Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 24 Avr 2018, 02:08

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 25 Déc 2017, 16:14 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1484
Depuis septembre 2014, la législation française garantit que toute personne hospitalisée de force en hôpital psychiatrique (je vous souhaite un Joyeux Noël) puisse, au cours des douze premiers jours, contester son hospitalisation en saisissant un juge des peines et des libertés. Une audience a alors lieu, pendant laquelle le juge interroge le patient, qui est assisté d’un avocat. La procédure n’aboutit pour bien-sûr pratiquement jamais (le film montre un seul cas de mise en délibéré pour une évaluation plus longue), d’autant plus que l’audience semble assez courte. La plupart des patients ont en effet un discours délirant et incohérent et/ou (c’est souvent « ou » d’ailleurs) des intentions suicidaires manifestes.
Le juge, n’étant pas médecin, se fie principalement aux certificats médicaux et à l’avis des psychiatres, quand le malade doit de son côté passer par le médecin-chef de l’hôpital pour introduire sa demande. Au pire le patient peut introduire un appel (ce qui arrive souvent, étant donné que le déni est structurel de la psychose) qui accentue l’aspect humiliant de la procédure et durcit les conditions de son hospitalisations en accentuant la réponse médicale qui est apportée à son déni. Au mieux, le patient peut faire constater le caractère imprécis et insuffisamment circonstancié de tel ou tel certificat médical, que le juge rapporte alors au médecin. Le documentaire retrace ainsi les auditions d’une dizaine de malades par 4 juges, dans un hôpital de la région lyonnaise.


Image

Image

Image

J’ai trouvé ce court film salubre et respectueux des malades (que Depardon appelle à juste titre « les humiliés »), mais ai des réserves de deux ordres, les premières étant liées à la mise en scène, la deuxième à l’angle d’approche de Depardon, centré sur l’illustration du fonctionnement de l’institution ainsi que de la notion de droit collectif (à la fois naturel et fondant la nation) que le malade éclaire à partir de sa position, plutôt que l’inverse ( qui serait une interrogation sur le point de vue « de la société » sur la maladie, soit un angle plus militant et proche de la remise en question de la psychiatrie, telle qu'on le trouvait dans les années 1970).
Pour exprimer de façon résumée ces réserves : Depardon filme un ordre là où on pourrait tout aussi bien voir une lutte, ou du moins un conflit. Ce parti pris est d‘ailleurs souligné par la citation de Foucault qui termine le générique : « de l’homme à l’homme véritable, le chemin passe par l’homme fou ».

-En ce qui concerne la mise en scène, je n’ai rien à reprocher aux scènes d’interview en tant que telles. Le cadrage et le champ-contrechamp sont respectueux, à bonne distance, et font « circuler » une conscience diffuse et commune aux patients, au avocats et aux juge de la maladie, de l’internement, de l’intégrité et de l’ordre public. Cette conscience est finalement une relation à l’autre, du même ordre que celle qui existe dans les relations de travail (qui selon Simone Weil et Hannah Arendt, sont les formes les plus dignes de reations humaines).
Le juge comme le patient, même s'ils ont des intérêts opposés, sont au cours de l'audience pareillement extérieurs à la technique médicale et n’ont que la discussion et l’échange entre eux pour dégager une compréhension de la situation.
Finalement la procédure permet, indirectement, au malade de parler de sa maladie aux institutions, hors du regard direct du psychiatre.
Ce dispositif permet parfois le rappel d’un hors-champ, qui « humanise » la personne filmée ; qui est soit le savoir du malade sur sa maladie (par exemple, un des cas les plus graves, qui répond à la fois doucement et du tac au tac « comme tout le monde, de façon plus ou moins grave » lorsqu’on lui dit qu’il est affecté d’un trouble psychique , la phrase faisant retomber la tension de l’audience, et atténuant le déni du malade), et -le film présentant cela comme un équivalent de la première situation-, la mauvaise conscience d’une jeune juge (apparemment la plus dure, car maintenant les formes et le vocabulaire des auditions de prévenus qui seraient moralement responsable de leurs actes, qui, lorsqu’un patient très incohérent lui demande « à quoi vous servez ? » répond le plus sérieusement du monde, et sans ironie « à rien, je vous le concède », en partie pour elle-même, livrant le fait qu’elle s’interroge elle aussi sur le sens de sa fonction dans ce cadre.

