Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 16 Oct 2019, 07:45

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 68 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 10 Juin 2014, 11:55 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Nov 2013, 23:05
Messages: 3460
Image

Pour Jay, 19 ans, l’arrivée de l’automne devait rimer avec école, garçons et weekends au bord du lac. Mais après un rapport sexuel d’apparence anodin, elle se retrouve confrontée à d’étranges visions et l’inextricable impression que quelqu’un, ou quelque chose, la suit. Accablés par cette malédiction, Jay et ses amis doivent trouver une échappatoire à l’horreur qui ne semble jamais loin derrière.

Et bah c'était plutôt pas mal même si j'en sors pas conquis à 100%, la meilleure partie du film étant clairement la première heure ou les personnages sont vraiment traités avec respect et ne tombant jamais dans des archétypes grossier inhérent au genre, on voit que Mitchell aime ses ados et les traite avec respect.
Ensuite la partie fantastique c'est un peu une fois sur deux, à ce titre je trouve la fin assez facile, elle aurait gagné à être plus intimiste, par exemple chez un mec comme Friedkin ca aurait donné quelque chose de bien plus intéressant je trouve. Mais bon ca reste quand même assez réussi si on prend en compte les purges qu'on se prend dans le genre depuis des années.
La réalisation est vraiment tip top sinon, on pense beaucoup à du Carpenter ainsi qu'au premier les griffes de la nuit et la musique déchire, non sur un plan formel c'est vraiment du tout bon, c'est le film le plus soigné dans le genre depuis un bail.

Ca sortira surement chez nous un jour vu que Metropolitain l'a acheté (je sais pas pourquoi je le sens bien pour l'étrange festival ce film).

Un bon gros 4/6 sur l'ensemble.

_________________
ImageImageImage

Bomcast, le Podcast Bimensuel


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Sep 2014, 20:08 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20868
J'en sors totalement conquis. C'est théorique, sensible, bien flippant, le sound design est dément.

J'ai beaucoup pensé à Under the Skin et je trouve le passage Detroit délabré super super fort.

5/6 le meilleur film fantastique ricain depuis Donnie Darko.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Sep 2014, 20:10 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 20009
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Je trouve la fin un chouïa foirée. Ca perd un peu en subtilités pour tomber dans un truc sympa à la Scooby Doo mais c'est un peu moins réussi à mon sens.
Mais sinon c'est clair que le mec a un talent fou. Ça fait tellement du bien de voir un film de genre aussi bien réalisé.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Sep 2014, 20:15 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 73555
Localisation: Fortress of Writing
Karloff a écrit:
Under the Skin
Donnie Darko.

Erf...

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Sep 2014, 20:29 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20868
The Faculty

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Sep 2014, 20:31 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20868
Art Core a écrit:
Je trouve la fin un chouïa foirée. Ca perd un peu en subtilités pour tomber dans un truc sympa à la Scooby Doo mais c'est un peu moins réussi à mon sens.
Mais sinon c'est clair que le mec a un talent fou. Ça fait tellement du bien de voir un film de genre aussi bien réalisé.


Oui, il y a un enchainement bizarre

le mec meurt, elle va au lac séduire trois mec, puis on la retrouve avec ses amis et ils partent à la piscine pour électrocuter la chose, ça va un peu vite, même si j'adore le sous-texte social, il est évident que le It désigne les pauvres, les autres, les gens au-delà du lotissement de bourges blancs.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Sep 2014, 21:02 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 73555
Localisation: Fortress of Writing
Karloff a écrit:
The Faculty

Lol je sais pas si c'est un modèle.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Sep 2014, 21:07 
Hors ligne
Garçon-veau
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Juil 2005, 15:48
Messages: 17230
Localisation: FrontierLand
Film Freak a écrit:
Karloff a écrit:
The Faculty

Lol je sais pas si c'est un modèle.

C'est un modèle de ce qu'il ne faut pas faire oui.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Fév 2015, 04:06 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 73555
Localisation: Fortress of Writing
Waouw.

Pour une fois que la hype n'est pas surfaite.

Avec Jamie Marks is Dead, c'est le seul film du festival où j'ignorais constamment où l'on m'emmenait. Et je me suis laissé embarquer, dès ce premier de nombreux panoramiques complets oppressants, par un film qui embrasse le genre tout en refusant les clichés. Oui, c'est encore un film d'horreur avec des ados punis pour avoir baisé mais ça devient carrément la figure allégorique centrale et à aucun moment les persos secondaires refusent de croire l'héroïne.

Je pense que tout a déjà été dit sur ce film tant on en entend parler depuis Cannes, puis l'Étrange festival, et toutes les comparaisons avec Halloween de Carpenter, que le film évoque par sa relative intemporalité, son décor banlieusard et son croquemitaine au pas lent mais non moins menaçant, mais aussi, et surtout, Black Hole de Burns, pour le rapport à la sexualité adolescente et ce mal que l'on transmet, ont déjà été faites, j'imagine.

L'idée à la base du point de départ est d'une simplicité presque rageante tant elle est efficace. Ça tiendrait presque de la légende urbaine, genre la Dame Blanche, quelque chose d'aussi élémentaire. D'aussi enfantin qu'un "c'est toi le chat! pas le droit de retoucher son père". Mais avec ce sous-texte horriblement mélancolique du moment où tu te rends compte que tu n'es plus un gamin. Et donc qu'un jour, tu vas mourir.

Ainsi avance le temps, inéluctable, et la certitude de la mort, lentement mais non moins menaçant.

