Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 11 Déc 2018, 14:03

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 01 Mai 2018, 20:34 
En ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2015, 16:00
Messages: 1217
Image

Étienne monte à Paris pour faire des études de cinéma à l’université. Il y rencontre Mathias et Jean-Noël qui nourrissent la même passion que lui. Mais l’année qui s'écoule va bousculer leurs illusions…

Je n'avais encore rien vu de Civeyrac et je craignais un peu de me retrouver devant un énième film intellectualiste parisien. Les 20 premières minutes du film ont dépassé mon attente, avalanche de name dropping et de pédantisme. Mais alors que je ne me voyais pas passer plus d'une demie heure dans la salle je me suis surpris à rester, le côté hyper-intellectualiste étant finalement totalement justifié par la nature profonde de ces jeunes adultes en lutte avec leurs idéaux, de la fidélité à une petite amie alors que l'on enchaîne les coups d'un soir à l'exigence nécessaire à la réalisation d'un court métrage alors que d'autre vole vers le succès avec une version moderne et sans âme de Giallo. Ainsi ces personnages de prime abord antipathiques vont progressivement devenir attachant (jusqu'au plus radical d'entre eux Mathias), révélant leurs peurs et leurs faiblesses, casting de parfait inconnus qui joue une partition quasi irréprochable.

Alors oui Civeyrac n'évite pas les moments pompeux, entre une projection de Sayat Nova ou d'un Khoutsiev, entre une citation de Nerval et une autre de Novalis. Mais plutôt que de faire penser à un Garrel dont les personnages sont finalement bien moins sympathiques que ces provinciaux (que Civeyrac s'attache à tous bien enraciner, l'un vient de Bordeaux, l'autre de Clermont, l'une de Reims, l'autre de Poitiers, comme s'il souhaitait surligner qu'il ne s'agit pas d'un film sur le microcosme parisien, comme si cela serait forcément réducteur), on est plus proche d'un Rohmer ou d'un Eustache, en particulier de ce dernier dont Mes provinciales partage le même pessimisme. Impossibilité d'atteindre le but que l'on s'était fixé, transigeance nécessaire pour continuer à vivre malgré ses déceptions
A moins que l'on décide de se suicider comme le fait Mathias, et comme pourrait le faire Etienne comme la laisse à penser la dernière image du film. Etienne qui a quitté l'université, qui écrit depuis deux ans un long métrage dont on se demande vraiment s'il le réalisera, qui a repris son boulot dans la boîte de prod TV, qui s'est mis en couple avec une jeune femme sous le seul prétexte apparent qu'elle l'aime, mais lui pas forcément, cette fenêtre ouverte semble dire que le seul horizon de ses idéaux passés serait de suivre le chemin de Jean-Noël ou alors de les enterrer à jamais.

4/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 02 Mai 2018, 11:20 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Aoû 2013, 20:10
Messages: 563
Citation:
Étienne monte à Paris pour faire des études de cinéma à l’université. Il y rencontre Mathias et Jean-Noël qui nourrissent la même passion que lui. Mais l’année qui s'écoule va bousculer leurs illusions…


Déjà une adaptation de la biographie de FilmFreak au cinéma? croise t'il Wave?


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 14 Mai 2018, 13:18 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Mai 2014, 10:12
Messages: 1713
C'est la deuxième fois que cela m'arrive cette année. Avec le Kechiche, un agacement pendant la séance, une forte envie de quitter la salle et pourtant un quelque chose qui te fait tenir et te poursuit après la séance. On est un peu dans la même configuration: des questionnements un peu simplistes, des personnages (que je trouve) inintéressants mais une forme légère qui fait parfois preuve d'une certaine grâce...
Je ne sais pas encore ce qu'il faut penser du héros que filme Civeyrac, tantôt ridiculisé tantôt miroir de ce qu'à l'air de tenir comme propos le film. Une indécision qui se renforce aussi par le manque de talent de Civeyrac, son impuissance à rendre compte de la beauté dont parle les personnages et qui au final, substitue l'échec d’Étienne à celui du film. On reste u peu circonspect face à ce dernier hommage à Mort à venise :|
Je suis resté à distance dès le début devant ces excentriques caricaturaux (Mathias et Étienne) et aurait préféré suivre les traitres, ceux qui se vendent au cinéma commercial...

Sinon le film réussit bien à rendre détestable les études de ciné.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Des Fills en Noir (Jean Paul Civeyrac - 2010)

Art Core

0

482

28 Mai 2010, 13:12

Art Core Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Jour après jour (Jean-Daniel Pollet, Jean-Paul Fargier - 2006)

Zad

6

503

03 Avr 2007, 06:53

Zad Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. 22 July (Paul Greengrass, 2018)

Art Core

4

431

03 Nov 2018, 21:49

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Caméléon (Jean-Paul Salomé - 2010)

Karloff

8

727

15 Juin 2010, 14:44

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Vie de Château (Jean-Paul Rappeneau, 1966)

Mr Chow

2

555

05 Fév 2013, 16:29

Mr Chow Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Paul Sanchez est revenu ! (Patricia Mazuy - 2018)

Qui-Gon Jinn

2

334

04 Aoû 2018, 00:03

Massinfect Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Cyrano de Bergerac (Jean-Paul Rappeneau - 1990)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Noony

38

2502

31 Jan 2011, 10:19

Déjà-vu Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Femmes de l'ombre (Jean-Paul Salomé, 2008)

Film Freak

2

672

08 Oct 2008, 13:02

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Journée de la jupe (Jean-Paul Lilienfeld, 2009)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Cosmo

67

4158

20 Aoû 2010, 23:12

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Belles-familles (Jean-Paul Rappeneau - 2015)

DPSR

3

792

27 Jan 2016, 08:36

Zad Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 15 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web