Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 23 Fév 2024, 20:53

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 24 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePosté: 02 Déc 2008, 22:39 
Hors ligne
Titilleur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Nov 2008, 03:53
Messages: 53
Localisation: Forest Gimp!
Baptiste a écrit:
Oui le comique ou en tout cas la prise de distance est necessaire car avoir un controle rationnel sur cette folie est impossible. Mais je trouve pas que le psy reussisse a canaliser, a maitriser completement le phenomene. Il s'y essaie, de ses propres mots, et le film laisse penser a la fin que ce genre de cas est desespere:
1) difficile a prevenir
2) impossible a guerir


Mettre des mots sur quelque chose, en donner un compte rendu scientifique c'est déjà une forme de maitrise. Sinon, il ya une sorte d'attirance morbide du psy expliquer dans son langage analytique le mobile des actes de norman.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 02 Déc 2008, 22:48 
Hors ligne
Titilleur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Nov 2008, 03:53
Messages: 53
Localisation: Forest Gimp!
the black addiction a écrit:
Si il y a clairement une volonté de distance comique, comme souvent chez Hitchcock d'ailleurs, même si Psychose reste un de ses films les plus noirs.


J'ai trouvé que Vertigo était encore plus noir.
Pour moi Hitchcock fait un film noir quand il brouille les repères de la vérité et de l'illusion, du virtuel et du réel.
dans ce film (outre les meurtres et la condition insupportable de Normann), On est dans un rapport assez classique illusion/vérité. Ca m'a d'ailleurs surpris, ayant lu que Hitchcock ne laissait habituellement de place qu'aux interprétations. Alors que la, le discourt du psy nous révèle la réalité que la caméra nous avait cachée, restitue les indices et leur donne une cohérence.

Edit: ce film brouille aussi les repères virtuel/réel en fait, vu que Normann a d'une certaine façon réussi à se tuer lui même et à faire revivre sa mère.
Mais toujours est t'il qu'on comprend le procédé, et que l'explication de la fin tranche sur toutes les interpretations.


Dernière édition par Fion des Alpes le 02 Déc 2008, 23:36, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 02 Déc 2008, 23:03 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Aoû 2005, 21:39
Messages: 3304
Pour moi le discours du psy à la fin c'est surtout que les tueurs en série à multiple personnalité étaient pas légions à l'époque, il fallait bien donner le mode d'emploi à la fin. Un truc pédagogique en somme.

_________________
Pré Carré


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 02 Déc 2008, 23:18 
Hors ligne
Titilleur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Nov 2008, 03:53
Messages: 53
Localisation: Forest Gimp!
Oui, c'est vrai aussi. Ce discourt me fait penser aussi à une science très sure d'elle même; et ça m'étonnerai pas que la psychiatrie se soit beaucoup développée à cette époque.
Enfin j'ai trouvé le type super enthousiaste dans son discourt, ce qui est un peu décalé vu les circonstances :-).


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 03 Déc 2008, 04:42 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 9561
Localisation: Ile-de-France
Fion des Alpes a écrit:
Baptiste a écrit:
Oui le comique ou en tout cas la prise de distance est necessaire car avoir un controle rationnel sur cette folie est impossible. Mais je trouve pas que le psy reussisse a canaliser, a maitriser completement le phenomene. Il s'y essaie, de ses propres mots, et le film laisse penser a la fin que ce genre de cas est desespere:
1) difficile a prevenir
2) impossible a guerir


Mettre des mots sur quelque chose, en donner un compte rendu scientifique c'est déjà une forme de maitrise. Sinon, il ya une sorte d'attirance morbide du psy expliquer dans son langage analytique le mobile des actes de norman.


Bah ouais mais ca reste limite quand meme, d'autant plus que ce genre de folie provient de choses privees de la vie des gens, donc tu peux difficilement la maitriser. C'est pas comme si on pouvait implanter une politique publique pour la detruire, ou alors on empiette sur la vie privee.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 03 Déc 2008, 07:09 
Hors ligne
Titilleur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Nov 2008, 03:53
Messages: 53
Localisation: Forest Gimp!
Baptiste a écrit:
Fion des Alpes a écrit:
Baptiste a écrit:
Oui le comique ou en tout cas la prise de distance est necessaire car avoir un controle rationnel sur cette folie est impossible. Mais je trouve pas que le psy reussisse a canaliser, a maitriser completement le phenomene. Il s'y essaie, de ses propres mots, et le film laisse penser a la fin que ce genre de cas est desespere:
1) difficile a prevenir
2) impossible a guerir


Mettre des mots sur quelque chose, en donner un compte rendu scientifique c'est déjà une forme de maitrise. Sinon, il ya une sorte d'attirance morbide du psy expliquer dans son langage analytique le mobile des actes de norman.


