Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 01 Déc 2022, 07:09

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 42 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3
Auteur Message
MessagePosté: 29 Mai 2012, 23:32 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11665
Ah non justement je trouve ça raté pour le coup (enfin pas assez convaincant cette fois-ci, en tout cas, je reste sur mon ressenti).


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Mai 2012, 23:36 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 09 Fév 2010, 20:38
Messages: 510
Tom a écrit:
Ah non justement je trouve ça raté pour le coup (enfin pas assez convaincant cette fois-ci, en tout cas, je reste sur mon ressenti).


Ça va alors. Mais tu devrais préciser pourquoi c'est raté. Avec deux ou trois commentaires blessants sur sa mère si possible.

Depuis que sur fdc tout le monde a 30 ans plus personne s'insulte ça va pas du tout.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Mai 2012, 23:38 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11665
Là ce soir pas la force. En fait je vais attendre que tous les avis positifs s'égrènent, puis rentrer dans le lard, mal m'expliquer, ça voudra rien dire, mais personne aura la force de répondre parce que tout le monde est effectivement crevé jusqu'à l'os pour une joute verbale, et je serai donc le winner de ce topic par KO.

J'attends patiemment ma victoire.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Mai 2012, 10:37 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 14:47
Messages: 3547
J'avais déjà lu Bruits de fond et des morceaux d'Outremonde, donc je suis rentré assez vite dans le bain de ce film qui me parait bien représentatif de De lillo...De toute façon je trouve que Cronenberg est bon adaptateur d'univers littéraire (Burroughs, Ballard).
Faut accrocher à cette logorrhée poétique, y rester attentif malgré tout, mais une fois qu'on y est c'est assez fascinant, d'autant que la mise en scène reste très précise sur tout ce qui concerne les détails et parvient à créer un climat agressif et tendu par la direction d'acteur et les choix de cadres. J'ai de ce point de vue assez apprécié la dernière partie avec Giamatti et ces longs plans, qui tendent vers le théatre...Qu'on propose au regard du spectateur cette attention sur le jeu des acteurs et le décor, c'est plutôt rare aujourd'hui.
J'ai vu ce film juste après Margin Call, qui paraissait paradoxalement plus sentencieux pour le coup, où se dit la fin de l'histoire et l'après, l'étrange figure du martyr qu'on associerait à ses traders (même (anti)christique pour eric paker).


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Mai 2012, 23:05 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 21300
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Putain j'aurais dû aller voir Men in Black 3...

Je me suis fait chier, mais d'une force!

J'ai trouvé ça sans intérêt et à périr d'ennui. Vraiment, là, ya quelque chose qui m'échappe... Putain, quelle branlette, quel vide...!!!

1/6 de la politesse

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Mai 2012, 23:06 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 21300
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Inculte a écrit:
Combien de personnes ont claqué porte de sortie à votre séance ?

Dans la plus grande salle du complexe, on était 15 au début de la séance, 8 à la fin du film. Bravo.

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juin 2012, 15:23 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 22511
A l’arrière des limousines. Trois jours après la projection d’«Holy Motors» de Leos Carax, le Canadien David Cronenberg nous offre à nouveau la possibilité de s’installer confortablement sur la banquette d’une limo blanche. La comparaison s’arrête là. Cérébral à l’extrême, concentré sur son sujet – la déshumanisation de nos sociétés post-capitalistes obsédées par le contrôle -, «Cosmopolis» s’inscrit dans la lignée d’«A Dangerous Method», son précédent long métrage, avec une large place laissée à la parole et une mise en scène d’une efficacité chirurgicale. On pense souvent à «Social Network», le chef d’œuvre de David Fincher sur la création de Facebook, dont il serait le pendant cauchemardesque avec le portrait d’un nouveau roi du monde autiste et bientôt dépassé.

Visionnaire, le roman de Don DeLillo écrit en 2001, avait prédit l’avènement de la génération Y, la révolte des «indignés» et la virtualité toujours plus grande de notre monde politico-financier où tout se résume à l’analyse d’algorithmes par les petits génies des Hedge Funds. Erick Packer (Robert Pattinson dans son premier grand rôle) est le plus doué d’entre tous, capable d’analyser une somme infinie d’informations en un temps record. Son obsession ? Se refaire une nouvelle coupe de cheveu après du coiffeur de son enfance et si possible en passant refaire l’amour avec son épouse, une riche héritière qui lui fera vite comprendre la virtualité de sa nouvelle condition sociale. Mais le chaos règne dans les rues de New York et il suffira du battement d’aile d’un papillon chinois pour que tout implose : sa fortune, son mariage, sa vie.

Prisonnier de sa propre existance, Erick Packer – ou le nouveau capitalisme - marche vers son destin un éternel rictus ironique au coin des lèvres. Ce vampire des temps modernes a besoin de vivre des expériences nouvelles pour se sentir vivant – être pointé par un taser, tuer de sang-froid son garde du corps ou encore se tirer une balle dans la main. Le constat est d’autant plus glaçant que l’on nous le montre totalement hermétique aux mouvements d’une foule qu’il scrute comme un spectacle permanent, derrière les vitres teintées de sa limousine. Et quand la mort s’offre à lui, sous les traits d’un ancien employé lors d’un théâtral affrontement final, Erick Packer accepte son sort, comme le vampire le pieu...

5/6

(mouais, on sent la fatigue cannoise dans ce texte, m'enfin).


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Juin 2012, 02:23 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Avr 2011, 14:10
Messages: 1500
Localisation: Salad Fingers Country
J'ai trouvé ça excellent.

