Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 12 Aoû 2022, 22:20

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 72 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5
Auteur Message
MessagePosté: 05 Aoû 2010, 19:10 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 21029
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Bon, je veux bien donner mon DVD à un Français dès que j'en ai l'occasion! Je l'ai vu, et je ne compte pas le revoir.

Bon, c'est pas ma came à la base, mais j'avoue que dans la deuxième moitié j'ai pris un certain plaisir (tout relatif) à voir cette violence bien cash... Ya quelques passages "action" qui fonctionnent plutôt bien. L'image du moustachu sur le toit de la caisse avec sa machette, c'est quelque chose.
Mais bon, c'est plombé par des défauts regrettables... Je crois que visuellement c'est franchement correct. OK, il y a un manque de budget évident (très déçu par les infectés... ), mais il faut aussi reconnaître que les acteurs sont mauvais (sauf le gros comique et Claude Perron), que les dialogues sont écrits par des ados de 14 ans... Les Ca plombe méchamment l'ensemble.
Et puis je n'ai pas été spécialement effrayé ou impressionné quoi... Bref ça pisse vraiment pas très loin.

Heureusement, ça passe vite.

2/6

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Déc 2011, 01:53 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11665
Image

A un moment, devant la porte vitrée de l'immeuble où s'étale la populace zombifiée, les personnages jouent à l'effet koulechov en interprétant ce qu'ils voient. "On dirait qu'ils appellent à l'aide", dit l'un. Et une autre : "Non, ils crèvent la dalle". Ce n'est pas un reproche du tout : là où le film m'a surpris, c'est justement dans sa tentative de ne pas surligner ce qui va inévitablement faire sens à travers la figure du zombie - l'image des émeutes de banlieue reste effleurée le plus possible. Mais inévitablement, devant la manne d'assaillants au visage tordu, le spectateur en est réduit à faire comme les personnages devant leur porte vitrée : sortant son calepin en se demandant quelle métaphore il faut choisir, façon QCM.

En voyant le film, j'ai finalement eu l'impression qu'en faisant un film de zombie aujourd'hui, plus encore dans un pays qui n'en a pas fait et qui a ce rapport de désir vis à vis du genre, n'importe quel réal est de toute façon condamné d'emblée : c'est fatalement un véhicule à propos. Il y a eu trop de passif cinématographique et rien que le choix du terrain (la cité) est déjà condamné à être une lourdeur. Le film a pourtant eu une intuition, abordant le zombie comme une espèce de figure de la détresse (ça pointe autour de la bagnole par exemple), lui faisant prendre racine dans un mélange de misère et de violence - bonne idée que ce face à face avec une habitante de l'immeuble désabusée, clope au bec, à peine surprise de voir un flingue. Curieuse également cette façon de se défouler sur le zombie, violence répétée et viscérale (très visible durant les premières rencontres), qui parvient plus ou moins à trouver sens via la fin.

Mais ça ne fait pas un film. C'est une déclinaison du motif, savante si l'on veut, presque dénuée d'amateurisme aussi (et c'est bien d'y être enfin arrivé, même s'il reste encore des problèmes : le jeu d'acteur, les dialogues, la musique en mode automatique, les articulations narratives foireuses genre "rentrons dans cette pièce sombre"). Mais où est l'envie de cinéma, au-delà de l'envie de copier le genre ? Où sont les envies de scènes ? Où sont les envies de personnages (et non d'une grossière galerie d'archétypes) ? Bref, où peut se caser le cinéma entre l'attitude de moine copiste et l'excuse pratique de la sérieB-défouloir ? C'est pas un hasard si les quelque percées de "message" dans ce fatras finissent immanquablement par paraître dérisoires, réduites à l'état de message, justement. Tu veux que ton zombie provoque vraiment le malaise d'une idée de détresse ? Tu le transformes, tu le changes, tu configures autrement ses apparitions, tu crées ton propre monstre - entre ça et l'envie de "faire comme", à un moment il faut choisir.

De vraies scènes, j'en vois des bribes : devant la porte vitrée donc (mais c'est court), sur la voiture (mais c'est un peu foireux et on voit pas bien où ça va), dans l'utilisation pas bête de certains décors (la cave aux multiples portes). Cela reste à l'état de miettes - ou alors ça fleure vraiment le dispositif de premier de la classe, comme dans la scène avec la fille à terre. Mais le film dans son ensemble donne l'impression d'avoir été conçu à l'envers : l'envie d'une démarche (ressusciter le genre) qu'on a "remplie" avec ce film. Forcément, aussi soigné soit-il, celui-ci ne peut ressembler qu'à une application.

