Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 21 Jan 2020, 00:24

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 14 Juin 2019, 16:09 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 20504
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Image

A Paris, Naoufel tombe amoureux de Gabrielle. Un peu plus loin dans la ville, une main coupée s’échappe d’un labo, bien décidée à retrouver son corps. S’engage alors une cavale vertigineuse à travers la ville, semée d’embûches et des souvenirs de sa vie jusqu’au terrible accident. Naoufel, la main, Gabrielle, tous trois retrouveront, d’une façon poétique et inattendue, le fil de leur histoire...

Je comprends totalement le succès du film tellement on n'est pas habitué à voir du long métrage d'animation français adulte contemporain, réaliste, d'une aussi grande qualité que ce soit dans l'animation elle-même, dans le doublage, dans l'originalité de son postulat. Du coup le film sort évidemment immédiatement du lot et se distingue par une vraie singularité dans le paysage ciné français. Je suis très curieux d'ailleurs de voir s'il va marcher en salles car c'est un peu le pari, de faire un cinéma qui se rapproche un peu du cinéma japonais mais avec une approche plus adulte mais y a-t-il vraiment un public ? L’échec l'année dernière de Mutafukaz (35k entrées) fait douter...

Ceci dit je suis loin de trouver le film parfait. En fait mon plus gros problème vient d'un scénario bien trop fragile et bancal qui donne l'impression d'être une V1 mal dégrossie bourrée de clichés et d'idées qui fonctionnent pas du tout. En premier lieu l'idée centrale du pitch qui est, selon moi, l'échec le plus patent et rédhibitoire du film.
Toute cette intrigue parallèle de la main coupée ne sert finalement strictement à rien et ne vient jamais rattraper le récit principal. On peut faire une version du film sans toutes les scènes de la main et ça ne changerait strictement rien. C'est quand même ultra problématique. Je comprends pas qu'il y ait pas une forme de conclusion à cette proposition fantastique... Pas évidemment une explication logique, mais quelque chose d'émotionnel, de thématique, une conclusion quoi. Toujours du mal à imaginer que l'on valide un scénario comme ça avec un tel "trou". Parce qu'au final ça sert à quoi cet accident ? Qu'est-ce que ça apporte au personnage, à son parcours, à son récit amoureux ? On a l'impression que le film n'arrive pas à décider quelle histoire raconter (la mort des parents, trouver sa voie, trouver l'amour, le pan fantasique...)


Pour le reste c'est plein de très bonnes idées dans la partie principale
la discussion à l'interphone, l'iglooo en bois, la scène finale où tout se joue au son
mais contrebalancé par des clichés ou des maladresses
la mort des parents dans l'accident de voiture zzzz, tout le truc des cassettes qui ne servira évidemment que lors de cette scène finale, la maladie de l'oncle dont on se bat les couilles, la baston dans la soirée etc...
Le tout se conclut dans un dernier acte que je trouve tout faible vraiment pas au niveau du reste
, que ce soit donc sur cette conclusion de l'arc fantastique inexistante ou même sur le personnage (il se barre ?) ou sur l'histoire d'amour (c'est fini entre eux ?).


C'est vraiment regrettable parce que toutes les scènes avec la main sont absolument géniales, on est dans un truc style L'homme qui rétrécit (que j'adore) et c'est très réussi visuellement,
de la fuite initiale au saut entre les immeubles en passant par le combat génial contre les rats. Seul truc qui m'a dérangé c'est la main qui reste propre et sans stigmate de son épopée alors que tel un John McClane il aurait fallu inscrire dans sa chair toutes les épreuves traversées (mais je me suis dit que c'était sans doute une facilité d'animation).


Bref je trouve le film brouillon, mal branlé mais plein de qualités malgré tout (excellentissime BO), très moderne, très rafraîchissant, très rythmé (durée parfaite d'1h20) et unique dans le paysage anim français mais c'est dommage il manque pas grand chose pour que le film soit beaucoup plus fort et réussi. Reste à espérer qu'il marche en salles pour que ça débloque des financements pour ce genre de tentatives plutôt que les autres daubes vues à Annecy (Les hirondelles de Kaboul et l'affreux Voyage du prince de Laguionie).

