Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 18 Sep 2018, 22:49

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Hérédité (Ari Aster, 2018)
MessagePosté: 20 Juin 2018, 16:05 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72144
Localisation: Fortress of Writing
Image

Je ne savais vraiment rien de RIEN du film et je conseille à tout le monde de faire pareil pour se laisser balader tout le long à se demander de quoi il retourne exactement parce que c'est précisément là-dessus que le film est le plus réussi.

Ça dure 2h09 et ça prend habilement son temps pour ancrer le récit dans le réel du deuil, tant et si bien que tu en viens à te demander si ça va vraiment basculer dans l'horreur (surtout que le film étant dans la veine arty de certaines réussites récentes du genre, notamment distribuées par la même boîte, les bonnes vieilles questions de "est-ce vraiment un film d'horreur?" ont reparu sur certains sites).

Aster infuse savamment les éléments surnaturels en crescendo sourd, plus dans le drame que le fantastique, et l'eau claire du début devient peu à peu complètement noire, convoquant régulièrement mais surtout sur la fin une imagerie des plus marquantes.

Toutefois, la finalité de ce que ça raconte m'échappe et je reste sur ma faim émotionnellement et "intellectuellement" si je puis dire. C'est un peu un mix de The Babadook et The Witch mais en moins convaincant in fine.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juil 2018, 21:55 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2007, 11:11
Messages: 5968
Très déçu, j'ai pas trouvé ça très original, et comme toi j'ai pas trop vu où on voulait en venir. La fin fait un peu "plouf" chez moi,
j'aime rarement quand ça vire 100% fantastique.


Je vais arrêter je pense de voir tous ces films d'épouvantes récents très cotés (comme The Witch justement) et qui en fin de compte m'ennuient passablement.

En revanche je trouve les acteurs vraiment excellents, notamment la mère qui est à fond dans son personnage et qui crée beaucoup d'empathie. C'est déjà ça !

Mais ce sera 2/6 quand même.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 02 Juil 2018, 10:46 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18465
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Après A Quiet Place (mon seul cinoche du mois de mai), encore le film de flippe dont tout le monde parle, mon seul cinoche du mois de juin.
Et en effet, mieux vaut ne rien savoir avant d'y aller. Le film est d'ailleurs totalement imprévisible - première qualité.
C'est surprenant qu'un film "de genre" prenne autant son temps.. Le crescendo vers l'horreur est très très lent, et c'est peut-être pour ça que ce dernier quart d'heure est aussi tétanisant (putain j'ai trinqué). J'ai beaucoup apprécié aussi le refus du jump-scare. Le réal fait un très beau boulot pour créer un climat, une ambiance de MALAISE, et soigne ses images horrifiques avec pas mal d'idées et d'inspiration. Tout cela fait de Hereditary un plaisir de cinema, une séance marquante (le film hante, j'ai eu du mal à m'endormir..).
Ma réserve concerne, hélas, le script. Au final, c'est un peu compliqué de reconstituer, rétroactivement, toutes les pièces du puzzle, c'est un peu le bordel. Qui a fait/voulu quoi quand pour qui pourquoi? Euuuh... J'aurais préféré un script un peu plus serré, un peu plus clair en somme, je me serais davantage attaché aux persos (d'ailleurs formidablement incarnés par le super cast), j'aurais été plus "ému". C'est dommage car il y avait matière à être percutant (El Orfanato, par exemple, avait réussi à être terrifiant ET bouleversant en même temps).
Dommage, aussi, de ne pas avoir plus exploité la présence
des maquettes
. J'ai l'impression qu'elle servent un peu à rien, contrairement à ce que laisse présager le premier plan.
Même sentiment pour
le physique si particulier de la fille
: je me demande un peu "à quoi bon".

Toujours est-il que j'ai pris beaucoup de plaisir à voir ce film, brillamment réalisé et qui se distingue par une vraie singularité.

4,5/6

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 02 Juil 2018, 10:49 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18465
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Mickey Willis a écrit:
En revanche je trouve les acteurs vraiment excellents, notamment la mère qui est à fond dans son personnage et qui crée beaucoup d'empathie.

Please meet Toni Collette! :D

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 02 Juil 2018, 13:43 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72144
Localisation: Fortress of Writing
Arnotte a écrit:
Dommage, aussi, de ne pas avoir plus exploité la présence
des maquettes
. J'ai l'impression qu'elle servent un peu à rien, contrairement à ce que laisse présager le premier plan.

Pas besoin de plus pour souligner que les personnages sont un peu des pantins, prisonniers de cette maison, de cette famille.
D'ailleurs, j'ai lu qu'il a voulu construire le décor de la maison en studio afin de pouvoir jarter des murs et filmer depuis le plus loin possible, afin d'accentuer l'impression de maison de poupées.