Mais j’ai plus de réserves sur les scènes qui « encadrent » les auditions, qui m’ont semblée trop esthétisantes. C’est surtout le cas du début, qui filme les couloirs d’hôpital, en lent travelling avant, avec les bruits d’ambiances amplifiés, de telle manière qu’ils forment un son de basse dronesque, évoquant un couloir kubrickien (ou à la Ridley Scott) de station spatiale, jouant avec les lumières, accentuant en permanence les symétries, sauf au moment où l’on s’arrête au seuil d’une salle où l’on entend des hurlements, et où la caméra se décadre vers l’étiquette avec le terrible euphémisme indiqué sur une panneau à droite de la porte : « salon d’apaisement » . L’hôpital est filmé alors du point de vue d’une surconscience esthétisante, fantasmant une menace à la fois cachée et imminente. On rejoint alors l’opposition du clinique et de l’ « alien » au sens propre que l’on trouve dans la science-fiction. Le film part de l’imaginaire dérivé et filme l’origine historique, sociologique (et aussi linguistique) comme un effet. Ce regard n’est pas illégitime, mais privilégie paradoxalement le récit collectif , au documentaire. C’est en effet la fiction et le fantasme collectif et anonyme qui laisse une plus grande place à l’infigurable et au hors-champ. Ce regard met néanmoins mal à l’aide, face à des situations de grandes souffrance et d’appel à une reconnaissance de l’individu, nous sommes peut-être avec la folie et sa solitude dans une situation qui limite l’idée que le récit est un biais nécessaire pour « médiatiser » la réalité et la relation à l’autre.
La même ambiguïté se retrouve dans la musique d’Alexandre Desplat qui ponctue les interludes. En elle-même cette musique, piano avec un chromatisme orchestral à la Ravel, est assez belle, mais semble un artifice pour introduire une narration et de la fiction, qui dirige le regard du spectateur, et voile peut-être la détresse de la situation montrée (un malade tournant en rond dans le jardin d‘un préfabriqué). Toutefois, je dois avouer que je ne sais pas si l’absence de musique atténuerait le risque du voyeurisme, en même temps que la construction dramatique qui ordonne le documentaire.

Il y a à cet égard, un passage particulièrement significatif : avant l’audition de la dernière patiente, le film nous la montre dans la cour, s’adressant à l’équipe de tournage, qu’elle remercie de façon à la fois délicate et énergique de lui avoir offert un café, son geste interrompt alors la musique comme une respiration.
Il s’agît de la plus « borderline », et la plus touchante des patientes (justement placée en épilogue de du film, les interviews sont ordonnées par effet dramatique croissant) dans la mesure où elle est à la fois dans le délire et la normalité. Par ailleurs, de façon ambigüe le film utilise le profil à la Zola de son histoire (elle est arrachée de sa fille, qu’elle veut désespérément revoir) comme un équivalent moral de sa folie. Le film laisse parfois l’impression de tracer une équivalence gênante entre folie et recul sur la notion commune de citoyenneté. Cette femme, devant le juge a un discours assez structuré. Elle est aussi très intelligente, car elle renverse l’ordre de la procédure, laissant son avocate parler en premier, consciente que cela introduira une forme plus prononcée d’objectivation de sa situation qui risque de toucher plus facilement la juge, tout en limitant le risque qu’elle s’enferme dans un soliloque potentiellement délirant face à des personnes en situation d’autorité. Elle comprend que c'est une bataille pour le dernier mot, entre elle et deux institutions et fprmes de pouvoir, qu'il lui faut gagner en douceur.
Pendant un moment, on sent qu’elle est proche d’obtenir gain de cause. Mais elle commet l’impair de jurer devant Dieu (qu’elle prend comme témoin de sa souffrance, là où les instituions, pourraient finalement jour ce rôle), et d’indiquer qu’elle est croyante (musulmane) là où elle aurait plutôt dû dire qu’elle était consciente d’un hiatus entre ses pulsions suicidaires et son statut de mère. On a plusieurs fois dans le film une impression du même ordre, où l’altérité de la folie se superpose à celle de l’origine immigrée, qu’elle finit par redoubler. Ce double altérité est opposée à ce qui relève d’un discours esthétique qui lui est « simple » (la sortie de l’hôpital, dans une brume diaprée, mélancolique mais hospitalière).
Il me semble que dans l’esprit de Depardon, l’institution psychiatrique est légitime dans la mesure où elle allège la souffrance tout en « réduisant » cette altérité, là où elle paraît menaçante pour les autres et le sujet : l’état et l’institution psychiatrique produisent du neutre et par là du lien social. Le problème de Depardon étant finalement l’idée que le contrat social produit un aveuglement nécessaire. Ce qui déborde cette légitimité est forcément a-politique, en dehors de toute raison et justification morale, il est purement esthétique. Le film aurait peut-être pu approfondir cette dimension, en se posant la question : les fous en sont-ils pas eux-mêmes producteur de culture. Pourquoi le suicide est-il fortement valorisé pour les artistes et créateur, et considéré comme un délire lorsqu’il touche une employée d’Orange ou une femme perdue, n'ayant que ses chats pour lien social ? Il y a peut-être un rapport entre ces deux questions : l’internement ne détruit finalement pas chez le patient une part d’irrationalité nécessaire à tout le monde pour avoir accès au discours culturel collectif ? La patiente la plus proche d’énoncer cela est l’employée d’Orange, qui explique comment ses bouffées délirantes et ses pulsions suicidaires se sont manifestées alors qu’elle assistait à un festival culturel (le festival des Lumières), seule, et qu’elle alors pris la décision d’aller vers l’hôpital plutôt qu’une salle de spectacle. C’est aussi, ce n’est pas un hasard, celle qui énonce le plus précisément et avec les mots les plus justes la violence des mesures de contention physique.

