Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 21 Juin 2018, 01:40

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 06 Mar 2018, 18:10 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Avr 2013, 08:44
Messages: 644
Image


J'étais chaud.
J'avais lu des trucs super intriguants, des histoires de jungle surréaliste bourrée de trouvailles graphico-poétiques, de choix audacieux et réfléchis.

Je suis tombé de haut.
Effectivement il y a beaucoup de courage dans les choix de Mandico : la forme du conte / film d'aventures old school, l'usage d'une voix-off un peu tarte à l'ancienne (je jure que ça dit à un moment : "unis pour le meilleur... Et pour le pire!"), les délires végéto-sexuels sympathiques, les jeux graphiques avec les étoiles et les plumes, les zizis tout mal faits en carton-pâte, l'espèce de morale sexiste à l'ancienne aussi (pour calmer les mecs il faut en faire des femmes).
Mais il y a un moment ou ce n'est plus du courage, c'est de la connerie ! Les qualités-défauts cités plus haut s'accordent mal pour moi avec une forme parfois bien ratée : dialogues et acting très limite parfois (même si j'aime encore Vimala Pons, avec ou sans zizi), répétitions inutiles et agaçantes d'idées graphiques initialement bienvenues (les fleurs-bites, et les toiles d'araignée solubles dans l'urine, ça va une fois), noir et blanc sans saveur (j'ai lu "un N & B contrasté, mon cul) alternant parfois gratuitement avec la couleur, ...
Franchement, il y a des moments nanardoïdes, une auto-indulgence embarrassante, et des redites qui auraient pu / dû ne pas survivre au montage.

Et pourtant le fond n'est pas si con : les ados mâles ne pensant qu'au cul, ça justifie presque l'overdose de métaphores sexuelles enchaînées les unes après les autres, comme qui dirait bite-à-cul. Surtout, les bouleversements physiques et sensuels qu'ils subissent évoquent pertinemment l'éruption des caractères sexuels secondaires qu'on a tous vécu. Mais piégé par la forme parodique, le film ne décolle pas de son côté nanardesque.

D'habitude j'écris pas trop sur les films que j'aime pas, mais là la déception est forte, j'étais impatient de jouir de l'audace formelle annoncée, et ce fut un mauvais plan cul, embarrassant, et j'ai failli me tirer comme un rat avant que les lumières ne se rallument, sans laisser mon numéro.

_________________
-I failed.
-Good. Now go fail again.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Mar 2018, 13:01 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 18352
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
De mon côté j'ai absolument adoré. En fait ce que j'aime particulièrement dans le film est très simple. C'est l'association parfaite (ou presque) entre un cinéma proche de l'expérimental, très fragmentaire et surtout très "auteur" avec des propositions très singulières et des bizarrerires incessantes et un grand cinéma populaire d'aventures très premier degré. Le plus miraculeux c'est que ça fonctionne vraiment, l'équilibre assez précaire me semble particulièrement bien trouvé. Puis c'est un régal visuel, une orgie de formes et d'idées foisonnant de références à tout va d'une diversité folle, de Borowczyk à Suehiro Maruo en passant par Jules Verne, Portier de nuit, Genet etc... Il faut à ce sujet lire le génial interview des Cahiers où Mandico te namedrop dix mille trucs qui l'ont influencé et ce sont souvent des références assez obscures (j'étais super content de le voir citer cette BD géniale qu'est Nécron de Magnus, une BD italienne mélange improbable de SF et de Porno).

Bref je trouve que c'est totalement détonnant dans le cinéma français, un film littéralement à la croisée des genres qui offre une expérience unique, furieusement singulière et stimulante comme jamais et je trouve également qu'une de ses immenses qualités c'est que l'aspect formol que l'on peut voir de loin à base d'esthétique surannée et de références antédiluviennes est contrebalancé par un discours sur le genre ultra contemporain. Une fois de plus le film parvient à trouver cet équilibre casse gueule entre quelque chose de très ancien, volontairement poussiéreux et une contemporanéité évidente. S'il y a un cinéma de genre à célébrer en France c'est vraiment celui-là en tout cas. Très très fan (la musique aussi est géniale) et très envie de le revoir.

