Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 17 Oct 2021, 06:27

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 38 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3
Auteur Message
MessagePosté: 27 Mai 2016, 23:00 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Aoû 2005, 23:40
Messages: 18534
Localisation: Rebirth Island
J'ai beaucoup aimé !

Je m'attendais à pas grand chose, donc j'ai été agréablement surpris. Et j'étais déjà prévenu des défauts du film (instants famille pourris, surtout le premier en fait, beaufitude de certains dialogues, lourdeur de la fin, le clichéisme du dernier plan), donc ça m'a pas dérangé. J'ai aimé comment le film appuie sur la frontière très floue entre les alliés et les ennemis. Constamment les gars sont dans le doute. Et ça culmine au milieu du film avec ces plans surréalistes de gens errants dans l'ambassade, avec des mecs en costard + kalash.

J'adore aussi que ça soit fait dans de vrais putains de décors. Maintenant j'ai l'impression que ce genre de film ne se fait que devant des fonds verts en studio. Là, les gars mitraillent un vrai champ avec des vrais moutons. Ça fait du bien.

Excellent rythme foireux du film, typique d'un truc tiré d'une histoire vraie : le climax est mollasson, ça se finit un peu en eau de boudin. J'adore.
Fusillades géniales, et puis les gars se prenne du mortier sur la tronche, fin. Cadavre qui se fait jeter du toit.


Au final, le plus gros défaut pour moi, c'est le personnage du
chief of station : grosse caricature du bureaucrate incompétent. Ça changeait rien d'en faire un mec juste bien. Le gars pouvait avoir une vibe sympathique tout en ordonnant le "stand down"


Un peu dommage que ça soit si confus aussi parfois : j'avais bien en tête tous les acteurs, yen a 3-4 qui sont mes potes, et pourtant, c'est un peu dur de savoir ce qu'il advient de chacun à la fin.
En gros, à part James Badge Dale, on comprend pas trop qui meurt.


Petit 5/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 31 Mai 2016, 10:30 
Hors ligne
Expatrié en tongs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juil 2005, 17:40
Messages: 14147
Localisation: The Far Side of the World
Moi j'ai vraiment bien kiffé. Je trouve le trip extrêmement intense, en terme d'imagerie, de montage, c'est parmi ce que Bay a fait de mieux. Comme le dit Freak, y'a une étonnante humanité, on ne voit pas des abrutis de la gâchette venir jouer aux cow-boys, chacun des personnages est plutôt bien campé, il y a au contraire une vraie attention à créer une empathie et une existence pour chacun. Mais ils existent plus pendant leurs interactions que dans les scènes "familles" qui s'il est difficile de les éviter, sont effectivement un peu clichées ou du moins déjà vues. Beaucoup.
C'est pas parfait, c'est probablement trop long de 20 ou 30 minutes et il y a des images un peu faciles et abusées, certaines choses qui font que Bay sera toujours Bay, mais toutefois il s'en sort bien mieux que ce que j'aurai pu croire vu son pedigree. Il n'essaie pas trop de forcer le pathos où du moins l'évoque au travers de moments inattendus
Jack qui ne veut pas voir le corps de Rone s'écraser au sol quand ils le descendent du toit

Non vraiment pas mal de belles choses et puis un nombre d'idées visuelles complètement dingues.

4.5/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 02 Juin 2016, 21:17 
Hors ligne
Il vous dira quoi
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 14:39
Messages: 12068
Localisation: No soup for you!
pareil

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 03 Juin 2016, 15:42 
Hors ligne
Bisounours priapique
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 14:35
Messages: 11745
Localisation: 48N50 -- 02E21
deudtens a écrit:
Au final, le plus gros défaut pour moi, c'est le personnage du
chief of station : grosse caricature du bureaucrate incompétent. Ça changeait rien d'en faire un mec juste bien. Le gars pouvait avoir une vibe sympathique tout en ordonnant le "stand down"



Ah ben je l'ai pas vu pareil moi :
pas incompétent, juste le mec qui obéit aux ordres. Je pense que c'est plus le système dans son ensemble qui grippe. On comprend qu'ils ont des forces à 2h max un peu partout (avion&hommes) mais ne font rien.

_________________
- Nazi violent 1961-2013?
"my... "double anale", c'est ce que je crois?" Chlochette
"J'ai toujours aimé la culture nain" Sponge
Marlo a écrit:
J'adore Hollande.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 03 Juin 2016, 18:46 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Aoû 2005, 23:40
Messages: 18534
Localisation: Rebirth Island
Oui ça me dérange pas qu'il obéisse aux ordres. Ce qui me dérange c'est qu'il est du coup montré sous un angle clairement négatif/incompétent. C'est dit par les dialogues et la mise en scène. Il aurait pu obéir aux ordres à la lettre, jusqu'à l'absurde, tout en étant autre chose qu'un perso antipathique.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 18 Aoû 2016, 12:11 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Oct 2012, 14:47
Messages: 7415
Localisation: POEY DE LESCAR
Je vais pas redire ce que vous avez déjà dit. Pour moi, un excellent Michael Bay. C'est tendu, émouvant à la truelle, et surtout pas répétitif dans l'action (chose qui me faisait peur). Plaisir coupable devant certaines idées (en gros tous les tirs de roquettes qui rebondissent ou foirent). Il n'a pas pu s'empêcher de faire une course poursuite en caisse, carrément orgasmique, et je l'aime pour ça.