-ce qui m’a frappé dans le film, c’est qu’au cours des auditions, les malades articulent seuls l’opposition (rapport double de différence et nécessité) de ce qui relève du droit et de la préservation de l’ordre public et l’aspect pulsionnel de leur maladie, tandis que le juge, paradoxalement, en reste sur le seul plan de leur maladie, et de leur état, pour rendre sa décision. Les malades ne sont pas conscients d’être pris au mot, pensant toujours en appeler à une marge d’interprétation, qui leur est refusée. Ils présentent finalement leurs pulsions suicidaires comme des métaphores, des effets de langage appuyant de l’extérieur un discours, et l’enferment est presque la seule manière possible de leur faire apparaître ce qui dans cette métaphore « rate » . Beaucoup reconnaissent leur violence, et la nécessité d’être soigné, tout en contestant leur hospitalisation. Il n’y a pas là une contradiction. Ils sont simplement incapable de « performer » pour eux ce qu’ils comprennent (et énoncent plutôt mieux que les hommes normaux) pour la collectivité. Depardon leur oppose finalement un point de vue qui est celui de l’ordre social, en indiquant qu’il n’y pas de rapport herméneutique et interprétatif possible au contrat social, qui en le mette en péril. Il transforme finalement le travail interprétatif (mais délirant) des malades en dispositif esthétique (ayant une fonction de lissage mélancolique, la beauté est un affect opposé à une violence), en représentation de l’état et de l’institution, qui annule les effets de leur folie. C’est notamment apparent dans la scène où un des patients, vindicatifs (mais il s’agît aussi d’une pulsion de survie, l’aspect délirant de son discours tenant moins à son contenu qu’à la forme et à son élocution) demande à Depardon, de de zoomer sur ses poignets, pour indiquer les marques des liens par lesquels il a été attaché, essayant en vain de devenir metteur en scène. La caméré reste fixe, ne pouvant suivre l’injonction, qui ferait basculer l’ensemble du film du côté du malade

Je ne dis pas que le film de Depardon est celui d’un salaud de droite. Il fait preuve de beaucoup de sensibilité et d’empathie, et est conscient des tensions qu’il montre. Cependant il me semble qu’il ne conçoit pas son propre travail comme du témoignage, mais plutôt comme une réponse du même ordre que celle des instituions, qui oppose au délire des malades sa conviction de lisser les souffrances par un mélange de bienveillance et d’autorité, demandant finalement au plus faible de plébisciter le contrat social, et s’arrêtant de filmer là où se plébiscite est acquis, alors que la douleur de son sujet ne le contestait finalement pas. L’imaginaire est pour lui la représentation de la crise radicale d’un seul qui menacerait l’ordre commun, qui est filmé comme le seul réel.


Dernière édition par Gontrand le 08 Jan 2018, 23:14, édité 16 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Déc 2017, 17:00 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 12:23
Messages: 4856
Je suis incapable de lire une critique qui respecte aussi peu ses lecteurs, mais j’aimerais bien qu’un jour, soit évoquée la situation des familles / proches d’une personne psychiatriquement atteinte.

