Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 01 Déc 2022, 08:56

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 23 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2
Auteur Message
MessagePosté: 27 Oct 2009, 13:47 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 24607
Localisation: Arkham Asylum
Ouais, je vois que c'est ce qu'il y a d'écrit sur la jaquette du DVD. 'connais pas ce format...

_________________
N'écoutez pas Film Freak


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 27 Oct 2009, 13:58 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 29 Juil 2008, 14:04
Messages: 360
Moi non plus, c'est encore une spéciale Kubrick ça :)
Un truc entre le 1/37 et le 1/66...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 27 Oct 2009, 15:20 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 24607
Localisation: Arkham Asylum
Peut rien faire comme les autres celui-là...

_________________
N'écoutez pas Film Freak


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Mar 2015, 11:27 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 9067
Localisation: Ile-de-France
Troisième vision hier soir et je commence à y voir un peu plus clair dans ce que décrivais initialement comme un film confus.

Comme le dit Blissfully, au départ j'avais l'impression de ne pas comprendre les motivations des personnages et surtout, des deux factions qui semblent s'affronter. Mais maintenant il me semble que le film, au-delà de prophétiser l’avènement de la société des images et de Youtube, prédit également une lutte traversant ce nouveau média. On a d'un côté la famille O'Blivion qui a découvert le principe de la manipulation médiatique et veut l'utiliser à des fins politiques pour créer un homme nouveau (ce qui fait penser aux utopies liées à Internet, aux partisans d'un web libre qui connecte tous les esprits entre eux comme la cybernétique de Wiener le souhaitait, aux hackers aussi); et de l'autre la corporation qui veut l'exploiter de manière purement commerciale en redéfinissant la consommation, vue à présent comme la jouissance de flux continus qui opèrent comme des drogues hallucinatoires (et là c'est terrifiant de vérité quand on pense au streaming).

Bref, Cronenberg écrit et réalise là un film incroyablement prophétique et moderne, quand l'on gratte le vernis série B qui a bien vieilli.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Déc 2016, 02:18 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 80870
Localisation: Fortress of Writing
Image

J'aime bien la tagline en mode note d'intention.

Bon j'ai trouvé ça dingue.

J'ai vraiment l'impression que Cronenberg s'améliore de film en film. Peut-être est-ce une ouverture vers une forme plus accessible qui lui a permis de mieux savoir comment canaliser et raconter ses idées sur cet opus moins grand public mais j'ai vraiment trouvé ici une intelligence dans l'écriture qui manque à ses précédents films.
Là où ces derniers affichaient plus ou moins immédiatement leurs métaphores respectives, Videodrome cultive son mystère. En choisissait de suivre un protagoniste menant l'enquête pour découvrir l'origine d'une émission pirate, le scénario invite le spectateur à plonger lui aussi de plus en plus profondément dans un enfer proprement surréaliste. Les thématiques, bien plus nombreuses qu'à l'accoutumée, sont ainsi distillées tout du long dans un film qui ne s'offre donc pas aussi facilement que les autres films du cinéaste.

En s'attaquant à la télévision, objet donc sujet bien plus concret, Cronenberg signe une oeuvre d'une densité assez folle.
Le film voit la confluence des deux approches que l'auteur a pu favoriser dans son traitement du corps : la notion de métamorphose, qui se traduit par le body horror, et celle de l'extension du corps, qui passait jusqu'à présent par la télépathie. Ici, il n'est pas tant question de télépathie, même si Videodrome, l'émission, a clairement un pouvoir hypnotisant sur le héros, mais de la télévision comme manifestation de la psyché. "L'oeil est une fenêtre vers l'âme" disait Medici, ce à quoi Cronenberg répond "La télévision est la rétine de l'esprit", par la bouche du personnage du professeur. Avant même la moindre hallucination, avant la découverte de Videodrome, Max projette déjà ses fantasmes sur le tube cathodique.

