Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 01 Mar 2021, 13:48

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 169 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 7, 8, 9, 10, 11, 12  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePosté: 18 Jan 2007, 03:49 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 10627
Localisation: Previously on Premiere
Pandi a écrit:
Rigolo, ça. C'est ce que je disais à la sortie de la projo de The Fountain. Exactement ( "..." compris entre "depuis" et "Irréversible")


Pas encore vu celui-là. J'avais eu la dent dure contre Requiem d'ailleurs, à tort.

_________________
I think we're gonna need a helmet.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 29 Jan 2007, 15:46 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Aoû 2005, 21:39
Messages: 3295
Je viens de le voir, à la bourre mais bon vu la place qu'il occupe dans le top j'ai fini par me décider.

Globalement, l'impression que tout est dit dès la première scène, avec cet étrange sentiment d'un futur nostalgique de notre présent, c'est assez fort. Mais à partir de là, plus rien à part une déambulation dans ce monde qui n'a plus d'espoir. Pas beaucoup d'enjeu, juste quelques scène fortes qui n'existent que pour elles mêmes déroulées en plan-séquences à la fois impressionants et un peu frime, la mise en scène a tendance à trop se montrer pour moi (la scène dans la voiture par exemple).

Bref, bon moment mais pas complètement convaincu. Bonne série B.

3,5/6.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 05 Fév 2007, 06:16 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 10627
Localisation: Previously on Premiere
jiko a écrit:
Pas beaucoup d'enjeu


Je trouve que c'est l'un des points forts du scénario de ne pas avoir forcé le côté "dernier espoir de l'humanité" justement.

Citation:
plan-séquences à la fois impressionants et un peu frime, la mise en scène a tendance à trop se montrer pour moi (la scène dans la voiture par exemple).


Pour moi une mise en scène moche se montre bien davantage. M'enfin...

Citation:
Bonne série B.


Fais péter la série A, je bande déjà.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 05 Fév 2007, 11:08 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Aoû 2005, 21:39
Messages: 3295
Z a écrit:
Je trouve que c'est l'un des points forts du scénario de ne pas avoir forcé le côté "dernier espoir de l'humanité" justement.


Je parle pas des enjeux du scénario mais de ce qui se passe à l'écran. J'ai eu l'impression que le film déroulait ses scènes dans n'importe quel sens, celle là ou une autre, et que ce qu'il s'y passe n'est pas important, qu'il s'agit surtout de filmer ce monde du futur qui fascine et c'est tout.

Et comme on est souvent dans la description, bin le plan séquence se laisse voir un peu trop.
Alors oui une mise en scène moche c'est pire mais bon c'est quoi ? Parce que si c'est rater ses cadres et foirer son montage, c'est assez rare, généralement les techniciens connaissent leur boulot et assurent le minimum.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 05 Fév 2007, 13:39 
Hors ligne
Garçon-veau
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Juil 2005, 15:48
Messages: 18754
Localisation: FrontierLand
jiko a écrit:
Parce que si c'est rater ses cadres et foirer son montage, c'est assez rare, généralement les techniciens connaissent leur boulot et assurent le minimum.

Tu ne regardes pas de films français, toi...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 05 Fév 2007, 19:56 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 10627
Localisation: Previously on Premiere
jiko a écrit:
Je parle pas des enjeux du scénario mais de ce qui se passe à l'écran. J'ai eu l'impression que le film déroulait ses scènes dans n'importe quel sens, celle là ou une autre, et que ce qu'il s'y passe n'est pas important, qu'il s'agit surtout de filmer ce monde du futur qui fascine et c'est tout.


C'est le côté "train fantôme dans le futur" qui te dérange ?

Citation:
Et comme on est souvent dans la description, bin le plan séquence se laisse voir un peu trop.


Moi je trouve que l'on est plus dans l'identification que dans la description. Le monde que l'on nous fait voir est très semblable au nôtre, je n'ai pas dévoré le background comme j'ai pu le faire dans un Minority Report.

Citation:
Alors oui une mise en scène moche c'est pire mais bon c'est quoi ? Parce que si c'est rater ses cadres et foirer son montage, c'est assez rare, généralement les techniciens connaissent leur boulot et assurent le minimum.