_________________
There is no such thing in life as normal


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Déc 2017, 21:19 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1484
Désolé, c'est un texte trop long écrit trop vite sur un sujet complexe (qui excède forcément le film). Le film ne dit rien des proches, c'est vraiment le face à face entre un sujet et l'institution (et derrière elle l'état) qui intéresse Depardon, plutôt que la maladie et son impact (qui est souvent également la même chose que son origine, car elle révèle beaucoup de choses sur une famille) .

Par ailleurs, de mes proches est passé récemment (mais juste avant 2015, période du film) par ce type de procédure, et a été étonné quand je lui ai mentionné la présence d'un avocat préparant l'audition avec le juge, n' en ayant pas disposé.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Déc 2017, 23:08 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2015, 16:00
Messages: 1065
Gontrand a écrit:
Mais j’ai plus de réserves sur les scènes qui « encadrent » les auditions, qui m’ont semblées trop esthétisantes
Je te rejoins totalement sur ce point, j'ai trouvé cela extrêmement maladroit de la part de Depardon, pour ne pas dire plus. J'émettrai également des réserves quant à l'angle d'approche, mais pas les mêmes que toi (pour autant que j'ai bien saisi la nature de tes propres réserves).

Gontrand a écrit:
Je ne dis pas que le film de Depardon est celui d’un salaud de droite. Il fait preuve de beaucoup de sensibilité et d’empathie, et est conscient des tensions qu’il montre. Cependant il me semble qu’il ne conçoit pas son propre travail comme du témoignage, mais plutôt comme une réponse du même ordre que celle des instituions, qui oppose au délire des malades sa conviction de lisser les souffrances par un mélange de bienveillance et d’autorité, demandant finalement au plus faible de plébisciter le contrat social, et s’arrêtant de filmer là où se plébiscite est acquis, alors que la douleur de son sujet ne le contestait finalement pas.
Je ne suis pas d'accord, je ne vois pas en quoi Depardon se placerait plutôt du côté du droit que de l'interné. Sa caméra me semble être assez justement placée à égale distance des deux, là pour essayer de capter l'essence de ce moment crucial pour le malade. Le problème que j'ai pour ma part ressenti, c'est qu'à l'inverse de Délits Flagrants ou il y a un vrai dialogue entre l'avocat et le prévenu, ici on assiste à une audition "pour la forme" parce que prévue dans le cadre du code pénal (audition dont on comprend bien l'intérêt, de ne pas laisser l'entière responsabilité aux psychiatres de poursuivre ou non le maintien à l'hôpital), qui humainement n'apporte absolument rien. Le cas de chacun des malades est réglé avant l'audition (j'ai personnellement était assez étonné, pour ne pas dire choqué, par le premier cas qui ne me semblait pas relever de la psychiatrie, et pour laquelle la juge ne faisait preuve d'aucune écoute), je ne dis pas qu'il n'en ressort rien (tu es très bien revenu sur quelques exemples frappant et émouvant), mais pour ma part pas ce que j'aurais pu trouver d'intéressant dans ce processus d'internement forcé. Tout autre moment m'aurait semblé plus juste (de l'arrestation à l'arrivée dans l'hôpital psychiatrique, les rapports entre malades et médecins). Là j'ai l'impression que Depardon a choisi la solution de facilité, s'assoire dans la salle de ce tribunal pour voir défiler les malades. Le sujet aurait mérité une immersion plus poussée.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Déc 2017, 23:28 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 12:23
Messages: 4856
J’ai beau aimer Délits Flagrants, que je n’ai pas revu depuis sa sortie cela dit, je peux t’assurer que même dans pareille hypothèse, surtout à l’époque, le dialogue avocat/client est vraiment « pour la forme ».

_________________
There is no such thing in life as normal


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Déc 2017, 23:40 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2015, 16:00
Messages: 1065
Billy Budd a écrit:
J’ai beau aimer Délits Flagrants, que je n’ai pas revu depuis sa sortie cela dit, je peux t’assurer que même dans pareille hypothèse, surtout à l’époque, le dialogue avocat/client est vraiment « pour la forme ».
Je t'avoue que je ne l'ai pas revu non plus depuis sa sortie, peut être quand le revoyant maintenant je formulerai la même critique que pour celui-ci...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 26 Déc 2017, 00:27 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1484
Lohmann a écrit:
ici on assiste à une audition "pour la forme" parce que prévue dans le cadre du code pénal (audition dont on comprend bien l'intérêt, de ne pas laisser l'entière responsabilité aux psychiatres de poursuivre ou non le maintien à l'hôpital), qui humainement n'apporte absolument rien.



