Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 29 Sep 2020, 14:25

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 41 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3
Auteur Message
MessagePosté: 20 Juin 2011, 18:53 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 24426
Localisation: Arkham Asylum
Qui-Gon Jinn a écrit:
Vous vous doutez bien qu'Allen comprends et apprécie sans doute Bunuel. Le ressort de jouer sur le fan qui viens inspirer son idole c'est marrant et la manière dont Allen détourne le truc en faisant d'un coup une caricature inversée du bonhomme (super rationnel, etc...) est marrante.


Non, je ne m'en doute pas. J'en doute même. Mais ça s'inscrit dans un tout, sa vision de l'art, de la littérature et du cinéma. Sa caricature de Dali est déjà plus drôle.

_________________
Mon testament


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 20 Juin 2011, 18:53 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 24426
Localisation: Arkham Asylum
Prout Man a écrit:
Tetsuo a écrit:
le perso de Wilson qui se plaint d'être scénariste à Hollywood (le pauvre) et qui veut écrire un "grand" roman, comme s'il ne pouvait pas y avoir de noblesse et de grandeur dans un scénario hollywoodien.

Y a évidemment des exceptions (si on est un génie), mais franchement 90% des scénarios hollywoodiens n'ont aucune "grandeur". Je vois pas ce qui cloche. Tu t'acharnes vraiment sur Woody.


Et maintenant je vais m'acharner sur toi vu que tu penses aussi médiocrement que lui.

_________________
Mon testament


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 20 Juin 2011, 22:28 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 19 Mai 2006, 05:40
Messages: 1795
Localisation: Montréal, Québec (Canada)
Il faudrait arrêter de rire de qui que soit maintenant.

Après une période où le cynisme et l'irrévérence étaient rois (fin 90, années 2000), nous sommes bel et bien entré dans l'ère où on ne peut plus se moquer de rien. Enfin, moins qu'avant... Pour moi, ce mouvement inverse est quasiment pire.

En se moquant d'une certaine élite (représentés par le beau-père ou l'amant), Woody ne fait que signifier le gouffre profond entre l'univers de Gil et Inez. Et je ne crois pas que Woody, à travers ses nombreux "alter ego" au fil de sa filmographie, se soit déjà montré en exemple. Au contraire. Woody a toujours eu l'humour de se moquer de lui-même également, se considérant parfois comme un névrosé pathétique.

Il est vrai que le personnage de Owen Wilson est peut-être le plus sain de tous ces alter ego. Mais il a quand même un petit côté risible dans ses rêveries, et n'échappe pas à la caricature dont sont affublés les autres personnages.

Ah oui, et pourquoi la caricature est nécessairement mal? Je ne crois pas que la prétention de Woody allait au-delà de la simple envie de nous faire rire.

Pour moi, c'est du 4/6

_________________
"marre du retour infini de ce topic"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Juin 2011, 08:32 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Mar 2007, 08:23
Messages: 963
C'est le souci du film. Moi j'ai aucun problème avec les caricatures, mais ça me semble un peu vain de mettre en place cette idée de voyages temporels pour n'en faire que ça : oui c'est plaisant, agréable, parfois drôle, mais ça se limite à ça, sorti du "arrête la nostalgie et vis ta vie aujourd'hui" ultra-bateau il n'y a pas vraiment d'idée reliant les différentes époques et justifiant leur juxtaposition. Allen aurait fait simplement un film en costumes sur le Paris des années 30 qu'on n'aurait pas perdu grand chose au final.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Juin 2011, 08:55 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 19133
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
J'ai pas bien capté la scène où Sonia Rolland fait sa Joséphine Baker (assez piteusement je dois dire)... On l'entend chanter mais on ne la voit pas chanter... Ou alors j'ai mal vu?

