Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 21 Juil 2018, 01:21

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 47 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 19 Jan 2015, 01:49 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 71954
Localisation: Fortress of Writing
Entre les propos tenus par Iñárritu et certains échos de gens qui ont vu le film, j'ai peur d'une vision un peu débile du super-héros. Qu'en est-il, c'est pas trop con?

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Jan 2015, 03:03 
Hors ligne
Expatrié en tongs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juil 2005, 17:40
Messages: 14363
Localisation: The Far Side of the World
Je pense que c'est plus une vision autour du phénomène que de la figure du super héros [à part une séquence] mais je pense que Inarritu se moque pas mal des super héros en général. En tout cas, c'est pas du tout ce que je retiens du film


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Jan 2015, 03:17 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 71954
Localisation: Fortress of Writing
Ok. Après ce qu'a fait Assayas l'an dernier, j'espère qu'Alejandro n'est pas un ignare itou.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Jan 2015, 07:36 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18431
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Film Freak a écrit:
Entre les propos tenus par Iñárritu et certains échos de gens qui ont vu le film, j'ai peur d'une vision un peu débile du super-héros. Qu'en est-il, c'est pas trop con?

C'est hyper secondaire.. Le film est pas du tout là-dedans. C'est un peu parodique mais rien à voir avec ce qu'a fait Assayas..

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Jan 2015, 07:43 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Fév 2010, 02:40
Messages: 1847
Localisation: Avignon mdr
Film Freak a écrit:
Ok. Après ce qu'a fait Assayas l'an dernier, j'espère qu'Alejandro n'est pas un ignare itou.


Image

_________________
"PACIFIC RIM" Massinfect


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Jan 2015, 07:45 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Aoû 2005, 23:40
Messages: 16486
Localisation: Lyon
Film Freak a écrit:
Ok. Après ce qu'a fait Assayas l'an dernier, j'espère qu'Alejandro n'est pas un ignare itou.


Non, je suis confiant, je pense quand dans ce film, Alejandro y narre toute la difficulté d'incarner ce genre de personnage.

_________________
Hashtag Chaton
Dragon Boules


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 23 Jan 2015, 01:09 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 71954
Localisation: Fortress of Writing
Il aura donc fallu qu'Iñárritu reboote son cinéma pour que je puisse enfin y adhérer.

Si le parcours du héros, dans ce rapport au passé et sa figure de père absent, n'est pas sans rappeler le personnage d'El Chivo, l'ex-militant devenu tueur à gages d'Amores Perros, ou le protagoniste doté de pouvoirs surnaturels de Biutiful, il s'inscrit dans un film qui tranche radicalement avec le reste de la filmographie du cinéaste.

Déjà, il s'agit (principalement) d'une comédie, genre qui se fait vraiment salutaire à mes yeux pour Iñárritu parce qu'il permet de faire passer le côté démonstratif par le biais de l'exagération mais aussi parce qu'il apporte une légèreté bienvenue dans l'oeuvre du metteur en scène.
Ensuite, il y a ce parti-pris de mise en scène, un plan-séquence de deux heures, qui là aussi, bien que toujours ostentatoire, enlève la pesanteur inhérente au découpage, au sens créé par le montage. Durant les premières minutes du film, alors que je m'acclimatais à ce choix, je ne cessais de remarquer, par leur absence, le pouvoir des coupes. On est tellement habitué qu'on ne les voit même plus, qu'on a totalement assimilé cet outil de langage comme on assimile la ponctuation, et d'un coup, je ressentais leur absence et je me rendais compte de la façon dont ils peuvent intervenir pour souligner un effet désiré. Par conséquent, en ne coupant pas, en ne "soulignant" pas le sens par le montage, Iñárritu atteint par l'épure une certaine légèreté là aussi.

