Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 28 Fév 2021, 16:08

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 87 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Rainer Werner Fassbinder
MessagePosté: 18 Jan 2021, 11:09 
Hors ligne
Vaut mieux l'avoir en journal
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 15:21
Messages: 19098
Localisation: Paris
Lohmann a écrit:
Si ça fait référence aux mélos flamboyant de Sirk (et je ne vois pas à quoi d'autres cela pourrait faire référence), rassure toi, Tous les autres s'appellent Ali est un remake de l'un d'entre eux (Tout ce que le ciel permet).


Ah, c'est rassurant vu que c'est mon préféré à ce jour :)
De toute façon je ne compte pas m'arrêter là. Faute de temps je privilégie ses films les plus courts, mais je vais venir à ses gros classiques (les Effi Briest et Cie).

_________________
La Vie brève de Jan Palach
(192 pages, 16.50€)
Le Dilettante | Place des librairies | Fnac | Amazon


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rainer Werner Fassbinder
MessagePosté: 01 Fév 2021, 22:33 
Hors ligne
Vaut mieux l'avoir en journal
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 15:21
Messages: 19098
Localisation: Paris
Je veux seulement que vous m’aimiez
Adoré, spirale infernale (qui rappelle celle de J-C Romand) tournée avec une grande sobriété, en dépit d’un travelling compensé qui m’a surpris, mais aussi aussi avec une grande précision dans la composition des cadres et des jeux de miroir.
5/6

Peur de la peur
Également tourné pour la télévision, un quasi huis clos, description minutieuse de la dépression d’une mère de famille neurasthénique et des angoisses qui l’accompagnent. Quelques facilités (les hallucinations précédées systématiquement d’une musique), mais ça reste très intéressant.
4.5/6

_________________
La Vie brève de Jan Palach
(192 pages, 16.50€)
Le Dilettante | Place des librairies | Fnac | Amazon


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rainer Werner Fassbinder
MessagePosté: 10 Fév 2021, 08:53 
Hors ligne
Vaut mieux l'avoir en journal
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 15:21
Messages: 19098
Localisation: Paris
Maman Küsters s’en va au ciel
Pour le moment je reste bien plus intéressé et touché par ses "petits" films, voire téléfilms, tels que celui-ci, que par ses oeuvres plus ambitieuses (Maria Braun, Querelle). Je continue de découvrir l'oeuvre de ce metteur en scène, que j'avais trop rapidement abandonnée après quelques loupées, et je suis surpris par son aspect épuré, direct. C'est en apparence minuscule, mais également très précis. Je reste toujours gêné par l'évolution parfois un peu brutal de ses personnages.
4/6

Prochaines étapes : Le Droit du plus fort, Despair

_________________
La Vie brève de Jan Palach
(192 pages, 16.50€)
Le Dilettante | Place des librairies | Fnac | Amazon


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rainer Werner Fassbinder
MessagePosté: 16 Fév 2021, 18:15 
Hors ligne
Vaut mieux l'avoir en journal
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 15:21
Messages: 19098
Localisation: Paris
Despair
Confirmation que dès que son cinéma s’éloigne du quotidien, pour chercher vers l’histoire (ce Despair) ou vers une stylisation tendance gangster (Le Soldat américain), cela m’intéresse déjà moins. J’aime pourtant beaucoup Bogarde, dans ce film comme dans les autres, mais le destin trouble de son personnage ne m’émeut guère.
3/6

_________________
La Vie brève de Jan Palach
(192 pages, 16.50€)
Le Dilettante | Place des librairies | Fnac | Amazon


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rainer Werner Fassbinder
MessagePosté: 16 Fév 2021, 22:27 
Hors ligne
Vaut mieux l'avoir en journal
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 15:21
Messages: 19098
Localisation: Paris
Le soldat américain
Amusante variation sur le mythe du gangster américain, ici recruté en Allemagne pour un triple contrat assorti d’un bonus, et auquel je n’ai pas tout compris, notamment dans ce dernier plan authentiquement wtf donc je cherche encore le sens... Visuellement c’est splendide, avec toujours ce petit côté godardien dans l’approche du cinéma américain, mais ça ne mène quand même pas très loin, à la façon d’un premier film - ce qu’il n’est malheureusement pas.
3/6

