Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 22 Jan 2018, 15:42

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 48 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 08 Oct 2015, 00:00 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Juin 2007, 17:57
Messages: 338
Localisation: Reykjavik
Personne ? Du coup je me lance.

Je vais commencer par mes deux seules remarques négatives, parce qu'elles sont hyper minimes :
- quand tu fais le zoom sur le seau, d'un seul coup on entend un bruit d'eau coulante. Je comprends pourquoi, mais je trouve ça dommage d'en rajouter artificiellement comme ça. Je crois que quelqu'un a parlé dans le topic des poncifs de ce cliquetis qu'on entend systématiquement quand un personnage s'empare d'une arme, c'est un peu la même chose.
- je connaissais pas du tout le sujet du film, et du coup quand j'ai compris le titre j'ai trouvé que ça faisait petit-malin. Encore plus quand il est rappelé à la fin. Après c'est peut-être une vraie expression que j'ignore.

Et donc à part ça j'ai trouvé le film vachement bien. T'arrives à créer quelque chose avec principalement des regards et des actions, sans abuser des dialogues et en les dosant parfaitement. Tu traites un sujet fort sans t'appesantir et, comme dans Errance, en trouvant la bonne distance par rapport au personnage pour remuer le spectateur, en t'attachant juste ce qu'il faut sur certains détails, certaines expressions suffisamment éloquentes qui font montre d'une belle maîtrise narrative. Et en plus de ça les acteurs sont bons donc c'est jackpot. Chapeau.

Sinon, j'imagine qu'il y a eu pas mal de discussions par rapport au plan embarqué sur la lame, non ? J'aimerais bien savoir pour quelle raison tu l'as fait

_________________
- I wish that shotgun was my penis.
- If it were, you could call me Ernest Hemingway.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Oct 2015, 07:22 
En ligne
Garçon-veau
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Juil 2005, 15:48
Messages: 15940
Localisation: FrontierLand
JE MATE PAS





Non, je mate ça ce week-end, tranquillou

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Oct 2015, 07:32 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20622
Tu as vu le Kieslowski, Z?

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Oct 2015, 08:57 
En ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 17857
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
J'ai pas accroché :(.

SPOILERS

Je trouve que c'est un film à sujet mais qu'on n'arrive jamais au delà ou du moins pas assez. Surtout que le sujet on ne le connaît que lors du carton final où soudain on se dit "ah c'est donc ça". Parce que sinon on ne comprend pas de quoi parle le film. On est dans une attente un peu absurde à côté du condamné en se disant qu'un récit va s'amorcer, que quelque chose de plus consistant va démarrer mais non. Le film n'est que l'accompagnement du condamné à mort vers son exécution. Alors pourquoi pas en effet, c'est en soi un sujet ? Sauf que pour moi ça manque totalement d'incarnation, c'est d'une froideur totale, procédurière et mécanique qui me laisse constamment en dehors et quand vient la scène de l’exécution à proprement parler ça va super vite et le film est fini. On comprend alors à posteriori que le cœur du film était avant cette scène, avant cette fin précipitée. Du coup personnellement ce carton je l'aurais mis au début du film. Pour moi ça aurait presque tout changé (pourtant je connaissais le sujet), ça donnait d'emblée les clefs, les enjeux qui sinon, sont tout bonnement inexistants.

L'un des problèmes du film c'est sans doute son aspect documenté (en tout cas je l'ai ressenti comme ça). On sent que c'est hyper documenté et que tu essaies de reproduire à l'identique la scène telle que les témoins ont pu la raconter et du coup ce sont des petits moments collés mais qui ne font pas tellement sens entre eux du point de vue cinématographique. Comme cette blague sur le fait qu'il est "enfin libre" sans les menottes (avec ce plan pas très heureux qui suit sur la juge) ou la demande de la dernière cigarette refusée. Finalement ce qui aurait pu être un angle d'attaque certes trivial mais en tout cas cohérent aurait été une forme de suspens morbide, de terreur vers l'inéluctable. Mais on sent que tu ne cherches pas ça (et dans un sens tant mieux) et comme je n'ai pas compris ce que tu me racontais, j'ai eu du mal à me raccrocher à quoi que ce soit.