Citation:
Même sentiment pour
le physique si particulier de la fille
: je me demande un peu "à quoi bon".

Bah ça sert juste à ça, à la rendre chelou. Pas besoin d'en faire plus.


Moi j'ai davantage de soucis avec la fin :

Donc la grand-mère avait chouchouté sa petite-fille pour en faire le vaisseau de Paimon mais, comme on le voit à la fin, ils voulaient in fine foutre Paimon dans le corps d'un homme et ils disent à la fin "Paimon, on vous a libéré de votre corps féminin pour vous mettre dans ce corps masculin" mais en même temps, ils s'adressent au mec en l'appelant par le nom de la fille aussi. Donc à la fin, qui est dans le corps du mec? Sa soeur? Paimon? Les deux? Pourquoi le grand-mère est-elle également décapitée? Puis la mère aussi?

J'ai un peu l'impression d'une avalanche d'événements et d'infos contradictoires/dénuées de sens à la fin juste pour l'impact.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 02 Juil 2018, 16:14 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18465
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Film Freak a écrit:
Moi j'ai davantage de soucis avec la fin :

Donc la grand-mère avait chouchouté sa petite-fille pour en faire le vaisseau de Paimon mais, comme on le voit à la fin, ils voulaient in fine foutre Paimon dans le corps d'un homme et ils disent à la fin "Paimon, on vous a libéré de votre corps féminin pour vous mettre dans ce corps masculin" mais en même temps, ils s'adressent au mec en l'appelant par le nom de la fille aussi. Donc à la fin, qui est dans le corps du mec? Sa soeur? Paimon? Les deux? Pourquoi le grand-mère est-elle également décapitée? Puis la mère aussi?

J'ai un peu l'impression d'une avalanche d'événements et d'infos contradictoires/dénuées de sens à la fin juste pour l'impact.

Pareil que toi, c'est hyper confus.. je me pose les mêmes questions. Perso ça m'a terrifié mais en même temps j'ai pas tout compris. :mrgreen:

Et comment expliquer
le fait qu'on retrouve le "logo" du démon sur le poteau sur lequel Charlie a perdu la tête
?

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 02 Juil 2018, 19:27 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72144
Localisation: Fortress of Writing
Tout était ordonnéééé

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Juil 2018, 19:13 
Hors ligne
Sweet Home
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:46
Messages: 7443
Localisation: Au soleil !
Film Freak a écrit:
Moi j'ai davantage de soucis avec la fin :

Donc la grand-mère avait chouchouté sa petite-fille pour en faire le vaisseau de Paimon mais, comme on le voit à la fin, ils voulaient in fine foutre Paimon dans le corps d'un homme et ils disent à la fin "Paimon, on vous a libéré de votre corps féminin pour vous mettre dans ce corps masculin" mais en même temps, ils s'adressent au mec en l'appelant par le nom de la fille aussi. Donc à la fin, qui est dans le corps du mec? Sa soeur? Paimon? Les deux? Pourquoi le grand-mère est-elle également décapitée? Puis la mère aussi?

J'ai un peu l'impression d'une avalanche d'événements et d'infos contradictoires/dénuées de sens à la fin juste pour l'impact.


Je me demande si la petite ne devient pas infectée quand la grand mère décède seulement. Sinon, pourquoi attendre tout ce temps pour prendre le garçon ? Et les décapitations sont peut-être la solution pour que la personne infectée puisse libérer Paimon et lui permettre d'investir un autre corps. La mère est un peu à part du fait de ses somnanbulismes, elle doit avoir un autre lien.


Dernière édition par Alabama le 22 Juil 2018, 20:37, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Juil 2018, 19:38 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2007, 11:11
Messages: 5968
Si on en est à faire des suppositions hasardeuses comme ça c’est qu’il y’a un petit soucis


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Juil 2018, 20:06 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72144
Localisation: Fortress of Writing
"Ah mais nan tu comprends le film ne surexplique pas ses clés, il laisse le spectateur libre de faire le cheminement seul"

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Sep 2018, 02:38 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2008, 02:22
Messages: 1275
J'ai été vraiment séduit par la beauté formelle de la mise en scène, la lenteur hiératique des plans, cette lente progression du récit, lequel avance en tapinois, structurellement à reculons pourrait-on dire.

Et bon sang, qu'est-ce que ça fait du bien, un film d'horreur qui prend son temps (ça semble donc revenir à la mode après la hype James Wan qui, elle, a l'air d'être retombée comme un soufflé).