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Juin 2011, 09:54 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 24426
Localisation: Arkham Asylum
David Swinton a écrit:
En se moquant d'une certaine élite (représentés par le beau-père ou l'amant), Woody ne fait que signifier le gouffre profond entre l'univers de Gil et Inez. Et je ne crois pas que Woody, à travers ses nombreux "alter ego" au fil de sa filmographie, se soit déjà montré en exemple. Au contraire. Woody a toujours eu l'humour de se moquer de lui-même également, se considérant parfois comme un névrosé pathétique.


Le gouffre ? Mais justement, même en se moquant de lui-même, il s'est toujours placé au-dessus des autres, il n'y a qu'a voir la façon dont il se moque de cette "certaine élite" pour "signifier un gouffre" comme tu dis. Il a même fini par fétichiser ses névroses, en faire une valeur ajoutée. Il y a un côté "je suis névrosé et fier de l'être" chez lui, que je trouve plutôt consternant.

Citation:
Il est vrai que le personnage de Owen Wilson est peut-être le plus sain de tous ces alter ego. Mais il a quand même un petit côté risible dans ses rêveries, et n'échappe pas à la caricature dont sont affublés les autres personnages.


Il s'en tire beaucoup mieux que les autres, et tu le sais très bien.

Citation:
Ah oui, et pourquoi la caricature est nécessairement mal?


Personne n'a dit ça.

Citation:
Je ne crois pas que la prétention de Woody allait au-delà de la simple envie de nous faire rire.


Dans ce cas, c'est raté car c'est pas très drôle. J'ai trouvé que ses punch-lines étaient en mode pilote-automatique. Mais la prétention du film ne change rien à l'affaire.

_________________
Mon testament


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Juin 2011, 15:29 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 19 Mai 2006, 05:40
Messages: 1795
Localisation: Montréal, Québec (Canada)
Tetsuo a écrit:
Le gouffre ? Mais justement, même en se moquant de lui-même, il s'est toujours placé au-dessus des autres, il n'y a qu'a voir la façon dont il se moque de cette "certaine élite" pour "signifier un gouffre" comme tu dis. Il a même fini par fétichiser ses névroses, en faire une valeur ajoutée. Il y a un côté "je suis névrosé et fier de l'être" chez lui, que je trouve plutôt consternant.


Je peux comprendre qu'on soit agacé. Quant à moi, heureusement que Woody fétichise ses névroses, car s'il se haïssait pour ça, il ne ferait pas de cinéma.

Et puis, je ne crois pas qu'il se place au-dessus d'une élite en particulier. Il se moque simplement d'un type de personne qui peut appartenir à cette élite. Il faut bien avoir un point de vue sur quelque chose. Chaque cinéaste a ses partis pris. Il se trouve que Woody déteste la pédanterie et les gens faisant étalage de leurs connaissances inutiles. Ça a toujours été le cas, et ça le sera toujours.

Maintenant, je crois que Woody est capable d'empathie envers ces mêmes personnes. Il l'a déjà démontré dans d'autres films, entre autre Hannah and her Sisters. Alors, je ne crois pas que ce sont les élites qu'il vise, plus une attitude.

Tetsuo a écrit:
Il s'en tire beaucoup mieux que les autres, et tu le sais très bien.


Oui, ce n'est pas le personnage le plus intéressant de la filmo de Allen. Mais il reste que Owen Wilson le joue bien. Et le cliché du type qui n'a pas l'impression d'être né a la bonne époque est un cliché touchant. Même s'il n'est pas développé en profondeur, il est intéressant de suivre un personnage de la sorte dans ses évasions. Pour le simple plaisir de partager ce sentiment mélancolique qui peut nous traverser parfois. C'est toujours un plaisir de sortir d'un Woody et de se rendre compte qu'on est pas si fou.

Tetsuo a écrit:
Dans ce cas, c'est raté car c'est pas très drôle. J'ai trouvé que ses punch-lines étaient en mode pilote-automatique. Mais la prétention du film ne change rien à l'affaire.