Ludique de part en part, cette forme sert également le fond de ce film-cerveau en plan-séquence mais pas en temps réel où le travelling perpétuel (hé la moquette The Shining) nous mène comme de synapse en synapse et, comme il passe fréquemment de la scène aux coulisses et vice versa (hé Labyrinths de Borges), nous fait pénétrer les coulisses de la psyché de son héros. Vaguement schizo et déconnecté de la réalité, Riggan Thompson est hanté par la voix de Birdman, son personnage qui agit comme mauvaise conscience et manifestation de l'ego surdimensionné de l'acteur en quête de renaissance. Parce que Birdman porte bien son nom. En fin de compte, c'est quand même un peu un film de super-héros. Ou plutôt d'übermensch. L'histoire d'un homme qui, par la volonté de pouvoir, manifestée ici par un geste artistique, va se surpasser pour renaître un nouvel homme. Mais en enlevant son masque...

Et en passant, c'est aussi un film sur les comédiens (Edward Norton est tout aussi bon que Michael Keaton dans un rôle qui n'est pas moins une version méta de lui-même), sur la comédie (j'étais parfois un peu tout seul à rire devant certains traits d'humour absurde ou noir), sur la pop culture et la célébrité (les adaptations de comics et les réseaux sociaux ne prennent pas aussi cher que j'aurai cru, ils sont surtout présentés comme une réalité à exploiter), c'est assez dense derrière ses apparences.

Le film n'évite pas un certain didactisme par moments mais le genre et l'approche justifient un peu la chose et, si ça commence très fort, le dernier tiers patine un peu, mais la fin est tellement belle...

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 23 Jan 2015, 01:17 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 23376
Localisation: Arkham Asylum
Les Jean-Jacky et co. disent exactement la même chose sur Facebook.

_________________
Ce que ce critique de cinéma dit de ce film va vous bouleverser...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 23 Jan 2015, 01:23 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 71954
Localisation: Fortress of Writing
T'inquiète, c'est tempéré par des mecs de CinémaTeaser et 3 Couleurs qui disent que c'est "un étron de pigeon".

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 23 Jan 2015, 08:25 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18431
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Yeah, freak, yeah!

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Fév 2015, 10:19 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Aoû 2005, 23:40
Messages: 16486
Localisation: Lyon
Ptain, jpensais pas aimer un jour un film de ce mec. J'aime bien comment le truc du faux plan séquence est assumé : on fait constamment des raccords dans le noir ou sur des objets immobiles, truc super facile, ça désamorce assez vite le côté esbroufe pour qu'on se laisse emporter dans la narration. Comme Freak, j'ai ressenti l'absence de coupes : plein de fois je me suis dit "tiens, là ils devraient couper sur cette réplique (truth or dare ?) pour sauter les prochaines lignes de dialogue qu'on n'entend jamais". Les acteurs sont tous magiques (Norton putain, ça fait du bien), et ya pas mal de moments forts (Times Square).

Par contre j'aime pas la BO à base de percussions. Ça fait très "jme la pète, regardez comment je fais un film fort, drôle, et décalé" je trouve.

Pas trop fan de la toute fin non plus, un peu niaille, qui ne m'a pas émue.

4.5/6

_________________
Hashtag Chaton
Dragon Boules


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Fév 2015, 19:08 
Hors ligne
Expert

Inscription: 22 Juin 2013, 15:42
Messages: 1429
Très bon film, intelligent qui m'a bien fait réfléchir après vision. Les acteurs sont tous bon, un vrai film d'acteurs. Et tout ça est très agréable à regarder, les quelques effets spéciaux sont parfaits et les plans séquences sont menés de mains de maîtres.

La toute fin est bien cool.

La fin je ne suis pas sûr de ce qu'il a voulu exprimer... soit une figure de style, soit le fait qu'en devenant plus "humain" l'autre (sa fille) le voit réellement ; Le sourire ébahit.

Ou il est enfin débarrassé de son démon intérieur et devient libre... Le vol serait une métaphore de sa liberté acquise. (comme la fin de Matrix d'ailleurs)


5/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Mar 2015, 10:47 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 6401
Je n'ai pas aimé.

