Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 21 Jan 2018, 21:14

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 34 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 13 Oct 2017, 13:06 
En ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 71057
Localisation: Fortress of Writing
Avec Le Labyrinthe de Pan, Guillermo del Toro faisait ses premiers pas dans l'univers du conte de fées et, depuis, le genre n'a cessé de faire son incursion dans les films du cinéaste, pour assurer une filiation (l'ouverture de Hellboy II) ou juste dans l'iconographie (la jeune Mako Mori dans Pacific Rim, son soulier à la main, face au chevalier en armure géante). Toutefois, depuis deux films, Del Toro s'intéresse à la subversion des codes du conte en signant des relectures adultes évacuant la psycho-sexualité sous-jacentes de ces fables morales pour une sexualité débridée et surtout bien réelle, physique.

Ainsi, Crimson Peak était-il en somme l'histoire d'une Cendrillon guérissant Barbe Bleue par le pouvoir du sexe, non plus l'infraction à craindre mais la manifestation physique de l'amour par lequel l'héroïne transforme son croque-mitaine tout en menant à terme sa propre métamorphose.
De la même manière, La Forme de l'eau revisite La Belle et la Bête en faisant tomber amoureux Amélie Poulain et l'Étrange Créature du Lac Noir, deux personnages de cinéma, dans un film qui rappelle E.T. si ce n'était pour toutes ces scènes de masturbation. Simultanément, comme pour ses films espagnols, Del Toro situe le récit dans un contexte historique particulier lui permettant également de formuler un propos politique sur l'Amérique d'aujourd'hui.

S'il y a un inconvénient à coller de près au canevas du conte, c'est cette intrigue par conséquent un peu trop cousue de fil blanc. À l'instar de Michael Shannon et Octavia Spencer dans des rôles trop similaires à ceux qu'ils ont tenu par le passé, le film peine à réellement surprendre dans son déroulé. Toutefois, c'est dans le détail des séquences et dans le contexte général que le film tire son épingle du jeu.

La Forme de l'eau est sans doute le film du metteur en scène qui parle le plus directement de cinéma (et peut-être plus largement d'image). L'héroïne s'inspire de films qu'elle voit à la télévision. Un coup pour faire quelques claquettes afin d'égayer sa morne journée, un coup pour s'émanciper dans un artifice purement cinématographique. La salle de cinéma au-dessus de laquelle elle vit semble déborder chez elle, sa perméabilité étant même soulignée dans une scène, comme si seul le cinéma pouvait permettre de réaliser cet amour.
Après tout, elle doit ramener la Créature chez elle et c'est après l'avoir retrouvé dans le cinéma qu'ils vont enfin coucher ensemble, comme si jusque là leur union (zoophile, soyons honnête) était encore jugée transgressive.


En parallèle, c'est une autre image que l'on vend à côté. À l'impossible merveilleux du cinéma s'oppose l'illusoire perfection de la publicité qui n'a de cesse d'évoquer le futur. À la radio, sur des affiches pour de la gelée, chez un concessionnaire Cadillac... Un futur est sans cesse vendu aux personnages si bien que les enfants demandent à leurs parents s'ils auront bien des jetpacks "dans le futur". Si l'action se situe en 1962, ce n'est pas un hasard. La Guerre n'est plus Civile et Espagnole ni Mondiale mais Froide et l'heure est à la peur de l'autre et aux promesses. La course à l'espace, le mouvement pour les droits civiques, le progrès, le futur... "Mais ensuite, Kennedy va se faire assassiner." énonce Del Toro. Depuis, l'Amérique n'a pas changé et si la propagande continue, parfois même pour "Make America Great Again", elle renvoie surtout à des promesses non tenues, à une illusion, et les laissés pour compte d'hier, ceux que Del Toro choisit comme protagonistes, sont aujourd'hui les mêmes : femmes, noirs, homosexuels, handicapés, tous ceux qui sont autres. Et la Créature du film en est le symbole ultime.

Préciser aujourd'hui que chez l'auteur le monstre n'est pas celui que l'on croit et que les vrais monstres sont des êtres humains est une lapalissade. Le film surenchérit sur cette idée en détournant l'un des principaux clichés des contes de fée : ce n'est pas parce que l'héroïne l'embrasse que la grenouille se transformera en prince. La Bête reste une bête. Comme disait Hellboy à Liz, il aimerait pouvoir changer son apparence mais, incapable de le faire, il lui promet "I'll always look this good". Et c'est le propre de l'amour qui, comme l'eau, n'a pas de forme. Il s'adapte. Que l'on soit jeune, vieux, homme, femme, homosexuel, noir, etc. Il ne faut pas avoir peur de l'autre.

Un très joli film donc mais, au risque de m'inscrire en porte-à-faux avec le reste du monde, c'est pour moi un petit Del Toro.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 13 Oct 2017, 21:47 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20621
Largement préféré ce film à son précédent. A la métaphore cinématographique que détaille Freak, s'ajoute une réflexion sur "Dieu" assez intéressante, avec ce côté péplum assez prononcé. Les seconds rôles sont tous très bons, le côté révolte des freaks m'a beaucoup plu et puis c'est un régal de mise en scène avec des idées partout...

Sinon tout pareil que Freak, l'intro est très belle, le milieu trop sur des rails, la fin très belle.

