Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 11 Déc 2018, 09:02

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 865 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 53, 54, 55, 56, 57, 58  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 14 Jan 2014, 21:32 
Hors ligne
Successful superfucker
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2006, 21:20
Messages: 8810
Mayouta a écrit:
DPSR a écrit:
Coeur de chien à l'opéra de Lyon.

Ah tiens on m'a invité à aller voir cet opéra qui m'a l'air bien foutu. J'avais bien aimé la nouvelle de Boulgakov.


Marie-toi avec celui qui a eu le bonne idée de t'offrir cette place


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 14 Jan 2014, 21:33 
Hors ligne
Successful superfucker
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2006, 21:20
Messages: 8810
Léo a écrit:
DPSR a écrit:
la trilogie des spectacles de danse nue de Dave

Est-ce que ça mérite vraiment une trilogie, hmm ?


J'ai déjà vu deux des trois spectacles, et c'est tellement bien que j'y retourne.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 15 Jan 2014, 00:16 
DPSR a écrit:
Mayouta a écrit:
DPSR a écrit:
Coeur de chien à l'opéra de Lyon.

Ah tiens on m'a invité à aller voir cet opéra qui m'a l'air bien foutu. J'avais bien aimé la nouvelle de Boulgakov.


Marie-toi avec celui qui a eu le bonne idée de t'offrir cette place

Haha, tu l'as adoré donc.


Haut
  
 
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 15 Jan 2014, 12:02 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 14:47
Messages: 3553
DPSR a écrit:
Planning bien rempli de mon côté dans les semaines qui viennent avec Platonov et Les fausses confidences avec Huppert à l'Odeon, Alcina à l'opéra Garnier, les deux Thomas Ostermeier au théâtre de la ville (Mort à Venise et Un ennemi du peuple) ainsi que la trilogie des spectacles de danse nue de Dave St Pierre au même endroit, le boulevard de Lemercier au théâtre Montparnasse, le Duras avec Fanny Ardant et Duvauchelle à la Gaïté Montparnasse, la reprise du one woman show de Nawell Madani au Palais des glaces, La pietra del paragone au châtelet, un festival Chiens de Navarre et le nouveau Pippo Delbono au Rond Point, Le Minsanthrope de Michel Fau avec Edith Scob et Julie Depardieu au théâtre de l'oeuvre sans oublier la première mise en scène d'opéra de Simon Mc Burney, Coeur de chien à l'opéra de Lyon.



Pour moi juste l'Ostermeier (un ennemi du peuple) au théâtre de la ville. Alcina m'aurait bien dit mais je ne peux pas me le permettre en ce moment.
Le McBurney à Lyon aussi tiens.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 15 Jan 2014, 12:07 
Hors ligne
Sweet Home
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:46
Messages: 7464
Localisation: Au soleil !
J'ai vu Antigone à la Comédie Française pendant les fêtes et je n'ai croisé aucun d'entre vous !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 15 Jan 2014, 20:19 
Hors ligne
Garçon-veau
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Juil 2005, 15:48
Messages: 16609
Localisation: FrontierLand
Alabama a écrit:
J'ai vu Antigone à la Comédie Française pendant les fêtes et je n'ai croisé aucun d'entre vous !

Ah ben elle est tellement conne, on essaie de l'éviter !

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 15 Jan 2014, 20:47 
Hors ligne
Sweet Home
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:46
Messages: 7464
Localisation: Au soleil !
Le Cow-boy a écrit:
Ah ben elle est tellement conne, on essaie de l'éviter !


:mrgreen: enfoiré.
Je n'y avais même pas pensé.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 23 Jan 2014, 03:42 
Hors ligne
Successful superfucker
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2006, 21:20
Messages: 8810
Image

Les fausses confidences
jusqu'au 23 Mars au théâtre de l'Odeon

Que d'éloges dans la presse pour ce Marivaux avec la Huppert et Garrel... Un jeune homme désargenté tente de se faire engager comme intendant auprès d'une riche veuve dont il est amoureux, mais comment prouver la nature de ses sentiments en même temps que son désintéressement? Au contraire, tout comme ses deux tentatives de l'année dernière, la mise en scène de Bondy ne casse pas des briques avec ses murs mobiles en carton pâte, son tas de chaussures façon invendus vente privée chez Art Core, et le public qui entre dans la salle pendant que notre diva nationale en robe fourreau Dior réalise une demo de tai chi (Tai Chi Huppert!). Contrairement au Tramway de Warlikowski, elle n'écrase pas la troupe, et chaque rôle secondaire prend le temps d'exister de Bulle Ogier en vieille bique acariâtre ou Yves Jacques en habile domestique manipulateur. La frivolité du duo Huppert/Garrel, au bord de l'ivresse, exténué par leurs révélations en cascade, flirte quand même limite avec une mise en scène bon teint de Françon à la comédie française. En tout cas la proposition la moins forte de tout ce que j'ai pu voir d'Huppert sur scène.

