Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 16 Oct 2018, 05:37

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 22 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 01 Juin 2014, 12:12 
Hors ligne
Successful superfucker
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2006, 21:20
Messages: 8810
Image

Dans une ville qui se meurt, Billy, mère célibataire de deux enfants, est entraînée peu à peu dans les bas-fonds d’un monde sombre et macabre, pendant que Bones, son fils aîné, découvre une route secrète menant à une cité engloutie. Billy et son fils devront aller jusqu’au bout pour que leur famille s’en sorte.

Ryan Gosling, c'est un peu Xavier Dolan qui aurait été élevé dans un luna park par Nicolas Winding Refn et qui aurait rencontré sur place la rolls royce de l'équipe technique entièrement dévoué à sa cause. Il y a quelque chose de définitivement trop ambitieux dans ce film qui est écrasé à CHAQUE plan par l'esthétique de Benoît Debie qui semble avoir eu les clés de la bagnole et qui en profite pour s'autoriser tous les loopings qu'il veut. Et s'il est vrai qu'après son exposition de freaks, Gosling patine un peu, un peu trop porté sur ses numéros macabres deadman'sbonesien (grosse obsession de la cicatrice et de la lacération des peaux comme si Gosling voulait faire saigner son aura de sex symbol) son bashing cannois reste totalement injustifié: Certes, Lost River est la preuve qu'on se sort pas un Beast of the southern wild d'un chapeau pour premier film comme ça, mais qui peut se vanter parmi les cinéastes-acteurs (à part Dolan, et encore) d'avoir une telle niaque de cinéma et de cette sensation de vouloir tout donner, quitte à ce que son film déborde et dégouline d'un trop plein d'images? Personne.
4/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juin 2014, 15:31 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20775
Bashing cannois totalement justifié pour ce film à l'épate qui doit autant à son chef op' qu'à son réalisateur. Après c'est original, il y a une certaine atmosphère - surtout au début et à la fin, le milieu est à chier.

2/6

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Avr 2015, 21:51 
Hors ligne
Putain, sérieux mec
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Juin 2009, 12:09
Messages: 5183
Karloff, je vois que ta note change entre la sortie Cannes et la sortie normale sur le site de notes, du coup je me demandais si c'est parce que t'as vu les deux montages différents ou si c'est une simple réévaluation faite dans ta tête?

Si c'est le premier cas, tu pourrais me dire ce qui change entre la version Cannes et l'actuelle? J'ai vu le film aujourd'hui en projo et il parait qu'il y a de gros segments musicaux qui ont été retirés pour cause de droits d'auteur sur les ziques.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Avr 2015, 22:09 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20775
Pas revu non, c'est juste que passée l'excitation, le film ne m'a pas laissé un souvenir si désagréable.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Avr 2015, 22:12 
Hors ligne
Putain, sérieux mec
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Juin 2009, 12:09
Messages: 5183
Ok, cool.

Du coup si l'un d'entre vous revois le film, ce serait sympa de me faire un topo sur les scènes qui ont changé.

Moi je suis à 2/6 à chaud là aussi.

Y a de putains de belles images mais ça sonne hyper creux, c'est bien filmé mais on ne sait pas ce qu'on filme, les mots, les personnages, les images ne racontent rien. On dirait un clip pour son groupe de zique.

Certes, il y a une certaine liberté, mais cette liberté, il l'a parce qu'il s'est entouré de gens doués qui savaient mieux que leur réa ce qu'ils foutaient là.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 12 Avr 2015, 00:02 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Oct 2005, 10:23
Messages: 8094
Plutôt bien aimé: je trouve que le film a un rapport à ses inspirations qui est plus convaincant et moins dans la propension au dispositif que chez un Winding Refn. De même pour l'esthétique quasi totalisante, proche de Noé ou Aronofsky dans ces scènes de cabarets ou de délires violents de petites frappes... mais si à chaque fois on est à deux doigts de basculer dans ces travers rutilants et irritants, un étrange fil tient le tout, peut-être liée à la sincérité d'approche du réal sur ses archétypes, l'enfance en permanence conviée (la dernière partie exutoire reste assez raté dans son montage parallèle quand même)...

Dans ce qui pourrait être un pur cauchemar surfait, il y a un côté madeleine de Proust "clipesque", au fin fond d'une Amérique prolo en perdition, qui se laisse parfaitement porter par la musique du gars de Chromatics. Le jeu sur les zooms et le travail sidérant de Benoît Débie accompagnent plutôt bien des émotions sans doutes primaires, mais le film fait bloc de celà tout en regorgeant en même temps de détails esthétiques délectables.

Si je veux un film cette année qui regorge d'amour pour des sensations du cinéma sixties à eighties, tente d'en remodeler certaines atmosphères en mode tuning, je choisis largement celui-ci contre un It Follows, même si chez Gosling aussi l'exercice reste limité... Je me demande bien ce qu'il pourrait faire en second film, je suis curieux.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 15 Avr 2015, 01:52 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72354
Localisation: Fortress of Writing
Belles images, belle musique mais la sauce prend rarement dans ce sous-Nicolas Windig Refn où l'intrigue white trash (je m'en bats les couilles de tes histoires de cuivre, de faux caïd du dimanche et d'amourettes banales) se mêle mal à l'intrigue underworld (univers pas inintéressant que ce bordel grand guignol).

C'est appliqué mais ça ne vit jamais, comme un long clip interminable. Et je ne retiens finalement que deux images.
Hendricks se décollant le visage, suivi du mec sans lèvres qui apparaît dans la nuit.


Résultat : je me suis fait chier comme rarement. Ça faisait longtemps que j'avais pas eu autant envie de quitter la salle.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Mai 2015, 22:25 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11830
Je suis surpris par le bashing général, même par beaucoup de vos réactions juste mitigées.

