Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 22 Oct 2020, 22:40

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Soul (Pete Docter, 2020)
MessagePosté: 16 Oct 2020, 16:54 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 76031
Localisation: Fortress of Writing
Dans Seven, il y a cette très brève scène en guise de transition ou d'introduction vers la suivante dans laquelle le tueur en série appelle le standard de la police et on l'entend dire "I've gone...and done it again". Et je m'imagine Pete Docter m'appeler et me dire la même chose, m'annonçant que j'allais une nouvelle fois chialer ma race devant un de ses films.

Dès sa première séquence, Soul s'avère un tant soit peu atypique pour un Pixar, ou même pour un film d'animation. Une relativement longue introduction nous présente le quotidien blasant du protagoniste mais également d'emblée l'étincelle, illustrée par le biais de la musique diégétique, qui s'avère la clé du film. Et de l'existence?

Oui, c'est ce genre de film.

C'est le genre de film dont le sujet, les thèmes et le propos se prêtent aisément, mais surtout logiquement, à de grandes phrases un peu niaises ou connes sur la vie.
Parce que c'est le genre de film qui parvient à traiter de ces questions avec simplicité et brio par le biais d'un langage universel qui supplante toute tentative de prose. A l'écran, une graine de sycamore tournoie dans les airs et tout est dit.

En suivant un personnage craignant être passé à côté de sa vie et qui cherche désespérément à lui donner un sens, Pete Docter offre une nouvelle fois à Pixar un de ses films les plus matures mais aussi, simultanément, l'un des plus étranges et des plus simples, armé d'un propos d'une évidence et pourtant d'une beauté indéniable.

L'âge du personnage principal n'est jamais donné mais ses cheveux grisonnants ne trompent pas. Et si ce n'est pas le premier Pixar à prendre comme un héros quelqu'un qui a entamé la deuxième moitié de sa vie (Docter lui-même avait un membre du troisième âge comme protagoniste de Là-haut), ou à parler de crise de la quarantaine (Bob Parr dans Les Indestructibles), cette fois, il n'est pas associé à un enfant. Le film conserve la formule de 14 des 23 films de la firme en optant pour la dynamique du buddy movie mais ne vise pas nécessairement les (beaucoup) plus jeunes. Coco s'attaquait déjà à des choses difficiles mais le faisait tout de même au travers des yeux d'un enfant et d'un voyage dans un monde fantastique à plus d'un titre. Or, le monde caché qu'il nous est donné de découvrir dans Soul revêt un aspect résolument différent.

Dès ses premières scènes, le film impressionne par le soin apporté à la photographie, à la lumière. Aujourd'hui, un tel degré de photoréalisme n'est presque plus une prouesse, c'est même attendu, mais ici la technique sert le propos. Dans les scènes situées dans le monde réel, tout est conforme à la réalité, dans le design et les textures, à l'exception des êtres vivants. En un sens, on est plus proche du parti-pris d'un Tintin de Spielberg que de tout autre film d'animation en images de synthèse qui se déroule dans le monde réel, tel que Les Indestructibles ou même les scènes du monde réel de Vice versa de Docter lui-même. Cette minutie réaliste s'oppose à l'épure des passages dans le monde des âmes où Docter pousse encore plus loin l'abstraction abordée dans son précédent film.

Non seulement les âmes apparaissent comme des versions simplifiées des personnes qu'elles incarnent, quand elles ne sont pas de simples boules sur pattes, mais le tracé des "employés" de ce que le film appelle The Great Before rappellent le personnage de La Linea, une silhouette tracée d'un seul trait. Ce minimalisme protéiforme propre aux dessins-animés que l'on regarde enfant rime avec un retour aux origines (quand l'âme de Joe tombe, elle se voit passer par une illustration en dessin 2D). Il n'est pas question ici de la vie après la mort, Pixar ayant déjà traité cela avec Coco, mais de la pré-existence. Ainsi il n'est pas tant question d'accepter sa mort mais de comprendre pourquoi l'on vit.