Sur ce plan narratif donc, même si bien sûr il y a des zones d'ombres qui peuvent paraître gratuites, pour faire genre, c'est astucieux, surprenant et intelligent (bizarrement, j'ai pensé à Memento de Nolan) et au bout du compte convaincant, dans la mesure en effet où
on finit par comprendre que plus on s'avance vers le dénouement, plus on recule de façon venimeuse, serpentine (en ouroboros, aussi, pour exploiter la métaphore) vers le début du récit, l'origine du "bazar", le "secret": le "secret" c'est tout ce hors-champ du "avant le début" qui travaille dans le champ - ce qui est le vrai motif de la peur dans un film d'horreur réussi.


Tout était non seulement déjà écrit (en un super-fatum avec maquettes et marionnettes, qui est double : proprement démoniaque et sorcier, d'une part, ET de l'autre - pour les affects psycho-familiaux - pure tragédie païenne et œdipienne à base d'énigmes, d'aveuglements et de yeux finalement ouverts puis crevés), mais encore tout est déjà inscrit dans l'image elle-même, par une série d'indices qui ne s'explicitent qu'au fur et à mesure.


Ce film est bien l'événement annoncé. C'est, n'ayons pas peur des mots, une régalade pour l'amateur d'horreur fantastique.
Même si on aurait pu faire l'économie de quelques scènes-choc faciles
(le fils qui se tape la tête sur son pupitre)
, plans bateaux
(notamment quand on voit la mère rapidement passer à l'arrière plan en faisant de la brasse au plafond - ça a failli me faire sortir du film tellement ça sortait d'un épisode de Mr Bean).


La fin est aussi splendide que quasiment incompréhensible - ceci sans doute à cause de cela - et à mon sens c'est elle qui emporte le tout et le tire vers le grand film d'horreur. On pénètre dans l'acmé d'un pur cauchemar, d'une morbidité sépulcrale étouffante (ce traitement superbe de l'espace: la maison, la cabane...), et qui nous laisse en pleine sidération au réveil: "mais putain, c'était quoi, ça?".


Alors, typiquement, dans ce genre de film, on en sort avec une certaine méfiance. On soupçonne de s'être fait rouler dans la farine par des tas de faux-raccords sémantiques dans une intrigue cousue de fils blancs. Surtout quand, en dépit ou à cause du plaisir de cinéma (pour qui a aimé, bien sûr, j'imagine que pour bcp ça doit être une souffrance), on a compris quasiment que dalle.

Mais je me suis laissé manipuler sans trop de problèmes (alors que d'habitude je râle comme un pou, cf. A quiet place): à l'intuition je me disais que tout ça faisait sens et avait sa cohérence intra-dramaturgique, et ça suffisait pour que je baisse la garde.

Très bonne comparaison de Film Freak: quelque chose entre The Witch et Babadook - sur ce dernier, ma petite analyse de l'époque: . On pourrait ajouter, entre Rosemary's baby, Shining & Spider...


ça aurait pu être plus émouvant. J'ai trouvé que ça manquait d'épaisseur humaine, malgré l'implication de l'actrice principale. Comme quoi, on peut pas tout avoir...


Soundtrack excellent, aux petits oignons.


Et sinon, il n'est pas douteux que ce film a les qualités requises pour susciter de la passion exégétique.
Après avoir consulté les deux liens ci-dessous, j'ai l'impression d'avoir quand-même compris quelque chose. Même si des trucs m'échappent encore
(pourquoi c'est le père qui prend feu quand elle jette le cahier au feu la seconde fois...)


http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cine ... re-le-film

https://www.senscritique.com/posts/Here ... ion/234496


Je micro-fluctue entre 5 et 5,5/6


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. 9 doigts (J.F. Ossang, 2018 )

Gontrand

0

304

01 Avr 2018, 23:58

Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Looking Glass (Tim Hunter, 2018)

bmntmp

2

605

13 Mar 2018, 17:08

Qui-Gon Jinn Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mon ket (François Damiens - 2018)

Qui-Gon Jinn

0

278

03 Juin 2018, 14:56

Qui-Gon Jinn Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Solo (Ron Howard - 2018)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 4, 5, 6 ]

Qui-Gon Jinn

78

3513

18 Sep 2018, 21:49

Qui-Gon Jinn Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Death Wish (Eli Roth, 2018)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Abyssin

20

864

22 Juil 2018, 22:50

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Arctic (Joe Penna, 2018)

Arnotte

0

196

14 Mai 2018, 21:08

Arnotte Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Affamés (Léa Frédeval - 2018)

Qui-Gon Jinn

4

249

10 Juil 2018, 19:58

Le Cow-boy Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Guy (Alex Lutz, 2018)

Film Freak

5

394

17 Sep 2018, 08:00

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. BlacKkKlansman (Spike Lee - 2018)

Qui-Gon Jinn

8

645

08 Sep 2018, 14:52

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Tully (Jason Reitman, 2018)

Film Freak

6

350

09 Juil 2018, 15:03

Qui-Gon Jinn Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web