Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 19 Sep 2021, 20:26

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
MessagePosté: 09 Mai 2021, 15:52 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Déc 2018, 23:08
Messages: 3148
1863, Adèle H.,, la fille de Victor Hugo, alors proscrit à Guernesey , franchit l'Atlantique et débarque à Halifax au nord du Canada sous un nom d'emprunt, et sans argent. Elle veut retrouver un soldat anglais, le lieutenant Pinson, qui participait à des séances de spiritisme avec la famille Hugo et l'a séduite. Celui-ci, beau garçon, est hâbleur et joueur ; Adèle ne compte pas beaucoup pour lui.

Image

Image

Image

Il y a certes, dans Adèle H., une manière de concession au chromo romantique de la psychose, ennoblissant l'idée fixe. Le film boucle sur cette phrase du journal d'Adèle, comme s'il s'agissait d'une morale, et d'un défi que la folie avait pu relever, formant un accomplissement morbide : Ce qu'aucune personne n'a jamais faite, marcher sur les océans et franchir trois océans pour rejoindre mon amant, je le ferai !. Le messianisme politique et littéraire de Victor Hugo est ainsi subverti par l' égoïsme de sa fille , le sacrifice d'elle-même à elle-même.

Ce qui est plus intéressant, c'est que le film est construit autour de l'acceptation de sa folie par les habitants d'Halifax, y compris par le lieutenant, qui ne renonce jamais à l'appeler par son prénom, même à la fin . Victor Hugo, au contraire, quand il lui écrit, lui parle de fonctions, et de lui-même : "ton père qui t'aime ", "pense à ta mère que son inquiétude tuerait". Un système d'articulation du nom et de la fonction dont dont Léopoldine est devenue le pivot par sa mort...elle seule à un prénom dans la famille Hugo (sans jamais avoir joué de rôle). C'est l'autonomie de la fonction sur l'identité qui est à la source la folie, en fait une sorte d'écoute.
Adèle est consciente du piège de l'identification au désir de l'autre, mais pas de celui que lui tend le sien...). Sa folie correspond directement à ce qui est le souvenir d'une valeur pour la communauté qui l'entoure (les passages où son identités est progressivement percée par la communauté sont très beaux, notamment la maladresse du libraire, qui amour son amour en-même temps qu'il voudrait le faire de son nom). Madame Mba, qui aide le plus efficacement (mais aussi de la façon la plus "psychiatrique", avec la connotation d'aliénation positiviste qui accompagne l'idée ) Adèle, est justement externe à ses valeurs : elle se place dans une logique d'échange avec le père lui-même (vous étiez contre l'esclavage vous rendre votre fille signifie dès lors quelque-chose pour moi). Si l'on court-circuite Adèle on tombe tout de suite dans la politique (la comparaison des légitimités, d'ailleurs nécessaire)...

J'apprécie aussi le fait que le personnage du Lieutenant soit suffisamment développé et complexe pur que l'érotomanie d'Adèle cesse d'être explicable par l'idée convenue qu'elle élirait le mauvais objet. Au contraire, elle choisit le bon objet (il y a quelque-chose entre le Lieutenant et elle), mais ce faisant, renonce à sa langue. Le désir est échangé contre le discours. Les moments les plus féministes du films, où elle reproche au lieutenant sa cour passée et son opportunisme, tendant à déjouer cette logique, d'une façon qui semblerait presque victorieuse (au début du film, on voit qu'elle impute à une cousine imaginaire ce qu'elle reproche réellement à Pinson, quand elle consulte le détective privé à son arrivée). Il ne lui manque que la conscience d'une rupture pour guérir : séparer la fiction de l'équivalence de toutes les identités, qui est déjà le réel, le discours des autres.

Magnifique scénario de Jean Gruault, que Truffaut a su défendre et porter à l'écran sans l'affaiblir. Ils réussissent là où Lilith de Rossen se plantait, malgré Jean Seberg. Isabelle Adjani est à la hauteur du film, très juste, ne jouant pas la surenchère.

_________________
Mais elle ne pouvait pourtant effacer ce que Crampas lui avait dit, et tout en prodiguant ses tendresses et en faisant mine de l'écouter avec intérêt, elle entendait sans cesse résonner ces mots : Un fantôme par calcul, un fantôme pour te maintenir dans la norme


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Fahrenheit 451 (François Truffaut - 1966)

elmergantry

0

325

29 Nov 2020, 14:32

elmergantry Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'Argent de Poche (François Truffaut, 1976)

Mr Chow

5

1341

15 Juin 2020, 11:17

bmntmp Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Peau douce (François Truffaut, 1963)

thepassionoflovers

4

1363

07 Juin 2021, 09:42

Art Core Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Dernier Métro (François Truffaut, 1980)

Mickey Willis

0

1133

11 Sep 2014, 15:54

Mickey Willis Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Tirez sur le pianiste (François Truffaut, 1960)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Mickey Willis

19

1888

13 Avr 2021, 11:35

Vieux-Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La femme d'à côté (François Truffaut, 1981)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Abyssin

69

2495

26 Avr 2019, 17:28

Vieux-Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Une belle fille comme moi (François Truffaut, 1972)

Zad

0

1168

05 Mar 2006, 15:36

Zad Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Infidélités / Le Désir (Jean-François Davy, 1975)

Cosmo

0

2266

12 Aoû 2009, 18:17

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Exhibition (série documentaire) (Jean-François Davy, 1975-1979)

Cosmo

2

1956

28 Aoû 2009, 14:29

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Tueurs (François Troukens, Jean-François Hengens - 2017)

Qui-Gon Jinn

8

1177

14 Mai 2018, 01:22

Qui-Gon Jinn Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 8 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web