A l'instar de son approche visuelle, les choix musicaux témoignent de cette même dichotomie. La bande-originale du monde réel est signée par Jon Batiste, musicien de jazz, tandis que le Great Before est accompagné d'une partition composée par Trent Reznor et Atticus Ross (!). Une nappe éthérée qui peut paraître planante mais qui possède aussi ce ton un peu new age corporate comme une pub Grammarly, doucereux mais factice. Ce n'est pas un hasard, les employés disent que le Great Before a été rebaptisé le You Seminar comme une opération marketing. Et quand ils ne font pas dans la musique d'écran d'accueil de PS4, Reznor et Ross osent des morceaux qui mettent encore plus la pression que ceux de The Social Network.

En un sens, le film n'hésite pas à montrer ce que cet endroit peut avoir d'étrange mais également d'effrayant et fait d'ailleurs de l'au-delà un inconnu insondable et menaçant. Un tapis roulant vers une grande lumière blanche où les âmes disparaissent dans un "bzzt" comme des insectes grillés par une lampe tue-mouches. Une illustration étonnante venant de Docter qui est un chrétien dévoué. Par conséquent, avant même d'en faire son propos dans le texte, Soul exprime déjà formellement que la vie vaut davantage la peine que tout autre plan de l'existence.

Narrativement, cela se manifeste d'abord de façon déroutante. Passé le premier acte, le film semble effectuer le même genre de virage que Là-haut dont l'incursion de chiens qui parlent via un dispositif sorti de la science-fiction pouvait jurer avec l'épure narrative et l'ancrage émotionnel du premier tiers. Un rebondissement ramène le récit dans une intrigue de film d'animation plus attendue (et un genre de comédie un peu éculée que nous ne spoilerons pas) mais il s'avère en réalité que le changement de décor était nécessaire. On pense vouloir passer la majorité du film dans le monde des âmes tout comme on passait presque l'intégralité de Vice versa dans le monde de l'esprit mais le propos de Soul est justement que la vie vaut la peine d'être vécue, que la vie prévaut sur le reste, d'où la nécessité de passer une grosse partie du récit dans le monde réel et d'avoir recours à un dispositif favorisant l'évolution des personnages dans ce sens.

Une des forces de Pixar a toujours été de puiser dans l'imaginaire collectif (les jouets qui vivent une fois qu'on a le dos tourné, les monstres dans le placard, etc.) et c'est une nouvelle fois le cas ici pour certains gags mais aussi pour certaines idées qui participent à la création d'un univers avec ses règles propres. Toutefois, à l'inverse de Vice versa, dont le concept offrait un double niveau de lecture (pour citer le plus déchirant : à l'écran, Bing Bong se sacrifie pour que Joie puisse s'échapper, en réalité, Riley grandit et oublie son ami imaginaire), Soul se fait moins complexe et opte pour un dépouillage narratif et une succession d'événements frugaux qui tendent à l'universalité mais surtout qui ont pour objectif de composer une ode à la vie, dans ce qu'elle peut avoir de plus simple, de plus élémentaire. Ces choses que l'on prend pour acquis sont de petites merveilles du quotidien. Et le sens de la vie est dans la vie elle-même.

Oui. Je vous avais prévenu.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Soul (Pete Docter, 2020)
MessagePosté: 16 Oct 2020, 20:54 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 19183
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Je lis pas!!!

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Soul (Pete Docter, 2020)
MessagePosté: 16 Oct 2020, 22:48 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 16 Aoû 2012, 12:19
Messages: 1215
Film Freak a écrit:
En un sens, le film n'hésite pas à montrer ce que cet endroit peut avoir d'étrange mais également d'effrayant et fait d'ailleurs de l'au-delà un inconnu insondable et menaçant. Un tapis roulant vers une grande lumière blanche où les âmes disparaissent dans un "bzzt" comme des insectes grillés par une lampe tue-mouches. Une illustration étonnante venant de Docter qui est un chrétien dévoué. Par conséquent, avant même d'en faire son propos dans le texte, Soul exprime déjà formellement que la vie vaut davantage la peine que tout autre plan de l'existence.

