Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 14 Juin 2024, 00:11

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 36 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: ATAM (Sipan AWANIS, 2021)
MessagePosté: 01 Juin 2021, 01:00 
Hors ligne
Putain, sérieux mec
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Juin 2009, 12:09
Messages: 5595
J'étais à court d'excuses, du coup j'ai enfin fait mon premier court.

Toute mon équipe était composée d'étudiants ou d'anciens étudiants.

Je vous en dis pas plus, je préfère répondre à vos messages que me justifier "au cas où".

Enjoy.

(Mettez le bien en plein écran)

https://www.youtube.com/watch?v=gii8DXKZDSk

Image

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: ATAM (Sipan AWANIS, 2021)
MessagePosté: 01 Juin 2021, 08:13 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 85714
Localisation: Fortress of Précarité
Je sais pas trop par où commencer, le général ou le détail, mais allons-y.
Le premier truc qui saute aux yeux me pose d'emblée une interrogation : ce format chelou. Enfin pas chelou mais atypique et ostentatoire, je ne saurais jauger le ratio à l'oeil nu, on dirait du 2.70. Pourquoi de l'Ultravision pour raconter cette histoire ? D'ailleurs, avec l'utilisation d'objectifs anamorphiques, ça déforme l'image (les perspectives lors du pano dans l'église au début mais surtout le visage du comédien dans la scène de la chambre avec sa mère). C'est un peu gênant.

À côté, il y a de jolis plans. Je retiens surtout le plan "ambiance Michael Mann" quand il va au taf après l'agression avec le pano qui le suit s'assoir ainsi que ce bon vieux split diopter des familles plus tard.

Le visuel n'est pas forcément en cause même si je sens la mise en scène parfois en deçà de ce que le moment aurait pu avoir comme impact mais je n'y vois aucune faute. Je ne suis pas fan des surimpressions, que ce soit les purs effets de style comme les dents ou bien les tentatives plus signifiantes comme kes icônes religieuses.

À ce titre, pour ce qui est du sens, le film est un peu partagé entre une envie d'être vague et expressionniste, dans l'épure narrative et cette esthétique de giallo (avec une photo plutôt soignée, ce qui est cool), et des dialogues dont la nature didactique est mise en exergue par le jeu amateur des acteurs (PS : caster des gens du même âge que le protagoniste pour jouer ses parents était une erreur, surtout pour la mère : malgré son maquillage un peu grossier, quand elle appelle le héros"chéri", j'ai vraiment hésité deux secondes entre "c'est sa mère ou sa meuf?").

On sent la volonté d'inscrire quelque chose de personnel (l'influence néfaste de parents limités, que ce soit la mère aveuglée et le père violent) dans un propos plus large sur la transmission de la violence (les agressions "vampiriques") mais je trouve que ça ne prend pas. Il y a quelque chose de pas suffisamment réfléchi, mûri, dans cette association un peu à l'emporte-pièce et donc, malgré la lecture que j'avance ci-dessus, en vrai, je saisis pas trop ce que tu essaies de raconter.

Quoiqu'il en soit, j'applaudis le fait que tu te sois enfin lancé. C'est un premier essai dont il n'y a pas à rougir, en dépit de certains détails "amateur" (le générique de début avec des noms d'inconnus, la BD tenue trop en évidence) et j'espère que ce n'est que le premier d'une longue série.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: ATAM (Sipan AWANIS, 2021)
MessagePosté: 01 Juin 2021, 08:24 
Hors ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 36010
Localisation: Paris
Bob a tout dit.

J'adore l'exagération de l'esthétique giallo, ces couleurs hyper marquées, ces quelques plans qui pètent bien (comme la lentille fendue justement). Moins convaincu par le format mais y a deux trois moments où ça créé un effet sympa. Même si ça fait objectivement amateur/chambre d'étudiant, les décors contemporains apportent finalement une aura paradoxalement rétro au film: ça fait penser à ces films des années 70 qui mettaient en valeur des appartements neufs, ce qui créé une sorte de "froideur" qui casse les codes gothiques -- bref, je me comprend.

Après je suis pas trop sûr de savoir où le film veut en venir et je ne saisis pas l'articulation entre les parties religieuses avec la soe- la mère et puis les parties où on suit le héros lui-même. Une impression de trop de backstory ou pas assez.

Enfin, le principal défaut c'est bien sûr le jeu d'acteur, c'est dommage. Et moi aussi j'ai tiqué grave sur le façon de tenir la B.D. (et puis bon, le fait de montrer une BD que t'aimes à l'écran, là c'est VRAIMENT amateur :mrgreen: )

Mais peu importe, le film a quand même de la gueule et surtout... IL EST COURT. To the point. C'est déjà énorme. Et puis ce qui est le plus énorme c'est de s'être lancé, d'avoir juste... fait un film.