Oui, tout à fait, il s'agit de permettre au juridique de couvrir le médical, mais le piège à con que la plupart des patients se prennent en pleine gueule, c'est que le patient perçoit cette procédure comme un moyen réel de sortir de l’hôpital, (et qu'elle lui est présentée comme telle). Sa seule existence (ainsi que la possibilité d'appel) introduit chez lui l'idée que la psychose est une maladie temporaire, comme une pneumonie. Alors qu'à l'inverse, elle accentue le déni du patient, et sa perception par les psychiatres et infirmiers comme malade difficile, elle allonge donc "mécaniquement" la durée d'internement. Dans le fond, alors qu'elle est formellement un droit garanti au malade, elle l'éloigne dans les faits d'un projet de sortie réelle, car elle apparaît comme une projection qui fixe ses fantasmes et/ou une occasion manquée (elle accentue alors le manque de confiance du malade envers les institutions dépositaires de l'autorité publique, et son délire de persécution). Elle transforme le problème spécifique du déni de la maladie en question juridique, alors que cela devrait rester une question médicale, liée à chaque cas.
Cela transparaît dans le film, quand une patiente (je crois celle au manteau rouge) dit qu'elle renonce à faire appel. L'infirmier et l'avocat la félicitent alors, en disant que cela ne servirait à rien, et "desservirait ses intérêts". Pour un peu ils sortiraient une bouteille de champagne. A ce moment, j'ai vraiment l'impression que Depardon n'a pas le moindre recul sur la situation, et endosse le point de vue des soignants comme une vérité de bon sens (ce qu'elle est en partie), sans mesurer l'hypocrisie du dispositif juridique (qui est l'autre volet de la même situation), et qui est comme l'énonce bien la personne de Bourg en Bresse, destructrice, et annule en partie le bénéfice du soin.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 26 Déc 2017, 12:23 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1484
Ceci dit s'il y a un film à voir cette année, pour moi c'est celui-ci. Le regard à la Jules Michelet qu'a Depardon sur la France est intéressant (ce n'est ni celui de Mélenchon ni celui de Macron) , on sent qu'il l'oppose comme une réponse aux attentats de 2015, et qu'il inclut les patients qu'il filme dans cette histoire.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 26 Déc 2017, 22:49 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2015, 16:00
Messages: 1065
Gontrand a écrit:
Cela transparaît dans le film, quand une patiente (je crois celle au manteau rouge) dit qu'elle renonce à faire appel. L'infirmier et l'avocat la félicitent alors, en disant que cela ne servirait à rien, et "desservirait ses intérêts". Pour un peu ils sortiraient une bouteille de champagne. A ce moment, j'ai vraiment l'impression que Depardon n'a pas le moindre recul sur la situation, et endosse le point de vue des soignants comme une vérité de bon sens (ce qu'elle est en partie), sans mesurer l'hypocrisie du dispositif juridique (qui est l'autre volet de la même situation), et qui est comme l'énonce bien la personne de Bourg en Bresse, destructrice, et annule en partie le bénéfice du soin.
Je comprends mieux ce que tu veux dire. Je préfère pour ma part croire que les bonnes intentions de Depardon (celles de vouloir exposer l'humiliation subit par ces personnes) se sont retrouvées annihilées par le manque total de perspective (autre que celle prédéterminée par les psychiatres) de ce tribunal. Ce que tu interprètes comme une conversion raisonnable du réalisateur, j'en tire seulement la conclusion d'un mauvais choix, parce que s'il s'agit de traiter de ce qui a amené ces personnes devant le tribunal il aurait dû privilégier d'autres moments, alors que s'il souhaitait montrer une certaine inhumanité, certes elle y est, mais le juge n'en est pas vraiment responsable. On est juste face à un pur acte administratif (sauf pour les malades, comme tu le dis très bien).