Alors oui, c'est pas honteux, c'est correct, ça n'atterre pas.
Mais on est pas là pour encourager la renaissance du genre en distribuant des bons points au bonnes volontés, on est là pour évaluer les films. Et ce film, en soi, il est laid. Il est académique. Il est vulgaire. Il n'est pas bien mis en scène. Il ne me transmet aucun plaisir de cinéma quel qu'il soit.

Donc voilà, encore un coup dans l'eau, même si au moins il sait se tenir droit. J'en arrive à penser qu'à moins d'être retournée comme une crêpe, et autoritairement soumis au style et à la personnalité de son réal, toute tentative de création d'un ciné bis en France sera toujours un échec. Il faut un moment avaler le fait d'avoir raté son histoire, et ne pas avoir été du club il y a vingt ou trente ans, et tourner la page...


Dernière édition par Tom le 10 Déc 2011, 02:00, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Déc 2011, 01:59 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 11116
Localisation: Previously on Premiere
Je n'ai pas tenu plus de 20 minutes... j'ai trouvé ça insoutenable (mauvais jeu, aucun découpage, nawak absolu).

Ce n'est pas que je n'ai pas envie de le voir jusqu'au bout, ou que je trouve ça indigne... c'est juste que je souffre en voyant ça, la boule au ventre devant tous les trucs interdits ou impardonnables (le jeu catastrophique, vraiment...).

_________________
I think we're gonna need a helmet.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Déc 2011, 02:02 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11665
Je vais pas mentir, je me suis HYPER forcé pour le voir.
Mais bon, taper sur le genre français, je me suis dit que c'est pas très honnête sans avoir vu les films :D

Du coup je m'attendais à mille fois pire, honnêtement. Je n'ai rien ressenti, ça me fait l'effet d'un film pour rien, mais j'avais vraiment peur du truc lycée (même le jeu, j'attendais vraiment pire que ça). Disons qu'au final c'est pas l'amateurisme qui me frappe en premier, plutôt le côté immanquablement vain d'une telle entreprise.

Faudrait que je m'en teste un autre. Peut-être Martyrs. Mais pas motivé...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Déc 2011, 02:09 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 11116
Localisation: Previously on Premiere
Ouais, l'idée de voir avant de critiquer, c'est bien.
Moi j'ai sauté les deux étapes.

_________________
I think we're gonna need a helmet.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Déc 2011, 02:10 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11665
Z a écrit:
Ouais, l'idée de voir avant de critiquer, c'est bien.

Mais c'est comme toutes les bonnes choses, faut pas trop en abuser.

Martyrs c'est donc de la merde.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Déc 2011, 02:16 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 11116
Localisation: Previously on Premiere
Disons que ces films français de genre me rappellent pourquoi j'ai abandonné l'idée de faire du cinéma à 20 ans. Tandis qu'un petit Audiard par exemple me rappelle pourquoi j'ai toujours envie.

Je ne voulais pas me retrouver sur des projets comme ça... Et pourtant ce sont les tournages les plus vivants, sans doute. Mais m'apercevoir que les comédiens jouent comme de la merde, c'est au-dessus de mes forces, même si je ne suis que le machino qui pousse le rail de travelling.

On en a déjà parlé, mais je vois un mauvais film, je sombre. Un bon film, et j'ai la patate pour deux jours.

Du coup je m'économise et je les évite, ceux-là.

_________________
I think we're gonna need a helmet.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Déc 2011, 12:25 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 14:47
Messages: 3547
Tom a écrit:
Donc voilà, encore un coup dans l'eau, même si au moins il sait se tenir droit. J'en arrive à penser qu'à moins d'être retournée comme une crêpe, et autoritairement soumis au style et à la personnalité de son réal, toute tentative de création d'un ciné bis en France sera toujours un échec. Il faut un moment avaler le fait d'avoir raté son histoire, et ne pas avoir été du club il y a vingt ou trente ans, et tourner la page...


Merde, on peut pas laisser dire ça
http://www.youtube.com/watch?v=TuF0T_rvRUg
http://www.youtube.com/watch?v=svUdLiRN ... creen&NR=1
http://www.youtube.com/watch?v=CQZN5Xbr ... re=related


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Déc 2011, 12:39 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11665
Oh et même Franju, Melville, on peut trouver du monde... Mais j'ai pas l'impression qu'il y a eu un grand mouvement du genre en France (par exemple pas de studio spécialisé je crois) comme ça a pu être le cas aux USA ou en Italie, et que donc on a un peu raté le coche.

