Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 29 Nov 2023, 23:07

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 25 Mai 2015, 14:38 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 23245
Depuis "Le Bleu des villes", Stéphane Brizé trace le sillon d'un cinéma social à fleur de peau, qui laisse l'émotion venir au spectateur. On pouvait redouter avec "La Loi du marché" qu'il s'abandonne à la trajectoire doloriste et psychologique, chargeant le héros de tous les malheurs du monde pour mieux exposer son indignation devant notre société capitaliste qui jette les humains comme des mouchoirs usagers. Le film n'est pas un tract politique, il est bien mieux que cela, une réflexion humaine sur la moralité et la dignité.

La beauté de "La Loi du marché" tient dans les scènes du quotidien, quand Thierry (Vincent Lindon avec une moustache) s'occupe de son fils handicapé ou passe un entretien par écran d'ordinateur interposé. La dure réalité de la crise lui saute à la gorge, l'absurdité du système, aussi, quand on lui propose une formation inadaptée, mais il fait face, sans devenir un héros ou un monstre. Bien sûr un événément provoquera une prise de conscience, mais Stéphane Brizé a la pudeur de le laisser hors-champ et de ne pas sombrer dans l'hystérie. Beau film.

4/6

Vincent Lindon à poil
http://festival-de-cannes.parismatch.co ... ize-750106


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Mai 2015, 15:00 
Hors ligne
Successful superfucker
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2006, 21:20
Messages: 8711
Lindon mérite mille fois son prix dans un de ses rôles en prise directe avec la réalité sociale qu'il affectionne, entre un Pater et deux Lioret, et le film doit beaucoup à des choix de montage assez percutants dans ses ellipses, là où la mise en scène reste dans les poncifs du caméra à l'épaule et du gros plan avec une durée à géométrie variable. Après, une fois arrivé dans le supermarché et passé la scène impressionnante et inquiétante dans la démonstration du dispositif de caméras de surveillance, ça devient plus programmatique et moins fort. Finalement, toutes les scènes ou presque ne sont que des sortes de petites séances d'humiliation ordinaire en toute dignité, où on peut même parfois aller jusqu'à rire noir, mais peut-être trop destiné à des spectateurs acquis à la cause de l'horreur du système économique où trônent quelques bourreaux au milieu de tant de victimes consentantes.
3/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 27 Mai 2015, 11:25 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 27142
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Lindon est absolument extraordinaire. Rarement je n'avais eu ce sentiment de "réalité", de prise avec le réel, cette manière de bégayer un peu, de buter sur certains mots... Par exemple la scène géniale du mobile-home où soudain la négociation pour le prix du bien acquiert un truc presque romanesque.
Après je suis beaucoup plus mitigé sur certaines scènes où Brizé te fait une espèce de prise d'otage assez désagréable comme lors de la scène du stage "entretien d'embauche" où le personnage de Lindon se fait humilier en long en large et en travers alors que la caméra reste infailliblement cadrée sur son visage en mode "regardez le comme on l'écrase, regardez comme il est traité". Cette mise en scène de l'humiliation me dérange énormément, il y a presque une complaisance, presque un plaisir malsain à voir le personnage souffrir. C'est des fois un peu plus subtil mais on peut penser la même chose de la scène de danse. Où dans une salle des fêtes on danse maladroitement le rock sur un remix de Jean-Jacques Goldman avec un prof ringard. Même mise en scène qui se focalise et qui traîne sur le personnage, qui l'étouffe dans son cadre, qui ne lui donne jamais une chance de respirer. Un côté strip-tease un peu dégueulasse que j'arrive pas à oublier.
On a droit aussi à des scènes un peu maladroites où la démosntration se fait trop littérale, trop schématique comme la banquière qui propose de souscrire une assurance au mec qui est déjà en train de s'endetter.