Après deux films plus "chastes" que d'habitude, le metteur en scène renoue plus que jamais avec le rapport à la sexualité et à la violence, que ce soit dans le goût SM du protagoniste, les snuff movies de Videodrome et Cronenberg lie les deux intimement dans l'une des nombreuses images surréalistes du film, celle d'un flingue que l'on pénètre ou que l'on sort d'un vagin béant, un flingue qui pénétrera plus tard la chair dans une image qui n'est pas sans rappeler l'art bioméchanoïde de Giger et qui achève la métamorphose du corps sexué en engin de mort.

Et ce n'est même pas la plus belle transformation du film.
Dans Videodrome, le corps devient télévision et la télévision devient corps, la télévision, l'image respire. L'image est vivante. Les frontières sont floutées, jusque dans la distinction entre hallucinations et réalité et si la télévision, objet de fantasme, pervertit le corps comme une maladie menant à l'auto-destruction, cette maladie mène également, lorsqu'elle est assumée comme "nouvelle chair", comme dans Scanners (où c'est littéral), à la renaissance.

C'est là d'ailleurs que je décèle le propos le plus beau du film sur l'acceptation de la mort laissant derrière soi l'image. L'artiste se transforme en son art.
Le réalisateur adopte également un propos politique avec cette télévision qui remplace la religion comme nouvel opium du peuple (faut voir cette nouvelle Armée du Salut "nourrir" les démunis en images), opposant donc ceux qui croient à l'art de l'image, même s'il s'agit de performance art déviant, à ceux qui voudraient hypocritement exploiter l'image dans le but d'annihiler le vice par le vice.

Si le troisième acte est un peu underwhelming dans sa mécanique, Videodrome reste un trip comme j'en ai rarement vu, qui m'a fait l'effet de ce à quoi des films aussi différents que 8mm ou Ring aspirent, et qui préfigure eXistenZ, version (vidéo)ludique de ce film toujours pertinent 30 ans après.

_________________
Projection de THE ISLAND en 35mm Jeudi 8 Décembre à 21h à l'Ecoles Cinéma Club présentée par bibi
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Déc 2016, 09:30 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 25630
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Chef-d'oeuvre eternel. Long live the new flesh !

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Déc 2016, 09:35 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 13600
Dingue est le terme qui décrit mieux le film.
Beaucoup le considèrent comme le chef d'oeuvre de Cronenberg. En tout cas dans son Top 3 sans problème.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Déc 2016, 21:41 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 9067
Localisation: Ile-de-France
Tres content que tu ai aime FF! J'avais un peu peur que tu sois mitige.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 23 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Chromosome 3 (David Cronenberg - 1979)

Blissfully

12

2032

19 Déc 2016, 20:33

Déjà-vu Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Mouche (David Cronenberg - 1986)

Blissfully

14

2899

11 Nov 2021, 10:23

Bêtcépouhr Lahvi Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Spider (David Cronenberg - 2002)

romain

0

1525

23 Juil 2012, 11:59

romain Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Cosmopolis (David Cronenberg, 2012)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Film Freak

41

5440

16 Juin 2012, 17:51

sponge Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Crash (David Cronenberg - 1996)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Tom

16

2502

30 Mai 2022, 12:33

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Stereo (David Cronenberg, 1969)

Film Freak

2

1235

21 Sep 2015, 08:17

Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Shivers (David Cronenberg, 1975)

Film Freak

11

1886

24 Nov 2020, 17:37

Vieux-Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. M. Butterfly (David Cronenberg, 1993)

Mr.Orange

12

1532

31 Mai 2022, 10:33

Billy Budd Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Rabid (David Cronenberg, 1977)

Film Freak

0

1218

20 Juin 2016, 00:23

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Scanners (David Cronenberg, 1981)

Film Freak

2

1400

09 Nov 2020, 10:49

Art Core Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot] et 4 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web