Image
Un coeur en herbe
les vendredis au théâtre Clavel

D'Isabelle Huppert à Kevin Miranda, il n'y a qu'un pas. Deuxième volet d'une trilogie gay suivant un même protagoniste de son outing jusqu'à l'adoption, Un coeur en herbe est l'entre-deux où notre Antoine Doinel minou de province débarque dans la capitale chez un couple homo composé d'un genre de Philippe Besson vieillissant et de son mec queutard bodybuildé qui vont se partager les faveurs de son innocence et sa chair fraîche. Les vachardises sur le milieu gay fonctionnent plutôt bien, assez au-dessus du niveau lambda d'un boulevard, bien moins stupide que ce à quoi je m'attendais, mais on revient vite à la base du contentement de ce que le public est venu voir, soit foutre les deux bombasses en boxer.

Image
La pietra del paragone
jusqu'au 29 Janvier au théâtre du Châtelet

Un Rossini monté avec le système de trucage original de Pierrick Sorin, qui se sert de maquettes comme décors diffusés sur des écrans géants. C'est l'histoire d'un conte fortuné las de ses prétendantes arrivistes qui va se faire passer pour ruiné afin de tester leur sincérité. La mise en scène est de Corsetti qui commence à devenir omniprésent (le succès du chapeau de paille d'Italie au français, et le prince de Hambourg dans la cour d'honneur au prochain festival d'Avignon, et c'est un des chouchous de Lissner donc on devrait le voir pas mal à l'opéra de Paris), avec un sens du divertissement frénétique, kitsch, à la vulgarité pétaradante et assumée. Les chanteurs (casting jeune qui bataillait un peu niveau voix au début avant de se reprendre après l'entracte) sont du coup encouragés à cabotiner pour la caméra. Pour amateurs de grosse gaudriole.

Image
Mort à Venise
jusqu'au 23 janvier au théâtre de la ville

Adaptation étonnante de la nouvelle de Thomas Mann par Ostermeier qui désosse la romance gériatrique et la contemplation d'éphèbe en happening (à mi-chemin, un personnage rallume les lumières de la salle et abandonne la scène pour nous faire lecture d'un passage). Plus curieux encore, les deux personnages masculins principaux sont éjectés de la pièce lors du dernier tiers de ce spectacle bref d'une heure pour se concentrer sur un ballet de naïades nues au milieu d'une avalanche de feuilles mortes, à la manière d'un spectacle de Romeo Castellucci, au rythme des cordes d'un piano éventré comme une carcasse. Les puristes étaient furax.

Image
Avant que j'oublie
jusqu'au 5 février au théâtre du Rond-Point

Le second seule en scène de l'incroyable Vanessa Van Durme, transexuelle repérée chez Alain Platel notamment dans l'imperfectible Gardenia. Elle joue son rôle et celle de sa mère, à qui elle rend visite dans sa maison de retraite alors qu'elle perd la mémoire, faisant resurgir les troubles de la transformation sexuelle, l'impuissance face à la disparition imminente, tout en conservant un vrai sens de l'humour, une lucidité et une élégance à ne jamais infantiliser la vieillesse et la maladie.

Image
Platonov
jusqu'au 1er février aux Ateliers Berthier

Pour contrer ses mises en scène poussiéreuses, Bondy a programmé la fine fleur de la relève scénique française et germanique, des metteurs en scènes même pas trentenaires, des pièces de troupe avec des comédiens tout aussi jeunes. Platonov, c'est une pièce de jeunesse de Tchekov écrite à 18 ans, l'histoire d'une veuve que tous les hommes convoitent alors qu'elle n'en pince que pour le dit Platonov, garçon de prime abord fringant et joyeux, ne cachant qu'un triste sire maléfique, manipulateur et désoeuvré. Le découpage de Porée se révèle habile, contraste de la débauche d'excès et du vide existentiel, montrant dans une première partie des grandes scènes de fête et de banquet, insouciantes, débordant de l'énergie de la jeunesse, où s'activent une trentaine de personnages, puis après l'entracte une piaule minable où Platonov nu reçoit un à un maîtresses éconduites, amis trahis et assassins vengeurs. On pourra regretter un manque de folie dans une mise en scène parfois trop sage (ceci étant dit, les quatre heures trente du spectacle passent comme une lettre à la poste), mais la scénographie explose à la manière d'une bombe à retardement et sa direction d'acteurs déjà impeccable révèle un vivier de nouveaux noms avec lesquels il faudra dorénavant compter.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 23 Jan 2014, 14:09 
Hors ligne
Expert

Inscription: 04 Juin 2010, 12:55
Messages: 4394
Qui a vu "Le Canard Sauvage" à la Colline?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 23 Jan 2014, 16:01 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 18944
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
DPSR a écrit:
son tas de chaussures façon invendus vente privée chez Art Core


Ça fait plaisir de voir que tu t’intéresses à mes problèmes :( .

