Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 21 Mai 2019, 01:24

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8715 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 575, 576, 577, 578, 579, 580, 581  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 13 Oct 2018, 21:29 
Citation:
pro-papagande kanto-marxisante


Mais lol.
C'est vrai, en plus.
http://mainoptique.blogspot.com/search/ ... Jacques%29

Citation:
Tout le monde aspire à un rapport esthétique aux objets, à la consommation d'objets symboliques/artefactuels, au sens exprimé plus haut où c'est la manifestation proprement humaine du désir. On oublie un peu trop vite que pour Marx lui-même, la visée du projet révolutionnaire est que l'humanité toute entière puisse se consacrer enfin à la consommation oisive de tout ce qui est futile, loin du labeur. "Que veut la classe laborieuse? Elle veut simplement ne plus travailler", disait Lafargue... Comme la Classe dominante, dont les attributs essentiels sont l'oisiveté, le plaisir d"aller au "spectacle", au théâtre, au concert, au cinéma, ou d'écrire des romans, des poésies, des essais, etc etc etc.

Voilà pourquoi le champ de l'esthétique a une dimension fondamentalement politique: les loisirs, le pouvoir de se détacher des contingences, c'est l'objet le plus haut du désir. Alors que le champ de l'esthétique est le lieu du déplacement des places, assignations, catégories du champ social, Debord, pour y revenir, nous ramène à l'antique division platonicienne, aristocratique, entre le Haut (qui atteint le Vrai et le Beau par la contemplation/theoria de l'Idée pure en laquelle ils se réalisent intégralement) et le Bas soumis aux déterminations impures du sensible et s'y aliénant. L'aristocrate, c'est Debord, qui "théorise" le spectacle, la consommation des images, comme le lieu même du faux, de l'aliénation, de l'ignorance, de l'illusion, à laquelle il oppose la position "en surplomb" du Savoir de cette "aliénation". Il faut nécessairement que l'aspiration à "consommer" (des objets symboliques, virtuels: consommation qui historiquement a toujours été le privilège des classes dominantes, aisées) soit un indice de dégradation, d'aliénation, d'irresponsabilité, etc. Et avant tout l'image inversée de la réalité et du désir...

[...]

Ceci nous ramène aussi à un paradigme roi: la théorie de l'inconscient, qu'Althusser appliquait à l'analyse de l'Idéologie: l'asservi, le dominé, le prolétaire, ne sait pas, n'est pas conscient des mécanismes de la domination qui pèsent sur lui. Il est, là encore, l'esclave enchaîné dans la caverne, qui pour en sortir a besoin du Savant qui sait pour lui, qui va lui expliquer. De la même façon que le psychanalyste se signifie, se définit, en surplomb, dans et par un Savoir de l'Inconscient: celui qui souffre souffre principalement du fait qu'il ne SAIT pas ce dont il souffre, qu'il n'est pas conscient des mécanismes qui l'agissent. Et le Psychanalyste est là pour le faire sortir de cette caverne ténébreuse où il se cogne la tête. De la même manière, le "prolétaire" ne sait pas ce dont il souffre, il n'a pas conscience des mécanismes qui l'asservissent: le penseur critique, adorno, althusser, debord, lipovetsky, finkielkraut, stiegler, vont lui expliquer, vont émanciper ce petit enfant qui consomme de l'opium pour oublier sa misère....

[...]

Dupliquant, consacrant, pérennisant ainsi la division, le partage du monde sensible qu'ils se proposaient de dépasser. Dans le schème marxiste, le "prolétariat" est censé se supprimer dialectiquement lui-même, à la fin, cad dans un horizon eschatologique toujours indéterminé, toujours remis à plus tard: en attendant, le "prolétaire" doit se vivre et se penser dans les termes du théoricien qui pense pour lui sa condition. Il doit lutter, le poing levé, au lieu d'aller s'étourdir dans la consommation, le spectacle, tous les opiums. Le "prolétaire" dit qu'il n'attend pas l'autorisation de celui qui a la compétence de l'émanciper, pour s'autoriser lui-même à se prendre pour un chanteur, un danseur? Mais vous rêvez! C'est pas encore pour aujourd'hui. Lutter, c'est ce que vous devez faire: le "prolétaire" par définition lutte, défend ses Droits, qui se résument essentiellement au droit de travailler (en améliorant ses conditions en travail, en attendant de redevenir le propriétaire de SON Usine - voir plus bas)

[...]

Eloge vibrant des bonheurs toujours ajournés. L'idée du bonheur, cette idée très neuve en Europe, est de mise dans l'Avenir. En attendant, elle est replacée dans une imagerie vieillotte, assez condescendante et folklorique du "peuple" qu'il doit intérioriser, à laquelle il est censé s'identifier, par la grâce d'un Guédiguian par exemple: tout cet humanisme émotionnant des "petites gens", qui ont la main sur le cœur, entre la petite gayole et le canari, et qui luttent pour LEUR Usine. Parce que c'est la leur, c'est le lieu paradigmatique de leur condition essentielle: leur Usine, ils l'aiment. Ah, la "valeur-travail"; le travail étant ce qui ferait toute la dignité de l'homme - surtout celle du "prolétaire".
Alors y a le mauvais patron et le bon patron: le mauvais patron, c'est celui qui exploite son petit monde et se barre en piquant la caisse; et le bon patron, c'est celui qui prend soin de son brave petit personnel comme un bon père de famille..