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Jan 2018, 23:27 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Fév 2016, 20:06
Messages: 2756
Localisation: - L Y O N -
Gontrand a écrit:
la mauvaise conscience d’une jeune juge (apparemment la plus dure, car maintenant les formes et le vocabulaire des auditions de prévenus qui seraient moralement responsable de leurs actes, qui, lorsqu’un patient très incohérent lui demande « à quoi vous servez ? » répond le plus sérieusement du monde, et sans ironie « à rien, je vous le concède », en partie pour elle-même, livrant le fait qu’elle s’interroge elle aussi sur le sens de sa fonction dans ce cadre.


On n'a vraiment pas vu la même réplique. Son "A rien, je suis d'accord avec vous" est justement ironique et humouristique (parce que justement le mec interné en face le sous-entend), et est même plutôt déplacé. Mais bon c'est humain, et elle se reprend juste après. Je trouve ton interprétation un poil scabreuse.


Gontrand a écrit:
Je ne dis pas que le film de Depardon est celui d’un salaud de droite. Il fait preuve de beaucoup de sensibilité et d’empathie, et est conscient des tensions qu’il montre. Cependant il me semble qu’il ne conçoit pas son propre travail comme du témoignage, mais plutôt comme une réponse du même ordre que celle des instituions, qui oppose au délire des malades sa conviction de lisser les souffrances par un mélange de bienveillance et d’autorité, demandant finalement au plus faible de plébisciter le contrat social, et s’arrêtant de filmer là où se plébiscite est acquis, alors que la douleur de son sujet ne le contestait finalement pas.


Je prends au contraire le film comme un témoignage. Après, Depardon choisit les situations et personnes montrées in fine dans le film, ce qui est est loin d'être anodin: l'Africain SDF schizophrène qui a le désir de s'intégrer en travaillant et en gagnant de l'argent, la femme souffrant de la solitude internée car voulant se suicider (ce que de fait on lui refuse), la jeune mère pupille de la Nation privée de son enfant, qui clôt le film, portant un message sur la reproduction sociale des inégalités (de la vie, au-delà de la société).


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Jan 2018, 23:56 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1484
Je suis d'accord avec ton point de vue sur la dernière patiente, il y a une sensibilité assez chiraco-gaulliste chez Depardon, il filme la folie comme le résultat d'une forme de fracture sociale (intervertissant peut-être, dans l'histoire du patient, la cause et l'effet, et laissant la question de l'insertion dans la vie sociale dans l'ombre, au moment de l'audience c'est encore souvent un fantasme du patient) , mais dans le climat de recul social actuel (où l'objet du discours politique est soit la nation, soit l'individu, sans niveau intermédiaire), c'est plutôt salubre (la solitude, souvent subie, des patients, et contre laquelle ils se battent renvoie à la nécessité d'un tel niveau intermédiaire, qu'ils arrivent d'ailleurs parfois à récréer autour d'eux).

Ce qui est scabreux avec cette juge, c'est surtout quand elle raconte en une phrase en off l'histoire de ce patient, en utilisant la formule "pour la petite histoire" ( le montage de Depardon donne l'impression que c'est immédiatement après l'audience et ne permet pas de comprendre si elle s'adresse au spectateur, au réalisateur ou à un collègue).


Dernière édition par Gontrand le 07 Jan 2018, 00:35, édité 5 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Jan 2018, 00:11 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Fév 2016, 20:06
Messages: 2756
Localisation: - L Y O N -
Gontrand a écrit:
Ce qui est scabreux c'est quand elle raconte en une phrase en off l'histoire de ce patient, en utilisant la formule "pour la petite histoire" ( le montage de Depardon donne l'impression que c'est immédiatement après l'audience et ne permet pas de comprendre si elle s'adresse au spectateur, au réalisateur ou à un collègue).


Je cite avant que tu supprimes ton message (on te voit Gontrand, on te voit).

Passons du coq à l'âne.
Le procédé (enregistrement en off? paroles glissées à l'avocat?) n'est pas très heureux et la formule maladroite, je me suis fait exactement la même réflexion, mais constituent un twist "génial" sur la scène qui précède (on est vraiment sur de la folie dure, ce qui ne veut sans doute rien dire mais bref).
Attention si vous cliquez, c'est pas fondamental mais si vous prévoyez de voir le film ça vous brisera une situation plutôt saisissante
un mec parle de son père, demande à la juge de le prévenir parce qu'il a du mal avec la justice tout ça, mais il a été béatifié, il faut qu'il vienne l'aider et le chercher... mais en fait le mec est en prison puis en HP parce qu'il a tué son père.