Sinon pour participer un peu j'ai vu totalement par hasard Roméo et Juliette avec Ana Girardot et Niels Schneider au théâtre de la Porte Saint-Martin, mise en scène de Nicolas Briançon. J'ai trouvé ça sans intérêt. Mise en scène minimaliste, acteurs peu assurés, surtout Girardot franchement pas terrible qui bafouille une phrase sur deux (mais c'était la première donc soyons un peu indulgent), absence quasi totale d'émotion. Les scènes clés sont foirées (la scène du balcon est pourrie Schneider descend de la scène et regarde Juliette debout sur son lit...). Seule bonne idée, les musiciens directement sur scène, un petit groupe gitan plutôt sympa qui se déplace et passe même dans le public.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 08 Fév 2014, 15:39 
Hors ligne
Successful superfucker
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2006, 21:20
Messages: 8810
Saison hyper terne à venir à l'opéra de Paris composée essentiellement de reprises, avec une hausse des tarifs de 20%... Présentation officielle le 5 mars. En attendant la première vraie saison programmée par Lissner l'année prochaine, avec Moïse et Aaron mis en scène par Castellucci en point d'orgue.

Bastille

Verdi – La Traviata // Mise en scène : Benoit Jacquot // Avec : Ermonela Jaho.

Rossini – Le Barbier de Séville // Mise en scène : Coline Serreau

Puccini – Tosca // Avec Martina Serafin/Béatrice Uria-Monzon

Puccini – La Bohème

Mozart – Don Giovanni // Mise en scène : Michael Haneke // Avec : Stefan Pop

Strauss R. – Ariadne auf Naxos // Avec : Karita Mattila, Daniela Fally

Debussy – Pélléas & Mélisande // Mise en scène : Robert Wilson

Gounod – Faust // Mise en scène : Jean-Louis Martinoty // Direction : Michel Plasson // Avec : Stefano Secco, Karissima Stoyanova

Dvorak – Rusalka // Mise en scène : Robert Carsen

Mozart – La Flûte enchantée // Mise en scène : Robert Carsen

Chausson – Le Roi Arthus // Direction : Philippe Jordan // Avec : Roberto Alagna, Thomas Hampson, Sophie Koch

Cilea – Adriana Lecouvreur // Mise en scène : David McVicar // Avec : Micaela Carosi / Angela Gheorghiu, Marcelo Alvarez, Luciana d’Intino

Garnier

Mozart – L’Enlèvement au Sérail // Direction : Philippe Jordan / Mise en scène: Zabou Breitman

Humperdinck – Hansel et Gretel // Mise en scène : Marianne Clément

Massenet – Le Cid // Direction : Michel Plasson // Avec : Anna Caterina Antonacci, Roberto Alagna, Annick Massis

Gluck – Alceste // Mise en scène : Olivier Py // Avec : Stéphane Degout


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 09 Fév 2014, 13:43 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 12:23
Messages: 4964
20 % ? Lissner parvient à faire pire que Mortier, chapeau.

_________________
There is no such thing in life as normal


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 10 Fév 2014, 14:49 
Hors ligne
Successful superfucker
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2006, 21:20
Messages: 8810
Image

Une raclette
Mini festival Chiens de Navarre au Rond Point avec cette pièce qui a fait connaître leur style transgressif reposant sur une bonne dose d'impro (Regarde le lustre et articule, un des trois spectacles, est une fausse lecture à base de feuilles blanches où le collectif s'en donne à coeur joie avec un nouvel invité chaque soir) et de performance anar. Une raclette est sensiblement dans le même registre que Nous avons les machines (Quand je pense qu'on va vieillir ensemble qui reprendra en octobre aux bouffes du nord est plus mis en scène, évoquant même du Pommerat trash par moment), avec cette table et ses chaises incubant des conversations de banalités et de lieux communs où soudain tout le monde se met à partouzer ou à se faire doigter par une carotte géante. Toujours aussi intranquille, remuant et férocement drôle.

Image
Orchidées
Pippo Delbono, qui se fait d'ailleurs chambrer par les chiens de Navarre qui jouent en même temps dans l'autre salle, revient avec ses pièces-journaux intimes, sa troupe de laissés pour compte et sa fureur contre l'homophobie, Berlusconi, la mort de sa mère qu'il filme à son chevet, son voyage en Afrique ou son amour inconditionnel pour Bobo. Prenant le micro dans la loge technique derrière le public, où surgit parfois des personnages encostumés, il scande sa rage et son désir de révolte. Moins fort que Dopo la battaglia ou cette bête féroce car plus confus, moins plastiquement abouti, ce spectacle inégal n'en reste pas moins fort, d'un lyrisme décidément incomparable et réaffirme son exigence de présence au monde.