4,5/6

_________________
Réalisateur de blockbusters d'action français dans une économie maîtrisée d'1h30 max


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Oct 2016, 14:49 
Hors ligne
Connaisseur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Sep 2013, 17:45
Messages: 133
Je dois redire ma fascination pour le cinéma de Michael Bay, dans sa grande efficacité spectaculaire, dans tout ce qu'il a d'outré, d'over the top, in your face, etc. Son cinéma comme symptôme de l'Amérique, aussi. Je ne peux pas dire que je l'aime mais la vision de ses films est toujours une expérience fascinante, ce pourquoi il y a une indéniable aura d'auteur dans son cinéma, quelque chose qui le sort du lot des faiseurs, surtout dans ses moyennes productions (les deux derniers Transformers sont un peu chiants quand même).

13 hours partage avec Pain & Gain (No Pain No Gain) cet étrange rapport à la vérité annoncé plusieurs fois dans le film : « c'est une histoire vraie (This is a true story) », alors que c'est un cinéma très artificiel (saturation de la post-production colorimétrique du film, maquillages de guerre à la limite du théâtre grotesque, montage saccadé ou les explosions sont magnifiées, casting de beaux gosses métrosexuels qui pourrait en effet faire du film une icône gay friendly), bref tout un tas de ficelles (c'est valable pour les deux films) qui les placent très loin d'une quelconque crédibilité des images en tant que brutes ou réalistes. Ce pourrait être un film "basé sur des faits réels", "d'après une histoire vraie", ou une autre phrase habituelle pour distancier la fiction des événements qu'elle dépeint, mais Michael marque son "This is a true story" comme un mantra, à l'opposé de la forme de ses films. Même le timing qui aurait pu être une tentative de faire croire à un déroulé heure par heure du film est balayé d'un revers de manche sur la table de montage.

Pourquoi il insiste à ce point sur ce rapport à la vérité je me le demande, 13 hours est dans une toute relative retenue du spectacle pyrotechnique rapporté à un Transformers, mais il ne peut pas s'empêcher de tout faire brûler et péter dans une surenchère qui n'a rien à voir avec la sécheresse des morts des guerres multipartites en cours au moyen-orient. Est-ce une recherche de légitimité de son cinéma, ou juste un petit ingrédient qu'il rajoute pour asseoir son story-telling ? J'en sais rien, c'est juste curieux.

De cette poignée d'anciens soldats devenus agents de sécurité à la solde de la CIA, le film fait des icônes héroïques, inlassablement, de la caractérisation plus qu'amoureuse avec une insistance presque grotesque sur leurs liens familiaux, à leurs actes de bravoure, et à la multiplication des plans d'hommes virils en souffrance mais sublimes dans leur sacrifice guerrier. Les soldats américains sont les plus beaux, les plus forts, les plus efficaces (techniquement), ont la plus haute moralité qu'ont puisse imaginer.

Politiquement le film est probablement abject, il fait de ces hommes de main de la CIA des héros iconiques absolus, intouchables, alors que les libyens sont une toile de fond vaguement brossée. Je n'accuserai pas Michael Bay de racisme car ce n'est vraiment pas son problème, il n'y a pas de haine ou de jugement sur les populations libyennes, attaquants, alliés ou opposants, il y a même de nombreux plans qui admettent l'absurdité de la situation dans laquelle le pays est plongé, mais ce dont on peut être certain c'est qu'il s'en fout, ce n'est pas ce qui l'intéresse, c'est juste un arrière-plan pour ses héros inlassablement magnifiés. Mais il faut penser les conséquences politiques d'une telle iconisation (ce que Michael ne fait sans doute pas complètement), dans son rapport à la valeur d'une vie, on peut dire que le film serait dans un ratio libyen/soldat américain 1/10000000000000000. Ceci n'est pas sans conséquence sur l'image que la population américaine peut avoir d'elle-même dans son rôle géopolitique, et dans son rapport au sécuritaire, c'est un vrai problème. Ceci dit c'est un classique du film de guerre où le point focal est toujours sur les soldats, même dans les très beaux films de Bigelow.