5/6

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Mar 2018, 13:29 
Hors ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 24517
Localisation: Paris
Comme d'habitude, Art Core a tou-- euh non en fait j'aime bien mais je suis pas aussi à fond que lui.

Le film est en effet fascinant. Le mélange des genres est improbables, entre roman d'exploration à la Conrad, délire Oncle Boonmee, noir et blanc charbonneux, vision psychédéliques. C'est ultra-généreux, mais surtout c'est étonnamment narratif. Le film raconte véritablement une histoire linéaire, aussi fucked up soit-elle. Ca donne au film quelque chose d'assez innocent malgré les torrents de pose qui le traverse. Sympa également de voir Vimala Pons dans un rôle qui change un peu.

Après, s'il y a quelque chose d'hypnotique dans le film, je ne suis pas sûr qu'il mérite ses 1h50. Au bout d'un moment on a "compris" - ou tout du moins on sature, un effet de style en plus ou en moins, bon... Pour ce que ça raconte, ça aurait pu être tout aussi impactant en 1h20.

_________________
Ma série télé sur la rivalité Jacques Chirac/Edouard Balladur !
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Mar 2018, 11:48 
Hors ligne
Expert

Inscription: 30 Sep 2016, 19:39
Messages: 511
L'avis négatif de Slacker a transformé le film en bonne surprise de mon côté, donc je l'en remercie. Disons que je m'attendais à pire et que j'ai apprécié. J'ai apprécié que Mandico fasse joujou continuellement avec sa caméra tout en produisant un flot continu de belles images, la bande-son qui contribue à en faire une expérience immersive en cinéma - quoiqu'elle m'ait tenu un peu à distance quand même, ainsi il est peu probable que j'eusse tenu la distance à la maison.
Les reproches, ce sont une esthétique passéiste, que j'ai tendance à réprouver, évidemment un côté poseur qui souffre que le film semble vouloir avoir un discours trop évident (ce qui n'est évidemment pas le cas, car Mandico doit avoir des idées un peu fumeuses). C'est marrant ce désir de fiction du cinéma d'auteur mais ça ne date pas d'hier, que ce soit chez Robbe-Grillet, les frères Quay, Ossang (dont l'ignoble [i]Dharma Guns[/i], qui passe à la cinémathèque le 18 mars, souffre de la comparaison avec Les Garçons Sauvages), qui passe souvent par le fourmillement de références vidées de substance ou du sérieux du genre.
Ici l'illustratif suffit à maintenir l'intérêt mais les tics restent trop voyants.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Mar 2018, 16:53 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Avr 2013, 08:44
Messages: 644
bmntmp a écrit:
L'avis négatif de Slacker a transformé le film en bonne surprise de mon côté, donc je l'en remercie.


héhé, classique. Tout est dans les attentes.

_________________
-I failed.
-Good. Now go fail again.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Mar 2018, 17:51 
Hors ligne
Expert

Inscription: 30 Sep 2016, 19:39
Messages: 511
Sinon, Mandico est gay ? Je ne sais pas si c'est le cas mais c'est quand même curieux, même si ça s'explique (par des clichés), que les tenants d'un cinéma maniériste, baroque, décoratif ou sensuel soient largement des cinéastes gays (Greenaway, Tom Ford, Werner Schroeter, Terence Davies, même François Ozon, Pedro Almodovar, Gregg Araki, Xavier Dolan, Todd Haynes).
On se dit vraiment que les hétéros devraient se sortir un peu les doigts pour approcher le cinéma comme un art véritablement visuel parfois.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Mar 2018, 17:55 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1554
Ha mais le rejet du visuel a été pensé par Daney. Et il y a des maniéristes hetero, même si moins codés et plus violents (Lynch et Cronenberg)


Dernière édition par Gontrand le 08 Mar 2018, 18:38, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Mar 2018, 18:01 
Hors ligne
Expert

