Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 25 Juil 2024, 06:44

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 25 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2
Auteur Message
MessagePosté: 16 Juin 2011, 10:37 
Hors ligne
Vaut mieux l'avoir en journal
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 15:21
Messages: 22580
Localisation: Paris
Baptiste a écrit:
Citation:
Aujourd'hui, je conseillerai de les découvrir dans leur ordre chronologique, en fait.


Et commencer par Les Amants diaboliques? Mouais bof, il est pas très représentatif du cinéma extraordinaire que produira Visconti par la suite. Et comme Tom est à convaincre...


Il se trouve que je n'ai pas vu son premier, que j'ai en DVD édition pourrie depuis dix ans... Mais j'aime bien le côté montée en puissance / transformation progressive de son cinéma.

_________________
Que lire cet été ?
Bien sûr, nous eûmes des orages, 168 pages, 14.00€ (Commander)
La Vie brève de Jan Palach, 192 pages, 16.50€ (Commander)


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Juin 2011, 11:30 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11667
Baptiste a écrit:
Et commencer par Les Amants diaboliques? Mouais bof, il est pas très représentatif du cinéma extraordinaire que produira Visconti par la suite. Et comme Tom est à convaincre...

Non mais ca devrait aller hein :D
C'est juste que Visconti est un des nombreux cinéastes en i qu'un ancien prof un poil terrifiant nous a pris en exemple durant deux ans (notamment via Rocco et ses frères, donc bon) : quand je vois un extrait des films, j'ai l'impression d'avoir sa voix qui nous engueule en surimpression...

Mort à Venise, j'en ai vu tellement d'extraits, fin comprise, que je me demande si au final j'ai pas fini par le voir en entier...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Juin 2011, 15:11 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 9704
Localisation: Ile-de-France
Et voilà comment la fac de ciné tue le désir de cinéma :D


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Juin 2011, 15:57 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2008, 00:06
Messages: 5523
Baptiste a écrit:
Et voilà comment la fac de ciné tue le cinéma

Oui.
J'exagère en plus, quoique...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Juin 2011, 18:20 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11667
Pour le coup c'était la prépa, là ; au moins il était intéressant... Les profs de ma fac, atterrants à quelques exception brillantes, et même si la nullité écrasante de certains faisaient que l'impact était finalement nul, ont quand même réussi à m'éloigner durablement du doc et du ciné expérimental, défendus à coups de "c'est bien parce que c'est pas du cinéma classique" / "c'est bien parce que c'est pas de la fiction". A ce rythme, c'est dur d'avoir le désir d'en voir...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Juin 2011, 20:36 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2008, 00:06
Messages: 5523
Le problème que j'ai toujours eu avec la Fac (bon j'ai fait qu'un an, mais avec des profs connus) et par extension avec la pédagogie autour de l'histoire du ciné (lycée, BTS,...), c'est qu'il y a toujours le besoin de poser des contraintes (concepts précis qui amènent chaque analyse à devenir de plus en plus sujette à interprétation parfois déviante, grilles d'analyses qui sont elles-mêmes sujettes à un besoin de rallier histoire générale du ciné et univers plus concentré du réal,...) qui sont du pur domaine de la théorie déconnectée de l'aspect vivant de l'art. Je suis tombé là-dedans pendant un moment et ça a bouffé ma cinéphilie. J'ai ensuite revécu mon expérience de spectateur plus simplement et purement et c'en était que meilleur.
Après je jette absolument pas tout d'un bloc, hein. Ca reste parfois intéressant voire captivant. Y'a rien de plus chiant qu'un cours de dates et de citations.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Juin 2011, 23:06 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 14:47
Messages: 3547
Baptiste a écrit:
Citation:
Aujourd'hui, je conseillerai de les découvrir dans leur ordre chronologique, en fait.


Et commencer par Les Amants diaboliques? Mouais bof, il est pas très représentatif du cinéma extraordinaire que produira Visconti par la suite. Et comme Tom est à convaincre...


Si on accroche pas trop à Visconti celui là passe bien...Jusqu'à "Rocco et ses frères" magnifique. Après pour moi ça tombe dans la caricature.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 17 Juin 2011, 09:56 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 9704
Localisation: Ile-de-France
Jack Griffin a écrit:
Baptiste a écrit:
Citation:
Aujourd'hui, je conseillerai de les découvrir dans leur ordre chronologique, en fait.


Et commencer par Les Amants diaboliques? Mouais bof, il est pas très représentatif du cinéma extraordinaire que produira Visconti par la suite. Et comme Tom est à convaincre...


Si on accroche pas trop à Visconti celui là passe bien...Jusqu'à "Rocco et ses frères" magnifique. Après pour moi ça tombe dans la caricature.