3-4/6

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 14 Juin 2019, 16:15 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Mar 2012, 13:20
Messages: 5390
Je n' avais jamais entendu parler du film. j'aime bien l'affiche et le script. Par contre, j'aime pas beaucoup la fluidité de l'animation dans la BA. Cela sent quand même le gros flop en salle


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 14 Juin 2019, 16:18 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 20504
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
L'anim est nickel. Il sort en novembre.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 14 Juin 2019, 16:21 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Mar 2012, 13:20
Messages: 5390
Citation:
Il sort en novembre.


Cela explique pourquoi je n'en avais pas entendu parler. Il y a donc un peu de temps pour faire de la promo. Parce que l'anime en France est souvent envoyé à l'abattoir faute de promotion et de salle ( je me souviens encore de la non programmation un peu partout du très beau tout en haut du monde)


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Nov 2019, 22:08 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 10498
Joli film d'animation franchouillard primé à Cannes et à Annecy et qui vaut le coup d'oeil. Je suis resté un peu sur ma faim face à la conclusion abrupte mais tout le reste du film est brillant et de la manière dont le film cultive sa particularité et va à l'encontre de la production d'animation moderne m'ont beaucoup plu. L'originalité ne fait évidemment pas la qualité du film mais le traitement de son sujet est remarquable. Sans révéler la fin qui relie l'histoire de Naoufel et de la main qui se balade peinard dans tout Paris, le film a une vraie personnalité et n'hésite pas à aller vers l'étrangeté comme toutes ses scènes avec la main coupée.

Et puis c'est très beau au niveau de la mise en scène et du style graphique à base de rotoscopie. Un style visuel qui est très productif apportant beaucoup à l'atmosphère que souhaite mettre en place Clapin. Difficile de parler du film sans en révéler beaucoup plus et ne pas gâcher la surprise mais c'est vraiment le film qui mérite de rentrer dans la salle sans en connaitre grand chose. Adoré la très belle scène du livreur qui attend à l'interphone et devient amoureux de Gabrielle juste à cause de sa voix. L'impression d'un film libre et stylé qui ne s'impose aucune limite et est du coup assez rafraichissant. C'est tout simplement un des meilleurs films de l'animation de l'année et puis ça a le mérite de ne pas avoir de longueurs et de durer 1H2O donc pas d'excuses pour le caser dans l'agenda.

4,5/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Nov 2019, 22:12 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 10498
Art Core a écrit:
En premier lieu l'idée centrale du pitch qui est, selon moi, l'échec le plus patent et rédhibitoire du film.
Toute cette intrigue parallèle de la main coupée ne sert finalement strictement à rien et ne vient jamais rattraper le récit principal. On peut faire une version du film sans toutes les scènes de la main et ça ne changerait strictement rien. C'est quand même ultra problématique. Je comprends pas qu'il y ait pas une forme de conclusion à cette proposition fantastique... Pas évidemment une explication logique, mais quelque chose d'émotionnel, de thématique, une conclusion quoi. Toujours du mal à imaginer que l'on valide un scénario comme ça avec un tel "trou". Parce qu'au final ça sert à quoi cet accident ? Qu'est-ce que ça apporte au personnage, à son parcours, à son récit amoureux ? On a l'impression que le film n'arrive pas à décider quelle histoire raconter (la mort des parents, trouver sa voie, trouver l'amour, le pan fantasique...)


Pas d'accord sur ce point. J'avais aussi peur de cette partie "déconnectée" mais je trouve que cette idée apporte justement une dimension poétique et étrange à l'ensemble et j'avoue que j'aurais du mal à imaginer le film sans. En fait je suis d'accord avec toutes les qualités que tu soulignes mais pas sur les défauts :P


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Nov 2019, 10:57 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 20504
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Oui donc tu confirmes ce que je dis, c'est une idée poétique rien de plus qui n'est jamais relié narrativement au reste. C'est quand même problématique.
Sinon assez surpris par la sortie un peu anonyme alors que je m'attendais à plus de pub, plus d'échos. Le film est parti pour faire une première semaine autour de 50 000 entrées ce qui n'est pas énorme...

