Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 23 Fév 2024, 20:39

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 29 Mai 2012, 18:57 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 27578
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Image

A Cannes, le film était un peu attendu comme le Drive de 2012. En gros un film de genre pas nécessairement très profond mais super stylisé avec une vraie personnalité. Et si le film fait illusion lors de son générique de début assez saisissant (montage d'un discours d'Obama avec un mec qui marche au ralenti dans un décors urbain déliquescent avec un mixage son ultra puissant), on s'aperçoit rapidement que le film ne sera en rien aussi fun, aussi beau, aussi cool que le chef-d'oeuvre de Winding Refn.

Le film se situe vraiment à mi-chemin entre Tarantino, les frères Coen et Guy Ritchie que ce soit dans les longues plages de dialogues entre les personnages, très digressives et l'intérêt pour les malfrats pathétiques, ridicules mais attachants. Le problème c'est que ça ne fonctionne absolument pas. Ce n'est ni drôle, ni intelligent, ni foncièrement cool, ni quoi que ce soit, c'est juste globalement chiant. Un exemple étant le personnage de Gandolfini, un tueur professionnel ultra bavard qui ne fait que jacasser sur ses problèmes conjugaux. Bref on attend que le pitch se mette en place mais tout est très laborieux, on avance par à coup.

Le film reste plutôt bien réalisé avec quelques séquences qui sortent du lot grâce à une idée visuelle ou à un traitement particulier mais le problème est là, Dominik semble se foutre un peu de sa mise-en-scène et ne se réveiller que lors de scènes intermittentes et parfois totalement futiles et/ou ratées (notamment une très mauvaise idée de défonce subjective).

Après le film a quelque chose à dire sur la crise actuelle, sur la situation américaine actuelle, sur l'industrialisation de la mafia (Richard Jenkins, une fois de plus génial) et qui se retrouve tout résumé dans une dernière réplique excellente (que tout le monde a malheureusement spoilé). Mais en même temps j'ai l'impression que l'on pourrait enlever cet aspect là du film sans que ça change grand chose.

Mais on ne peut s'empêcher d'être quand même très déçu après le magnifique Assassinat de Jesse James. On se demande bien quand même ce qui a pu attirer Dominik dans ce projet quand même très peu ambitieux. Et c'est pareil pour Brad Pitt, qui se construit un peu une carrière parfaite depuis dix ans et qui soudain choisit ce rôle totalement cliché de tueur professionnel. Il est assez moyen d'ailleurs ne sachant trop que faire de ce personnage sans relief. Incompréhension quant à sa sélection en compétition officielle.

2/6

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Mai 2012, 19:10 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 11368
Localisation: Previously on Premiere
Elles sont vachement bien toutes tes critiques cannoises.

_________________
I think we're gonna need a helmet.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Mai 2012, 19:13 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 27578
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Merci c'est sympa, pourtant je fais ça un peu à l'arrache mais je m'étais promis d'écrire un peu sur chaque film de la compétition au moins.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Mai 2012, 20:19 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 9561
Localisation: Ile-de-France
Z a écrit:
Elles sont vachement bien toutes tes critiques cannoises.


Les critiques d'Art Core sont d'une manière générale bonnes, depuis quelques temps (je me souviens plus d'avant).


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Mai 2012, 08:37 
Hors ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 35670
Localisation: Paris
100% d'accord avec Art, à part que moi je met 1/6.

C'est insoutenable. On peut pas reprocher à Dominik d'oser, de faire son propre truc et de s'éclater avec son faux rythme qui alterne les discussions interminables avec de temps en temps un "morceau de bravoure" affiché comme tel, mais à regarder, c'est vraiment pénible. Pourquoi ?

_________________
Liam Engle: réalisateur et scénariste
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Mai 2012, 09:03 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 22270
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
C'est un bon, Art Core. :)

Sinon ben refroidissement total pour ce film-ci... Moi qui plaçait Jesse James au n° 1 de 2007...

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juin 2012, 17:11 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 23557
Beaucoup déçu aussi, j'avais adoré l'assassinat de Jesse James. Là j'ai trouvé ça incroyablement poseur et vide malgré l'envie de faire sens. Mais des scènes sont fortes et le film vieillit pas trop mal.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juin 2012, 17:15 
Hors ligne
Successful superfucker
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2006, 21:20
Messages: 8711
Karloff a écrit:
Beaucoup déçu aussi, j'avais adoré l'assassinat de Jesse James. Là j'ai trouvé ça incroyablement poseur et vide malgré l'envie de faire sens. Mais des scènes sont fortes et le film vieillit pas trop mal.