Et puis pour moi la plus grosse maladresse, c'est sans doute de révéler ce pour quoi il est dans cette situation. Ça me paraît être une erreur assez fondamentale pour le film. D'une parce que la manière dont c'est révélé n'est pas très fine (après ça c'est peut-être passé ainsi mais ça m'a semblé artificiel) mais surtout de deux parce qu'on n'en avait absolument pas besoin. Tu faisais un film sur un homme qui devient in extremis un film sur un monstre. Ça me semble vraiment maladroit, inopportun, j'ai presque l'impression que tu sabordes toi même en changeant presque de sujet. Je ne dis pas que ton film est un manifeste anti peine de mort mais au moins tu es là avec un condamné, dans la nudité de sa mort annoncée alors que soudain ce n'est plus vraiment ça, le fait de le savoir tortionnaire, malade, meurtrier (ce que l'on suppose évidemment) change radicalement notre point de vue sur lui.

Il y a aussi plusieurs petites choses qui selon moi fonctionnent mal ou du moins que je n'ai pas comprises. Comme la première blague de l'avocat sur les chaussettes, le moment où il demande au gardien de ramasser des papiers (quels papiers ?) et cet autre instant où les témoins semblent se disputer et on finit par lui enlever les menottes (c'était ça l'objet de la dispute ?) ou encore, cette espèce de cri qu'il lance juste avant l’exécution. Tout ça me paraît un peu maladroit. Et cette femme sur laquelle tu insistes un peu et où j'ai fini par croire (je ne sais pas pourquoi) que c'était la mère de la victime alors que le générique m'apprend que c'est la juge. Du coup je ne saisis pas forcément cette insistance sur elle, notamment à la fin (incarne-t-elle la Justice ?).

Après techniquement c'est très propre, la lumière est très belle, les comédiens sont tous très bien, la mise en scène est carrée (même si le montage m'a semblé parfois un peu rapide, nous faisant perdre en clarté - le truc des papiers par terre par exemple). Je suis un peu plus dubitatif sur la caméra placée sur la lame. Même si le point de montage dans le mouvement est fort, je suis pas sûr qu'on avait besoin de ça. Bref, c'est simplement un film dont j'ai un peu de mal à comprendre le projet, qui ne me parle pas, qui ne me laisse aucun sentiment particulier. Je dirais que le plus réussi est peut-être ce sentiment d'absurde, ces nombreux regards sur cet homme presque mort qui attend son heure. Il y a un petit frisson qui passe là furtivement mais c'est très évanescent. Dommage.

Mais bon j'espère être le seul sur ce crédo et que les autres vont adorer. Et en tout cas je souhaite évidemment le meilleur pour la carrière du film.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Oct 2015, 12:16 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Aoû 2005, 23:40
Messages: 16146
Localisation: Lyon
J'ai vu, j'ai beaucoup aimé, j'ai l'avis inverse d'Art Core sur tout :D

Je développe ce soir ou demain.

_________________
Hashtag Chaton
Dragon Boules


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Oct 2015, 14:07 
En ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18155
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Vu et apprécié.

(spoilers)

Le texte final, j'ai du mal à me faire un avis. Je comprends qu'on l'ait mis à la fin mais au début ça aurait été bien aussi.

Je trouve ça super bien filmé (c'est ma came), éclairé et joué - même si j'aurais aimé voir le condamné plus "bouleversé".
J'aime bien qu'on ressente le (quasi) temps réel. J'aime bien les gestes du gars qui sait que ce sont ses derniers. J'aime bien les dialogues, ces gens qui ne savent pas quoi dire et qui disent des conneries. "Courage", comme si son courage allait le sauver... Le débat stérile sur les menottes.. "Vous êtes libre maintenant - lol" ultra gênant... Par contre j'aurais été moins dans les détails des raisons de sa culpabilité, plus évasif.

J'aurais aussi enlevé plan de la caméra sur la lame, mais bon.

Bravo à Z et Noony pour ce film... Je vous souhaite le meilleur!

Et vivement le long. :)

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Oct 2015, 14:34 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Juin 2007, 17:57
Messages: 338
Localisation: Reykjavik
Arnotte a écrit:
Par contre j'aurais été moins dans les détails des raisons de sa culpabilité, plus évasif.