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Nov 2019, 17:28 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20927
Cela me fait penser que le Cowboy n'a jamais répondu à ma question.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Nov 2019, 18:29 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 10498
Art Core a écrit:
Oui donc tu confirmes ce que je dis, c'est une idée poétique rien de plus qui n'est jamais relié narrativement au reste. C'est quand même problématique.
Sinon assez surpris par la sortie un peu anonyme alors que je m'attendais à plus de pub, plus d'échos. Le film est parti pour faire une première semaine autour de 50 000 entrées ce qui n'est pas énorme...
Disons que ça a surtout un côté métaphorique et vu que ça tient 15 minutes à tout casser ça ne me dérange absolument pas et je trouve que ça rajoute un plus à la construction de l'univers à l'écran.
Vu le sujet peu sexy, tu t'attendais vraiment à une sortie en grandes pompes avec plein de pub? Si le film fait 100 000 entrées, je trouve que c'est une belle réussite.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 12 Nov 2019, 00:22 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Déc 2018, 23:08
Messages: 972
Il y a une sorte de mariage entre un aspect assez formaliste (l'infra-monde de la main, et sa fuite qui font penser au situation des dessins-animés de Martin Rosen) et un récit très psychologisant, un peu à la Amélie Poulain (elle aussi orpheline, et évoluant dans un passé immédiat) qui ne prend pas vraiment, le récit est peut-être trop écrit, jouant trop dans une seule fibre mélancolique pour toucher (le personnage vit en permanence dans le deuil de tout).
A vrai dire j'ai trouvé que le dessin-animé était peut-être trop ancré dans des références des années 1995-2005 (le réalisateur est né en 1976), comme Nicolas de Crécy, Blutch, voire la La Fille du professeur de Sfar et Guibert, pour faire incarner totalement son histoire d'intiation adolescente, l'indécision entre rituel de passage et souvenir un peu mélancolique et effacé m'a mis mal à l'aise (ce qui n'est pas forcément inintéressant). Le dessin-animé trouve visiblement son public, mais il est assez âgé.
Pour autant, il recèle quelque-chose d'ouvert, une volonté de ne pas tout expliquer qui le sauvent. Beau personnage central à la fois situé au milieu de la banlieue et extérieur à elle, à la fois lunaire et solitaire, et donc d'autant physiquement dans la ville (belle idée : les déterminisme sociologique éloignent cette vérité physique, il faut une dose de monstrueux et de surnaturels pour les éloigner, pas complètement, ils ont eux-même une forme de beauté froide, ils sont blessés et séduisants).

Sinon, sur un plan plus personnel, à l'époque que décrit le film, j'avais une amie qui travaillait dans une médiathèque de banlieue appelée comme dans le film Guy de Maupassant, dont la configuration intérieure et la façade sont très proches de celle du film (c'était en banlieue ouest, avec le même type de vue sur la Défense). Je retrouvais aussi un peu d'elle dans le personnage féminin du film, dans les mots employés, la manière dont elle décrivait l'univers de son boulot et ses collègues (bref la culture décrite). Mais bizarrement cette fidelité rendait le film encore plus froid à mes yeux. Ce passé personnel joue sans doute un rôle dans la distance et l'inconfort que j'ai ressenti, en dépit des qualités du film.

Belle musique de Dan Levy (la moitié de the Do), avec une inspiration à nouveau -après Ad Astra - très Tangerine Dream (la musique des grands-parents).


Dernière édition par Vieux-Gontrand le 12 Nov 2019, 12:21, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 12 Nov 2019, 01:03 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Déc 2018, 23:08
Messages: 972
:Et puis arriver à imiter en même temps le début de Blow out et la fin de Birdy il fallait quand-même le faire.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 12 Nov 2019, 17:07 
Hors ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 26214
Localisation: Paris
Ca me fait chier de devoir encore dire ça mais: Art Core a tout dit.

Film ultra-rafraîchissant car on n'a pas l'habitude de voir ça. C'est pas de l'anim' traditionnelle, c'est pas non plus du film japonais, c'est autre chose. Très bon doublage en effet, très naturaliste ; personnage principal arabe sans qu'il ait besoin d'être arabe, sans qu'il faille en faire un discours ; bonne musique ; très bon travail sur le son ; léger suspense à la DESTINATION FINALE tout le long genre "Mais comment va-t-il perdre sa main ?" ; et les scènes avec la main sont troublantes, surprenantes, prenantes. En plus, c'est violent. Je repense à mon tweet tout innocent "Est-ce que je peux y aller avec mon enfant de 5 ans ?" Premier plan du film: un mec allongé dans une mare de sang. :lol:

Bref, y a plein de vrais moments de réussite dans le film mais... le tout ne prend pas. On a l'impression de plusieurs films en un: la main, les flash-backs, tout ce délire sur le magnétophone (l'impression d'une double métaphore: la matérialité de la main d'un côté, l'immatérialité du son de l'autre... Fallait se décider les gars). Le tout culmine - mais sans vraiment culminer ni se rejoindre thématiquement - dans un final brouillon et peu satisfaisant dont on ne comprend pas les ressorts émotionnels.