Je me demandais d'ailleurs s'il y allait y avoir un propos, ou un parti pris, spirituel, dans un sens ou dans l'autre.

Sinon, preeeessssiion! Ca fait envie.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Soul (Pete Docter, 2020)
MessagePosté: 17 Oct 2020, 10:31 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 7154
Film Freak a écrit:
Dans Seven

Jamais début de critique d'un Pixar n"a été aussi inattendu.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Soul (Pete Docter, 2020)
MessagePosté: 17 Oct 2020, 12:04 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 76031
Localisation: Fortress of Writing
:D

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Soul (Pete Docter, 2020)
MessagePosté: 17 Oct 2020, 13:45 
Hors ligne
Connaisseur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Juin 2018, 09:02
Messages: 129
Mais du coup : larmichette ou pas ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Soul (Pete Docter, 2020)
MessagePosté: 17 Oct 2020, 14:07 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 19183
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Euh torrents en vue là..

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Soul (Pete Docter, 2020)
MessagePosté: 17 Oct 2020, 14:35 
Hors ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 27906
Localisation: Paris
Arnotte a écrit:
Euh torrents en vue là..
Je préfère le streaming.

_________________
Liam Engle: réalisateur de comédie, publicité, série, cinéma !
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Soul (Pete Docter, 2020)
MessagePosté: 17 Oct 2020, 15:13 
Hors ligne
Garçon-veau
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Juil 2005, 15:48
Messages: 18340
Localisation: FrontierLand
Bien !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Soul (Pete Docter, 2020)
MessagePosté: 17 Oct 2020, 18:11 
Hors ligne

Inscription: 14 Oct 2020, 23:54
Messages: 2
Pete Docter a expliqué comment il a eu l'idée de faire le film : "Tout a commencé avec mon fils, qui a maintenant 23 ans. Dès sa naissance, j’ai ressenti qu’il avait déjà une personnalité." C'est un bel hommage pour son fils. Ce genre de génèse, en général, ca donne une réussite. Je signe tout de suite !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Soul (Pete Docter, 2020)
MessagePosté: 17 Oct 2020, 20:09 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 76031
Localisation: Fortress of Writing
T.Rex a écrit:
Mais du coup : larmichette ou pas ?

À plusieurs reprises, oui. Mais c'est pas Inside Out.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Là-haut (Pete Docter - 2009)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 19, 20, 21 ]

Karloff

305

13124

03 Jan 2010, 22:33

Arnotte Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Inside Out (Pete Docter & Ronnie del Carmen, 2015)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 8, 9, 10 ]

Film Freak

144

7738

29 Juil 2015, 19:38

Donut78 Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Monsters, Inc. (Pete Docter, David Silverman & Lee Unkrich, 2001)

Walt

1

835

19 Juin 2015, 20:43

Arnotte Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. My soul to take (Wes Craven, 2010)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Abyssin

23

1666

18 Sep 2014, 10:52

Caribou Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Soul Kitchen (Fatih Akin - 2009)

Karloff

12

1463

25 Mai 2012, 07:17

Arnotte Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Dredd (Pete Travis, 2012)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Le Cow-boy

52

3517

24 Avr 2013, 15:27

Mr Chow Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Angles d'attaque (Pete Travis - 2008)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Mufti

18

1656

21 Juil 2008, 22:59

Z Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Lost Soul: The Doomed Journey of Richard Stanley's Island of Dr. Moreau (David Gregory, 2014)

Film Freak

4

725

30 Jan 2016, 15:33

Massinfect Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Gentlemen (Guy Ritchie, 2020)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Art Core

24

1194

27 Mai 2020, 22:47

bmntmp Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. 1917 (Sam Mendes, 2020)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Arnotte

64

3590

04 Juil 2020, 17:52

max27 Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 16 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web