Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 10 Déc 2018, 04:53

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 27 Mai 2017, 09:44 
Hors ligne
Successful superfucker
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2006, 21:20
Messages: 8810
Image

Steven, brillant chirurgien, est marié à Anna, ophtalmologue respectée. Ils vivent heureux avec leurs deux enfants Kim, 14 ans et Bob, 12 ans. Depuis quelques temps, Steven a pris sous son aile Martin, un jeune garçon qui a perdu son père. Mais ce dernier s’immisce progressivement au sein de la famille et devient de plus en plus menaçant, jusqu’à conduire Steven à un impensable sacrifice.

Lanthimos continue à développer des pitchs originaux et absurdes en dézinguant la cellule familiale sous l'angle de l'horreur psychologique et du malaise. Passé un temps d'admiration de maîtrise formelle sur la composition époustouflante des plans et ses lents travellings avant, le cinéaste grec se retrouve pourtant prisonnier de son idée avec une narration qui tourne en rond et se résume surtout sur la question ou non du passage à l'acte qui laisse un peu sur sa faim rayon humour noir et amoralité, qui l'empêche à mon sens d'aller au-delà du dispositif. Tout comme l'usage omniprésent de la musique pour rappeler qu'on devrait être en face d'une tragédie grecque maousse qui se fissure pourtant petit à petit vers le thriller à l'épate, jusqu'à une dernière scène au lyrisme embarrassant qui rappelle le cinéma de Sorrentino, celui-là même qui avait contribué à la naissance du cinéaste en lui offrant le prix certain regard pour Canine, et qui se retrouve cette année encore au jury.
3/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 27 Mai 2017, 13:14 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1941
Alicia Silverstone ?! Parce que Winona Ryder est réapparue dans Stranger Things ?


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 18 Sep 2017, 11:44 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 18942
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Pendant un bon moment je me suis dit, tiens un film de Lanthimos sans "high concept" ça change. Et puis en fait si, c'est juste qu'il apparaît plus tard et de manière assez géniale d'ailleurs
ce dialogue balancé comme ça, comme on dirait une blague et qui scelle définitivement le sort de la famille dans une espèce de mauvais sort macabre.

Au delà de ça je dois dire être sorti de la salle un peu sonné. Je suis pourtant assez peu impressionnable mais ce film m'a plongé dans un malaise et un étourdissement quasi nauséeux comme rarement. Parce qu'on est vraiment dans le jeu de massacre glauquissime totalement gratuit et qui s'enfonce dans une violence psychologique proprement cauchemardesque. Je pense que le film duquel on peut le plus aisément le rapprocher est Funny Games de Haneke mais à la limite chez Haneke je sens une certaine distance alors que chez Lanthimos pas tellement. Il y a beaucoup d'humour certes autour de ce parcours fataliste vers l'abyme mais en même temps tout est tellement fait pour t'agresser moralement que que tu finis par capituler et te mettre (mentalement) en PLS en attendant que ça se termine. Parce que c'est là que le film me dérange, dans cette manière de littéralement nous agresser notamment au niveau du son entre les chants liturgiques de Ligeti balancées à fond et les espèce de distorsion sonores qui te vrille le cerveau, il y a presque une grossièreté dans la mise en scène du malaise. Ça va de pair d'ailleurs avec ces plans larges au grand angle dans des environnements vides et comme menaçants (ces couloirs d'hôpital glauques). Sans parler du jeu très déshumanisé des personnages (notamment Farrel qui semble assez génialement être en permanence mal à l'aise) et certains dialogues un peu wtf (l'anecdote de Farrel à son fils...).

Bref je vois un peu trop les coutures, j'ai un peu trop l'impression de voir Le petit manuel du malaise illustré par un Lanthimos un peu trop sûr de ses effets. Surtout que pour moi tout cela est profondément gratuit. On me parle de rédemption, de culpabilité mais tout cela me semble bien léger face au sentiment de sadisme envers les personnages que m'inspire le film. C'est là aussi d'ailleurs que je me sens loin du film. Quand soudain on commence (même si c'est avant tout un geste comique) à mépriser les personnages, notamment les enfants
qui viennent marchander leur vie et leur mort à leur parents. La mère qui explique qu'ils peuvent buter un gosse et en refaire un autre. Ou quand la fille prétenduement douée en chant se met à chanter une merde pop avec une voix horrible.
Comme l'impression que Lanthimos traînera les personnages plus bas que terre s'il le faut. Et d'une certaine manière ça me dérange, ça me questionne sur son regard sur le monde et sur les êtres qu'il filme.

Si j'ai aimé l'espèce de lâcheté des hommes tous montrés un peu comme des faibles, lâches et médiocres
le collègue qui se fait branler dans la voiture...
, il n'y a pas suffisamment de contrepoint, la mère aussi est finalement un personnage méprisable, les enfants aussi et évidemment l'antagoniste creepy et chelou aussi (l'acteur est vraiment excellent). Du coup je reste à distance d'un film glacial et programmatique (enfin on commence à comprendre que c'est le style Lanthimos) même s'il faut bien le reconnaître assez impressionnant dans sa démonstration, blindés d'images simples mais très marquantes
ces enfants qui rampent
. J'ai adoré les acteurs tous excellents et le film a réussi à me perturber mais je crois que je préfère l'espèce de poésie absurde de The lobster.