Si Mitchell a recours 2-3 fois aux jumpscares, ce n'est pas le seul ressort de sa mise en scène au cordeau, entre tension maintenue lors de longs plans et ambiance presque onirique de spleen de vacances (pas d'adultes, pas de cours, aucune autorité ne gouverne notre bande de jeunes) avec ce synthé qui prend aux tripes mais sait aussi toucher.

Outre ce fond plus général, le scénario tisse également un parcours plus intime qui offre une fin à la fois belle et glaçante.

Je pourrais pinailler sur deux points
- la scène où ils retrouvent Hugh/Jeff est inutile car il ne donne aucune nouvelle information et le faux climax dans la piscine, fort au demeurant, me semble être une décision un peu teubée de la part des persos (vous avez pas réussi à le tuer avec une balle dans le cou, c'est pas des grille-pains dans une piscine qui vont l'achever) -
mais ce serait con, on tient sans doute le meilleur film du genre depuis.......

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Fév 2015, 11:11 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Nov 2013, 23:05
Messages: 3460
Ouais pareil que toi jusqu'au climax dans la piscine que je trouve un peu maladroit. Je l'avais vu en mai pour la reprise de Cannes, je vais me faire un plaisir de voir si il survit à une seconde vision.

_________________
ImageImageImage

Bomcast, le Podcast Bimensuel


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Fév 2015, 23:21 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 10192
La bande-annonce est super efficace. Le film m'était totalement inconnu, maintenant c'est une de mes plus grandes attentes.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 05 Fév 2015, 00:12 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juil 2009, 21:22
Messages: 7311
J'ai beaucoup aimé, ça m'a fait penser à Richard Kelly. Je vais aller encore plus loin, je trouve que c'est au cinéma de Carpenter ce que The Box était au cinéma de De Palma des années 70. Bon, je sais que je suis un des rares ici à apprécier The Box ...
Comme pour le film de Kelly, il y a ici une passion et une foi dans ses idées et son cinéma telles que toutes les références appuyées au cinéma de genre (à Carpenter surtout) en deviennent gracieuses. Le film assume ses manières, son élégance, sa façon d'aller à l'encontre de tous les sujets en toute décontraction, sous des airs faussement nonchalants. Devant tant de panache, je pardonne au film ses notes de synthés déjà entendus et ses travellings déjà vus ...
En tout cas, voilà qui lave les yeux pourris par la tonne de films d'horreurs vulgosses et hystériques sortis ces dernières années.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 05 Fév 2015, 08:59 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Oct 2005, 10:23
Messages: 8087
Et bien justement j'ai à peu près les mêmes réserves que pour le film de Kelly : c'est un cinéma quand même ultra chargé par sa cinéphilie, la symbolique est étouffante. C'est très maitrisé, mais à la manière d'un Rian Johnson j'ai du mal à trouver dans ce genre d'exercice référencé et très prisonnier de ses intentions un quelquonque intérêt, même si l'actrice principale rend son personnage quand même assez touchant. Il y a un travail sur le son qui m'a pas mal fait penser au Halloween de Rob Zombie, plus foutraque mais plus sympathique que cet écrin à la frontière indé / fan du genre.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Fév 2015, 19:10 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Mar 2009, 19:27
Messages: 415
Pfffiou, que ça fait du bien de voir le film de genre pris au sérieux comme ça. Réalisation classe et efficace, belle photo, bonne BO. Des thèmes classiques et des personnages archétypaux mais très bien traités.

Le pitch est assez bête, mais à l'écran ça fonctionne tellement bien. Chapeau.
J'adore l'ambiance un peu club des cinq revisitée. Le film démarre quasiment de suite, alors qu'en général c'est pas avant trente minutes dans les slashers (je viens de voir Honeymoon qui est loooong à se mettre en place). Et puis beaucoup de silence, d'ellipses bien senties, j'aime.

La fin aussi :
Ce couple maudit contre-nature, avec lui qui a vendu son ame au diable pour sortir avec la fille de ses rèves, c'est assez génial en fait !


Je viens de voir que c'est Mitchell qui avait réalisé The Myth of the American Sleepover, film sympa sans plus, mais très bien réalisé aussi. On retrouve la même ambiance un peu cotonneuse et distante.

_________________
Castorp a écrit:
Nan mais je suis d'accord avec Antigone, là.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Fév 2015, 12:27 
Hors ligne
Expert

Inscription: 04 Juin 2010, 12:55
Messages: 4352
Léo a écrit:
Ceux qui mettaient 6/6 à The Myth il y a 5 ans bombent le torse, aujourd'hui.

8) 8) 8)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 68 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Under the Silver Lake (David Robert Mitchell, 2018)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Film Freak

26

1997

30 Avr 2019, 14:22

JeanJacquesSchool Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The myth of american sleepover (David Robert Mitchell - 2010)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

DPSR

21

1664

10 Juin 2014, 09:49

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Maleficent (Robert Stromberg, 2014)

Film Freak

0

676

03 Juin 2014, 01:21

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Joe (David Gordon Green - 2014)

DPSR

6

1158

09 Oct 2014, 15:14

Nada Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Sabotage (David Ayer, 2014)

Film Freak

14

1385

21 Juil 2014, 15:35

Caribou Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Rover (David Michôd - 2014)

Cooper

12

1391

31 Aoû 2014, 23:25

Caribou Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Gone Girl (David Fincher - 2014)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 20, 21, 22 ]

Karloff

325

15523

15 Mai 2016, 04:23

Mr.Orange Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Fury (David Ayer, 2014)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Film Freak

51

3301

15 Mar 2015, 17:01

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Juge (David Dobkin, 2014)

Film Freak

3

714

04 Nov 2014, 19:00

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Sin City - j'ai tué pour elle (Frank Miller, Robert Rodriguez - 2014)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Karloff

24

1883

23 Sep 2014, 08:49

Tetsuo Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web