Lors de la dernière partie, la mise en scène bascule, du visage de Lindon on passe au visage des coupables de larcins dans le magasin ou des caissières en fautes. L'humiliation a changé de camp, la victime est devenue bourreau. Je trouve ça assez fort comme proposition mais j'ai du mal à voir autre chose qu'une démonstration un peu sommaire, un peu facilement tragique et pessimiste. L'espèce d'élan final, très sec, sans affect vient un peu donner d'air à un film qui travaille une profonde asphyxie. Mais là où les Dardenne (pour prendre un cinéma voisin) creusent cette dialectique "oppression de l'ouvrier/libération de l'homme" au coeur même de leurs scénarios et leurs mises en scène, ici c'est trop manichéen, trop programmatique comme s'il fallait choisir entre être l'objet d'une société aliénante ou le moteur de sa propre vie.

3/6

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 27 Mai 2015, 11:36 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Mai 2014, 10:12
Messages: 3702
Pareil. Un peu programmatique/ limité, avec cette approche à la Dardenne en moins fiévreux. ça retranscrit quand même assez bien l'emprise sur l'esprit que peut avoir ce monstre froid qu'est le système. Et la scène des caméras du supermarché est effectivement terrifiante.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 27 Mai 2015, 11:39 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 22104
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
OK je veux le voir!!

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 31 Mai 2015, 14:24 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2007, 11:11
Messages: 7556
D'accord avec vous, Lindon est super bon, je rejoins les paroles d'Art Core sur son jeu hésitant, sa façon de buter sur les mots qui font ultra réalistes et je trouve même que ça marche avec tous les autres acteurs. Superbe direction je trouve.

Le dernier film français en salle que j'ai vu est le Desplechin et la différence est saisissante, c'est vraiment deux façons totalement opposées de diriger ses acteurs.

Pour le reste, je dois dire que j'éprouve une grosse lassitude face à ce genre de films "sociaux" un peu sur les rails. Le "propos" du film est quand même pas très original et on se rapproche par moment du mini-reportage du 13h sur pôle-emploi ou la grande distribution. ça m'a un peu saoulé et j'ai quand même eu le sentiment de perdre mon temps.

2/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 12 Juin 2015, 14:04 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 22104
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Hmm pas totalement convaincu.
Certes, cela contient des moments forts, la photographie sociale est assez glaçante, et Lindon est formidable (tous les acteurs sont très bien dirigés d'ailleurs), mais au niveau "cinéma" je suis assez déçu. Le dispositif de mise en scène est assez pauvre, je trouve, ça se veut radical mais en fait c'est un peu n'importe quoi. Je trouve que la partie "privée" est assez ratée (la leçon de danse, pitié.. et pourquoi avoir fait du garçon un handicapé??) et la fin est un peu plouf aussi. Et puis, je préfère quand il y a une histoire.

Bref bref, j'aurais dû aller voir le Podalydès.

3/6 max

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Jan 2017, 23:28 
Hors ligne
Petit joueur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Jan 2017, 21:01
Messages: 30
Localisation: France
Doit-on nécessairement provoquer le dommage d’autrui pour pouvoir générer du profit ?

C’est une réponse catégorique que nous donne Stéphane Brizé avec La loi du marché. Après 18 mois de chômage, Thierry, 51 ans, se retrouve face à un dilemme lorsqu’on lui demande, en tant qu’agent de sécurité, d’espionner ses collègues.

C’est un film froid mais aussi plein d’humilité que nous sert le réalisateur. L’interprétation de Vincent Lindon y contribue d’une façon importante. C’est le seul vrai acteur dans ce film, les autres sont, pour la grande majorité, des employés de supermarché. Cela contribue à renforcer le ton réaliste du film. Pour l’anecdote il semble que les textes n’étaient pas écrit à l’avance. Une simple mise en place et Vincent Lindon laissait libre cours à son talent. L’expression « donner la réplique » n’aura jamais aussi bien porté son nom pour ces « acteurs anonymes ».