Ouais, ce n'est pas un film basé sur les punch-lines je crois. Pour une des rares fois, il s'agit d'un film qui se situe dans la veine plus cinématographique de l'auteur. Le Woody qui joue avec la structure, le montage, les décors, les couleurs. Juste sa reconstitution des années 30 est splendide, avec ce rouge plein l'écran. Pour moi c'est presque une expérience de cinéma comme l'était Zelig ou La Rose Pourpre du Caire. Ça change de ses derniers films plus pépères formellement.

_________________
"marre du retour infini de ce topic"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Juin 2011, 08:58 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 24426
Localisation: Arkham Asylum
David Swinton a écrit:
Je peux comprendre qu'on soit agacé. Quant à moi, heureusement que Woody fétichise ses névroses, car s'il se haïssait pour ça, il ne ferait pas de cinéma.


Non mais c'est pas une question de se haïr ou quoi, mais d'être tourné vers soi et ses petits problèmes existentiels plutôt que de s'intéresser au monde. On ne peut pas faire de bons films de cette façon. Mais c'est aussi la clé de son succès, c'est parce que Allen se réfère à son univers médiocre de petit-bourgeois qu'un certain public s'y est identifié, s'y reconnait. C'est très nombriliste tout ça.

Citation:
Et puis, je ne crois pas qu'il se place au-dessus d'une élite en particulier. Il se moque simplement d'un type de personne qui peut appartenir à cette élite. Il faut bien avoir un point de vue sur quelque chose. Chaque cinéaste a ses partis pris. Il se trouve que Woody déteste la pédanterie et les gens faisant étalage de leurs connaissances inutiles. Ça a toujours été le cas, et ça le sera toujours.


Ce qui est ballot c'est que son film est pédant et passe son temps à faire étalage de ses connaissances inutiles. Et puis dire que les petits-bourgeois intello et les républicains sont des cons, c'est pas un point de vue, c'est une généralité paresseuse, c'est du mépris et le mépris (à la différence de la haine ou du ressentiment) n'a jamais été porteur au cinéma. Ca a toujours été le cas et ça le sera toujours.

Citation:
Maintenant, je crois que Woody est capable d'empathie envers ces mêmes personnes. Il l'a déjà démontré dans d'autres films, entre autre Hannah and her Sisters. Alors, je ne crois pas que ce sont les élites qu'il vise, plus une attitude.


Ca commence à dater Hannah et ses soeurs...

Citation:
Oui, ce n'est pas le personnage le plus intéressant de la filmo de Allen. Mais il reste que Owen Wilson le joue bien. Et le cliché du type qui n'a pas l'impression d'être né a la bonne époque est un cliché touchant. Même s'il n'est pas développé en profondeur, il est intéressant de suivre un personnage de la sorte dans ses évasions. Pour le simple plaisir de partager ce sentiment mélancolique qui peut nous traverser parfois.


Je vois franchement pas ce qu'il y a d'intéressant et encore moins de touchant là-dedans. Tout au plus c'est amusant, comme le musée Grévin peut être distrayant 5 minutes, mais c'est tout.

Citation:
C'est toujours un plaisir de sortir d'un Woody et de se rendre compte qu'on est pas si fou.


:roll:
(cf. ce que je dis plus haut)

Citation:
Ouais, ce n'est pas un film basé sur les punch-lines je crois. Pour une des rares fois, il s'agit d'un film qui se situe dans la veine plus cinématographique de l'auteur. Le Woody qui joue avec la structure, le montage, les décors, les couleurs. Juste sa reconstitution des années 30 est splendide, avec ce rouge plein l'écran. Pour moi c'est presque une expérience de cinéma comme l'était Zelig ou La Rose Pourpre du Caire. Ça change de ses derniers films plus pépères formellement.


Formellement ça n'a pas plus d'intérêt que n'importe lequel de ses autres films je trouve, c'est-à-dire aucun. Mais bon, c'est pas ça qui me dérange...

