Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 16 Juil 2020, 15:28

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 16 Juin 2019, 19:05 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 11118
Image

Haïti, 1962. Un homme est ramené d'entre les morts pour être envoyé de force dans l'enfer des plantations de canne à sucre. 55 ans plus tard, au prestigieux pensionnat de la Légion d'honneur à Paris, une adolescente haïtienne confie à ses nouvelles amies le secret qui hante sa famille. Elle est loin de se douter que ces mystères vont persuader l'une d'entre elles, en proie à un chagrin d'amour, à commettre l'irréparable.

Bon j'adore Bonello, on pourrait même dire que je suis un vendu au cinéaste, et vu les premiers bon échos cannois et le sujet qui me bottait grave, je pensais adorer mais c'est la douche froide en sortant de la salle de cinéma et la déception au rendez-vous. Zombi Child n'est pas un mauvais film mais on peut clairement attendre mieux de Bonello. Tout d'abord dans ce qui est réussi, le fait de situer son action dans un lycée d'élite avec costumes, étudiantes bourgeoises,...Bonello arrive à instaurer une ambiance assez fascinante, ces passages de la vie "ordinaire" étant entrecoupé de passages en Haïti avec Vaudou inclus. L'alternance des deux époques/géographies fonctionne et Bonello rend curieux sur ce qu'il va faire des deux segments.

Et bien pas grand chose malheureusement de bien productif. La manière dont filme Bonello le vaudou et les légendes haïtiennes est assez séduisant à l'écran mais tout ça pour en faire juste l'application à un chagrin amoureux. Le tout manque cruellement d'enjeux et on sent que Bonello a du mal à broder une histoire excitante sur ce fond de vaudou. Le film n'est pas déplaisant à regarder mais ça parait tellement petit par rapport aux autres films du cinéaste. Après ça fait plaisir de voir un cinéaste oser et essayer plusieurs trucs qui flirtent avec le ridicule sans jamais y tomber comme ce dernier quart d'heure.

3-4/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 17 Juin 2019, 08:52 
Hors ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 27445
Localisation: Paris
1. Je sais que c'est sans doute la bonne orthographe, mais ce "zombi" sans E là, ça me crispe.

2. Cool, j'ai trouvé mon actrice pour mon biopic d'Anna Paquin !

_________________
Liam Engle: réalisateur de comédie, publicité, série, cinéma !
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 17 Juin 2019, 09:12 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 21823
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Moi j'ai trouvé ça assez enthousiasmant. En fait le film a un côté presque "petit" qui va bien à Bonello après l'ambition globalement foirée de Nocturama. Ici j'ai adoré ce mélange des genres improbables avec des passages limite Harry Potter, ce côté teen movie contemporain (on cite Damso, ça fait presque hors-sujet) et tout l'aspect fantastique à Haïti qui rejoint parfaitement l'histoire principale à la fin dans un grand mouvement romantique bouleversant et assez impressionnant dans sa transe morbide mais aussi passionnant politiquement et historiquement sur la colonisation.
Un excellent film original, rafraîchissant, surprenant, poétique comme on en voit quand même vraiment peu.

5/6

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 17 Juin 2019, 22:50 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2007, 11:11
Messages: 6357
Assez frustrant ce film. J'ai plutôt aimé tout le long, de plus en plus même au fur et à mesure que le film avançait. Il y'a une approche assez singulière, un ancrage original, une mythologie qui s'installe peu à peu et qui commence à faire son effet.. et puis j'en suis sorti avec l'impression d'avoir vu une longue exposition d'un film de 2h30 dont il manquait la moitié des bobines.

Bonello s'amuse (et le pire c'est que je crois vraiment qu'il s'en amuse) à ouvrir des portes au hasard à droite à gauche
("je vais te bouffer", l'espèce d'érotisme lesbien qu'il entrouve en filmant une des filles prendre sa douche, les esprits qui prennent possession des corps)
sans l'ambition de pousser son histoire et d'en faire vraiment un grand film. J'aurais aimé un film qui s'assume jusqu'au bout à la Grave auquel j'ai pas mal repensé et que je trouve bien supérieur.

3/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Juin 2019, 21:30 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Avr 2013, 08:44
Messages: 677
Tiens, un alt de Gontrand.

_________________
-I failed.
-Good. Now go fail again.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 24 Juin 2019, 20:36 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2015, 16:00
Messages: 2231
Je valide à 100% le post de Mickey. Le film n'est pas désagréable, on est plutôt content de voir Bonello se rattraper après ses errements de Nocturama
encore que, Fanny fait le forcing pour que la tante de Melissa utilise les forces obscures du vaudou pour une simple peine de cœur, on n'est finalement pas si loin de ses adolescents niais qui se révèlent révolutionnaires mais finissent par se répandre dans le consumérisme,
mais on peut dans le même temps regretter l'ambition de ce dernier. Là il n'y a rien, comme si Bonello n'avait trouvé comme meilleur moyen de corriger le tir que de ne tout simplement pas traiter de quoi que ce soit d'important. On se retrouve donc avec un pur film d'ambiance, "teen-zombiesque", qui est loin de laisser une impression aussi forte que Grave et que je le crains j'oublierais très rapidement.

