Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 17 Juil 2018, 07:18

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 28 Déc 2017, 01:43 
En ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 71923
Localisation: Fortress of Writing
Dans un premier temps, le film m'a surpris en remontant le temps pour raconter un peu l'histoire de la famille Getty, ou plutôt comment la famille d'Abigail, qui a épousé le fils Getty, s'est retrouvée liée au vieux Scrooge bien réel qu'était J. Paul Getty et comment ce dernier a pris sous son aile son petit-fils mais à peine cette exposition amorcée, le film se précipite pour revenir à l'affaire de kidnapping et, bien qu'il développe un portrait édifiant d'un monde froid et imposant (du désert de l'Arabie Saoudite à la Rome historique qui n'est pas sans rappeler la Florence de Hannibal, les décors jouent, comme d'habitude chez Scott, un rôle à part entière) où l'humain est réduit à l'état de commodité.

Malheureusement, bien que je ne me fasse jamais chier, et qu'un propos soit bel et bien, le récit demeure trop factuel et linéaire pour se faire réellement engageant et surtout convaincant quand il s'agit de résoudre, sur la fin, l'énigme que représente ce Charles Foster Kane moderne. Le film aurait gagné à développer davantage le rapport entre J. Paul Getty et son petit-fils et à opposer au cynisme du magnat (excellent Plummer) et des ravisseurs l'humanité de la quête d'un mère (excellente Williams) et à rendre le parcours de l'ex-agent de la CIA devenu négociateur pour Getty (pas excellent Wahlberg, miskine) moins schématique. Je n'ai pas de souci avec les films froids mais pour cette histoire, se limiter exclusivement à cette approche dessert le film.

Relativement efficace donc mais c'est un film réalisé par David l'androïde.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Déc 2017, 08:10 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 4590
Dans le dernier trailer : https://youtu.be/SfW6gstlIwg, c’est chaud les incrustations de Plummer, un peu peur de les voir dans le film du coup.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Déc 2017, 09:52 
En ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 71923
Localisation: Fortress of Writing
Y en a UNE de visible (dans le désert).

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 31 Déc 2017, 10:40 
Hors ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 24588
Localisation: Paris
C'est vrai que Plummer est absolument excellent dans le film, et j'aurai pensé pareil même s'il avait été casté normalement. Il apporte un vrai truc, toutes ses apparitions sont mémorables et le personnage est tellement fascinant. C'est paradoxalement le plus grand point fort du film, qui pour le reste est plutôt un bon Scott, que j'ai pris du plaisir à mater, mais que j'ai déjà un peu oublié.

En tout cas on ne peut qu'être admiratif devant la prouesse du retournage. A aucun moment ça ne nous sort du film. On aurait pu craindre le syndrome "Toutes les scènes avec Plummer sont tournées dans le même décor de 10m²", mais que nenni. En tout cas dans le montage biographique au début, c'est marrant d'imaginer Scott et Plummer enquillant les inserts à la vitesse de l'éclair: "OK Christopher, là tu fais genre tu regardes le désert... OK maintenant tu fais genre tu regardes un supertanker... OK maintenant on va faire ton plan d'interview..."

_________________
Ma série télé sur la rivalité Jacques Chirac/Edouard Balladur !
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Jan 2018, 12:04 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 23366
Localisation: Arkham Asylum
J'ai lu une interview récente où Scott explique qu'il lui faut 30% moins de temps que les autres pour tourner un film. Il aurait fait le dernier Alien en 70 jours. Notamment parce qu'il à une pré-prod en béton et qu'il sait exactement quoi faire une fois sur le tournage sans laisser de place à l'hésitation.




Bon, c'est peut-être ça son problème aussi...

_________________
Ce que ce critique de cinéma dit de ce film va vous bouleverser...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Jan 2018, 15:04 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Nov 2007, 19:14
Messages: 3182
Localisation: Belgium
Il devrait se concentrer sur le scénario et les personnages ?

_________________
"Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime ! Il est complice."
- George Orwell


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Jan 2018, 15:17 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 23366
Localisation: Arkham Asylum
Il devrait laisser un peu de place au doute et à l'incertitude...

_________________
Ce que ce critique de cinéma dit de ce film va vous bouleverser...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Jan 2018, 15:56 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Déc 2013, 01:02
Messages: 10093
C'est le fan de Marvel qui parle ? :D

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Jan 2018, 16:24 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 23366
Localisation: Arkham Asylum
Oui.

_________________
Ce que ce critique de cinéma dit de ce film va vous bouleverser...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 11 Jan 2018, 01:42 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1628
Bon, la reconstitution d'époque est lamentablement foirée (Spielberg, dans "the Bridge of Spies", était bien meilleur, sachant où il mentait, et où il transposait pour ressusciter). C'est Salvatore Giulianio filmé par Luc Besson.
Pour montrer que l'on est en Italie dans les années 1970, dans le cas où les spectateurs l'ignoreraient, ou serait composés d'adolescents ne sachant pas qu'il y a eu un jour des années 1970, avec des téléphones filiaires, une crise du pétrole, Scott place une dizaine d'Alfa Giulietta coupé blanches au second plan qui roulent au pas derrière l'acteur (dans un travelling qui copie celui de Roma de Fellini, mais avec une grue deux fois plus ample dans le déplacement vertical), une 2 CV bouffe les 3/4 du premier plan, 5 putes romaines apparaissent, entourent l'acteur comme l'équipe de France Didier Deschamps avant la prolongation face au Portugal, putes à côté desquelles Amarcord est une incitation à l'anorexie ainsi qu'une pub Nivea anti-rides.
Le travelling sur les Jeeps de la Police explique bien qu'il s'agît d'une FIAT. L'emblème, pourtant en couleur carrosserie "blinke" : "Regarde-moi ! Je joue mon propre rôle moi, pas comme ces vieilleries peu sûres et interchangeables d'acteurs..." Les accessoires répètent ainsi l'adage du vieux Getty : contrairement aux hommes, les choses ne mentent pas, or l'argent est une chose aussi. La culture aussi finalement.