Mais justement non ! Enfin je peux pas parler pour Z, mais perso c'est avec cette tirade que le projet du film devient vraiment intéressant pour moi :
ça en fait un film SUR la peine de mort plutôt qu'une dénonciation de plus. Où on commence par te mettre en empathie pour le personnage, "ouais la peine de mort c'est immonde", avant de te dire que oui mais le mec a lui-même fait des trucs immondes. Et dans ce cas-là, comment tu le punis ? Encore une fois je peux me tromper, mais pour moi c'est évident que le film cherche avant tout à remuer le spectateur en lui faisant se poser la question de ce qu'est réellement la peine de mort, du point de vue du condamné ET de la société, et c'est par cette tirade qu'il y parvient. Ni une dénonciation, ni une apologie. Un sujet de bac, en fait :D

_________________
- I wish that shotgun was my penis.
- If it were, you could call me Ernest Hemingway.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Oct 2015, 15:19 
En ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18155
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Oui, d'accord avec toi, mais perso j'aurais été plus évasif, pour laisser plus d'imagination au spectateur, et juste faire comprendre que ce qu'il a fait est abominable, mais pas forcément en quoi, pas les menus détails, quoi.

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Oct 2015, 15:44 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 10582
Localisation: Previously on Premiere
Film Freak a écrit:
MP foiré?


Ouais... de mon téléphone je suis pas encore aussi bon que toi. Du coup je le laisse un peu histoire que ceux qui veulent regardent. Et puis je l'enlèverai.

_________________
I think we're gonna need a helmet.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Oct 2015, 16:09 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 10582
Localisation: Previously on Premiere
raymond hessel a écrit:
- quand tu fais le zoom sur le seau, d'un seul coup on entend un bruit d'eau coulante. Je comprends pourquoi, mais je trouve ça dommage d'en rajouter artificiellement comme ça. Je crois que quelqu'un a parlé dans le topic des poncifs de ce cliquetis qu'on entend systématiquement quand un personnage s'empare d'une arme, c'est un peu la même chose.


Le personnage se concentre sur un objet, on coupe juste l'ambiance globale pour se concentrer sur un son isolé. C'est un effet léger, sur un son qui était déjà présent.

Citation:
- je connaissais pas du tout le sujet du film, et du coup quand j'ai compris le titre j'ai trouvé que ça faisait petit-malin. Encore plus quand il est rappelé à la fin. Après c'est peut-être une vraie expression que j'ignore.


Je suis pas doué avec les titres, mais celui-ci je l'aime bien.

Citation:
Et donc à part ça j'ai trouvé le film vachement bien. T'arrives à créer quelque chose avec principalement des regards et des actions, sans abuser des dialogues et en les dosant parfaitement. Tu traites un sujet fort sans t'appesantir et, comme dans Errance, en trouvant la bonne distance par rapport au personnage pour remuer le spectateur, en t'attachant juste ce qu'il faut sur certains détails, certaines expressions suffisamment éloquentes qui font montre d'une belle maîtrise narrative. Et en plus de ça les acteurs sont bons donc c'est jackpot. Chapeau.


Coooooool. Merci beaucoup.

_________________
I think we're gonna need a helmet.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Oct 2015, 16:10 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 10582
Localisation: Previously on Premiere
Karloff a écrit:
Tu as vu le Kieslowski, Z?


Nop, ou y a très longtemps. Me souviens plus.

_________________
I think we're gonna need a helmet.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Oct 2015, 20:03 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 10582
Localisation: Previously on Premiere
raymond hessel a écrit:
Arnotte a écrit:
Par contre j'aurais été moins dans les détails des raisons de sa culpabilité, plus évasif.

Mais justement non ! Enfin je peux pas parler pour Z, mais perso c'est avec cette tirade que le projet du film devient vraiment intéressant pour moi :
ça en fait un film SUR la peine de mort plutôt qu'une dénonciation de plus. Où on commence par te mettre en empathie pour le personnage, "ouais la peine de mort c'est immonde", avant de te dire que oui mais le mec a lui-même fait des trucs immondes. Et dans ce cas-là, comment tu le punis ? Encore une fois je peux me tromper, mais pour moi c'est évident que le film cherche avant tout à remuer le spectateur en lui faisant se poser la question de ce qu'est réellement la peine de mort, du point de vue du condamné ET de la société, et c'est par cette tirade qu'il y parvient. Ni une dénonciation, ni une apologie. Un sujet de bac, en fait :D


C'est exactement ça.

Créer de l'empathie pour un inconnu, puis révéler son identité, et laisser le spectateur gérer son empathie envers le personnage en fonction du contexte et de ses convictions personnelles. C'est démonstratif mais ça débouche sur de la nuance, je crois.

_________________
I think we're gonna need a helmet.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Oct 2015, 20:09 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 10582
Localisation: Previously on Premiere
Art Core a écrit:
J'ai pas accroché :(.