Entre les deux, y a les Patrons aussi: ceux qui assignent les places symboliques. Actif/Passif, Créateur/consommateur, Savant/ignare, Sentant/anesthésié, etc, et qui sont les propriétaires légitimes des outils autorisant un partage "équitablement" réparti des tâches et du sensible.


[...]

Cette discussion reconduit aussi selon moi au motif fondamental de la division Maitres/Esclaves, et l'enjeu fondamental de la dialectique "anthropogène" M/E.

Le travail de l'esclave au service du maître n'ayant que cette fonction essentielle (dans les termes de l'analyse heideggero/marxiste par Kojève de ce schème hégélien): délivrer ce dernier de la dépendance à la nature, cad de la contrainte d'assurer soi-même sa survie, sa subsistance, la satisfaction de ses besoins naturels (se nourrir, se vêtir, s'abriter, etc). C'est la libération de cette contrainte qui rend possible la dissociation entre l'ordre naturel/immédiat du besoin et l'ordre symbolique/médiat du désir. Cette dissociation est produite par le travail forcé qu'accomplit l'esclave au service du maître. Parce qu'il doit "refouler en le sublimant" (dit Kojève) son propre désir de consommation immédiate de l'objet (la "différer", la "remettre à plus tard"), il prépare, façonne, trans-forme le monde naturel en monde d'objets-artefacts destinés à la jouissance du maître. L'esclave crée ainsi le monde artificiel, technique ou dénaturalisé où le maître se meut, monde où est rendue possible la jouissance dissociée du labeur.
Le désir "anthropogène" consiste, dit Kojève, à considérer tout objet sous un angle non-naturel (ou non-chosiste, cad "culturel", ou encore virtuel), indépendamment de la satisfaction que procure sa consommation biologique. Le désir humain consiste à consommer du désir, cad tout objet en tant qu'il est désiré par un autre comme "autre chose qu'une chose", autre chose que l'objet d'un besoin naturel/immédiat (d'où la formule, que reprendra Lacan: le désir est désir du désir [de l'autre]).
Autrement dit encore: la consommation symbolique d'objets désirés justement parce qu'ils sont objets de désir pour un autre indépendamment de la sphère des besoins, c'est précisément le régime esthétique dont Kant parlait.
Aussi tout l'enjeu, tout le motif politiques et économiques, disais-je, de la dialectique M/E, qui est une "lutte à mort" (- lutte des classes, entre la classe des M. et la classe des E. -), pour la reconnaissance de soi, par l'autre, comme sujet de Désir, est - pour les Esclaves - de se réapproprier les Objets de consommation symbolique/esthétique qu'ils ont eux-mêmes créés (pour la Jouissance oisive des Maîtres) et les Outils conçus pour produire ces Objets. Réappropriation de ce dont la classe des maîtres s'est assurée la prérogative et l'ensemble des privilèges. Ainsi, ce que Rancière nomme le partage du sensible dans le champ de l'esthétique (dans les termes définis par Kant: plaisir désintéressé, etc) est la visée la plus haute de cette lutte, de cette révolution à la fois politique et économique. "Nécessairement sanglante", disait Kojève, car la classe des maîtres n'entend pas céder sur cette prérogative. Il faut la lui arracher de force, s'en autoriser sans son autorisation.

C'est pourquoi la classe des Maîtres [incluant ce que Bourdieu nommait la "fraction dominée de la classe dominante": celle qui possède le capital "symbolique"] a tout intérêt à neutraliser la dimension proprement politique d'une telle lutte, en brandissant le schéma explicatif convenu, et rassurant pour elle: "individualisme consumériste", "égoïsme narcissique d'aspirants petits bourgeois jouisseurs", "dérive totalitaire de l'illusion égalitaire entretenue par le capitalisme marchand", etc, etc. Ce qui, en somme, est la façon la plus rusée, retorse, de bien verrouiller le champ économique & social. Y compris, dans le champ de la transmission salariée des Savoirs, chez ceux qui, en signifiant/constituant leur Objet de savoir, se signifient eux-mêmes comme les propriétaires légitimes et privés: à la fois du Savoir de leur Objet et de l'Objet constitué par leur Savoir.

[...]