La carricature? Alors que c'est là où sa sensibilité s'exprime le plus?


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 17 Juin 2011, 19:16 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 14:47
Messages: 3547
Je ne suis pas sensible aux sujets qu'il choisit, à sa manière de les traiter et de les styliser surtout. Après oui, tout s'exacerbe plus dans la deuxième partie de son oeuvre, sa personnalité est plus "visible", ce qui fait que je m'en écarte.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 03 Fév 2019, 15:44 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Déc 2018, 23:08
Messages: 6156
La raison initiale pour laquelle j'ai voulu voir les les Nuits Blanches, c'est que sur YouTube on trouve une reprise de the Killing Moon d'Echo & the Bunnymen par Grant Lee Phillips (souvenez-vous, Grant Lee Buffalo) montée sur la scène où Mastroianni déambule en plan séquence en ville, pour oublier Matria Schell, qui le retrouve quand-même. L'association des deux fonctionnait bien (https://www.youtube.com/watch?v=pi19fp4q1RY).
Puis je me souviens que dans l'adaptation de Bresson, Isabelle Weigarten dit "Merci de ne pas être tombé amoureux de moi", ce qui constitue sans dans doute le moment le plus libre et le moins systématique de son cinéma. Cela m'intéresait de voir comment le réalisateur d'Ossessione allait montrer la même phrase, alors que chez-lui elle pourrait au contraire relever du système ou du programme.

La langueur et l'artificialité de l'atmosphère de studio, l'hystérie froide et douce du jeu de Maria Schell
ainsi que paradoxalement le fait qu'elle m'ait rappelé tant physiquement que moralement, une amie qui s'est comportée exactement comme elle, ce qu'il faudrait plutôt oublier
, le côté caricatural du jeu de Jean Marais, m'ont longtemps tenu à l'écart du film;

Toutefois quelque-chose de très fort se produit dans la scène de la danse, à la fois complètement baroque et d'une grande finesse sociologique (repérage lucide de l'importance Bill Hailey dès 1957, et établissement d'une sorte de lien direct entre la pantomine de la comédia dell'arte et le krumping hip hop), qui rend le film bouleversant, secret et répétitif, familier et codé comme peuvent l'être les fantasmes. La fuite de Maria Schell et la colère de Mastroianni fonctionnent comme le décodage, de ce fantasme à l'intérieur du rêve, la rupture avec l'ordre du symbole, au profit du sens qui fonctionne comme le retour et l'effacement d'une apparition, que le passage de la sensualité, ici une valeur sociale, collective, à la sexualité aurait maintenue et protégée (le film dit bien que la sexualité n'appartient qu'au réel).

Jean Marais, comme Maria Schell sont tous les deux caractérisés comme des étrangers métaphysiques par exellence, tous deux non latins (dans le DVD interview intéressante d'un critique , Vieri Razzini, qui explique que le personnage de Mastroianni est plus latin que le personnage du roman, et par là, capable d'échapper par orgueil au tragique de Dostoïevski), placés, eux, directement à l'intérieur du rapport sexuel, mais sans avoir bersoin de cette sensualité, qui transparaît dans la scène de la danse, dans le regard de fou que lance le danseur ( d'ailleurs clône de Pierre Clementi, le film tisse des liens entre les époques) lance à Mastroinainni codé comme une loi.

Les étrangers, dans le film, ce sont sont des valeurs médiatisées séparément des situations . Le film, comme représentation d'une métaphysique, et donc d'un humanisme, ressemble d'ailleurs beaucoup à l'Etranger de Camus que Visconti a aussi adapté, mais avec le sexe non consommé qui se retourne en humiliation, à la place du meurtre de l'Algérien, qui sont dans les deux cas des alliances ratées. L'autre est l'échec d'une rédemption, non désirée, sceptiquement mise en doute, mais regrettée lorsqu'elle meurt . Le salut est-il un intérêt ? Il semble l'être pour l'étranger seul, mais pour moi, je n'en sais rien : ce qui est moral pour lui est pour moi de la fiction, et un labyrinthe de signes où se perdre à volonté.

Ce salut ressemble à la folie, qui prétend indexer directement l'intensité d'un désir sur la valeur de l'objet désiré, et Mastroianni reste toujours extérieur à cette logique, dans laquelle Maria Schell a déjà, avant que le film ne commence, sombré.