SPOILERS

Je trouve que c'est un film à sujet mais qu'on n'arrive jamais au delà ou du moins pas assez. Surtout que le sujet on ne le connaît que lors du carton final où soudain on se dit "ah c'est donc ça". Parce que sinon on ne comprend pas de quoi parle le film. On est dans une attente un peu absurde à côté du condamné en se disant qu'un récit va s'amorcer, que quelque chose de plus consistant va démarrer mais non. Le film n'est que l'accompagnement du condamné à mort vers son exécution. Alors pourquoi pas en effet, c'est en soi un sujet ? Sauf que pour moi ça manque totalement d'incarnation, c'est d'une froideur totale, procédurière et mécanique qui me laisse constamment en dehors et quand vient la scène de l’exécution à proprement parler ça va super vite et le film est fini. On comprend alors à posteriori que le cœur du film était avant cette scène, avant cette fin précipitée. Du coup personnellement ce carton je l'aurais mis au début du film. Pour moi ça aurait presque tout changé (pourtant je connaissais le sujet), ça donnait d'emblée les clefs, les enjeux qui sinon, sont tout bonnement inexistants.

L'un des problèmes du film c'est sans doute son aspect documenté (en tout cas je l'ai ressenti comme ça). On sent que c'est hyper documenté et que tu essaies de reproduire à l'identique la scène telle que les témoins ont pu la raconter et du coup ce sont des petits moments collés mais qui ne font pas tellement sens entre eux du point de vue cinématographique. Comme cette blague sur le fait qu'il est "enfin libre" sans les menottes (avec ce plan pas très heureux qui suit sur la juge) ou la demande de la dernière cigarette refusée. Finalement ce qui aurait pu être un angle d'attaque certes trivial mais en tout cas cohérent aurait été une forme de suspens morbide, de terreur vers l'inéluctable. Mais on sent que tu ne cherches pas ça (et dans un sens tant mieux) et comme je n'ai pas compris ce que tu me racontais, j'ai eu du mal à me raccrocher à quoi que ce soit.

Et puis pour moi la plus grosse maladresse, c'est sans doute de révéler ce pour quoi il est dans cette situation. Ça me paraît être une erreur assez fondamentale pour le film. D'une parce que la manière dont c'est révélé n'est pas très fine (après ça c'est peut-être passé ainsi mais ça m'a semblé artificiel) mais surtout de deux parce qu'on n'en avait absolument pas besoin. Tu faisais un film sur un homme qui devient in extremis un film sur un monstre. Ça me semble vraiment maladroit, inopportun, j'ai presque l'impression que tu sabordes toi même en changeant presque de sujet. Je ne dis pas que ton film est un manifeste anti peine de mort mais au moins tu es là avec un condamné, dans la nudité de sa mort annoncée alors que soudain ce n'est plus vraiment ça, le fait de le savoir tortionnaire, malade, meurtrier (ce que l'on suppose évidemment) change radicalement notre point de vue sur lui.

Il y a aussi plusieurs petites choses qui selon moi fonctionnent mal ou du moins que je n'ai pas comprises. Comme la première blague de l'avocat sur les chaussettes, le moment où il demande au gardien de ramasser des papiers (quels papiers ?) et cet autre instant où les témoins semblent se disputer et on finit par lui enlever les menottes (c'était ça l'objet de la dispute ?) ou encore, cette espèce de cri qu'il lance juste avant l’exécution. Tout ça me paraît un peu maladroit. Et cette femme sur laquelle tu insistes un peu et où j'ai fini par croire (je ne sais pas pourquoi) que c'était la mère de la victime alors que le générique m'apprend que c'est la juge. Du coup je ne saisis pas forcément cette insistance sur elle, notamment à la fin (incarne-t-elle la Justice ?).

Après techniquement c'est très propre, la lumière est très belle, les comédiens sont tous très bien, la mise en scène est carrée (même si le montage m'a semblé parfois un peu rapide, nous faisant perdre en clarté - le truc des papiers par terre par exemple). Je suis un peu plus dubitatif sur la caméra placée sur la lame. Même si le point de montage dans le mouvement est fort, je suis pas sûr qu'on avait besoin de ça. Bref, c'est simplement un film dont j'ai un peu de mal à comprendre le projet, qui ne me parle pas, qui ne me laisse aucun sentiment particulier. Je dirais que le plus réussi est peut-être ce sentiment d'absurde, ces nombreux regards sur cet homme presque mort qui attend son heure. Il y a un petit frisson qui passe là furtivement mais c'est très évanescent. Dommage.