Non non, sans parler d'erreur technique, je trouve qu'une mise en scène moche ou ratée est bien plus visible, se remarque plus. C'est un point de vue perso. Pas facile d'entrer dans un film mal ou platement réalisé.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 05 Fév 2007, 23:13 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Aoû 2005, 21:39
Messages: 3295
Z a écrit:
C'est le côté "train fantôme dans le futur" qui te dérange ?


Oui, voilà.
Le type se ballade et on se ballade avec et ça se résume à peu près à ça.
Y'a de belles scène de temps en temps (souvent avec des voitures) mais elles pourraient ne pas être là ce serait pareil.
Et je trouve pas que l'errance du personnage ce suffice à elle même (comme dans un Gerry par exemple), c'est un peu léger.

Alors justement, belle ou mauvaise mise en scène, par exemple dans ce cas la mise en scène est très classe mais tourne un peu à vide, ça roule un peu des mécaniques et on n'assiste souvent qu'à un coup de force virtuose qui m'a laissé devant un écran de cinéma au lieu de m'immerger dans le film. C'est un peu une mauvaise mise en scène de ce point de vue.

Bon, rien de terrible, on passe un moment agréable, c'est juste loin d'être le film de l'année pour moi.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 05 Fév 2007, 23:33 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 10627
Localisation: Previously on Premiere
jiko a écrit:
Alors justement, belle ou mauvaise mise en scène, par exemple dans ce cas la mise en scène est très classe mais tourne un peu à vide, ça roule un peu des mécaniques et on n'assiste souvent qu'à un coup de force virtuose qui m'a laissé devant un écran de cinéma au lieu de m'immerger dans le film. C'est un peu une mauvaise mise en scène de ce point de vue.


Ok, je comprends. Je réagissais plus au fait que tu trouves la mise en scène... "un peu frime" (je te cite de mémoire). Je n'ai jamais trop compris l'idée qui veut que bien mettre en scène ou réussir un plan-séquence relève de l'épate ou de la frime.

Se donner les moyens pour exprimer au mieux une idée à travers un plan, faire dans l'originalité et le réussir, ce n'est pas faire de la frime, c'est tout simplement mettre en scène, non ? Pour moi ça revient au même que de critiquer un joueur de football qui marque un but fantastique, en disant qu'il se la raconte... Je veux dire... c'est ce qu'on leur demande !

Shyamalan est le prototype même de ce genre de cinéaste. Je le trouve admirable dans sa façon de mettre en scène, mais j'ai souvent lu ses détracteurs le critiquer sur ce côté "il filme bien et il le sait". Ca a tendance à attirer les critiques personnalisées ce talent de mise en scène (je pense à Shyamalan, mais aussi Spielberg, De Palma, Noé... et donc Cuaron les rejoint).


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 06 Fév 2007, 13:47 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Aoû 2005, 21:39
Messages: 3295
Z a écrit:
Ok, je comprends. Je réagissais plus au fait que tu trouves la mise en scène... "un peu frime" (je te cite de mémoire). Je n'ai jamais trop compris l'idée qui veut que bien mettre en scène ou réussir un plan-séquence relève de l'épate ou de la frime.

Se donner les moyens pour exprimer au mieux une idée à travers un plan, faire dans l'originalité et le réussir, ce n'est pas faire de la frime, c'est tout simplement mettre en scène, non ? Pour moi ça revient au même que de critiquer un joueur de football qui marque un but fantastique, en disant qu'il se la raconte... Je veux dire... c'est ce qu'on leur demande !

Shyamalan est le prototype même de ce genre de cinéaste. Je le trouve admirable dans sa façon de mettre en scène, mais j'ai souvent lu ses détracteurs le critiquer sur ce côté "il filme bien et il le sait". Ca a tendance à attirer les critiques personnalisées ce talent de mise en scène (je pense à Shyamalan, mais aussi Spielberg, De Palma, Noé... et donc Cuaron les rejoint).


Voilà, je pensais bien qu'on en arriverait là. Et ça devient compliqué parce que effectivement, en quoi un plan très maîtrisé de Shyamalan c'est beau et un plan séquence de Cuaron ce serait frime ? En quoi un filtre chez Tsui Hark ne me dérange pas alors que chez Bay ça me fait vomir ?
La fine limite entre l'art et l'esbrouffe, je la ressent parfois mais je l'explique rarement.