Je pense qu'il faut se départir des comparaisons avec Drive ou l'assassinat de Jesse James pour vraiment apprécier. Ca ressemble plus dans le style au dernier Friedkin, en plus catchy.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Déc 2012, 00:53 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 19 Mai 2006, 05:40
Messages: 1795
Localisation: Montréal, Québec (Canada)
Un peu déçu par ce nouveau film de Dominik qui tente de faire un parallèle entre le crime organisé et le capitalisme en temps de crise économique. Mais la déception vient surtout du fait que ce 3e film du réal arrive après le magnifique Assassination of Jesse James (5/6).

Il y a pourtant des moments forts, des dialogues savoureux d'une vulgarité incroyable, des acteurs fascinants, des scènes d'une violence insoutenable (qui ne sont pas sans rappeler celles de Scorsese dans Casino), des éclatements formels un peu gratuits mais dont on peut sauver l'audace (la scène du type complètement bourré et drogué qui perd le fil d'une conversation est déjà anthologique). Dommage que par moment, cet esthétisme jette de la poudre aux yeux d'une façon un peu vaine (c'est raté pour la scène de meurtre en extrême ralenti, hyper belle, mais pas mal moins cohérente que la scène de tuerie dans le DREDD de Pete Travis sorti quelques mois avant. Elle vient aussi un peu en retard par rapport à DREDD, du coup elle est moins fraîche).

Le film est aussi bizarrement structuré. Il ouvre sur deux petits malfrats qui tente de faire un premier coup ensemble. Cette scène à elle seule élève le film dans des sommets qu'il ne retrouvera jamais par la suite. Les deux acteurs (Scoot McNairy et Ben Mendelsohn), que je ne connaissais pas, sont assurément le point fort du film. Dommage que le film décide de s'éparpiller par la suite en se concentrant sur le personnage de Brad Pitt, car il y aurait eu matière à faire un petit film bien sympa simplement sur ces deux personnages-là (qui enrichissaient le propos d'une façon plus efficace que le perso de Brad Pitt).

Je trouve aussi un peu dommage que le film, bien que drôle au niveau des dialogues, soit dans l'ensemble un peu trop bavard. Le film ne démontre pas tant de choses visuellement. Il y manque la force d'évocation de Assassination of Jesse James. Si bien que le propos ne semble pas prendre forme avant un bon moment sur le plan narratif. À la fin du film, alors que le tout commençait à prendre, Dominik décide de terminer son film par un dialogue sur-explicatif. Je n'ai jamais vu un soufflé dégonfler aussi vite.

3/6

_________________
"marre du retour infini de ce topic"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 12 Déc 2012, 12:20 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Avr 2011, 14:10
Messages: 1500
Localisation: Salad Fingers Country
Ca se masturbe quand même pas mal et la plupart des effets tombent à plat (autant la séance défonce que le meurtre au ralenti), sans parler du côté politique qui se vautre complètement (alors qu'on suit la campagne pour la première élection d'Obama en arrière-plan pendant tout le film, et tout ça est expédié en une réplique assez merdique).

Reste un film sympa, des personnages plutôt bien construits et assez drôles, et quelques répliques qui valent le coup.

3/6.

_________________
I am the constant. You were always a variable.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 15 Déc 2012, 00:55 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 14072
Pas le temps de développer tout de suite mais pour moi c'est un excellent film noir qui brille par son cynisme et sa classe de tous les instants. Evidemment, c'est beaucoup moins ambitieux que Jesse James mais putain Andrew Dominik quoi! C'est bizarre parce que tous ce que les avis négatifs reprochent au film c'est ce que je trouve justement réussi : entre le régal des dialogues, le côté nihiliste, la mise en scène et le côté visuel à tomber par terre (grand fan de la scène de shoot ou du meurtre au ralenti)... et puis les acteurs! En tout cas à mes yeux, Dominik confirme son énorme potentiel.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Déc 2012, 23:36 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 84871
Localisation: Fortress of Writing
On s'en fout du Masque et la Plume...