_________________
Liam Engle: réalisateur et scénariste
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: ATAM (Sipan AWANIS, 2021)
MessagePosté: 01 Juin 2021, 08:28 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 85714
Localisation: Fortress of Précarité
En vrai, il est pas si court. Enfin disons qu'on aurait pu grave plus se faire chier en 8min19 (sans générique de fin donc) et ce fut pas mon cas.

C'est déjà mieux que du Dupieux.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: ATAM (Sipan AWANIS, 2021)
MessagePosté: 01 Juin 2021, 09:22 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 27994
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Pas grand-chose à ajouter à ce que disent mes camarades au dessus.

Je prends le film comme un exercice de style plutôt soigné dans une esthétique giallo bien digérée.
Après comme dit Bob, le format fait tout de suite tiquer, il ne semble pas vraiment approprié au genre (c'est pas un western quoi) et j'ai pas trop compris ce choix esthétique qui enferme l'image (qui est déjà très sombre). Le jeu d'acteur est moyen, il y a surtout un problème avec l'actrice qui joue la mère qui, comme le dit QGJ, fait beaucoup plus penser à la sœur du perso (et problème de mixage son lors de la scène dans la chambre). Enfin le plus gros défaut du film c'est le scénario, la construction où je vais être sincère je n'ai quasiment rien compris et ce que j'ai compris est trop banal pour être remarquable. Les flash-backs sont aussi un peu maladroits, trop caricaturaux, c'est dommage.

Mais voilà comme dit plus haut, bravo pour t'être lancé, pour l'avoir fait, le film a une belle gueule et suinte la passion. J'espère que ça t'a donné envie de continuer. Bravo à toi !

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: ATAM (Sipan AWANIS, 2021)
MessagePosté: 01 Juin 2021, 11:30 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juin 2013, 15:21
Messages: 2543
Localisation: Le Zócalo
Qui-Gon Jinn a écrit:
Et moi aussi j'ai tiqué grave sur le façon de tenir la B.D. (et puis bon, le fait de montrer une BD que t'aimes à l'écran, là c'est VRAIMENT amateur :mrgreen: )


Judge Dredd ou Love and Rockets ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: ATAM (Sipan AWANIS, 2021)
MessagePosté: 01 Juin 2021, 13:19 
Hors ligne
Putain, sérieux mec
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Juin 2009, 12:09
Messages: 5595
Alors déjà, merci énormément pour ces retours aussi honnêtes et détaillés qu'encourageants, vous décevez pas !

Un peu de contexte avant d'aller dans le détail.

En gros, j'avais quasi abandonné l'idée de faire des films/écrire des films un jour, et puis en Mars, ça a recommencé à me travailler.

Vers le 10 Avril, un de mes collègues me dit qu'il va louer des objectifs anamorphiques pour des ateliers au bahut, et qu'il les prend 3 jours de plus et qu'il lui faut un scénar et un découpage pour le 23 parce qu'il veut que je le réalise et qu'il soit chef op dessus.

Le fait d'être "pris au piège" fait que j'ai pas pu me défiler. C'est allé hyper vite, j'ai écrit le scénar, monté mon équipe composée majoritairement d'étudiants en première et deuxième année, casté des gens de mon entourage qui savent à peu près jouer, et on a tourné même pas deux semaines après l'écriture.

Tout est tourné en nuit américaine d'ailleurs, je sais pas si vous l'avez remarqué ou pas, mais pas une séquence est tournée de nuit, tout a été fait comme Macron le veut, entre 8h00 et 19h00.

On a eu en tout 2 jours et demi de tournage, sachant qu'on a eu les couilles classiques à base de "le loueur veut les objectifs plus tôt dans la journée", ce qui fait qu'on a pas tourné assez d'insers. Normalement, la surimpression de la morsure devait être un gros plan tourné avec la cam, sauf qu'une fois les objectifs rendus, on ne pouvait pas retourner car trop galère ensuite à réadapter au format, du coup, j'étais en mode "ok, on va faire deux tofs et on va les animer", du coup j'ai fait ça pendant qu'on était déjà à une semaine de post-prod. Je comprends que ça te gêne Art, mais moi perso, j'aime bien.

Je suis globalement d'accord avec vous sur le fait que le jeu d'acteur sur la séquence de dialogue aurait pu être meilleure (et le dialogue aussi), cependant, on a pas pu faire de répèt avant le tournage, et la direction de comédiens reste encore un mystère à percer pour moi.

Pour les décors, pareil, grand regret de pas avoir eu/pris le temps de faire un vrai taf dessus/tourner ailleurs que chez moi.