ça reste un bon Del Toro

4/6

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 15 Oct 2017, 15:38 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20621
sinon le film vieillit très bien... mais il faut dire qu'il n'y a pas l'horrible et envahissante musique de Desplat dessus.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 15 Oct 2017, 19:28 
En ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 71057
Localisation: Fortress of Writing
Ah oui oublié de mentionner ça...ça me réconcilie pas avec cet imposteur.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Jan 2018, 06:56 
Hors ligne
Putain, sérieux mec
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Juin 2009, 12:09
Messages: 4992
Putain, je venais pour écrire la même chose. Sans Desplat, je crois que le film aurait été meilleur.

Sinon, je sais pas si c'est moi, mais y a un peu de Jeunet dans ce Del Toro là.

Plastiquement, ça déglingue, comédiens d'enfer, mais je suis resté sur ma faim car l'histoire au final se concentre un peu trop sur la chasse et pas assez sur le cul comme dans Crimson Peak que FF mentionne.

Cependant, j'attends de le revoir sans l'attente de ouf ppur me faire un avis définitif.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Jan 2018, 06:57 
Hors ligne
Putain, sérieux mec
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Juin 2009, 12:09
Messages: 4992
Et oui, le propos sur les freaks et leur solitude est magnifique et j'aime Del Toro pour ça.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Jan 2018, 09:49 
Hors ligne
Garçon-veau
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Juil 2005, 15:48
Messages: 15940
Localisation: FrontierLand
Puck a écrit:
Sans Desplat, je crois que le film aurait été meilleur.

Ce qui est quasiment toujours le cas.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Jan 2018, 09:55 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Déc 2013, 01:02
Messages: 9489
Sa compo pour The Grand Budapest Hotelvrend le film meilleur.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Jan 2018, 09:57 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 17855
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Jamais trop compris la haine anti Desplat, j'ai rien à lui reprocher perso.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Jan 2018, 09:58 
Hors ligne
Garçon-veau
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Juil 2005, 15:48
Messages: 15940
Localisation: FrontierLand
C'est sûr que si on prend des films tout pourris à la base... 8)

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Jan 2018, 09:59 
Hors ligne
Garçon-veau
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Juil 2005, 15:48
Messages: 15940
Localisation: FrontierLand
Art Core a écrit:
Jamais trop compris la haine anti Desplat, j'ai rien à lui reprocher perso.

Remate les deux derniers Harry Potter. Tout ce qui pourrait être épique/aventure est assommé par une zique d'une mollesse incroyable. Le mec parvient à ralentir le rythme au lieu de le soutenir, il est très fort.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Jan 2018, 10:05 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 17855
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
J'avoue ne pas m'en souvenir. Mais on lui doit quand même de chouettes BO, récemment il a fait un beau boulot pour Réparer les vivants notamment.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Jan 2018, 10:39 
En ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 71057
Localisation: Fortress of Writing
Art Core a écrit:
Jamais trop compris la haine anti Desplat, j'ai rien à lui reprocher perso.

Y a pas de haine, je trouve juste toutes ses compos faibles. Aucune n'est mémorable.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Jan 2018, 10:41 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18155
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Art Core a écrit:
J'avoue ne pas m'en souvenir. Mais on lui doit quand même de chouettes BO, récemment il a fait un beau boulot pour Réparer les vivants notamment.

Mais oui!!! BO magnifique. J'ai jamais compris le Desplat-bashing. Il a fait un peu de soupe, oui, des BO totalement oubliables, sans aucun doute, mais également de grandes BO. Le nier c'est de la mauvaise foi. Et c'est le cas d'autres bons compositeurs en vogue comme Giacchino... Il a fait des tueries, il a fait des trucs totalement génériques. Et idem pour John Williams hein.
Le souci c'est que Desplat est ultra-demandé et qu'il accepte beaucoup, du coup il n'est pas toujours à sa place (et pas toujours inspiré). Mais sur les bons projets, où il se sent à l'aise, il produit des BO superbes. Rematez Birth, Benjamin Button, The Grand Budapest Hotel, Lust Caution, tous les Audiard...

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Jan 2018, 10:44 
En ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 71057
Localisation: Fortress of Writing
Arnotte a écrit:
Le nier c'est de la mauvaise foi.

Nier qu'on puisse ne pas aimer ses BO, ça c'est de la mauvaise foi.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 34 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mimic (Guillermo del Toro - 1997)

F-des-Bois

6

1126

15 Mar 2008, 13:21

Zad Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Cronos (Guillermo del Toro, 1993)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Film Freak

24

1289

06 Déc 2005, 11:02

Jericho Cane Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Labyrinthe de Pan (Guillermo Del Toro - 2006)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 5, 6, 7 ]

Blissfully

90

5638

20 Juil 2008, 20:08

Vintage Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Hellboy (Guillermo del Toro - 2004)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Zad

36

1824

27 Déc 2008, 16:45

Zaphod Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Pacific Rim (Guillermo del Toro, 2013)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 23, 24, 25 ]

Mufti

371

12800

07 Juin 2014, 09:21

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Crimson Peak (Guillermo del Toro, 2015)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Film Freak

22

1674

07 Mar 2016, 10:22

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Hellboy II : The Golden Army (Guillermo Del Toro, 2008)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 12, 13, 14 ]

David Swinton

196

9509

06 Jan 2009, 23:34

Zaphod Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Loin de la terre brulée (Guillermo Arriaga - 2008)

Karloff

8

655

21 Avr 2009, 21:39

Zaphod Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Trilogie Blade (Norrington, Del Toro, S. Goyer - 1998, 2002, 2004)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Mufti

31

1779

25 Mai 2012, 09:52

Karlito Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Ava (Léa Mysius, 2017)

Art Core

11

875

04 Juil 2017, 18:37

Donut78 Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web