_________________
Mon testament


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 24 Oct 2011, 10:21 
Hors ligne
Petit joueur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Oct 2011, 13:25
Messages: 17
Comme ça m'a été suggéré, je viens partager mes impressions sur "Minuit à Paris", le dernier film que j'ai vu. Je vois que les avis sont partagés et je dois dire que je n'ai pas vraiment été emballée non plus. Je l'ai regardé dans l'avion et je pense que c'est le genre de film idéal pour ça : sympa, pas prise de tête et qui permet de s'évader un peu. Les dialogues ne sont effectivement pas le point fort du film et les clichés, même s'ils sont voulus, deviennent vraiment lourds à force d’être accumulés.
Les points qui sauvent le film sont Owen Wilson et Marion Cotillard, que je trouve très bons dans leurs rôles respectifs et les représentations de Paris dans les années 30 et à la Belle Epoque.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 26 Oct 2011, 18:27 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 6780
Localisation: Ile-de-France
Tetsuo a écrit:
Non mais c'est pas une question de se haïr ou quoi, mais d'être tourné vers soi et ses petits problèmes existentiels plutôt que de s'intéresser au monde. On ne peut pas faire de bons films de cette façon. Mais c'est aussi la clé de son succès, c'est parce que Allen se réfère à son univers médiocre de petit-bourgeois qu'un certain public s'y est identifié, s'y reconnait. C'est très nombriliste tout ça.


Mais arrête c'est normal de filmer un milieu, beaucoup de cinéastes font ça, et à leur insu. Chez Allen ça a le mérite d'être conscient, et surtout, il ne se ménage pas pour tourner ces petits problèmes en dérision. En plus, je te trouve bien radical et borné sur le fait que ce soient justement des petits problèmes de bourges. En fait quelque chose que j'aimerais bien te voir développer un jour, c'est les raisons de ton goût pour le cinéma de Rohmer qui prend aussi souvent pour objet des bourgeois. Tu vas me dire que c'est une question de traitement, blabla, toussa, oui, mais quelle est la différence de traitement? C'est une question sincère, je vois vraiment pas comment tu peux reprocher ce que tu reproches à Allen et aimer Rohmer.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Oct 2011, 13:35 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 24426
Localisation: Arkham Asylum
La différence me semble assez nette. Rohmer (ou Bunuel d'ailleurs) est plus dans un rapport sociologique, il observe la bourgeoisie en tant que telle, analyse ses désirs et inscrit ça dans une certaine réalité du monde, là où Allen est plus dans un regard "à l'intérieur", un regard de bourgeois sur le milieu bourgeois, et fait de son environnement sa propre réalité du monde, qui ne se résume plus qu'à ça. Je ne pense pas que Allen en soit aussi conscient que ça. Ou alors, c'est gravos.

_________________
Mon testament


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 41 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Intérieurs (Woody Allen - 1978)

SwingKid

3

1156

30 Juin 2008, 13:16

Le Pingouin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Scoop (Woody Allen - 2006)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Janet

48

5192

14 Juil 2020, 08:27

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Whatever Works (Woody Allen - 2009)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Karloff

42

3464

12 Oct 2009, 12:46

Arnotte Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. September (Woody Allen - 1987)

Le Pingouin

1

565

30 Juin 2020, 06:18

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Wonder Wheel (Woody Allen, 2018)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Abyssin

21

1633

25 Fév 2018, 00:31

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Match Point (Woody Allen - 2005)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Blissfully

66

6416

03 Juil 2009, 14:14

Arnotte Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Annie Hall (Woody Allen - 1977)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Zad

64

4648

25 Déc 2016, 16:09

Tetsuo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Ombres et brouillard (Woody Allen - 1992)

Blissfully

1

659

15 Jan 2007, 08:09

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Rêve de Cassandre (Woody Allen - 2007)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Blissfully

40

2621

07 Déc 2008, 22:51

sponge Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Crimes et Délits (Woody Allen - 1989)

Le Pingouin

6

1288

30 Juin 2020, 06:21

Cosmo Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 10 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web