Les terroristes se planquent dans une masure en ruine, mais on entend la radio qui passe Toto Cutogno à fond dans toutes les pièces, dans une lumière de pub de pattes Barilla des années 90. Par contre les affiches murales en rue actuelles pour les hôtels romains sont laissées dans le champ, de même que les néons tamisés de la librairie du musée du Colisée . L'Italie représente de toute évidence un pays du tiers-monde aux yeux de Scott, dans lequel le mobilier urbain est plus vintage maintenant qu'il y a 45 ans.
Une locomotive à vapeur arrive dans le désert d'Arabie, la fumée noire (noire façon Pierre Soulages) bouffe la moitié supérieure du cadre, c'est l'étoile noire coincée dans le tunnel du Simplon. Pour tenter de faire croire que Romain Duris est un Italien du Sud, il disparaît dans le plan et du film en maugréant entre les dents "Stronza !" et traversant du linge tendu sur des cordes dans la rue (en pleine nuit humide et au raz du sol) avec un couteau d'assassin qu'il n'a pas utilisé. Cela a un charme 1910, peut-être volontaire. Les derniers films renouent avec les procédés des débuts.

La lecture politique de la situation est aux fraises et/ou malhonnête. Méchants "communistes" (qui nient l'argent, mais pas le marché, et sont le symétrique de Getty Sr) alliés aux mafieux, mais terroriste maoïste barbus sympa qui tuyautent bénévolement l'agent de la CIA. Ce sont aussi des spéculateurs, vu leur rapport à la rançon, mais des spéculateurs déçus et ruinés, c'est presque une délégation de petit porteurs d'une banque en faillite qui veut aller au tribunal, se faire entendre poliment du liquidateur - le flic américain-ce que le film montre sans la moindre ironie. Au vu des rapports historiques "réels" entre le PCI est la gauche maoïste (qui ont précisément coûté la vie à Aldo Moro, cible collatérale du conflit fratricide), et la lutte meurtrière entre les mafieux du Mezzogiornio et de Sicile et les communistes agrarien, il y a de quoi s'étrangler.
Le plus beau dans le film est bien sûr le faux, et l'accident involontaire dans sa fabrication, comme la course-poursuite au ralenti à la fin, entre mafieux et flics, à la limite du slapstick, qui n'arrive pas à rattraper le lyrisme morbide Cendres et Diamant de Wajda, mais fait penser à du Harold Lloyd. La forêt où les voitures penètrent mieux que les regards des hommes, comme si la pollution (par une marchandise depuis morte) en préservait la virginité pour la mémoire...

L'interprétation de Michelle Williams (qui a un côté un peu Ingrid Bergman chez Hitchcock dans le film, mais Wahlberg est gentil sans être Cary Grant) ainsi que celle du jeune Charlie Plummer qui joue son fils sont excellentes, la tension psychologique et le désespoir pudique (moins liés à la prise d'otage qu'au fait qu'ils ne sont pas reconnus pour ce qu'ils sont, des gens de la classe moyenne, en exil en Italie -l'appartement familial est le seul lieu crédible du film, rejetés par leur famille, à la fois en dehors du capitalisme du grand-père et de virage hippie spectaculaire du père, deux existences qui se répondent) qu'ils installent permettent de tenir le film. L'effort de leur personnage pour amadouer, et en même temps remettre à sa place le vieil homme, indiquer que la décence est peut-être plus tragique que l'emphase, se confondent avec leur propre position par rapport à la mise en scène de Scott. Les acteurs semblent dire, un peu contre le film: la décence est un travail, donc une dépense, que l'époque n'avait pas comprise, dont l'inflation donc n'a pas été compensée par un intérêt : elle ne pouvait être investie nulle part, et ne s'échanger que contre le visible. Il faut reconnaître que c'est une belle histoire, mais elle tient en une phrase et n'a pas de morale.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Alien : Covenant (Ridley Scott, 2017)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Film Freak

55

3211

27 Jan 2018, 01:01

___ Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Duellists (Ridley Scott, 1977)

Baptiste

13

923

24 Fév 2009, 19:15

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Gladiator (Ridley Scott, 2000)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Film Freak

15

1158

13 Mai 2010, 22:33

Le Pingouin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Hannibal (Ridley Scott - 2001)

F-des-Bois

10

952

23 Juin 2013, 02:21

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Associés (Ridley Scott, 2003)

deudtens

12

1163

09 Oct 2015, 19:41

Fire walk with me Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Prometheus (Ridley Scott, 2012)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 19, 20, 21 ]

Cosmo

311

17004

02 Mai 2016, 13:36

rotary [Bot] Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Counselor (Ridley Scott, 2013)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Film Freak

35

2239

27 Mar 2014, 15:05

Kost Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Legend (Ridley scott, 1985)

Walt

1

864

22 Fév 2014, 13:14

Mr Chow Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Martian (Ridley Scott, 2015)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Film Freak

36

2611

18 Nov 2015, 20:41

Erik Vonk Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. American Gangster (Ridley Scott, 2007)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 4, 5, 6 ]

Film Freak

79

3884

07 Juin 2008, 11:34

Narrateur Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web