C'est un film produit depuis les États-unis par un américain, certes, c'est un film critique des choix stratégiques de la CIA et plus généralement des conséquences de l'interventionnisme erratique de l'OTAN, certes, critique des têtes pensantes et dirigeantes et magnifiant à bloc le soldat américain. Le principal reproche, la principale critique qu'on pourrait lui faire est de produire un réel où le soldat américain est un héros iconique, sans tache, alors que désolé Michael, mais ces hommes ont probablement les mains sales, et produire un réel qui leur lave les mains n'est peut-être pas la meilleure des choses à faire. De même que le film est totalement impuissant à interroger la question de la sécurité, même s'il montre très vaguement le nombre de morts et la souffrance des deux côtés (dans le ratio énoncé ci-dessus). La sécurité de qui, pourquoi, pour quel intérêt stratégique ou économique, à quel prix ? On n'en saura rien. Mais c'est Michael alors on lui pardonne, en quelque sorte, ou plutôt il n'y a rien de vraiment surprenant de sa part dans la peinture qu'il fait de ces agents de sécurité américains, donc merci Michael pour le show aux intentions transparentes quoique douteuses.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Déc 2016, 11:24 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 12388
Art Core a écrit:
J'ai trouvé ça très mauvais...
Malgré tout ce qu'on peut lui reprocher je m'amuse toujours dans son cinéma déviant, fascinant, jouissif et spectaculaire.

Et c'est tout. Le reste est d'une médiocrité quasi totale. Les personnages sont nuls, je les déteste, espèce d'Action Men pourris, bas du front. Et comme le dit Freak ils se ressemblent tous, dans le feu de l'action c'est impossible de les différencier. Les dialogues sont pathétiques (souvent pas loin du nanar), les scènes "famille" font saigner du cul tellement elles sont clichées et caricaturales (mais pas au point de devenir marrantes), le message finale me fait gerber (mecs mort pour leur pays alors que le film occulte totalement le côté purement mercantile de leur présence sur place).

En partie d'accord avec Art.

J'ai beaucoup apprécié le coeur du film, cette enfilade de scènes d'actions ultraspectaculaires que ce soit dans l'ambassade, le complexe secret où les poursuites en voitures dans les rues de Benghazi. Je ne suis pas du tout un fan de Michael Bay mais force est d'admettre que sa mise en scène est de plus en plus jouissive. On peut ne pas aimer le cinéaste mais niveau spectacle on en a pour son argent et chez moi les 2H24 sont passés très vite tant Bay arrive à instaurer une tension de tous les instants où je ne me suis jamais ennuyé.

Alors oui ses scènes d'actions n'inventent rien mais j'aime bien son approche réaliste et la sincérité du cinéaste qui s'amuse comme un petit fou tout en donnant à son public ce pour quoi il est venu. Il y a le quota d'explosions, d'assauts, de roquettes, de mortiers,... mais jamais ça n'est assommant et la reconstitution guerrière est vraiment réussie.

Bon après le problème du film c'est cet enrobage qui est autour. Les dialogues sont mauvais et très cons à base d'héroïsme et d'américains, les scènes familiales clichées du même tonneau et les personnages nuls. Je trouve le script inutilement confus et Bay n'a évidemment pas la force d'évoquer de manière pertinente le côté politique de l'évènement. Alors oui j'entends bien qu'il tente de critiquer l'armée américaine, la raison de leur intervention sur place mais pour moi c'est raté. Et pourtant, il y avait matière d'insuffler une dimension politique intéressante sur ce sujet, c'est dommage car perso je trouve toute cette histoire passionnante. Et une fois encore, je comprends les intentions dont cette toute fin mais je trouve l'exécution ratée.

Le dernier quart d'heure est aussi horrible et cumule tous les pires défauts mais au final je ne garde pas un mauvais souvenir du film qui est sauvé par la foi de Michael Bay en son cinéma ultraspectaculaire (Action-porn comme l'appellerait ses détracteurs). Après je trouve que c'est un pas en arrière après Pain and gain qui avait le mérité de donner plus de profondeur au cinéma du bonhomme.

3/6


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 38 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Finest Hours (Craig Gillespie, 2016)

Film Freak

2

866

24 Fév 2016, 18:51

deudtens Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Where to invade next (Michael Moore - 2016)

DPSR

4

979

01 Oct 2016, 00:13

flatclem Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La tortue rouge (Michael Dudok de Wit - 2016)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

DPSR

55

3393

06 Juil 2016, 22:06

Abyssin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Hours (Stephen Daldry, 2003)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

_ZaZaZa_

38

3093

07 Jan 2009, 19:09

Baptiste Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. After Hours (Martin Scorsese, 1985)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Film Freak

26

2971

12 Fév 2018, 00:33

Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. These Final Hours (Zak Hilditch - 2014)

Cooper

1

956

30 Mai 2014, 17:22

Qui-Gon Jinn Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Island (Michael Bay - 2005)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 14, 15, 16 ]

Billy Hayes

233

17361

06 Sep 2010, 19:32

Zaphod Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Ali (Michael Mann, 2001)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Arnotte

52

5264

27 Fév 2021, 23:48

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Transformers (Michael Bay - 2007)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 33, 34, 35 ]

Mufti

512

33201

07 Mai 2009, 14:29

deudtens Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Rock (Michael Bay - 1996)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Puck

63

5732

26 Oct 2017, 09:19

questel Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot] et 10 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web