Pour ce qui est du film dont on parle, disons que par exemple, le plan sequence qui commence Snake Eyes de De Palma m'electrise, me met tout de suite dans l'ambiance hystérique du match de boxe et dans le baroque du personnage et puis après on passe à autre chose.
Dans le film de Cuaron, j'ai le sentiment que le plan séquence est surtout un programme de mise en scène, qu'il a pour fonction d'installer et de mettre en scène la déambulation du personnage (et en cela ça marche bien) mais comme le film ne dépasse que rarement ce principe, on voit surtout le geste de la caméra, la complexité de la mise en scène, et pas beaucoup d'enjeu à l'intérieur de ce cadre. C'est presque un exercice de style pour moi, épatant mais un peu vain, le sentiment que tout est dit dès la séquence en voiture du début et qu'ensuite ce n'est que sa répétition.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 06 Fév 2007, 18:55 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 10627
Localisation: Previously on Premiere
Citation:
Voilà, je pensais bien qu'on en arriverait là.


lol désolé

Citation:
La fine limite entre l'art et l'esbrouffe, je la ressent parfois mais je l'explique rarement.


Moi je ne ressens jamais d'esbrouffe dans un film, ou de frime, d'où mon étonnement en fait. Y a des intentions ratées, oui, du mauvais goût, mais je perçois mal ce que tu décris.

Citation:
Pour ce qui est du film dont on parle, disons que par exemple, le plan sequence qui commence Snake Eyes de De Palma m'electrise, me met tout de suite dans l'ambiance hystérique du match de boxe et dans le baroque du personnage et puis après on passe à autre chose. [...] C'est presque un exercice de style pour moi, épatant mais un peu vain, le sentiment que tout est dit


J'ai volontairement tronqué ton texte ci-dessus, mais ça pourrait donner ça pour quelqu'un d'autre qui regarde Snake eyes.

Je crois qu'on peut dire ça de n'importe quel plan-séquence, non ? Epatant mais un peu vain... tenter par la longueur d'un plan d'approcher un certain réalisme, ou de concrétiser avec un maximum de sens une idée, c'est un peu vain. Je crois surtout que le monde de l'image est devenu tellement pauvre, que lorsque des cinéastes tentent quelque chose de purement cinématographique, ça se démarque davantaége de la médiocrité ambiante des champs / contre champs.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 06 Fév 2007, 19:54 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Aoû 2005, 21:39
Messages: 3295
Z a écrit:
Je crois qu'on peut dire ça de n'importe quel plan-séquence, non ? Epatant mais un peu vain... tenter par la longueur d'un plan d'approcher un certain réalisme, ou de concrétiser avec un maximum de sens une idée, c'est un peu vain. Je crois surtout que le monde de l'image est devenu tellement pauvre, que lorsque des cinéastes tentent quelque chose de purement cinématographique, ça se démarque davantaége de la médiocrité ambiante des champs / contre champs.


Non mais j'ai rien contre le plan séquence en soi. Je parlais de Snake Eyes parce que le plan séquence à ce moment me semblait justifé, dans la dynamique de la scène.
Pour Cuaron, le plan séquence est généralisé à tout le film (en gros hein) et là ça m'a parru systématique, un peu déconnecté des personnages. Comme si le plan séquence n'existait que pour lui même, sans enjeu autre que formel, comme s'il se donnait un genre (comme par exemple une caméra portée pour se donner le genre documentaire ou pris sur le vif et que ça marche pas, quand ça fait tic de mise en scène ou posture de cinéaste).
En gros la forme du film de Cuaron me parrait un peu boursouflée par rapport à l'histoire racontée, à ce qu'il se passe entre les personnages.