Ce film expose un face à face entre un monsieur tout le monde et le système sociétal qui est actuellement rejeté par la population.
Comme le disait Miguel de Cervantès « L’honneur et le profit ne couchent pas dans le même lit ». L’honneur étant représenté par le personnage principal s’opposant, malgré lui, au système qui est tel un rouleau compresseur. Alors le profit est il le mal ? Nous comprenons simplement qu’il n’est pas humain, pas tangible et comme ingérable par l’homme. Dans ce cas de figure peut-on vraiment reprocher au système de ne pas avoir de sentiments ?
Le danger de cet sujet est que l’on pourrait vite tomber dans le cliché qui rendrait le film distant auprès du téléspectateur. Alors comment se fait il que nous nous sentions si proche de Thierry ? Pourquoi avons nous l’impression d’avoir déjà vécu certains de ses problèmes ?


Le premier responsable est le réalisateur. En effet, en filmant constamment Vincent Lindon de profil, il laisse au spectateur la possibilité de se projeter sur la face cachée à l’écran. Stéphane Brize joue habilement avec la communication du visage et la curiosité du public.
En effet, le côté droit du visage est plutôt le côté extérieur de la personnalité et ce sont tous les instants où Thierry doit communiquer DIRECTEMENT avec l’environnement externe.
A contrario, le côté gauche, représente la partie intérieure sensible et profonde. Ce sont les scènes où le personnage doit parler de lui (entretien d’embauche, formation à la communication non verbale …). Il y a également les courtes prises de vues dans lesquelles Thierry est seul. On imagine qu’elles nous soumettent un protagoniste en pleine introspection.
On peut même aller plus loin en imaginant que toutes les scènes où Thierry est filmé de dos sont celles où il voudrait ne pas être là et même disparaître.

Le second responsable est bien sûre Vincent Lindon lui même. Il incarne à lui seul le monsieur tout le monde tout en gardant une pudeur qui incite à la confiance.
De cette addition naît une aspiration cinématographique.

La dualité présente dans la majorité des scènes fait éclore un affrontement entre l'homme (représenté par le Thierry) et le système (représenté par un individu lambda) que l'on ne voit que très peu à l'écran. Vraie volonté de ne pas imager ce système sociétal. Cette violence sociale se solde sans arrêt par une victoire du profit au détriment de l'individu. Car même si l'homme garde son honneur dans ses prises de décisions, il perd petit à petit sa place dans une société où il ne se plait plus de vivre. Une sorte de suicide social. Sa place sera en toute façon prise car après tout, on entend souvent que la nature n'aime pas le vide.

_________________
La vie est un spectacle, à toi de jouer

:arrow: https://cine360blog.wordpress.com/


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Une vie (Stephane Brizé - 2016)

DPSR

6

1902

06 Déc 2016, 22:55

Jerónimo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. En guerre (Stéphane Brizé, 2018)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Abyssin

25

2609

29 Mai 2018, 19:19

Billy Budd Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Entre adultes (Stéphane Brizé - 2007)

Blissfully

0

1183

27 Mar 2007, 20:17

Blissfully Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mademoiselle Chambon (Stéphane Brizé, 2009)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Mr.Orange

22

2169

22 Juin 2023, 10:55

Art Core Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Quelques heures de Printemps (Stéphane Brizé, 2012)

Art Core

9

1743

29 Juil 2014, 22:25

Arnotte Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Je ne suis pas là pour être aimé (Stéphane Brizé - 2004)

Zad

1

1424

02 Nov 2005, 14:54

Jericho Cane Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'homme qui marche (Aurélia Georges - 2007)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Zad

30

3617

04 Mai 2011, 08:13

Zad Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Une longue marche (Eiji Okuda, 2006)

Bub

8

1088

24 Nov 2008, 12:58

Bub Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Marche triomphale (Marco Bellocchio - 1976)

Tom

0

1458

03 Fév 2014, 01:34

Tom Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Marche à l'ombre (Michel Blanc, 1984)

Film Freak

13

376

05 Sep 2023, 19:44

KillMunster Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 11 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web