Le format divise pas mal, mais c'est un choix conscient qu'on a pris avec mon chef opérateur pour justement enfermer les persos dans ce truc entre la réalité et le cauchemar de ciné. C'est marrant parce que c'est un truc qui divise pas mal le format d'ailleurs, soit ça adore, soit c'est rejet.

L'anamorphique du coup était pas un choix et j'ai fait avec. La déformation à l'église passe super bien je trouve et ajoute un truc. Dans la chambre un peu moins, mais pareil, ça m'a pas dérangé plus que ça.

Cette séquence de dialogue est chelou aussi parce que j'ai voulu à tout prix éviter le champ contre champ, et en termes de place, j'avais pas grand chose et peu de choix de cadres. Mais oui, le fat que j'étais pas assez à l'aise avec les comédens + ça, ça fait "beaucoup".

Le scénar, je te l'enverrai si tu veux Art, tu me diras du coup par rapport au film! En gros, y a pas mal de thèmes que je voulais explorer et au départ cette idée, je l'avais pour un film beaucoup plus long avec beaucoup plus de choses, mais là, il fallait faire vite et avoir un truc compréhensible et hijacker mon cerveau malade pour pas que j'abandonne en plein milieu.

Je suis méga fier de mon équipe, et je suis hyper fier de moi. Je suis d'accord avec ce que vous dites pour la plupart des trucs, et en même temps, je me dis que ça ne peut que s'améliorer si je reste à l'écoute et continue à taffer. Ca m'a donné énormément d'assurance et de confiance en moi à mener ça à bien.

Pour la BD, c'est Good Fath Bible de Shaky KANE, pour Walt! Ca collait au thème, mais ouais, la manière de la tenir est chelou, et pour moi, colle au style over the top/surjoué par moments, mais ça a dérangé pas mal de monde, alors je vous crois sur parole!

Enfin, merci pour vos retours les gars, ça me touche énormément que vous l'ayez maté et ayez pris le temps de m'écrire tout ça.

<3

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: ATAM (Sipan AWANIS, 2021)
MessagePosté: 01 Juin 2021, 16:05 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Oct 2012, 14:47
Messages: 7528
Localisation: POEY DE LESCAR
Je vais pas paraphraser tout ce qui s'est dit au dessus, je partage le même avis. Je voulais avant tout te féliciter pour avoir franchi le cap, même tardivement. Tu en avais envie depuis très longtemps, tu l'as fait. Ça doit être un soulagement pour toi, une fierté, et une question existentielle en moins. Maintenant concernant le film, ce que j'apprécie c'est que tu t'es fait chier la bite. Y'a du mouvement, des plans aussi élaborés que possible, une recherche du cadre et de la lumière, mais aussi un soin tout particulier aux titrages et génériques. Le tout en à peine un mois si j'ai bien compris, écriture et post-prod comprises, avec les traditionnelles galères du premier court-métrage fauché. C'était ambitieux, et le résultat n'est pas vain. Bravo mec !

_________________
Réalisateur de blockbusters d'action français dans une économie maîtrisée d'1h30 max hors générique


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: ATAM (Sipan AWANIS, 2021)
MessagePosté: 01 Juin 2021, 17:17 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 11389
Localisation: Previously on Premiere
Moi j'adoooore le format qui est de la taille de mon écran d'ordi !!
Gros gros kiff.

Sur le film, y a de belles compositions, je souscris globalement à ce que disent les copains. Bon par contre à l'avenir, mystère ou pas, faut plus jamais laisser passer ce jeu amateur. La mère, là, c'est la mort du cinéma.

Bisous.

_________________
I think we're gonna need a helmet.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: ATAM (Sipan AWANIS, 2021)
MessagePosté: 01 Juin 2021, 17:33 
Hors ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 36010
Localisation: Paris
Z a écrit:
Moi j'adoooore le format qui est de la taille de mon écran d'ordi !!
La maison de Z:
Image

_________________
Liam Engle: réalisateur et scénariste
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: ATAM (Sipan AWANIS, 2021)
MessagePosté: 01 Juin 2021, 18:17 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 11389
Localisation: Previously on Premiere
Pas loin !

Hyper pratique pour écrire, en affichant plusieurs pages, ou mater un truc en en faisant un autre.

Image

_________________
I think we're gonna need a helmet.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: ATAM (Sipan AWANIS, 2021)
MessagePosté: 01 Juin 2021, 18:46 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 9692
Localisation: Ile-de-France
Je souscris entièrement à l'avis de Film Freak.