Tout d'abord les thématiques chères à Cronenberg sont bel et bien là : la limousine est clairement une extension du corps de Pattinson qu'il laisse se dégrader avant de faire de même avec son propre corps. Le constat est brillant, bien qu'aujourd'hui presque classique : partage entre pulsions de vie (énergie débordante s'exprimant notamment à travers le sexe et la nourriture puisque dès le début du film les positions sur le marché sont prises et qu'il n'y touche pas jusqu'à sa ruine) et pulsions de morts (expérimentation avec son propre corps, celui des autres, et finalement un désir de tout laisser tomber, de perdre le contrôle, de repartir à zéro, voire de commettre un suicide assisté).
Ceci dans un monde où la seule richesse est l'information et son interprétation, à travers une finance complètement déshumanisée, ou les hommes ne sont finalement que des robots essayant de distinguer des patterns, clairement exprimée à travers les écrans de contrôle de la limousine, encore plus monochromatiques que Bloomberg.

Les dialogues sont loin d'être abscons, ils sont même passionnants, même quand ils tombent vers la fin dans les platitudes et les banalités, et j'irai plus loin en disant que c'est justement cette capacité à la platitude, à la routine, au banal, qui sauve les hommes. Platitude dont le personnage de Pattinson est justement incapable...

Mégalomanie, contrôle, richesse juste pour l'accumulation, toutes les tentations du pouvoir sont là : Parcker se considère plus important que le Président des Etats-Unis, et il n'a peut-être pas tort.

Mais toutefois son côté humain se révèle au fur et à mesure, notamment dans la scène avec le black ou ils suivent l'enterrement, fantastique par ailleurs.

Même la fin, révélatrice des névroses qui nous parcourent tous, révélatrice de ce qui reste quand tout contact humain s'est évanoui, est diablement bien trouvée.

Un film ou la déconstruction, plan par plan, dialogue par dialogue, est totale.

Profond, puissant, intelligent, brillant.

5-5.5/6

_________________
I am the constant. You were always a variable.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 11 Juin 2012, 10:18 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 13600
Je comprends que le film divise autant. Dès les premières images, Cronenberg impose un univers stylisé à l'extrême (les fonds verts pour certains, le côté théâtre) qui peut rebuter mais la puissance de la mise en scène, la virtuosité de l'ensemble, c'est une adaptation parfaite de l'univers de Don de Lillo. Assez fascinant ce qu'il arrive également à tirer de Pattinson. Par contre, la fin est trop longue, un peu raté mais tout le chemin qu'il suit pour arriver à ce point final est passionnant.

4,5-5/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 15 Juin 2012, 22:26 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Oct 2005, 10:23
Messages: 8089
Film qui m'a gentiment laissé indifférent, malgré la zic de Shore et une mise en scène pas dégueu mais qui joue le dispositif d'avancer sur des rails parrallèles à l'adaptation (je passais souvent d'un film à l'autre, les dialogues ou la réal)... on se trouve assez loin de l'usage qu'un Oshii peut faire de ces loghorrées. Le défilé d'acteurs est fatiguant aussi. Mais je me demande un peu ce que Cronenberg apporte de plus à sa filmographie ici, si ce n'est relire indéfiniment ses motifs en les intériorisant, en jouant de la nouvelle chair triste. On a un peu compris. Au niveau du texte que je connaissais pas, la figure de Giamatti est peut-être celle que j'ai trouvé au final la plus intéressante (il devrait jouer Hollande un jour version "mon ennemi il n'a pas de visage, c'est la finance":mrgreen: ).


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Juin 2012, 15:59 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2008, 00:06
Messages: 5432
Mr Chow a écrit:
on se trouve assez loin de l'usage qu'un Oshii peut faire de ces loghorrées.

C'est marrant, j'ai pensé à Oshii mais sans avoir senti de différence perso. J'ai trouvé les dispositifs assez similaires.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Juin 2012, 17:51 
Hors ligne
Ap'héros
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 19 Juin 2007, 16:19
Messages: 15199
Localisation: Lille
Ennui poli pour ma part. Comme A Dangerous Method, ici je me doute que les sous-texte et les références sont très travaillées, mais me passent loin au dessus. Tout est trop métaphorique, détaché, sans émotions.
Y'a des scènes assez fortes, les acteurs sont bons, le film est intelligent mais me laisse indifférent.

3/6

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 42 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Chromosome 3 (David Cronenberg - 1979)

Blissfully

12

2031

19 Déc 2016, 20:33

Déjà-vu Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Mouche (David Cronenberg - 1986)

Blissfully

14

2898

11 Nov 2021, 10:23

Bêtcépouhr Lahvi Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Videodrome (David Cronenberg - 1984)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Blissfully

22

3227

22 Déc 2016, 21:41

Baptiste Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Spider (David Cronenberg - 2002)

romain

0

1525

23 Juil 2012, 11:59

romain Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Crash (David Cronenberg - 1996)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Tom

16

2501

30 Mai 2022, 12:33

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Stereo (David Cronenberg, 1969)

Film Freak

2

1234

21 Sep 2015, 08:17

Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Shivers (David Cronenberg, 1975)

Film Freak

11

1885

24 Nov 2020, 17:37

Vieux-Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. M. Butterfly (David Cronenberg, 1993)

Mr.Orange

12

1531

31 Mai 2022, 10:33

Billy Budd Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Rabid (David Cronenberg, 1977)

Film Freak

0

1218

20 Juin 2016, 00:23

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Scanners (David Cronenberg, 1981)

Film Freak

2

1400

09 Nov 2020, 10:49

Art Core Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web