J'ai pas été précis, quand je dis "toute tentative de création d'un ciné bis en France sera toujours un échec", je voulais dire "toute création d'un ciné bis aujourd'hui". Qu'il y a eu une époque où en faire avait un sens, et que maintenant ce cinéma n'a pas les racines nécessaires en France pour renaître autrement qu'artificiellement, en tout cas sous sa forme pure.

Après, à la réflexion, je me demande si les autres pays s'en sortent mieux actuellement (s'ils arrivent à faire du genre sans que ce soit faible ou théoriquement référentiel), mais là je connais pas assez de choses.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Déc 2011, 16:21 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 14:47
Messages: 3547
Franju et Melville dans le bis, ça va faire grincer des dents :mrgreen: Pour ce qui est de ce cinéma là, la france a plus tabler sur la comédie à une certaine époque.
Sinon pour le cinéma de genre fantastique ou d'horreur, culturellement y'a un truc qui passe pas mais ça demanderait une étude sérieuse j'imagine (plus sérieuse que ce que baragouine Dahan dans ses émissions).

Citation:
Après, à la réflexion, je me demande si les autres pays s'en sortent mieux actuellement (s'ils arrivent à faire du genre sans que ce soit faible ou théoriquement référentiel), mais là je connais pas assez de choses.

le cinéma asiatique (japon, Honk kong et Corée du sud) a eu et à toujours une importante production de qualité pour ce qui est du ciné d'exploitation.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Déc 2011, 17:32 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Mai 2008, 10:03
Messages: 4725
Localisation: Poitiers
Il y a ce documentaire : Viande d'origine française qui essaie de faire le tour de la question avec des interventions de réalisateurs et de producteurs.
Le bilan est pas glorieux glorieux.
J'ai l'impression qu'en France, on ne sait faire que du "Tiens, prends ça dans ta gueule, je vais te faire souffrir sale spectateur". Je n'ai pas en mémoire un train fantôme, un film un peu fun qui pourrait attirer un public un peu plus large que celui du film d'horreur pur et dur.
Et chaque film est attendu un peu comme le messie, celui qui va apporter légitimité et ouvrir la porte aux autres. La déception ne peut être qu'au rendez-vous.

_________________
You are a ghost driving a meat covered skeleton made from stardust riding a rock floating through space.
FEAR NOTHING


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Déc 2011, 19:29 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11665
Citation:
Franju et Melville dans le bis, ça va faire grincer des dents :mrgreen:


Ah oui, je faisais pas la différenciation entre genre et bis/exploitation... Donc effectivement (même si dans certains cas elle est pas simple à tracer), ça devient brouillon.

La France, au-delà du bis, a un problème avec le genre lui-même - dans sa période classique, y en a pas (à moins qu'on considère comme certains que le réalisme poétique est une version française du cinéma fantastique, mais quand bien même il serait tout seul). Du coup l'héritage est chaud à démêler...

Merci pour le lien, Fire, j'irai regarder ça !


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 72 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Antigang (Benjamin Rocher, 2015)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Film Freak

15

2925

05 Mar 2016, 00:34

Jerónimo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Goal of the Dead (Benjamin Rocher & Thierry Poiraud, 2014)

Film Freak

4

1567

02 Juil 2014, 09:18

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Môme (Olivier Dahan - 2007)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 6, 7, 8 ]

Blissfully

117

10247

13 Fév 2009, 09:03

Baptiste Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Grace de Monaco (Olivier Dahan, 2014)

Karloff

1

1187

14 Mai 2014, 15:51

sponge Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Nuit a dévoré le monde (Dominique Rocher, 2018)

Film Freak

9

1881

08 Avr 2020, 09:47

Art Core Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Horde sauvage - The Wild Bunch (Sam Peckinpah - 1969)

Ilouchechka

2

1397

07 Avr 2014, 22:08

Walt Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le braqueur (Benjamin Heisenberg - 2010)

DPSR

0

1268

04 Jan 2011, 19:32

DPSR Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Häxan (Benjamin Christensen - 1922)

Tom

2

1320

12 Mai 2011, 07:29

Tom Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Rojo (Benjamin Naishtat, 2019)

Abyssin

4

779

18 Juil 2019, 16:38

Abyssin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Lads & Jockeys (Benjamin Marquet - 2008)

Blissfully

0

1370

23 Sep 2008, 23:03

Blissfully Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 16 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web