3/6
pour l'instant, peut être moins avec le temps.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Déc 2019, 15:56 
Hors ligne
Titilleur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Sep 2013, 17:45
Messages: 78
Faut bien admettre que c'est pas les grandes fresques baroques qu'étaient les films précédents de Bonello (son Saint Laurent en particulier), ici c'est travaillé par petites touches, la musique m'a semblé un peu inachevée, il chope quand même de très belles scènes, inspirées, avec des actrices débutantes. Le film est un peu "petit" par sa brièveté et les pistes perdues, assez replié malgré quelques plans larges sur les lieux.

Les deux lieux de tournages sont forts, aussi bien le pensionnat de la Légion d'honneur, que ce qui est fait en Haïti, avec des acteurs locaux.

D'aller chercher cette figure qui hante le cinéma depuis White Zombie (1932), souvent dans l'horreur gothique, la remettre dans son jus culturel, la zombification dans le vaudou haïtien, Bonello est pas le premier à le faire (le Vaudou de Tourneur), ni à aller tourner son film en Haïti (Wes Craven l'avait fait pour un résultat mitigé mais inscrit politiquement avec son The Serpent And The Rainbow / L'emprise des ténèbres). Mais que le zombi soit haïtien, dans la culture haïtienne, avec des haïtiens et tourné en Haïti, je ne vois pas d'autre film qui irait là. D'ailleurs les scènes dans la plantation de canne à sucre et du "réveil" du zombi sont quand même hyper fortes, avec l'alternance des plans de jour et de nuit. Par petites touches la question raciale, pas sans lien avec La nuit des morts-vivants de Romero, mais dans un jus français, donc plus colonial : « Écoutez monde blanc, Les salves de nos morts, Écoutez ma voix de zombi, En l'honneur de nos morts ... » (René Depestre poète haïtien écrivant en français, cité plusieurs fois dans le film). Et la place donnée aux paroles en créole.

Le pensionnat de la légion d'honneur, qui se trouve à Saint-Denis, juste à côté de la basilique, est un lycée d'élite oui, mais pas que de bourgeoises, comme le montre bien ce film, ce sont les filles et petites-filles de titulaires de la légion d'honneur, qui peut être filée pour des raisons diverses. Créé par Napoléon, la proximité de ce pensionnat est avec le lycée de Saint-Cyr, s'organisent des bals, la destinée de ces jeunes femmes serait de finir mariées parmi l'élite militaire française ...

La seule vraie faute de goût de ce Zombi Child est de mettre en scène Patrick Boucheron en prof d'histoire pour déblatérer sur Napoléon, la révolution et le libéralisme, or sa rhétorique tordue et floue le caractérise hélas en intellectuel d'ambiance.

4-5 / 6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Déc 2019, 17:34 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Avr 2013, 08:44
Messages: 677
Merci pour la critique qui donne envie et pour le lien "lundi matin", ça frappe fort et juste.

_________________
-I failed.
-Good. Now go fail again.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. My New Picture (Bertrand Bonello - 2006)

Zad

11

950

13 Sep 2007, 21:57

Jericho Cane Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. De la Guerre (Bertrand Bonello, 2008)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Jericho Cane

65

4406

02 Juin 2009, 11:40

Jericho Cane Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'apollonide (Bertrand Bonello - 2011)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

DPSR

43

3259

23 Nov 2015, 15:11

Slacker Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Nocturama (Bertrand Bonello, 2016)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 8, 9, 10 ]

Art Core

143

8089

02 Fév 2018, 17:39

Slacker Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Saint Laurent (Bertrand Bonello - 2014)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

DPSR

18

2174

26 Mar 2020, 01:39

Abyssin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Cindy, the Doll Is Mine (Bertrand Bonello - 2005)

Karloff

5

972

04 Oct 2005, 12:34

mannhunter Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Foster Child (Brillante Mendoza - 2007)

Jericho Cane

7

761

29 Fév 2008, 02:06

DPSR Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Child's Play (Sidney Lumet - 1972)

Blissfully

2

889

07 Fév 2008, 18:29

Blissfully Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mother and Child (Rodrigo Garcia, 2010)

Arnotte

0

877

06 Sep 2010, 15:56

Arnotte Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Obvious Child (Gillian Robespierre, 2014)

Film Freak

4

601

04 Sep 2014, 13:53

sponge Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 13 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web