C'est vrai que c'est assez étourdissant de maîtrise ces longs plans-séquences (puisque si j'ai bien compris la continuité d'un unique plan n'est qu'une illusion) et à une demi-heure de film j'étais assez grisé par ces personnages qu'on attrape les uns après les autres au gré des allers et venues d'une caméra libre, virevoltante. Mais je trouve que ça tourne vite au système dérivé du concept, qui ne laisse plus le film respirer au-delà de sa performance de mise en scène et d'interprétation (cette tirade vengeresse d'Emma Stone en gros plan, par exemple, a tout de la perf ostentatoire).

D'autant qu'au final, le film hésite constamment entre un ton comique voire cynique, et une prétention morale humaniste. Ca fait un peu pot pourri d'intentions philosophiques sans qu'aucune d'entre elles ne soient vraiment incarnées. On a l'impression qu'Inarritu veut nous en mettre plein la vue avec des références (l'assemblage de batterie et de jazz et d'une collection de beaux morceaux classiques fait joli, mais creux) sans pleinement traiter le sujet artiste de théâtre VS acteur de blockbuster: quelle est la différence, quelles intentions, quelles méthodes? Les répétitions s'enchaînent sans qu'Inarritu ne nous montre l'évolution interprétative et comment l'oeuvre en est affectée... Les événements semblent de plus glisser sur le personnage de Keaton une fois le premier accroc passé, comme si lui même s'en foutait. Du coup la sincérité de son acte de bravoure final est douteux: peut-on vraiment penser qu'il veut embrasser cette carrière artistique après tout ça? Cet acte ne suscite en tout cas aucune émotion chez moi, parce que le vécu de l'acteur a été traité de manière désinvolte, superficielle tout du long, tout ça parce qu'Inarritu voulait garder une distance ironique qu'il croit moderne.

La comparaison avec Opening Night de Cassavetes fait très mal: ce dernier a le même sujet, mais en étant suffisamment humble pour se concentrer sur l'évolution du rapport entre les interprètes et l'oeuvre de théâtre, avec en fond les interrogations sur la déchéance liée à la vieillesse, atteint une intensité et une émotion que Birdman n'effleure même pas.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Mar 2015, 11:48 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 4591
Baptiste a écrit:
(puisque si j'ai bien compris la continuité d'un unique plan n'est qu'une illusion)

Comment pourrait-il en être autrement ? L'intrigue se déroule sur plusieurs jours et il y a des scènes de vol, sans parler de la chorégraphie miraculeuse que cela représenterait.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Mar 2015, 11:54 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 6401
Le premier raccord invisible "évident" c'est une caméra pointée vers le ciel avec accélération du temps, techniquement c'est faisable de ne pas couper le plan à ce moment-là.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 47 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Babel (Alejandro González Iñárritu - 2006)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 8, 9, 10 ]

Mufti

141

7879

06 Sep 2010, 14:24

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. 21 grammes (Alejandro González Iñárritu, 2003)

_ZaZaZa_

6

574

05 Sep 2011, 15:25

Mickey Willis Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Biutiful (Alejandro González Iñárritu - 2010)

Karloff

5

1097

22 Jan 2015, 03:35

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Revenant (Alejandro Gonzalez Inarritu - 2015)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Karloff

56

3024

04 Mar 2016, 11:07

karateced Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Amores Perros (Alejandro González Iñárritu, 2000)

_ZaZaZa_

9

935

20 Jan 2015, 10:07

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Inori (Pedro Gonzalez-Rubio - 2012)

Karloff

0

373

14 Sep 2015, 21:32

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Rencontres d'après minuit (Yann Gonzalez - 2013)

DPSR

3

976

07 Déc 2013, 01:06

Tom Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Un couteau dans le coeur (Yann Gonzalez - 2018)

Qui-Gon Jinn

5

521

14 Juil 2018, 15:24

Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. El Topo (Alejandro Jodorowsky, 1970)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Cosmo

31

1914

02 Fév 2016, 10:12

Art Core Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Agora (Alejandro Amenabar - 2009)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

DPSR

16

1264

14 Déc 2010, 00:07

Tom Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web