La phrase en off (la seule du film) est quand même indispensable à la bonne compréhension de la situation et de la réaction de la juge, même si elle brise le dispositif (ce qui est dommage). Alors oui il y avait aussi la possibilité de ne pas montrer cette situation-ci...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Jan 2018, 00:14 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Fév 2016, 20:06
Messages: 2756
Localisation: - L Y O N -
Jerónimo a écrit:
Je cite avant que tu supprimes ton message (on te voit Gontrand, on te voit).


Ou que tu l'édites. Coquin.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Jan 2018, 00:18 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1484
De toute manière, on comprend très vite que son père n'est pas en mesure de l'accueillir, qu'il n'est pas là pour rien, et qu'il peut être violent si on interrompt son solliloque, ou en attaque le contenu.

Pour moi, le moment le plus violent du film, c'est la jeune fille (en plein délire certes) qui dit de manière neutre qu'elle s'est coupée les veines (ce qui est une manière de revenir à la réalité et de s'adresser vraiment à l'autre), et se fait aussitôt corriger avec le terme médical ("Oui, vous vous êtes phlébotomisée... "). On voit comment le verdict a tout à coup besoin d'utiliser le vocabulaire médical comme une forme d'expertise externe, pour reformuler un discours malgré tout produit par le patient.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Jan 2018, 12:47 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Mar 2007, 08:23
Messages: 891
Gontrand a écrit:
De toute manière, on comprend très vite que son père n'est pas en mesure de l'accueillir, qu'il n'est pas là pour rien, et qu'il peut être violent si on interrompt son solliloque, ou en attaque le contenu.

Pour moi, le moment le plus violent du film, c'est la jeune fille (en plein délire certes) qui dit de manière neutre qu'elle s'est coupée les veines (ce qui est une manière de revenir à la réalité et de s'adresser vraiment à l'autre), et se fait aussitôt corriger avec le terme médical ("Oui, vous vous êtes phlébotomisée... "). On voit comment le verdict a tout à coup besoin d'utiliser le vocabulaire médical comme une forme d'expertise externe, pour reformuler un discours malgré tout produit par le patient.


Pour moi c'est même l'aspect le plus intéressant du film : son rapport au langage, la manière dont celui-ci est utilisé pour ensevelir les tensions sous le jargon et dont il parvient parfois à exploser quand même par instants, l'incompréhension des patients face au vocabulaire judiciaire et médical (et même, pour certains, face à un français correct), la manière dont leurs troubles psychiatriques parviennent à tordre les mots.
C'est une barrière de plus entre les malades et les encadrants, c'est même la première barrière.

Concernant les interludes : je les trouve assez moches, donc je ne leur fais pas de procès en "esthétisation". Je pense qu'ils sont nécessaires (s'enfiler les comparutions à la queue-leu-leu serait insupportable) et qu'ils ont au moins le mérite de rappeler l'ennui infini de ces bulles hors du temps que sont les hôpitaux psychiatriques. Mais oui, c'est moche et chiant.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Paris (Raymond Depardon - 1998)

Zad

0

744

27 Aoû 2005, 15:28

Zad Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Habitants (Raymond Depardon - 2016)

DPSR

1

231

26 Avr 2016, 17:21

Lohmann Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Journal de France (Claudine Nougaret, Raymond Depardon 2012)

romain

6

543

29 Juin 2012, 13:09

DPSR Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La vie moderne (Depardon - 2008)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 4, 5, 6 ]

DPSR

75

3611

18 Déc 2008, 08:29

Zaphod Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Misérables (Raymond Bernard, 1934)

Jack Griffin

6

540

19 Mar 2014, 14:11

Tom Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Croix de bois (Raymond Bernard - 1931)

Tom

0

652

10 Déc 2012, 03:36

Tom Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. 7 Jours à la Havane (Collectif - 2012)

Art Core

4

627

09 Juin 2012, 20:44

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. 24 jours (Alexandre Arcady - 2014)

Qui-Gon Jinn

13

845

15 Juil 2014, 22:27

Tom Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Jours de gloire (Jacques Tourneur - 1944)

Blissfully

1

600

27 Jan 2014, 08:49

Mr Chow Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les 7 jours (Ronit & Shlomi Elkabetz - 2008)

DPSR

3

409

14 Juil 2008, 20:24

Zad Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web