Ton expression "train fantôme" tombait dans le mille pour nommer ce que j'avais ressenti face au film.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 06 Fév 2007, 21:05 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Oct 2005, 10:23
Messages: 8088
L'histoire avance et fonctionne par "à coups"comme un jeu de l'Oie, dans un univers théoriquement sans espoir et sur voie d'extinction, jusqu'à cette séquence finale assez suspendue... D'une manière générale le film est raconté par une série de scènes assez autonomes plus que dans une narration traditionnelle à mon sens (ça va être curieux à voir par chapitrage). Du coup, l'intervention du plan séquence comme dispositif principal dans certains passage me parait couler de source au contraire. "Snake Eyes" n'a pas grand chose à voir, c'est lé théorique mouvement pur/ déconstruit en 90 min.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 06 Fév 2007, 21:07 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 10627
Localisation: Previously on Premiere
Mr Chow a écrit:
L'histoire avance et fonctionne par "à coups"comme un jeu de l'Oie, dans un univers théoriquement sans espoir et sur voie d'extinction, jusqu'à cette séquence finale assez suspendue... D'une manière générale le film est raconté par une série de scènes assez autonomes plus que dans une narration traditionnelle à mon sens (ça va être curieux à voir par chapitrage). Du coup, l'intervention du plan séquence comme dispositif principal dans certains passage me parait couler de source au contraire. "Snake Eyes" n'a pas grand chose à voir, c'est lé théorique mouvement pur/ déconstruit en 90 min.


Voilà la réponse que je voulais faire.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 06 Fév 2007, 22:47 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Aoû 2005, 21:39
Messages: 3295
Mr Chow a écrit:
L'histoire avance et fonctionne par "à coups"comme un jeu de l'Oie, dans un univers théoriquement sans espoir et sur voie d'extinction, jusqu'à cette séquence finale assez suspendue... D'une manière générale le film est raconté par une série de scènes assez autonomes plus que dans une narration traditionnelle à mon sens (ça va être curieux à voir par chapitrage). Du coup, l'intervention du plan séquence comme dispositif principal dans certains passage me parait couler de source au contraire. "Snake Eyes" n'a pas grand chose à voir, c'est lé théorique mouvement pur/ déconstruit en 90 min.


Oui oui, les scènes sont autonomes et le plan séquence a une certaine logique (même si c'est pas forcemment une évidence). Mais cette logique m'a semblée mécanique.

Et je ne comparais pas les 2 films, j'ai juste pris un exemple de plan séquence qui me semblait plus réussit (indépendemment du fait que les 2 films sont très différents. On pourrait chercher un exemple de plan séquence plus en rapport avec ceux de Cuaron, c'est vrai).


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juil 2007, 17:42 
Hors ligne
Vaut mieux l'avoir en journal
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 15:21
Messages: 19102
Localisation: Paris
Un plan de plusieurs minutes, au milieu du ghetto... C'est absolument hallucinant, et bouleversant (lorsque les tirs s'arrêtent et que tout le monde voit le bébé). J'aime bien le reste, l'ambiance, la description de ce futur, l'absence totale de second degré, le côté crasseux, la caméra à l'épaule... Mais bon, ça reste un peu une course poursuite. Le scénario en lui-même ne se foule pas trop.

4.5/6

_________________
La Vie brève de Jan Palach
(192 pages, 16.50€)
Le Dilettante | Place des librairies | Fnac | Amazon


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 169 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 7, 8, 9, 10, 11, 12  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. A Little Princess (Alfonso Cuarón, 1995)

Film Freak

9

965

07 Aoû 2013, 16:54

Le Cow-boy Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Gravity (Alfonso Cuaron - 2013)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 33, 34, 35 ]

DPSR

511

27034

05 Sep 2019, 21:56

Billy Budd Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Roma (Alfonso Cuaron, 2018)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 7, 8, 9 ]

deudtens

130

6348

27 Avr 2020, 21:49

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Sólo con tu pareja (Alfonso Cuarón, 1991)

Film Freak

14

1172

30 Juil 2013, 09:18

Arnotte Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Great Expectations (Alfonso Cuarón, 1998)

Film Freak

4

986

09 Aoû 2013, 09:03

Arnotte Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Y Tu Mamá También (Alfonso Cuarón, 2001)

Film Freak

8

1091

10 Aoû 2013, 01:50

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'homme de sa vie (Zabou Breitman - 2006)

JP Rouve

3

915

23 Oct 2006, 22:36

Blissfully Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Desierto (Jonas Cuaron, 2016)

Art Core

6

1067

04 Nov 2018, 23:36

Abyssin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Current War (Alfonso Gomez-Rejon - 2019)

Qui-Gon Jinn

1

305

27 Fév 2020, 16:05

Déjà-vu Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Monde des vampires (Alfonso Corona Blake - 1961)

Tom

0

1313

29 Avr 2012, 00:39

Tom Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 10 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web