Comprendre le sens fondamentalement politique de ce qui est nommé ici jouissance esthétique des objets, c'est comprendre le sens fondamentalement politique de la division économique & sociale. C'est comprendre que les conflits sociaux, la domination et l'exclusion économiques, ont une explication politique plutôt que l'inverse (le social et l'économique comme explication des conflits politiques). Le discours dominant, de ceux qui dominent, y compris celui d'une gauche qui ne voit pas (ou n'a pas pas envie de voir) qu'elle est à droite, se reconnaît précisément au fait qu'il privilégie cette lecture inverse: expliquer les conflits politico-économiques en termes strictement sociaux, subordonner l'économique au social (sociologisme), ou le social à l'économique (économisme), plutôt que relier les deux ensemble au politique. Ce qui l'autorise à réduire le politique à sa seule dimension sociale, autrement dit essentialiser les positions sociales là où il est devrait justement être question de leur "désassignation".


Haut
  
 
MessagePosté: 15 Oct 2018, 12:35 
Hors ligne
Petit joueur

Inscription: 07 Oct 2012, 15:32
Messages: 20
En passant, merci à Jerzy et à Gontrand pour les découvertes de Antoine Dufour et Laura Nyro. Ce que j’ai entendu ici m’a donné envie de les connaître davantage et je n’ai pas été déçu.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 15 Oct 2018, 13:46 
Hors ligne
Titilleur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Juil 2017, 18:03
Messages: 64
Petite perle soul par J.B. Bingham, membre des Five Flight Ups.

Pas trop d'info circule à son sujet parmis ce qu'on peut trouver sur internet mais ce son mérite une attention particulière pour sa production vraiment génial.



Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Oct 2018, 11:34 
Hors ligne
Titilleur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Juil 2017, 18:03
Messages: 64
C'est toujours l'été les gars 8)


Et cella la c'est mon coup de coeur aboslu de san fransisco 415. Reppin ! J'étais comme un fou la première fois que je l'ai écouté. ça reste un bijou de production et de flow.



quand javais la vingtaine j'étais a fond dans le gangsta rap et du coup j'arrive pas à accrocher au reste du rap d'aujourd'hui. Je me suis enfermé dans ma cava platonique des 90's :lol:

Biaaaatchh !!



pour les aficionados:

https://sharingan-masta.skyrock.com/

J'ai tout ses albums.


tu vois orson un petit mot et ça permet d'accrocher le lecteur à tes musiques. pas besoin d'agir comme un robot à poster tes sons sans message préliminaire.

oui j'ai baisé.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 20 Nov 2018, 20:00 
Hors ligne
Titilleur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Jan 2017, 02:37
Messages: 64


Musique électronique avec une grosse basse qui revient de temps en temps et une voix kawai qui revient par moment.

_________________
Mon Insta


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 18 Déc 2018, 21:26 
Hors ligne
Titilleur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Jan 2017, 02:37
Messages: 64


Un nouveau morceau de M.I.A.

_________________
Mon Insta


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Fév 2019, 23:05 
Hors ligne
Ap'héros
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 19 Juin 2007, 16:19
Messages: 14121
Localisation: Lille


Denzel Curry reprend RATM, et ça déboite.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 20 Fév 2019, 18:37 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2007, 11:11
Messages: 6071
excellent !


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Fév 2019, 20:07 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 19476
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Ça tue ouais. Je le connaissais pas.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Fév 2019, 22:01 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72746
Localisation: Fortress of Writing
Suite à vos messages, je m'attendais à une réappropriation alors que non.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Fév 2019, 02:00 
Hors ligne
Ap'héros
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 19 Juin 2007, 16:19
Messages: 14121
Localisation: Lille
Bah il rajoute un couplet (tiré d'une de ses chansons), mais sinon ouais musicalement c'est pareil.
C'est juste que c'est cool de voir un rappeur s'éclater sur du metal, de mettre la rage qu'il faut, alors qu'à côté Prophets of Rage ça fait un peu pitié à voir et écouter.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 23 Fév 2019, 12:32 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 19476
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Oui voilà grosse pêche, grosse voix le mec assure.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 15 Mar 2019, 20:28 
Hors ligne
Titilleur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Jan 2017, 02:37
Messages: 64


Un nouveau morceau des Chemical Brothers. Assez enivrant et hypnotique.

_________________
Mon Insta


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 27 Mar 2019, 22:10 





Pas de second degré ni de message subliminal, j'écoute vraiment ça. Et je suis fan.


Haut
  
 
MessagePosté: 31 Mar 2019, 12:09 
Hors ligne
Ap'héros
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 19 Juin 2007, 16:19
Messages: 14121
Localisation: Lille
Je crois que j'avais déjà parlé ici de The Devil and the Almighty Blues. Super groupe de rock bluesy Norvégien, avec une pincée de stoner dans leur son.
Ils viennent de sortir leur 3e album, c'est toujours aussi bon.


_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8715 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 575, 576, 577, 578, 579, 580, 581  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Ce que je ne suis pas en train d'écouter...

Gontrand

2

1144

24 Aoû 2018, 17:45

Le Cow-boy Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Qui veut écouter le single de Paris Hilton?

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

karateced

19

2475

23 Juin 2006, 13:11

tib tib Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Ce qui est train de me sortir par les yeux en ce moment...

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Film Freak

18

2550

09 Juin 2006, 00:29

Janet Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web