_________________
La Vie brève de Jan Palach
(192 pages, 16.50€)
Le Dilettante | Place des librairies | Fnac | Amazon


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rainer Werner Fassbinder
MessagePosté: 18 Fév 2021, 22:47 
Hors ligne
Vaut mieux l'avoir en journal
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 15:21
Messages: 19098
Localisation: Paris
La roulette chinoise
Je reste en admiration devant la faculté du cinéaste à osciller entre films imposants et ambitieux (et pachydermique selon moi) et chroniques modestes à la mise en scène gracieuse et aérienne. Ici on est dans ce dernier cas, même si la froideur de l’ensemble le rend moins immédiatement touchant que ses autres « petits » films. Ici un authentique film de deglingos dans lequel des parents fortunés haïssent leur propre fille, ne parvenant pas à accepter son infirmité. C’est fort, même si la partie de roulette finale du titre est interminable.
4/6

Cosmo parle tout seul...

_________________
La Vie brève de Jan Palach
(192 pages, 16.50€)
Le Dilettante | Place des librairies | Fnac | Amazon


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rainer Werner Fassbinder
MessagePosté: 20 Fév 2021, 11:40 
En ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 7228
Localisation: Ile-de-France
Citation:
Cosmo parle tout seul...


Non mais c'est cool, j'admire ton systématisme à découvrir tous ces films à la suite. Ce qui est bizarre c'est que t'as pas l'air non plus d'être à fond...?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rainer Werner Fassbinder
MessagePosté: 20 Fév 2021, 13:51 
Hors ligne
Vaut mieux l'avoir en journal
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 15:21
Messages: 19098
Localisation: Paris
Dans la dizaine vue ces derniers mois, j’ai surtout aimé Je veux seulement que vous m’aimiez. Les autres oscillent entre 3 et 4.5/6. Ils ont surtout le mérite d’être courts, mais j’aime beaucoup son style, son acharnement, sa galerie de gueules, et ses thèmes récurrents. Je suis assez admiratif devant ce que j’ai vu jusque là. Mais effectivement sauf grosse claque, je vais persister sur deux ou trois autres films et m’arrêter là.

_________________
La Vie brève de Jan Palach
(192 pages, 16.50€)
Le Dilettante | Place des librairies | Fnac | Amazon


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rainer Werner Fassbinder
MessagePosté: 23 Fév 2021, 08:02 
Hors ligne
Vaut mieux l'avoir en journal
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 15:21
Messages: 19098
Localisation: Paris
Whity (1971)
Western tourné en allemand dans des décors espagnols, on est clairement dans la partie intello chiante de Fassbinder, même si comme d'habitude traversé de fulgurances, en cela bien aidé de la musique de Peer Raben. Le cinéaste (et acteur le temps d'une scène) semble s'amuser, plus que nous.
1/6

_________________
La Vie brève de Jan Palach
(192 pages, 16.50€)
Le Dilettante | Place des librairies | Fnac | Amazon


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rainer Werner Fassbinder
MessagePosté: 23 Fév 2021, 08:05 
Hors ligne
Vaut mieux l'avoir en journal
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 15:21
Messages: 19098
Localisation: Paris
Tous les autres s'appellent Ali (1974)
6/6

Je veux seulement que vous m’aimiez
Adoré, spirale infernale (qui rappelle celle de J-C Romand) tournée avec une grande sobriété, en dépit d’un travelling compensé qui m’a surpris, mais aussi aussi avec une grande précision dans la composition des cadres et des jeux de miroir.

Peur de la peur
Également tourné pour la télévision, un quasi huis clos, description minutieuse de la dépression d’une mère de famille neurasthénique et des angoisses qui l’accompagnent. Quelques facilités (les hallucinations précédées systématiquement d’une musique), mais ça reste très intéressant.

Maman Küsters s’en va au ciel
Pour le moment je reste bien plus intéressé et touché par ses "petits" films, voire téléfilms, tels que celui-ci, que par ses oeuvres plus ambitieuses (Maria Braun, Querelle). Je continue de découvrir l'oeuvre de ce metteur en scène, que j'avais trop rapidement abandonnée après quelques loupées, et je suis surpris par son aspect épuré, direct. C'est en apparence minuscule, mais également très précis. Je reste toujours gêné par l'évolution parfois un peu brutal de ses personnages.