Il m'a semblé que le film est "picturalement" (mauvais mot et peut-être mauvais angle d'attaque, mais quand-même) est très influencé par Velasquez , notamment quand il montre la famille de Maria Schell, dans le flash-back extraordinaire sur l'atelier, où il recréée les Fileuses ( la scène de la danse rappellle également le Triomphe de Bacchus, tout comme celle de la danse), sans que le lien ne soit clair

Image

Image

Mais aussi
Image

Image

Peut-être qu'il ya chez Visconti comme chez Velasquez ,une articulation entre deux idées opposées : il existe destin filé par des parques, déterministe, tragique, intentionnel mais illisible, car les parques elles-mêmes faillibles et partiellement conscientes, moralement oublieuses, mais restent des ouvrière techniquement douées : l'idée de destin ésotérique et prévu par un autre transforme paradoxalement le temps en technique. L'autre idée est la fuite du temps et l'evanescence "phénoménologique" du monde matériel et naturel, libre et précaire , ouvert et injustifié , dans lequel la mémoire est plus originelle que le sens et les valeurs, mais peut les dériver. Chacun de ces ordres, considéré séparément, pemet de représenter des silhouettes humaines de façon lointaines et passagère, au sein d'une action , mais lorsqu'ils se recontrent, se croisent, indiscernables, on a comme dans le portait d'Urbain VIII ou la scène de la danse des Nuits Blanches, le cadre où peut s'inscrire, autonome, le visage.

Le film représente une vision de l'amour qui, initialement, à l'échelle de 1957, pouvait apapraître abstraite et extérieure au champ social, mais qui finalement, à l'heure de Facebook et d'Instagram voire #metoo , est devenue commune et diffuse, et socialement située dans la bourgeoisie. Séparation mais intensité égale du tragique de l'histoire et de celui de la vie privée, la première relevant d'une logique de témoignage (les autres et finalement la société elle-même sont des instances d'enreigistrement), la seconde de l'expérience : la seule chose qui se choisit est la sexualité, qui devient un enjeu politique, mais en somme aussi une lutte pour ce que l'on a déjà, comme l'amour réciproque mais différé de Schell pour Jean Marais.

Ce qui m'a semble le plus poignant dans le film, c'est peut-être de voir le personnage de Clara Calamai, qui continue directement l'histoire des Amants Diaboliques (qui n'en déplaise à Baptiste, est un film énorme, dépasser le film noir américain sur son propre terrain dans l'Italié de 1943, filmer de cette manière en extérieur avec des camérias énormes, choisir finalement de défendre le personnage du mari assassiné, qui échappe au fascisme par sa faiblesse, ce n'est pas insignifiant).


Dans le DVD Carlotta, deux interviews intéressantes du décorateur Piero Tosi (qui commente de manière vertigneuse l'animosité qui existait entre Pasolini et Visonti, mais aussi leur ressemblance psychologique, en réinsistant sur l'inceste dans les Damnés) et d'un critique appelé Vieri Razzini, qui émet l'hypothèse, qu'il présente lui-même comme contestable, que le retour au réalisme magique et l'abandon du néo-réalisme était peut-être une manière de rompre avec l'esthétique souhaitée par le Parti Communiste après la répression de Budapest, et finalement l'expression d'une foi déçue et morte).

Mastroianni est immense dans ce film, j'ai l'impression que l'interieur de la pension est d'ailleurs le même décors que celui qui servira quelques années plus tard pour son appartement dans "Mariage à l'Italienne" de de Sica. Là encore, comme avec Clara Calamai, les deux personnages semblent se prolonger l'un l'autre : le film paradoxalement le plus sociologiquement explicite fonctionnant comme le secret de la comédie tardive.

_________________
Mais peut-être la nécessité accrue de faire confiance incite-t-elle à la mériter davantage

Erving Goffman


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 25 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Nuits blanches du Facteur (Andreï Kontchalovski - 2014)

Karloff

2

1348

19 Mar 2021, 08:04

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'Innocent (Luchino Visconti, 1976)

skip mccoy

1

1712

21 Aoû 2008, 20:24

Bub Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Guépard (Luchino Visconti, 1963)

Cosmo

6

2092

22 Nov 2017, 12:50

Jerónimo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Sandra (Luchino Visconti, 1965)

skip mccoy

0

1812

26 Déc 2007, 17:29

skip mccoy Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'Étranger (Luchino Visconti, 1967)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Tetsuo

23

3891

14 Nov 2009, 17:20

Gerry Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Senso (Luchino Visconti, 1954)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Bub

27

3516

10 Juin 2020, 16:46

Art Core Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Damnés (Luchino Visconti, 1969)

ZDC

5

1955

01 Juin 2010, 18:20

Arnotte Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Violence et Passion (Luchino Visconti, 1974)

Tiny Tears

2

1533

12 Mai 2013, 10:53

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mort à Venise (Luchino Visconti - 1971)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Zad

20

3628

20 Nov 2020, 11:45

Billy Budd Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Terre tremble (Luchino Visconti - 1948)

Tom

1

1714

26 Sep 2013, 00:19

Tom Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web