Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 16 Mai 2022, 06:04

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 11 Aoû 2015, 14:53 
Hors ligne
Successful superfucker
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2006, 21:20
Messages: 8712
Image

C’est un film qui parle des gens et des caves, et de ce que les gens font dans leurs caves.
C’est un film sur les obsessions.
C’est un film sur une fanfare et les airs d’opéra, sur les meubles qui coûtent cher et les blagues désuètes, sur la sexualité et les salles de tir, sur la santé et le nazisme, sur les fouets et les poupées.


La réalité est plus WTF que la fiction chez Seidl avec son documentaire, Import Export en live, qui s'intéresse à ce que font les autrichiens dans leurs sous-sols avec (entre autres) un aficionado de la gâchette qui tire sur tout ce qui bouge, un taxidermiste raciste et paillard, un nostalgique d'Hitler alcoolique qui a reconstitué tout le troisième reich dans son garage et des adeptes de bondage et de rapport maître/esclave (dont une travailleuse sociale qui s'occupe de femmes battues en vrai!). Toujours aussi creepy, toujours aussi hilarant, avec en prime tous les protagonistes présents à la première projo l'année dernière à la Mostra (dont un mec qu'on venait juste se voir se faire lester les couilles de cinq kilos ou faire un cuni juste après passage aux chiottes). Au-delà du sujet, on pourra quand même regretter une indéniable flemmardise sur la forme qui repose finalement sur ses témoignages sensationnalistes dignes d'un Confessions intimes.
4/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 13 Aoû 2015, 16:58 
Hors ligne
Expert

Inscription: 25 Sep 2012, 15:31
Messages: 2130
Image


A mesure que le cinéma de Seidl devient plus grotesque et "hénaurme", je m'en désintéresse de plus en plus. C'est très amusant sur le principe de voir cette succession de tarés (alcooliques, sadomasochistes, etc). Mais même la conversation sur l'immigration turque entre trois poivrots partisans de l'autodéfense n'est pas aussi amusante qu'elle pourrait l'être.
On étouffe un bâillement poli.
On dirait du Strip-Tease en chiant et on sait désormais comment Seidl compose ses plans (on le savait depuis longtemps).
C'est fort dommage, je trouvais qu'il y avait un truc dans Import-Export qui dépassait l'anecdote.
Et bien qu'on sache que ce film n'a pas valeur d'exemple, il donne une image déplorable de l'Autriche.
Mais c'est pas comme si on était habitué.
En passant, je suis étonné de voir que la plupart de ces tarés semble avoir plutôt bien réussi dans la vie mais je dois être encore naïf.

DPSR a écrit:
Toujours aussi creepy, toujours aussi hilarant, avec en prime tous les protagonistes présents à la première projo l'année dernière à la Mostra (dont un mec qu'on venait juste se voir se faire lester les couilles de cinq kilos ou faire un cuni juste après passage aux chiottes).


Il ne lui fait pas vraiment un cunni, il lui lave le sexe avec sa bouche.

sinon pour illustrer:

Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 11 Sep 2015, 11:19 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 24799
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
C’est marrant parce que si on m’avait montré ce film sans me dire qui l’avait réalisé j’aurais deviné dès la 5ème minute, tant on est dans le « système Seidl ». Là il est poussé à l’extrême dans une complaisance absolue que l’on ne cherche même plus à dissimuler ou à contrebalancer avec un peu d’humanité. Ici Seidl veut du chelou, veut du crade, veut des racistes, des chasseurs teubés, du nazi, du SM crado, du bondage, de la folie…