Le Bouc (1969)
Les trente premières minutes sont longues et on peine à comprendre qui est qui, qui fait quoi. Dès l'arrivée de l'étranger, joué par Fassbinder lui-même, le film se réveille, même si un rien naïf.

Le Marchand des quatre saisons (1972)
Joli film, assez pertinent dans les rapports de Hanz avec sa famille (le personnage de la sœur, Ana, est superbe), mais dont le basculement à mi-parcours me semble trop brutal, comme s'il manquait une scène. Pourquoi cette dépression soudaine ?

La roulette chinoise
Je reste en admiration devant la faculté du cinéaste à osciller entre films imposants et ambitieux (et pachydermique selon moi) et chroniques modestes à la mise en scène gracieuse et aérienne. Ici on est dans ce dernier cas, même si la froideur de l’ensemble le rend moins immédiatement touchant que ses autres « petits » films. Ici un authentique film de deglingos dans lequel des parents fortunés haïssent leur propre fille, ne parvenant pas à accepter son infirmité. C’est fort, même si la partie de roulette finale du titre est interminable.

Le soldat américain
Amusante variation sur le mythe du gangster américain, ici recruté en Allemagne pour un triple contrat assorti d’un bonus, et auquel je n’ai pas tout compris, notamment dans ce dernier plan authentiquement wtf donc je cherche encore le sens... Visuellement c’est splendide, avec toujours ce petit côté godardien dans l’approche du cinéma américain, mais ça ne mène quand même pas très loin, à la façon d’un premier film - ce qu’il n’est malheureusement pas.

L'amour est plus froid que la mort (1969)
Pas vraiment accroché, mais il y a définitivement un style, un côté punk issu notamment de la Nouvelle Vague (explicitement citée).

Prenez garde à la sainte putain (1971)
Pas vu en entier, mais j'aimais bien le visuel, la mise en scène...

Despair
Confirmation que dès que son cinéma s’éloigne du quotidien, pour chercher vers l’histoire (ce Despair) ou vers une stylisation tendance gangster (Le Soldat américain), cela m’intéresse déjà moins. J’aime pourtant beaucoup Bogarde, dans ce film comme dans les autres, mais le destin trouble de son personnage ne m’émeut guère.

Le Mariage de Maria Braun (1979)
Pas vu en entier

Whity (1971)
Western tourné en allemand dans des décors espagnols, on est clairement dans la partie intello chiante de Fassbinder, même si comme d'habitude traversé de fulgurances, en cela bien aidé de la musique de Peer Raben. Le cinéaste (et acteur le temps d'une scène) semble s'amuser, plus que nous.

Querelle (1982)
Que j'ai détesté. Le film, avec son mode opératique, est assez particulier, et il me semble bien éloigné des précédents de Fassbinder.


J'ai encore Le Droit du plus fort, et encore un autre film dont j'ai oublié le titre, et je m'arrêterai pour cette année. Une dizaine de Fassbinder en un mois, ça va suffire...

_________________
La Vie brève de Jan Palach
(192 pages, 16.50€)
Le Dilettante | Place des librairies | Fnac | Amazon


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rainer Werner Fassbinder
MessagePosté: 23 Fév 2021, 10:30 
Hors ligne
Expert

Inscription: 14 Mai 2014, 10:12
Messages: 2616
Essaye de voir Lola une femme allemande avec l'excellent armin Mueller-Stahl (Promesse de l'ombre et Mission to mars :P )


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rainer Werner Fassbinder
MessagePosté: 23 Fév 2021, 13:22 
Hors ligne
Vaut mieux l'avoir en journal
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 15:21
Messages: 19098
Localisation: Paris
Je crois que je l'ai dans le coffret, celui-là. S'il n'est pas trop long, je tenterai !

_________________
La Vie brève de Jan Palach
(192 pages, 16.50€)
Le Dilettante | Place des librairies | Fnac | Amazon


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 87 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Werner Herzog

Gerry

11

1913

10 Déc 2020, 10:34

Cantal Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web