3-4/6

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Nov 2017, 23:26 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2007, 11:11
Messages: 6010
Eh bah je me suis bien ennuyé. C'est monotone, ça tourne en rond, et comme l'a bien expliqué Art Core tout ça fait très forcé. Martin met bien mal à l'aise et effectivement est super bien joué mais c'est un peu tout ce que je mettrais au crédit de cette supposée ambiance déstabilisante dans laquelle Lanthimos croit nous plonger avec ses ralentis interminables et ses dialogues absurdes qui font sourire au début puis finissent par être lourds.

J'ai attendu tout le film l'élément déclencheur qui pourra m'embarquer mais le film suit une ligne droite sans écart, où tout est annoncé, programmé.

La fin est bien moisie et ne raconte pas grand chose, j'en suis ressorti avec l'impression que tout ça c'était de la grosse fumée quand même...

1/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Nov 2017, 21:01 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72643
Localisation: Fortress of Writing
DPSR a écrit:
Lanthimos continue à développer des pitchs originaux et absurdes en dézinguant la cellule familiale sous l'angle de l'horreur psychologique et du malaise. Passé un temps d'admiration de maîtrise formelle sur la composition époustouflante des plans et ses lents travellings avant, le cinéaste grec se retrouve pourtant prisonnier de son idée avec une narration qui tourne en rond et se résume surtout sur la question ou non du passage à l'acte qui laisse un peu sur sa faim rayon humour noir et amoralité, qui l'empêche à mon sens d'aller au-delà du dispositif. Tout comme l'usage omniprésent de la musique pour rappeler qu'on devrait être en face d'une tragédie grecque maousse qui se fissure pourtant petit à petit vers le thriller à l'épate, jusqu'à une dernière scène au lyrisme embarrassant qui rappelle le cinéma de Sorrentino, celui-là même qui avait contribué à la naissance du cinéaste en lui offrant le prix certain regard pour Canine, et qui se retrouve cette année encore au jury.
3/6

Comme pour The Lobster, que j'avais bien aimé, je pense tout comme DPSR sauf que si je devais noter, ce serait en dessous tant, une fois passé le premier tiers où tu te demandes où ça va et de quoi ça parle et pourquoi tout le monde joue comme si son personnage était un robot, le film m'a plus fait chier que perturbé.
Interminable et grossier.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Nov 2017, 23:25 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20810
j'avoue que le film a assez mal vieilli en moi, comme l'impression de me souvenir de rien sur le plan émotionnel.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Nov 2017, 10:55 
Hors ligne
Successful superfucker
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2006, 21:20
Messages: 8810
Karloff a écrit:
j'avoue que le film a assez mal vieilli en moi, comme l'impression de me souvenir de rien sur le plan émotionnel.


Influençable-man.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Nov 2017, 10:56 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 9020
J'étais chaud mais vous m'avez bien refroidi ainsi que pas mal de critiques qui reconnaissent le talent de Lanthimos mais lui conseillent de s'entourer d'un vrai scénariste.
La bande annonce est excellente dans le genre vendeur.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 13 Nov 2017, 10:56 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2015, 16:00
Messages: 1217
Abyssin a écrit:
La bande annonce est excellente dans le genre vendeur.

J'avais également été frappé (positivement) par la BA, mais 5 minutes de Lanthimos ça va, 2 heures c'est beaucoup plus indigeste (c'est le premier film de lui que je vois). Parce que sortie du pitch et de Barry Keoghan (qui est absolument excellent), le reste est proche du consternant. Quand Farrell pleure sur les marches de l'hôpital, je l'imaginais plutôt pris d'un fou rire... le pire est que tout cela est d'un prétentieux, on sent le réalisateur tellement satisfait de ses petits effets et de ses mouvements de caméra, je n'ose imaginer son niveau d'auto-satisfaction.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Canine (Yorgos Lanthimos - 2009)

DPSR

5

722

28 Fév 2018, 17:49

Slacker Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Alps (Yorgos Lanthimos - 2011)

DPSR

3

728

05 Aoû 2016, 20:52

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Lobster (Yorgos Lanthimos - 2015)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

DPSR

16

1371

21 Juil 2016, 01:38

Abyssin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Mort de Staline (Armando Iannucci, 2017)

Film Freak

6

622

12 Juin 2018, 22:47

Déjà-vu Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Mort-vivant (Bob Clark, 1974)

Mister Zob

4

793

15 Nov 2008, 11:12

oeil-de-lynx Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Prestige de la mort (Luc Moullet - 2006)

Zad

11

809

24 Juil 2007, 09:33

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mort sur le grill (Sam Raimi, 1985)

Ben

3

538

04 Fév 2008, 21:38

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Crocodile de la mort (Tobe Hooper - 1977)

Blissfully

0

1156

19 Juil 2005, 11:12

Blissfully Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Mort en ligne (Takashi Miike - 2005)

Blissfully

3

905

17 Aoû 2005, 15:30

Jericho Cane Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mort Subite (Peter Hyams - 1995)

F-des-Bois

0

575

01 Jan 2006, 16:43

F-des-Bois Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 6 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web