Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 04 Déc 2021, 05:12

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 30 Avr 2017, 09:48 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Oct 2005, 10:23
Messages: 8089
Image

aka 青梅竹馬, Qingmei Zhuma

Lung et Chin se connaissent depuis de nombreuses années. Lui est un ancien joueur de base-ball sans véritable ambition professionnelle ; elle a un poste de secrétaire au sein d’un grand cabinet d’architectes. Le sentiment qu’ils éprouvent l’un pour l’autre est un mélange d’amour et d’affection profonde, aux contours flous. Mais le licenciement brutal de Chin va bientôt fissurer leur couple et compromettre leur projet de vie commune…

Je ne sais pas s'il y a meilleur qu'Edward Yang pour cadrer villes, immeubles, intérieurs... Encore une fois c'est fou à regarder à ce niveau là. Comme "The Terrorizers" on est dans une veine antonionienne un peu appuyée, même si le tout est moins démonstratif et sophistiqué dans la narration. Ce couple atypique incarné par deux non professionnels (Hou Hsiao-hsien et la chanteuse Tsai Chin), dont la relation est très difficile à identifier (pendant la première partie du film, n'ayant rien lu dessus, j'ai même pensé à un frère et une sœur), donne avec la mise en scène de l'épaisseur et du coeur à un canevas assez revu, liant solitude et échec social, qui n'est pas dépourvu de quelques scories
(bagarres dans les bars, final tragique avec petite délinquance)
. Il y a quelques similitudes déjà avec YiYi dans les crises traversées par les personnages, mais il me semble que ce Edward Yang des années 80 (90?) est bien plus dur et cru, c'est dépourvu de la douceur et de la forme d’apaisement de son dernier film, il y a aussi une sorte d'esthétique à la limite du publicitaire magazine qui est retournée comme un gant.
En attendant que le reste nous parvienne, c'est assez chouette de découvrir ces films eighties ignorés en salle, espérons que cela puisse continuer.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Avr 2017, 11:07 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 23984
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Vu et j'ai beaucoup aimé. Radiographie d'une espèce de dépression générationelle qui s'épanouit dans des décors urbains sans âme et qui cherche en vain un sens à sa vie. En effet on pense à Antonioni même si du coup je trouve que Yang pousse un peu trop loin l'ennui existentiel des personnages qui finit par traverser l'écran ça et la. L'actrice est superbe et la fin magnifique.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Oct 2020, 07:00 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 8467
Localisation: Ile-de-France
Beaucoup aimé aussi même si je ne comprends pas du tout la comparaison avec Antonioni lue ici et là. Ce dernier a un cinéma tout de même beaucoup plus immersif et sensoriel.

Ici, la mise en scène est assez distanciée. Tout est impressionnant de maîtrise, le film sonne tellement vrai, le résultat d'un travail méticuleux sur le jeu d'acteurs, les cadres, la direction artistique.

Mais ce que j'ai le plus admiré c'est la cohérence entre l'histoire des protagonistes et la description de Taïwan. Je suis sûrement un peu biaisé par le fait que je ne connais quasi rien de l'île et que je m'en fichais un peu jusque-là, mais le film, sans rien surligner, nous livre une vision assez tranchante d'un pays livré à la double influence illusoire et mortifère des Etats-Unis et du Japon, dans son empressement à s'isoler de son monstre chinois, et dont la passion refuge pour le baseball ne produit même plus les bonheurs d'antan.

Quasiment tout du long, je me suis agacé de l'attitude du protagoniste masculin, je ne comprenais pas ses motivations, il a deux femmes très belles et courageuses qui l'aiment, et il choisit de les ignorer. Mais c'est l'impasse existentielle vécue plus largement par Taïwan comme pays qu'il incarne. Il y a quelques incursions stylistiques plus appuyées dans le film, lorsque par exemple Yang nous montre les bâtiments de l'histoire de Taïwan qui oscillent constamment entre ombre et lumière, ou lors du générique de fin avec ces voitures qui avancent en zig zag dans le reflet déformant d'un gratte-ciel.

Le film est au début assez difficile parce qu'il ne livre les informations qu'au compte-goutte, et parfois même à l'arrière-plan d'une scène. Quand on voit le surlignage de certains films de nos jours, on ne peut qu'apprécier la confiance du cinéaste dans les spectateurs.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Oct 2020, 08:05 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 22004
toi tu as Mubi !


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Oct 2020, 08:58 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 8467
Localisation: Ile-de-France
Oui et même s'ils m'énervent parfois avec leur 15 films d'affilée ou presque sur "le nouveau cinéma brésilien" (qui se les enfile tous?), être abonné m'a beaucoup ouvert aux cinémas "du monde", comme on dit.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Oct 2020, 09:01 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 23984
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Oui en ce moment c'est pas jojo leur programmation des 30 films (à part les Edward Yang justement que je veux rattraper). Mais il faut aller explorer leur médiathèque, c'est une mine d'or, il y a par exemple quasiment tout Herzog (sauf ceux des 10/15 dernières années).

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Oct 2020, 09:11 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 8467
Localisation: Ile-de-France
Oui. Je conseille aussi Zanussi, le cinéaste polonais. Les deux films que j'ai vus de lui sont très bons (surtout Illuminations).


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Oct 2020, 09:13 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 23984
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Ah oui je me l'étais noté, il rejoint les 500 films que j'ai en attente :|.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Oct 2020, 09:14 
Hors ligne
Garçon-veau
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Juil 2005, 15:48
Messages: 19328
Localisation: FrontierLand
Mon fils adore Tai Story, il a même deux Woody et deux Buzz l'éclair.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Yi Yi (Edward Yang, 2000)

Cosmo

3

252

26 Mar 2021, 10:18

oeil-de-lynx Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Terrorizers (Edward Yang, 1986)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Abyssin

16

789

25 Jan 2021, 13:01

Vieux-Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. A Brighter Summer Day (Edward Yang, 1991)

Vieux-Gontrand

1

136

27 Nov 2021, 16:52

Vieux-Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Blind Mountain (Li Yang, 2007)

DPSR

2

1186

05 Juin 2007, 11:15

Jericho Cane Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Blind Shaft (Li Yang, 2003)

Mister Zob

3

852

28 Oct 2008, 10:37

Blissfully Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Breathless (Yang Ik-june - 2009)

Blissfully

2

1063

07 Oct 2009, 10:58

DPSR Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Blood Diamond (Edward Zwick - 2006)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Mufti

49

4451

29 Aoû 2015, 07:27

Caribou Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Love & Other Drugs (Edward Zwick, 2010)

Film Freak

4

1560

26 Juin 2011, 00:08

rotary [Bot] Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. It comes at night (Trey Edward Shults, 2017)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Art Core

34

3395

09 Juil 2020, 00:56

Massinfect Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Waves (Trey Edward Shults - 2019)

Qui-Gon Jinn

6

420

28 Sep 2020, 10:13

Art Core Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 11 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web