Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 22 Nov 2018, 11:34

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Messidor (Alain Tanner, 1979)
MessagePosté: 04 Nov 2018, 17:45 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1844
Suisse, 1979. A Lausanne, Marie, 19 ans, commis dans un magasin de bricolage, a rendu visite à son père (difficilement divorcé de sa mère, avec qui elle vit à Moudon, une petite ville au nord-ouest du canton de Vaud), et perd son ticket de train de retour. Elle décide de rentrer en auto-stop. A Genève, Jeanne, 20 ans, étudiante en histoire, est un peu fatiguée de sa coloc, de son compagnon, de sa ville et d'un peu tout, décide de prendre quelque jour de vacances, marchant sans but précis. Très différentes socialement, elles se rencontrent sur le chemin, sympathisent et passent ensemble quelques jours dans les collines autour de Moudon. Elle sentent que personne n'est surpris par leur absence, mais que personne ne les attend non plus, et décident de partir ensemble, plus loin et sans but précis, principalement en stop, un peu en drop out obscurément attirées par la Suisse allemande. Elles tournent à vrai dire un peu en rond entre montagne et ville : l'idée de sortir de Suisse ne les effleure pas plus que le retour . Fusionnelles, à court d'argent, elles blessent à la tête un homme qui tentait de les violer dans le Jura, dérobent un revolver à un milicien à Berne, et commettent des braquages d'épiceries dans des petits villages de montagne. Elles finissent par attirer l'attention d'une sorte d'émission de téléréalité qui mêle discours de défense sociale et jeu télévisé...

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Très beau film de Tanner, peut-être le plus désabusé qu'il ait jamais réalisé, mais en même temps celui où il se montre le plus solidaire de ses personnages. Un des moins bavards, mais aussi le plus directement politique. Pas évident pour un homme d'être proche du féminisme radical, celui de Duras ou de Monique Wittig, de les accompagner, mais peut-être sans pour autant franchir tout à fait le pas : l'utopie est à la fois défendue jusqu'au bout et barrée. C'est un film extrêmement épuré. On reste tout le temps à deux, avec les filles, bonnes actrices, et contre le monde . Un récit de road movie féministe moderne et flottant prend étrangement la forme d'une chronique payanne immémoriale. La fascination pour le paysage montagneux et la présence de ia Suisse germanique sont plus marquées que dans les autres films de Tanner. Messidor est à la fois utopique et amèrement réaliste. Le rapport entre les deux femmes, la bourgeoise et l'ouvrière, la manière dont elles s'aiment et s'inflencent l'une l'autre dans l'acceptation de la violence est remarquable : e seuil entre l'idée de la violence et a réalisation va plutôt de la bourgeoise vers la plus pauvre, comme une épreuve amoureuse et à la fois un risque radical et un conformisme au sein de la dissidence , mais cela n'est guère surligné.

Le film prend le risque d'organiser une opposition entre le regard de Tanner et ses personnages sans la résoudre forcément à son avantage : Tanner est de gauche, mais trop sceptique pour être révolutionnaire, pour lui le mystère de l'altérite sexuelle et sentimentale est finalement aussi grand que celui de l'utopie politique, et, dès lors, si le premier fonctionne au départ comme un carburant de la contestation et du courage du refus social, il devient finalement un obstacle. L'utopie est chez Tanner ce dont on revient sans cesse, sans qu'elle n'ait été justifiée ni invalidée. Pour ses personnages, le premier mystère , amoureux, est au contraire une évidence, un point de départ, l'autre, politique, de la lutte sociale un inconnu radical, un appel dont la fonction salvatrice appelle irréductiblement la confiance. Le salut est aussi scandaleux que la faute (les deux sont pareillements individuels), et la société fonctionne dans les deux cas comme une médiation. Le film ne parvient pas à combler l'écart, mais laisse aux deux femmes une sorte de droit au hors-champ (qui est aussi le lieu de la faute morale et du sang versé
une des deux femmes descendera froidement dans un restaurant un homme silencieux et bourgeois dont elles ont cru -probablement à tort - qu'il les dénonçait à la poice, sans montrer laquelle des deux a tué, elles attendent juste les flics, auxquels, maintenant, la route, et son anonymat protecteur et froid appartiennent
, le hors-champ est aussi le lieu où la loi relaye le désir - et annule le film lui-même).
La manière dont la la montagne est filmée est remarquable. Le film est aussi ,du fait de cette importance de la nature, proche du cinéma des Straub, mais la nature y joue pourtant un rôle opposé. Pour les Straub elle est un réel fondamental et immémoriel, un matérialisme à la fois oublié et omniprésent, qui justifie et encadre l'espoir révolutionnaire (la révolte et la iberté sont eux-aussi des ordres et eux-aussi des énigmes, que l'aliénation économique dissimule la production capitaliste est l'imitation de la nature fondamentale à laquelle appartiennent en premier lieu les hommes : il y a une récociliation possible, derrière le social). Les personnage de Tanner aspirent à l'autonomie et à la liberté, et à la fusion (finalement ratée) avec une nature, plus forte et moralement pure que l'ordre social, mais qui est symétrique au capitalisme : elle aussi finit par les refuser et les expulse. Les deux femmes ne sont jamais détrompées sur l'idée qu'elles n'ont qu'elles-mêmes au monde, qui ne fonctionne pas comme une illusion, mais une vérité à la fois opaque et irrécusable. La nature est le discours perpétuellement extérieur mais lucide d'un objet sur un sujet. Le film, discrètement, place aussi le risque du terrorisme réel dans cette extériorité, tout en montrant que la société le désire en partie, elle engendre et désire ce qu'elle condamne, et finit par le représenter, refusant au contraire le hors-champ (scène irréaliste avec la télé-réalité qui rejoue des scènes du film) : les deux femmes choisissent la morale, un sacrifice et une violence cathartiques, dans lequel les situations ne se répètent jamais (ce qui est une forme d'ouverture à une altérité radicale), mais refusent l'imaginaire, qui pour Tanner, au contraire des Straub, est d'emblée du spectacle et de l'identité -la télé-réalité criminelle est mise sur le même plan que les attitudes hippies des quelques personnes plus sympathiques qu'elles croisent, les deux sont pareillement insatisfaisantes-, de la récupération doublée d'une assignation, où tout se répète, comme si c'était là la source d'une innocence.