Image
Le misanthrope
Spectacle d'une rare qualité au théâtre de l'oeuvre pour une production du théâtre privé avec cette adaptation sombre et baroque de Molière auquel on a rajouté le judicieux sous-titre d'atrabilaire amoureux. Car si Alceste ne peut pas piffrer l'humanité, il est aussi fou de Célimène, jouée par Julie Depardieu, parfaite représentante de ce monde faux et superficiel de commères qu'il exècre. Avant d'être misanthrope, il n'en demeure pas moins un personnage torturé et malheureux d'avoir raison sur la cour de vaniteux et d'hypocrites qui l'entoure. Fau est incroyable, mais tous les comédiens sont au diapason d'une sorte de cabotinage impérieusement subtil, notamment Jean-Pierre Lorit qui s'était fait rare au cinéma ou Edith Scob. Au-delà de cette direction d'acteurs d'exception, cette production resplendit de son travail d'orfèvre sur les perruques et les costumes inouïs qui en disent autant sur la bassesse des personnages et un éclairage surnaturel digne d'un film d'Harmony Korine.

Image
Un temps de chien
Après le ratage de 100% cachemire, Lemercier tente de se refaire dans un boulevard écrit anecdotiquement par comparse Brigitte Buc qui l'accompagne sur ses one woman show. Elle joue une cadre stressée par une réunion et son couple qui part à vau l'eau, Pascale Arbillot une paumée sans taf ni mec, et Mélanie Bernier une esthéticienne qui enchaîne les fuckbuddies, autour d'elles gravite un garçon de café, Patrick Catalifo. Evidemment elles vont rester plus longtemps dans le bar, en finissant par se bourrer la gueule et enchaîner les spliffs. Le quatuor fonctionne et la pièce fait parfois rire, le plus souvent sourire, boulevard sans prétention sans doute un peu bâclé.

Image
Le cercle des illusionnistes
Alexis Michalik est un jeune comédien qui ne joue pas dans ses pièces, qui remportent un vif succès mérité dans lequel il n'apparaît pas, faisant surtout des apparitions en télé notamment dans Kaboul Kitchen. Après le triomphe du Porteur d'histoire à l'affiche du studio des champs elysées depuis plus de deux ans, il signe un deuxième spectacle choral où se croisent époques et destinées, entre un horloger magicien du XIXe et un pickpocket en 1984 pendant la coupe du monde de football, auquel se couple un hymne à la naissance du cinématographe digne d'Hugo Cabret. Un spectacle populaire, de troupe, d'une fraîcheur et d'une fluidité enthousiasmante, jeu de pistes de rêve dans les tréfonds d'une imagination sans faille.

Image
Nawell Madani au Palais des glaces
Je pensais vu l'affiche que c'était une comique qui triomphait déjà en Belgique et qui venait tenter sa chance à paris, mais pas du tout c'est une transfuge du Jamel Comedy Club propulsée dès la création de son premier stand up dans des grandes salles bondées. Un Véritable garçon manqué, au style cash et sans effronterie, avec une aisance scénique renforcée par la présence de plusieurs danseurs qui donnent le sentiment de voir un show à l'américaine, Nawell Madani possède une énergie rare et une aisance scénique totale sans chercher à draguer le public pour le mettre dans sa poche. Ce que j'ai vu de mieux rayon humour depuis Kheiron à l'Alambra.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 10 Fév 2014, 15:08 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18595
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
DPSR a écrit:
Nawell Madani au Palais des glaces
Je pensais vu l'affiche que c'était une comique qui triomphait déjà en Belgique et qui venait tenter sa chance à paris, mais pas du tout c'est une transfuge du Jamel Comedy Club

Mais elle est bien Belge! :)

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 05 Mar 2014, 16:54 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 14:47
Messages: 3553
J'ai découvert la mise en scène de Bob Wilson pour Mme Butterfly hier soir et surprise, j'ai trouvé ça très classe.
J'hésite du coup pour aller voir son Couronnement de poppée en fin de saison.

Elle vaut quoi sa mise en scène pour Pélléas et Melissande ?


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 865 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 53, 54, 55, 56, 57, 58  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Théâtre

Innamoramento

0

786

20 Avr 2006, 00:35

Innamoramento Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. places gratuites pour le théâtre

Zad

1

694

12 Avr 2007, 13:05

jaimebonlesflutes Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 9 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web