Inscription: 30 Sep 2016, 19:39
Messages: 511
Oui bien entendu qu'il n'y a pas de partage aussi clair.
ça me fait penser à la fois où j'avais invité Serge Bozon dans mon lycée et il disait que le cinéma française procédait de deux héritages contradictoires, celui de Cronenberg d'un côté et celui de Pialat de l'autre. C'est un peu grossier, ou péremptoire comme postulat, mais pas inintéressant. Pas impossible qu'il l'ait développé dans ses critiques.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Mar 2018, 20:18 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2008, 02:22
Messages: 1206
bmntmp a écrit:
c'est quand même curieux, même si ça s'explique (par des clichés), que les tenants d'un cinéma maniériste, baroque, décoratif ou sensuel soient largement des cinéastes gays (Greenaway, Tom Ford, Werner Schroeter, Terence Davies, même François Ozon, Pedro Almodovar, Gregg Araki, Xavier Dolan, Todd Haynes).
On se dit vraiment que les hétéros devraient se sortir un peu les doigts pour approcher le cinéma comme un art véritablement visuel parfois.


Heureusement que tu prononces le mot "clichés", parce qu'en effet, dans le genre "catégories fumeuses pour épater dans les salons"...


En ce qui me concerne, quand je pense cinéma maniériste, voilà les noms qui surgissent aussitôt dans mon esprit avec la forme de l'évidence (et je ne pense ni à Lynch ni à Cronenberg):

Sam Peckinpah
Sergio Leone
Brian de Palma
Dario Argento
Francis Ford Coppola
JJ Beneix
Jim Jarmush
Alan Rudolph
John Woo
Lars Von Trier
Wong Kar Wai
Tsui Hark
Léos Carax
Guillermo Del Toro
Wes Anderson
Philippe Garrel
Pedro Costa
Darren Aronofsky
Nicolas Winding Refn
Terrence Malick (depuis TOL, c'est l'hémorragie)
etc

(Et à part 3 ou 4 exceptions, j'ai horreur de ça).


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Mar 2018, 01:07 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1554
bmntmp a écrit:
Oui bien entendu qu'il n'y a pas de partage aussi clair.
ça me fait penser à la fois où j'avais invité Serge Bozon dans mon lycée et il disait que le cinéma française procédait de deux héritages contradictoires, celui de Cronenberg d'un côté et celui de Pialat de l'autre. C'est un peu grossier, ou péremptoire comme postulat, mais pas inintéressant. Pas impossible qu'il l'ait développé dans ses critiques.


Ce n'est pas si contradictoire que cela. Les rapports de couple dans Chromosome 3 ont un petit côté "Nous ne vieillirons pas Ensemble", le paysage urbain est aussi investi par tous les deux par un mélange de jugement moral sur un état de chute et de nostalgie du passé immédiat (ce qui les différencie de Scorsese) .

Sinon dans les maniéristes, il faut ajouter Carpenter.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Fraises sauvages (Ingmar Bergman - 1957)

Blissfully

6

999

05 Aoû 2016, 12:53

Mickey Willis Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les roseaux sauvages (André Téchiné - 1993)

DPSR

4

640

21 Avr 2008, 23:02

Jericho Cane Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les nouveaux sauvages (Damian Szifron - 2014)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

DPSR

23

1686

28 Aoû 2015, 13:28

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Quatre garçons pleins d'avenir (Jean-Paul Lilienfeld, 1997)

Film Freak

0

344

03 Jan 2011, 01:19

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Kirikou et les bêtes sauvages (Michel Ocelot - 2005)

Blissfully

4

782

13 Déc 2006, 19:32

gould Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Faut pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages (Michel Audiard - 1968)

Blissfully

2

581

26 Jan 2007, 06:57

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les garçons et Guillaume, à table ! (Guillaume Gallienne - 2013)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 5, 6, 7 ]

DPSR

100

5958

23 Mar 2014, 21:35

Slacker Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L.627 (Bertrand Tavernier - 1992)

Z

13

1025

14 Jan 2011, 09:35

Karlito Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Irréductibles (Renaud Bertrand - 2006)

Noony

0

552

19 Juin 2006, 11:39

Noony Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. There is no direction (Sarah Bertrand - 2005)

Zad

0

657

16 Nov 2006, 15:53

Zad Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web