Bah ouais mais ca reste limite quand meme, d'autant plus que ce genre de folie provient de choses privees de la vie des gens, donc tu peux difficilement la maitriser. C'est pas comme si on pouvait implanter une politique publique pour la detruire, ou alors on empiette sur la vie privee.

Enfin dans sa remaraue initiale, TBA voulais juste montrer comment la mise en discourt de la folie permet un detachement ironique par rapport aux faits.
Donc oui, parler de la folie ne l'endigue pas pour autant, mais la c'etais pas le propos.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 03 Déc 2008, 08:33 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mai 2007, 12:27
Messages: 12731
Localisation: Actresses
Non ça l'endigue pas, ça le vulgarise en quelque sorte, ça en fait quelque chose d'explicable et de soit disant rationnel, on est loin de l'obscurité et de l'étrangeté qui règne tout le long du film.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 03 Déc 2008, 15:55 
Hors ligne
Expert en croix rouge
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juil 2005, 08:11
Messages: 1931
Je suis toujours glaçé par la scène où Marion Crane débarque à l'Hotel Bates, sous une pluie battante, jette un oeil à la demeure et là *ça dure 2 secondes* Madames Bates passe devant la fenêtre tout calmement. :o

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Nov 2023, 13:14 
Hors ligne
Sir Flashball
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Déc 2013, 01:02
Messages: 23409
Premier film que je vois depuis un an, ouais ! :twisted:

Difficile de trouver un truc qui n'ait pas été dit sur ce film (que je redécouvre, ne l'ayant pas revu depuis le lycée), donc je vais pas faire long, mais : c'est brillant, et en même temps, comme souvent chez Hitchock, je reste un peu en-dehors. Pourtant, tout y est, la complexité thématique, les dialogues ciselés, la partition extraordinaire d'Herrmann, la prestation fabuleuse de Perkins (on a rarement aussi bien incarné la schizophrénie au cinéma), les innovations de réalisation (la chute dans les escaliers)...
Mais j'avoue rester en dehors du dernier tiers et son duo de héros fadasses, de cette fin sur-explicative (même si le plan sur Perkins dans sa cellule est génial), et de ce dénouement trop rapide.

Ca reste évidemment un immense film, mais je pense que je ne l'aimerai jamais autant que Fenêtre sur Cour.

_________________
"Je vois ce que tu veux dire, mais..."
"Je me suis mal exprimé, pardon."


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 24 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Corde (Alfred Hitchcock - 1948)

Tom

9

1941

29 Juil 2011, 21:40

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Rebecca (Alfred Hitchcock - 1940)

Blissfully

13

2649

30 Nov 2020, 16:02

Arnotte Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Lodger (Alfred Hitchcock - 1927)

Qui-Gon Jinn

1

400

18 Mai 2022, 09:13

T.Rex Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Wrong Man (Alfred Hitchcock, 1956)

Vieux-Gontrand

3

868

05 Nov 2020, 22:16

Vieux-Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Blackmail (Alfred Hitchcock, 1929)

JulienLepers

2

241

09 Juil 2023, 13:23

JulienLepers Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Enchaînés (Alfred Hitchcock, 1946)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Baptiste

26

4031

12 Juil 2022, 11:36

elmergantry Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Oiseaux (Alfred Hitchcock, 1963)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Film Freak

52

3961

09 Juil 2020, 23:30

Tetsuo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Lifeboat (Alfred Hitchcock, 1944)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Vieux-Gontrand

18

2057

08 Nov 2019, 13:07

bmntmp Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Vertigo (Alfred Hitchcock, 1958)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Film Freak

45

4319

02 Mai 2020, 07:57

Mickey Willis Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Une Femme disparaît (Alfred Hitchcock - 1938)

Tom

8

1507

25 Juin 2016, 18:21

Castorp Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web