De plus, difficile de s'attacher au personnage de Gabrielle, Manic Pixie Dreamgirl un peu pixie, pas du tout manic, limite blasée et à deux de tension, et donc très peu dreamgirl... Ca nuit à notre investissement dans l'histoire d'amour.

_________________
Liam Engle: réalisateur de comédie, publicité, série, cinéma !
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 12 Nov 2019, 17:15 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 10498
Qui-Gon Jinn a écrit:
De plus, difficile de s'attacher au personnage de Gabrielle, Manic Pixie Dreamgirl un peu pixie, pas du tout manic, limite blasée et à deux de tension, et donc très peu dreamgirl....
J'accroche à fond mais ça doit être mes goûts en termes de demoiselles.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 12 Nov 2019, 17:51 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 20504
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Qui-Gon Jinn a écrit:
Ca me fait chier de devoir encore dire ça mais: Art Core a tout dit.


Je ne vais plus qu'au cinéma pour pouvoir venir poster mon avis et ici dans l'espoir d'avoir ce commentaire :D.

Sinon je connaissais pas le concept de la Manic Pixie Dreamgirl et c'est vrai qu'il y a de ça.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Déc 2019, 09:17 
Hors ligne
Titilleur

Inscription: 09 Nov 2011, 16:07
Messages: 82
Effectivement, finalement ça serait juste une nième petite histoire de rémission (ou de résilience comme on dit maintenant) s'il n'y avait pas ce montage alterné avec la partie fantastique et action "main qui se balade" (probablement dans la psyché du personnage mutilé)... c'est plutôt décevant.

Pour ma part j'ai trouvé la musique d'ambiance trop envahissante, les voix parfois pourries (en particulier celle de Naoufel, on dirait parfois celle d'un personnage de dessin-animé pour les gamins). Le graphisme est pas mal mais ça me paraît pas aussi révolutionnaire que ce que certains affirment au-dessus, ça rappelle des choses du côté de l'anim japonais réaliste je trouve (en particulier le visage de la fille) - entre parenthèses le thème de la résilience est d'ailleurs assez présent dans l'anim japonais d'ailleurs, et plus particulièrement celui de l'accident de voiture des parents (voir par ex "Okko's Inn" de Kitarô Kôsaka l'année dernière que j'avais pas du tout aimé). D'accord pour dire que le scénar est bizarre, entre trucs qui tombent à plat (la relation de Naoufel et Gabrielle, la maladie du tonton) et trucs qui préparent trop lourdement le final (l'histoire de la mouche, des enregistrements sonores).

Ca m'a fait un peu pensé à Gondry, le côté hype de la musique, bricoler ses rêves. Et ça me paraît aussi surcôté que du Gondry chez la critique, d'après ce que j'ai vu sur la page allociné du film...


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Vie scolaire (Grand Corps Malade & Mehdi Idir dit Minos - 2019)

Qui-Gon Jinn

12

733

08 Jan 2020, 09:08

bmntmp Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Blue Ruin (Jeremy Saulnier - 2013)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Cooper

25

2251

25 Avr 2016, 08:47

Abyssin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Green Room (Jeremy Saulnier, 2015)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Abyssin

19

1917

28 Aoû 2017, 21:22

deudtens Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Murder Party (Jeremy Saulnier, 2007)

Abyssin

0

636

07 Mai 2017, 12:03

Abyssin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Hold the dark (Jeremy Saulnier, 2018)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Art Core

15

1091

04 Nov 2018, 00:21

Abyssin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Paradis perdu (Eve Deboise -2012)

Mr Chow

0

784

14 Juil 2012, 10:37

Mr Chow Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Un homme perdu (Danielle Arbid, 2007)

DPSR

10

1171

25 Sep 2007, 13:54

Tiny Tears Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Monde perdu (Harry O. Hoyt - 1925)

Tom

0

992

01 Fév 2012, 19:27

Tom Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Atlantide, l'empire perdu (Gary Trousdale, Kirk Wise, 2001)

Film Freak

5

741

08 Aoû 2016, 09:13

questel Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Corps impatients (Xavier Gianolli - 2002)

Zad

4

994

11 Déc 2009, 11:34

Mickey Willis Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 8 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web