Et donc tu as pu t'appuyer sur tes étudiants c'est cool. Mais - et je n'y connais pas grand chose en court-métrage - y avait-il besoin d'autant de monde dans l'équipe technique? Déso de la question amateur, mais par exemple, un scripte, une chef régisseuse, un premier assistant opérateur, etc., c'est indispensable ici? J'ai été un peu scotché par le générique de fin de ce point de vue là :)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: ATAM (Sipan AWANIS, 2021)
MessagePosté: 01 Juin 2021, 23:37 
Hors ligne
Putain, sérieux mec
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Juin 2009, 12:09
Messages: 5595
Massinfect a écrit:
Je vais pas paraphraser tout ce qui s'est dit au dessus, je partage le même avis. Je voulais avant tout te féliciter pour avoir franchi le cap, même tardivement. Tu en avais envie depuis très longtemps, tu l'as fait. Ça doit être un soulagement pour toi, une fierté, et une question existentielle en moins. Maintenant concernant le film, ce que j'apprécie c'est que tu t'es fait chier la bite. Y'a du mouvement, des plans aussi élaborés que possible, une recherche du cadre et de la lumière, mais aussi un soin tout particulier aux titrages et génériques. Le tout en à peine un mois si j'ai bien compris, écriture et post-prod comprises, avec les traditionnelles galères du premier court-métrage fauché. C'était ambitieux, et le résultat n'est pas vain. Bravo mec !


<3

Merci mec, ça fait chaud au coeur!

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: ATAM (Sipan AWANIS, 2021)
MessagePosté: 01 Juin 2021, 23:38 
Hors ligne
Putain, sérieux mec
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Juin 2009, 12:09
Messages: 5595
Z a écrit:
Moi j'adoooore le format qui est de la taille de mon écran d'ordi !!
Gros gros kiff.

Sur le film, y a de belles compositions, je souscris globalement à ce que disent les copains. Bon par contre à l'avenir, mystère ou pas, faut plus jamais laisser passer ce jeu amateur. La mère, là, c'est la mort du cinéma.

Bisous.


Haha, je note pour l'actrice. Après, pour le coup, je pense vraiment que c'est aussi un souci de moi qui n'a pas su la diriger.

Merci pour ton retour, et content que t'aies quand même kiffé!

Bisous <3

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: ATAM (Sipan AWANIS, 2021)
MessagePosté: 01 Juin 2021, 23:50 
Hors ligne
Putain, sérieux mec
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Juin 2009, 12:09
Messages: 5595
Baptiste a écrit:
Je souscris entièrement à l'avis de Film Freak.

Et donc tu as pu t'appuyer sur tes étudiants c'est cool. Mais - et je n'y connais pas grand chose en court-métrage - y avait-il besoin d'autant de monde dans l'équipe technique? Déso de la question amateur, mais par exemple, un scripte, une chef régisseuse, un premier assistant opérateur, etc., c'est indispensable ici? J'ai été un peu scotché par le générique de fin de ce point de vue là :)


En fait, on aurait pu le faire avec moins de personnes si on avait eu plus de temps, mas là, sur 2 jours et demi, il fallait rien laisser au hasard. De plus, je voulais que les étudiants puissent apprendre/s'améliorer sur le tournage, du coup le chef op était par exemple un étudiant en 2ème année qui était backup par mon pote prof. Et sous les 2ème années, il y avait des premières années. Il y a une ou deux personnes à peine qui ont eu le temps de se reposer un peu sur le tournage en vrai, vu que l'idée était d'avoir deux équipes chaque jour pour installer un lieu pendant qu'on tournait dans un autre.

Les tafs que tu cites sont assez indispensables pour le coup, même sur un petit tournage:

- La scripte note les plans qu'on tourne afin de faciliter le taf du DIT (qui récupère et trie les rushes sur le plateau) par rapport à ce que je dis des prises. Le DIT s'occupait aussi de monter l'ours du film en direct sur le plateau. C'est vraiment un taf clé, et sans scripte, ça devient vite un enfer.

- Cheffe régie, c'est en gros, s'assurer que tout le monde bouffe, faire des courses, des allers retours, etc. C'est aussi le lien entre pas mal de membres de l'équipe. Pareil, sans une vraie régie, ton tournage est chaotique.

- Les assistant opérateurs, c'est pour le point en fait, on appelle ça des "pointeurs", et oui, j'ai évidemment fait la blague.

Puis parfois il y a des gens qui étaient là le premier jour et pas le second. On a eu beaucoup de machinos et d'électros aussi parce que le film a été entièrement fait en nuit américaine réelle. Il faisait jour en vrai, et on voulait créér l'effet en pratque, ce qui engendre beaucoup de projos, de drapeaux, etc. et du coup, beaucoup de gens pour porter et placer tout ça.

Voilà voilà :)

Merci d'avoir regardé et posé ces questions! Bisous!

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 36 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Bunker Palace (Sipan AWANIS, 2022)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Puck

20

1464

22 Nov 2022, 17:45

Puck Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web