Mais bon j'espère être le seul sur ce crédo et que les autres vont adorer. Et en tout cas je souhaite évidemment le meilleur pour la carrière du film.


Ouhlala oui c'est fou à quel point tu n'étais pas en phase avec le projet, ou le résultat.
Tant pis... j'ai l'impression que ce n'est ni de ta faute ni de la mienne :)

C'est un tout petit film, très simple et factuel. J'avais envie de temps réel, d'humains au milieu de mécaniques et des procédures, un côté Depardon (saupoudré de Melville et de Bresson - avec humilité bien sûr), avec une montée progressive, naturelle et emphatique (la première clope on s'ennuie poliment, la seconde on la lui accorde volontiers, la troisième on la lui refuse quasi tous). Et puis voilà.

Pour le texte, je crois que je ne l'ai jamais envisagé au début. J'aime l'idée qu'on se sache pas où on commence, mis à part l'heure. Quel est cet endroit ? Qui est ce type ? Qu'est-ce qu'il a fait ? Pourquoi ça traine ? Pourquoi maintenant faut aller vite ? J'aime bien l'idée que le spectateur se pose ces questions toutes simples et que la réponse les lance sur une autre question dans la foulée. Et très vite, une ambiance est créée.

_________________
I think we're gonna need a helmet.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Oct 2015, 20:15 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 10582
Localisation: Previously on Premiere
Arnotte a écrit:
Vu et apprécié.

(spoilers)

Le texte final, j'ai du mal à me faire un avis. Je comprends qu'on l'ait mis à la fin mais au début ça aurait été bien aussi.

Je trouve ça super bien filmé (c'est ma came), éclairé et joué - même si j'aurais aimé voir le condamné plus "bouleversé".
J'aime bien qu'on ressente le (quasi) temps réel. J'aime bien les gestes du gars qui sait que ce sont ses derniers. J'aime bien les dialogues, ces gens qui ne savent pas quoi dire et qui disent des conneries. "Courage", comme si son courage allait le sauver... Le débat stérile sur les menottes.. "Vous êtes libre maintenant - lol" ultra gênant... Par contre j'aurais été moins dans les détails des raisons de sa culpabilité, plus évasif.

J'aurais aussi enlevé plan de la caméra sur la lame, mais bon.

Bravo à Z et Noony pour ce film... Je vous souhaite le meilleur!

Et vivement le long. :)


Coooool.

Pour la caméra embarquée, la question du point de vue a été soulevée, évidemment. Je voulais un mouvement physique doublé d'un effet de montage, donner l'impression de voir sans rien montrer. Le décrochage de point de vue ne m'a pas du tout inquiété. Le film est très posé, et je voulais "trancher". Je comprends que ça dérange, mais à vrai dire, c'est un pur débat de cinéphiles.

Ma référence directe était sans doute la crucifixion de "La Dernière tentation du Christ", lorsque la croix est soulevée (et la caméra avec). Même si dans le Scorsese le point de vue du Christ est maintenu. J'avais envie de m'installer là-haut, et d'offrir ce plan interdit. En tous cas il n'est pas truqué, c'est du temps réel, soit un quart de seconde. D'où la nécessité d'installer le plan un peu avant, pour savoir se repérer.

_________________
I think we're gonna need a helmet.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Oct 2015, 23:13 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20622
Tiens c'est marrant de retomber sur ça

http://www.ecrannoir.fr/dossiers/peinedemort/index.html

(mes premières piges ou presque)

sinon je reviendrai dessus plus longuement mais j'ai bien aimé avec quelques réserves plutôt dans la mise en scène que dans le scénario ou le propos.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 48 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Errance (Peter Dourountzis, 2014)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 9, 10, 11 ]

Z

161

6318

04 Mar 2016, 16:45

Gounou Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Court Métrage 2015 (David Laurent, 2015)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

pacboy

61

1567

29 Mar 2016, 06:26

MrHobbes Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mon dernier film

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Tetsuo

49

3866

17 Avr 2006, 15:12

darkangel Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Hashtag Chaton (Olivier Servieres, 2015)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 13, 14, 15 ]

deudtens

218

5892

13 Juin 2016, 10:33

deudtens Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. ARMAGEDRONES (Daniel Brunet & Nicolas Douste - 2015)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Le Cow-boy

50

2134

12 Avr 2015, 12:56

Mister Zob Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web