Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 19 Juin 2018, 11:22

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 07 Juin 2018, 15:15 
En ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 71768
Localisation: Fortress of Writing
affiche incompréhensible

Image

Où l'on suit les pérégrinations de Jon Rubin, vétéran du Vietnam débraquant à Greenwich Village dans l'espoir de devenir réalisateur de films pornographiques...

Sauf que ça, c'est genre les 20 premières minutes du film seulement et c'est con, parce que, pour une fois, c'était drôle, mais après ça vrille complètement.

J'ai rarement vu un film se tirer autant une balle dans le pied.

Dès les premières SECONDES, je m'esclaffais. La visite d'un taudis par un proprio malhonnête, un montage super cut qui accentue les gags, puis on passe à de l'humour construit sur les personnages et les dialogues (Jon et le producteur de films X), puis à la comédie de situation (Jon et ses stratagèmes pour séduire sa voisine d'en face) et c'est franchement marrant. Un poil potache mais pas de la farce grotesque comme Murder a la mod ou Home Movies. Et cette idée du "peep art" comme nouvel art voyeuriste est non seulement drôle mais De Palma parvient à la rendre presque touchante par le biais de son protagoniste sincère et pas pervers campé par un De Niro jeune, beau à tomber et surprenant dans un rôle à des kilomètres de ceux dans lesquels il s'est enfermé par la suite.

Arrive un premier interlude sur une expérience/pièce interactive créée par un autre voisin, intitulée "Be Black, Baby", ayant pour vocation de plonger la middle class blanche dans la vie d'un noir aux États-Unis, et tu te demandes déjà pourquoi le film fait une gigantesque pause pour nous faire regarder un (faux) documentaire filmé. De toute façon, dès le départ, le fait de glisser de temps en temps dans le point de vue des voisins qui ont chacun acheté une caméra est un peu mal fichu. Ça m'a rappelé le "soyez le héros de votre propre film/vie" de Home Movies mais c'est tellement juste posé là de façon totalement hétérogène que ça ne participe pas à la formulation d'un propos ou d'une thématique cohérente.

On revient le temps d'une scène à Jon et sa meuf, et c'est à nouveau amusant, mais ensuite, le film bascule totalement dans la pièce "Be Black, Baby" et si la satire fait vaguement sourire à la fin de la pièce, la conclusion du film est affligeante de hors sujet. J'ai eu l'impression de voir deux bouts de films montés ensemble, avec une fin de mec qui sait pas comment finir.
De Niro qui fait sauter l'immeuble, j'étais embarrassé pour Brian.

Dommage.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Juin 2018, 15:43 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 4515
Oui enfin j'ai l'impression que tu cherches de la rigueur dans un truc volontairement potache et anar.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Juin 2018, 15:56 
En ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 71768
Localisation: Fortress of Writing
Déjà-vu a écrit:
Oui enfin j'ai l'impression que tu cherches de la rigueur dans un truc volontairement potache et anar.

Je vois pas en quoi l'un empêche l'autre.

J'ai pas de souci avec un film volontairement potache et anar mais faut que ça aille quelque part. Là on dirait un étudiant qui a mal mélangé deux idées qui n'avaient rien à voir.

Avant le premier interlude "Be Black, Baby", c'est un vrai film normal. Et réussi.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Juin 2018, 17:34 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1551
Je l'ai appris cette semaine,mais c'est apparemment une suite de Greetings, avec de Niro en une sorte d'Antoine Doinel en version voyeur, dont le début raccorde directement à la fin du précédent. Cela fausse peut-être la perception du film de voir l'un sans le premier ?

Greetings est d'ailleurs plutôt centré sur le personnage de l'ami obsédé par l'assassinat de Kennedy que sur de Niro,moins politisé et plus bonhomme


Dernière édition par Gontrand le 07 Juin 2018, 17:41, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Juin 2018, 17:41 
En ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 71768
Localisation: Fortress of Writing
Oui, j'espère que ça change pas de film en plein milieu.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Juin 2018, 18:48 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1551
L'interlude brutal d'un sketch politique sur la racisme, c'est aussi inhérents au cinéma de l'époque. Dans Greetings un des personnages délire autour d'une femme nue autour de la mort de Kennedy, annulant la scène de cul attendue.