Il ne s’intéresse pas à ses personnages en tant que personnes, on ne saura rien sur eux, les seuls véritables témoignages sont ceux qui témoignent plus encore de leur propre bizarrerie ou médiocrité (cette femme battue adepte du SM, ce mec chétif se vantant de la puissance de son éjaculation, ces discussions racistes sur les immigrés etc…). En témoignent d’ailleurs ces nombreux plans de personnages que l’on ne voit qu’une fois lors d’un plan fixe au sein de leurs sous-sols bizarres (un mec avec des CB dans tous les coins, un mec derrière sa gigantesque maquette de train miniature, ce plan à la Roy Andersson – beaucoup trop composé pour être honnête d’ailleurs- d’une grosse autour d’une machine à laver…). Cela donne au film un côté presque exploitation, très brut, très « gratuit » bien loin finalement d’un cinéma d’auteur à sujet (ce qu’était pourtant sa trilogie ou du moins le premier, le seul que j’ai vu). Seidl a la volonté de choquer, de nous perturber, de nous offrir une certaine vision d’horreur et ça fonctionne (les scènes horriblement glaçantes avec cette femme qui va dans sa cave « jouer » avec des poupées).

Et je crois que c’est là, dans ce processus très déshumanisé que finalement le film fait mouche car à force de déconstruire tout, de presque bafouer la personnalité des intervenants, réduits à des freaks (ce dernier plan horrible) il finit par dessiner justement le schéma d’une humanité dégénérée miroir de nos pires déviances. Cette volonté de se confronter à des personnalités aussi extrêmes est une manière cathartique d’embrasser d’une certaine manière l’humanité entière dans toute sa complexité protéiforme. Au lieu de dire "regardez ces malades" ça devient plutôt "regardez ce que nous sommes".

Il manque sans doute quelque chose pour que le film soit grand mais ça remue et c’est indéniablement fascinant, on est presque déçus quand ça se termine tant on se complaît, à l'image d'un cinéaste, dans ces déviances paradoxalement délicieuses.

5/6

P.S : sinon détail amusant, le premier nom à apparaître à la fin du film est "Fritz Lang", c'est le nom d'un des "protagonistes" (mais lequel ?). L'enchaînement brutal du dernier plan
une femme grosse et nue en hauts talons, enfermées dans une cage en métal
et de ce nom seul en milieu d'un écran noir fait très bizarre. Je soupçonne Seidl d'avoir fait exprès de le mettre en premier :mrgreen:.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 24 Juil 2016, 09:26 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 22263
Mostra 2014 - L'Euro c'est bien, les sous-sols autrichiens c'est mieux. Ulrich Seidl place sa caméra dans les petits secrets autrichiens entre nazis fiers de l'être et sado-masos un peu perdu. Plus que le fond, assez classique et grinçant pour qui connait Seidl, c'est le forme qui foudroie, où comment faire du beau avec de l'édifiant.
5/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Juil 2020, 10:45 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 13213
Bien aimé aussi pour toutes les raisons que vous soulevez. J’aime beaucoup cette mise en scène composé de longs plans fixes qui renforcent le côté humoristique de ces rencontres. A noter que le film a reçu le prix Fifigrot de Groland, ce qui ne m’étonne pas tellement on pourrait relier les deux univers. On pourrait aussi penser à un strip-tease autrichien. En tout cas très distrayants portraits de tarés.

4/6


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Dog Days (Ulrich Seidl - 2003)

Karloff

12

1174

23 Nov 2020, 16:53

bmntmp Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Paradis : foi (Ulrich Seidl - 2012)

DPSR

3

1418

23 Avr 2013, 22:26

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Safari (Ulrich Seidl, 2016)

Art Core

3

818

11 Oct 2016, 20:41

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Import Export (Ulrich Seidl - 2007)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Blissfully

55

3977

13 Sep 2009, 14:33

careful Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Paradis: Amour (Ulrich Seidl - 2012)

DPSR

7

1524

17 Mai 2020, 18:04

bmntmp Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Paradis: Espoir (Ulrich Seidl - 2013)

Karloff

4

1140

04 Mar 2013, 18:09

DPSR Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Montag (Ulrich Köhler - 2006)

Zad

9

1148

09 Jan 2009, 13:38

Zad Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La maladie du sommeil (Ulrich Köhler - 2011)

DPSR

0

1064

26 Fév 2012, 05:13

DPSR Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Sous-sol de la peur (Wes Craven - 1991)

Blissfully

1

1392

19 Fév 2007, 00:31

Mufti Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. 2e Sous-sol (Franck Khalfoun, 2008)

Karloff

4

1148

05 Mar 2008, 23:42

Film Freak Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 9 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web