Enfin je suis trop verbeux. Le film est magnifique, dur et âpre, et une merveille de montage, le plus fort de Tanner parmi ceux que j'ai vu avec Charles, Mort ou Vif (les deux films fonctionnent comme des symétriques et des négatifs, encadrant le moment mai 68). Les deux actrices, Clémentine Amouroux et Catherine Retoré (qui ont plutôt fait carrière au théâtre) sont remarquables.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 05 Nov 2018, 12:19 
En ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 18858
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Je le tenterai bien, je connais pas son cinéma. Ça se voit où ?

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 05 Nov 2018, 12:22 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1844
Hum,

je l'ai vu sur Youtube avec une qualité d'image pourrie. On y trouve beaucoup de Tanner


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 05 Nov 2018, 12:42 
En ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 18858
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
:mrgreen:, je jetterai un oeil merci !

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 05 Nov 2018, 14:13 
Hors ligne
Vaut mieux l'avoir en journal
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 15:21
Messages: 17984
Localisation: Paris
C'est également dessus que j'ai enfin vu Jonas qui aura 25 ans en l'an 2000, que je voulais voir depuis des années. La qualité YT va bien avec le film, je trouve :)

_________________
La Vie brève de Jan Palach
(192 pages, 16.50€)
Le Dilettante | Fnac | Amazon


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 05 Nov 2018, 16:47 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1844
L'image avait une texture de télé à tuner à languette des années 80 et de VHS usée qui servait le film finalement. Par après YouTube proposait Mes petites Amoureuses de Jean Eustache, comme si j'avais débloqué un niveau dans un jeu vidéo.

Je crois que Messidor n'a jamais été édité en DVD.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 05 Nov 2018, 17:09 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1844
Sinon dans le film Emil, un humoriste (dont l'humour était plus proche de Fernand Reynaud en version germanophone que de Blanche Gardin) très connu en Suisse et emblématique de cette époque joue, sans doute à contre-emploi, mais je ne l'ai pas reconnu
je me demande si ce n'est pas le type en cravate silencieux qui se fait buter à la fin. Si c'est le cas il s'agit d' un clin d'oeil assez retors envers son sketch le plus connu;


EDIT
Il joue en fait le propriétaire du break Ford qui les emmène chez les flics à la mi-film et qu'elles prennent en otage après la séquence du jeu télévisé et qu'elles emmènent sur le lieu du viol, pour échapper en fait à la police.
C'est Alain Tanner qui joue le rôle du personnage qui les dénonce, même pas directement- et qu'elles ne voient pas alors qukil est à côté d'elles et parle leur langue


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Nov 2018, 10:13 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2008, 02:22
Messages: 1307
Juste pour info, Messidor est visible aussi sur dailymotion, mais avec une résolution et une qualité supérieures qui tutoient le franchement regardable.


Et ça se télécharge avec le logiciel en ligne ad hoc, mais lentement.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Salamandre (Alain Tanner - 1971)

Tom

14

746

26 Oct 2013, 16:44

Tom Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Retour d'Afrique (Alain Tanner, 1973)

Gontrand

0

341

07 Aoû 2016, 13:12

Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Chiens (Alain Jessua, 1979)

Mr Chow

0

549

01 Déc 2013, 22:59

Mr Chow Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mad Max (George Miller - 1979)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Nijal

50

3839

03 Déc 2011, 03:40

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. All That Jazz (Bob Fosse, 1979)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Film Freak

16

973

13 Oct 2018, 13:24

Qui-Gon Jinn Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Chromosome 3 (David Cronenberg - 1979)

Blissfully

12

1205

19 Déc 2016, 20:33

Déjà-vu Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Scum (Alan Clark, 1979)

Z

4

753

16 Avr 2007, 13:38

Zad Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Vengeance est à moi (Shohei Imamura - 1979)

Blissfully

11

673

26 Fév 2014, 09:55

Tom Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Stalker (Andreï Tarkovski, 1979)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Bronislas

42

2219

05 Juin 2013, 12:48

Abyssin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Malin (John Huston, 1979)

Cosmo

3

593

13 Oct 2016, 18:18

Gontrand Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web