Talking Off de Milos Forman, il n'y a pas non plus de raccord fort entre la partie limite tragique sur la fugue de l'adolescente, la satire sur le club des parents d'enfants disparus qui découvrent le joint et le strip poker et le documentaire incisif à la Pierre Étaix sur le télé-crochet. Cela n'empêche pas le film d'être bon, même s'il en souffre.Le public de l'époque acceptait ces ruptures de continuités mieux que maintenant, ce qui offrait plus de liberté au metteurs en scène, scénaristes et acteurs.Parfois le ressort est théâtral,parfois il dépasse le théâtre. Dillinger est Mort ou même plus tard Rêve de Singe de Ferreri (qui part au début d'une troupe de théâtre féministe d'ailleurs avant d'arriver à autre chose).

Le public du théâtre accepte encore de telles ruptures.J'ai vu récemment une assez bonne pièce de Jonathan Capdevielle adaptée des romans de Bernanos qui finalement offrait aussi cette discontinuité. On passait de Paul Claudel aux Bronzés brutalement. Peut-être parce qu'indirectement le public de théâtre est plus bourgeois tout en en étant plus proche culturellement de la culture de gauche de la période 1950-1980 ?


Dernière édition par Gontrand le 07 Juin 2018, 19:27, édité 2 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Juin 2018, 18:51 
En ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 71768
Localisation: Fortress of Writing
Gontrand a écrit:
L'interlude brutal d'un sketch sur la racisme, c'est aussi inhérents au cinéma de l'époque. (...) Cela n'empêche pas le film d'être bon

Pas vu le Forman mais ici, si. Ça l'empêche complètement d'être bon. Surtout qu'en plus d'être hors sujet, c'est aussi pas très drôle. Donc c'est doublement mauvais.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Juin 2018, 07:06 
Hors ligne
Vaut mieux l'avoir en journal
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 15:21
Messages: 17749
Localisation: Paris
Dans Talking Off, il y a quand même une continuité, on reste dans la même histoire, malgré effectivement les grosses ruptures.
Alors que dans Hi, Mom !, j'ai le souvenir que lors de sa redécouverte dans les années 90 (sortie ciné, sortie vidéo), il était carrément présenté comme un film composé de trois courts-métrages.

_________________
La Vie brève de Jan Palach
(192 pages, 16.50€)
Le Dilettante | Fnac | Amazon


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Dionysus in '69 (Brian de Palma, Robert Fiore, Bruce Rubin, 1970)

Film Freak

3

135

05 Juin 2018, 20:42

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Pulsions (Brian de Palma, 1980)

Cosmo

6

1163

18 Juin 2018, 00:02

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Outrages (Brian de Palma - 1989)

Blissfully

3

781

06 Mar 2007, 09:34

Blissfully Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Redacted (Brian de Palma, 2007)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 25, 26, 27 ]

Jericho Cane

391

13826

23 Nov 2016, 14:28

Tetsuo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Sisters (Brian De Palma, 1973)

Marlo

4

864

12 Juin 2018, 23:04

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Blow Out (Brian De Palma - 1981)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 4, 5, 6 ]

Tom

75

2606

16 Jan 2016, 15:34

Castorp Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Passion (Brian De Palma - 2012)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 6, 7, 8 ]

DPSR

105

5520

03 Mar 2014, 01:04

Kost Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Scarface (Brian De Palma, 1983)

Walt

8

803

03 Juin 2018, 23:39

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Obsession (Brian De Palma, 1976)

Film Freak

0

97

17 Juin 2018, 23:47

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Murder a la mod (Brian De Palma, 1968)

Film Freak

0

168

03 Juin 2018, 23:55

Film Freak Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web