_________________
UBERLINKS toujours dispo sur OCS et MyCanal!
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 18 Déc 2012, 22:41 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 84871
Localisation: Fortress of Writing
J'aime beaucoup le fond du film, avec cette volonté de transposer l'esprit corporate de l'Amérique capitaliste dans le milieu de la pègre, replaçant dans des voitures les discussions de bureaux entre patrons qui décident qui virer, apparentant les meurtres à des licenciements, avec ce même cynisme, incarné par le personnage de Cogan, qui n'a que faire des galères de la lower class.

Mais est-ce que j'ai besoin d'entendre James Gandolfini raconter ses problèmes de couple pendant 10 minutes pour que le message passe?

Est-ce qu'il est nécessaire de foutre toutes les 5 minutes un flash info, à la télé ou à la radio, de George W. Bush ou d'Obama qui parlent de l'économie pour surligner le propos?

J'aime beaucoup la dernière réplique hein, elle résonne fort, elle a son effet choc, un peu comme tous les autres effets - de style ceux-là - qu'emploie Dominik, mais entre l'écriture bavarde et pas foncièrement intéressante d'un point de vue narratif, et la forme ostentatoire (la fusillade au ralenti interminable), pour ne pas dire poseuse (horriiiiiible générique), de nombreuses séquences, j'ai souvent eu l'impression d'un joli clip qui va un peu nulle part (la scène de Russell foncedé, au secours).

Fond intéressant mais forme lourdingue.

3/6

PS : c'est aussi un peu une régression pour Brad Pitt qui, après avoir enchaîné des rôles quand même autrement plus intéressants (Babel, Jesse James, Burn After Reading, Benjamin Button, Basterds, Tree of Life, Moneyball), nous sert une performance un peu en pilote automatique.

_________________
UBERLINKS toujours dispo sur OCS et MyCanal!
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 18 Déc 2012, 23:51 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 14072
Film Freak a écrit:

Mais est-ce que j'ai besoin d'entendre James Gandolfini raconter ses problèmes de couple pendant 10 minutes pour que le message passe?



Ah moi j'aime beaucoup les dialogues qui virent constamment en digressions. Je trouve tous les passages avec Gandolfini assez poilants. Sur la forme, je suis d'accord avec toi c'est un peu trop appuyé par moments (les flashs infos) mais je trouve toute la mise en scène de Dominik de grande classe. Y a encore pas mal d'images qui me restent en tête : l'ouverture du film, le shoot, le premier meurtre... Bref gros plaisir de cinéma, c'est clair que c'est moins ambitieux que son précédent mais c'est d'une fluidité et d'une virtuosité. Puis malgré sa structure assez simple, je trouve ça super riche sur le fond, même si le parallèle avec la politique je le prends plus avec de l'ironie qu'au sérieux. Pour Brad Pitt, le rôle est peut-être plus monocorde que dans quelques uns de ses derniers films mais quel talent quand-même.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Blonde (Andrew Dominik, 2022)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Film Freak

23

1346

05 Oct 2022, 12:13

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Chopper (Andrew Dominik, 2000)

Le Pingouin

8

1835

31 Mai 2020, 17:12

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. One More time with Feeling (Andrew Dominik - 2016)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Cooper

25

2759

09 Sep 2016, 15:47

Cooper Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Assassination of Jesse James by the Coward Robert Ford (Andrew Dominik - 2007)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 9, 10, 11 ]

Karloff

157

13356

08 Mai 2010, 22:34

Vintage Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Week-end (Andrew Haigh - 2012)

DPSR

0

1510

23 Mar 2012, 15:09

DPSR Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. John Carter (Andrew Stanton, 2012)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Film Freak

51

7022

17 Jan 2013, 15:33

Mr Degryse Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Douce (Claude-Autant Lara, 1943)

bmntmp

0

491

05 Jan 2022, 00:12

bmntmp Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Peau douce (François Truffaut, 1963)

thepassionoflovers

4

1804

07 Juin 2021, 09:42

Art Core Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Une femme douce (Sergey Loznitsa - 2017)

Lohmann

8

1334

01 Mai 2021, 02:00

Abyssin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Lemming (Dominik Moll - 2005)

Cosmo

1

1330

13 Déc 2006, 19:31

gould Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web