai pas lu mais c'est vraiment un écrivain génial.

Sur la fin, elle souligne en effet l'anomalie de leur obsession mais le regard de Cronenberg reste assez tendre envers ce couple et leur intimité "malade". Ce qui fait que pour moi cette scène ne fait pas du tout sensation du côté sulfureux du film comme tu peux l'écrire. Aboutissement génial de tout ce qui a précédé. Je ne sais pas si c'est objectivement le meilleur Cronenberg mais chez moi c'est sans doute celui m'a fais le plus d'effet et le plus bousculé.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 20 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Shivers (David Cronenberg, 1975)

Film Freak

11

2104

24 Nov 2020, 17:37

Vieux-Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Spider (David Cronenberg - 2002)

romain

0

1716

23 Juil 2012, 11:59

romain Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Cosmopolis (David Cronenberg, 2012)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Film Freak

41

5956

16 Juin 2012, 17:51

sponge Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Festin Nu (David Cronenberg, 1991)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Film Freak

16

1248

15 Juin 2022, 08:38

Fenrir Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Stereo (David Cronenberg, 1969)

Film Freak

2

1485

21 Sep 2015, 08:17

Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Chromosome 3 (David Cronenberg - 1979)

Blissfully

12

2273

19 Déc 2016, 20:33

Déjà-vu Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Mouche (David Cronenberg - 1986)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Blissfully

18

3307

29 Nov 2023, 14:05

Walt Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Scanners (David Cronenberg, 1981)

Film Freak

5

1689

19 Avr 2023, 12:26

Mr Degryse Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Rabid (David Cronenberg, 1977)

Film Freak

0

1382

20 Juin 2016, 00:23

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. M. Butterfly (David Cronenberg, 1993)

Mr.Orange

12

1739

31 Mai 2022, 10:33

Billy Budd Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot], Mr Degryse et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web