Si le film est certes tout offert à Debie, il est quand même loin de n'être que ça. Tout est ce qui est cité sur ce film (le white trash, l'influence Refn...) me semble quand même franchement accessoire vis-à-vis de la cohérence de cet univers à deux doigts du fantastique, monde urbain soumis à la puissance des quatre éléments à nouveau souverains. Tous les aspects post-apocalyptiques (la fin de la civilisation, l'enfer sur terre de la boîte, l'isolement sauvage comme si les deux familles étaient des Robinson Crusoe égarés...) ne sont jamais dissociable du merveilleux, d'une certaine forme de ravissement, jusque dans les spectacles gores.

Évidemment, je vois aussi les limites de l'entreprise, l'aspect souvent superficiel du film qui peine à construire quelque chose plus en profondeur, le rapport musique/montage trop léger qui tend au clip, les archétypes éculés (le psychopathe, la vieille folle) utilisés tels quels sans être investis de quoique ce soit de plus personnel, les légendes et pseudo-mythologie appelées à la rescousse sans conviction, la mise en scène référentielle trop ostensible, les puérilités :
Le meurtre ellipsé mais qu'on ne peut pas s'empêcher de montrer après-coup, la fin nulle qui capitalise tranquillement sur sa maison qui brûle, la tirade bateau sur l'Amérique...

Le plus dommageable, c'est la façon dont la violence et l'oppression finissent pas prendre le pas sur cet univers, appauvrissant les nuances (lieux horribles mais aussi magiques, nouvelle faune et flore fantastique) vers une simple noirceur complaisante. Les leviers de l'horreur, parce qu'ils ont une dimension artificielle comme le reste, passent assez mal. D'autant que les belles pistes offertes qui auraient mérité d'être exploitées à la place (la relation du héros à son petit frère, entre mille autre) semblent quasi illimitées...

Mais malgré cela, je suis étonné qu'on fasse la fine bouche devant un univers si généreux et chatoyant, si cohérent dans sa manière de lier l'Amérique socialement en miettes à un foisonnement Malickien/Miyazakien, même livre d'image où communiquent les forêts vertes et les sous-sol fluos, le spectacle factice du gore et la violence réelle... J'ai vraiment du mal à ignorer la puissance de ce terrain de jeu.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Mai 2015, 23:25 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20775
Miyazakien ?

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Mai 2015, 00:43 
Hors ligne
Putain, sérieux mec
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Juin 2009, 12:09
Messages: 5183
Ouais, je vois pas du tout. Mais tu me donnes presque envie de le revoir et lui redonner une chance à tête reposée.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Mai 2015, 08:50 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11830
Ah je sais pas tiens, une impression instinctive. La nature souveraine qui reprend contrôle du monde, la galerie de monstres un peu baroque plus ou moins dangereux, la famille composite qui se forme à partir de parias, le film à la lisière du fantastique où le monde semble réagir organiquement aux évènements (l'allumage des lampadaires), et puis quelques images-types qui semblent tout droit sorties de ses films (les enfants qui explorent les ruines en aventuriers, le parc d'attraction abandonné avec malédiction, le monde inondé...).


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Mai 2015, 09:40 
Hors ligne
Putain, sérieux mec
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Juin 2009, 12:09
Messages: 5183
Tom a écrit:
(les enfants qui explorent les ruines en aventuriers, le parc d'attraction abandonné avec malédiction, le monde inondé...).


Pour tout ça, Gosling disait avoir voulu faire une sorte de Goonies "dark" en itw.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Mai 2015, 09:41 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11830
Toujours pas vu Les Goonies, du coup j'ai pas tilté. Après quand je dis Miyazakien, je le pense pas en terme d'influence, c'est juste pour caractériser.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Mai 2015, 09:42 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 18677
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Tu fais chier Tom, j'avais prévu de zapper mais ce que tu dis me donnes quand même vachement envie. J'ai l'impression que c'est un film qui pourrait totalement me plaire mais qu'au final je vais m'ennuyer et regretter...

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Mai 2015, 10:00 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11830
Pour gentiment retirer la pression de mes épaules, je dirais plus simplement que pour quiconque s'intéresse à Benoit Debie, le film est à voir (je crois que là-dessus on sera tous plus ou moins d'accord). C'est d'assez loin son plus beau boulot, je trouve.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 22 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. She's Lost Control / La Femme de compagnie (Anja Marquardt - 2014)

Slacker

2

286

12 Aoû 2015, 08:58

Slacker Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Lost Soul: The Doomed Journey of Richard Stanley's Island of Dr. Moreau (David Gregory, 2014)

Film Freak

4

389

30 Jan 2016, 15:33

Massinfect Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Up the River (John Ford, 1930)

Cantal

1

444

05 Jan 2015, 11:31

Prout Man Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mystic River (Clint Eastwood - 2003)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Lormkissen

25

2301

22 Oct 2014, 20:00

noisette 7 Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Frozen River (Courtney Hunt - 2008)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Blissfully

16

1489

14 Jan 2011, 15:24

noisette 7 Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. London river (Rachid Bouchareb - 2009)

DPSR

0

440

26 Juin 2009, 16:14

DPSR Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The endless river (Oliver Hermanus - 2015)

DPSR

0

355

07 Sep 2015, 09:14

DPSR Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. House by the river (Fritz Lang - 1950)

Lohmann

4

777

12 Sep 2016, 11:02

Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Wind River (Taylor Sheridan - 2017)

Qui-Gon Jinn

4

639

04 Mai 2018, 16:04

karateced Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Gutterballs (Ryan Nicholson, 2008)

Cosmo

1

377

23 Nov 2008, 20:11

Vintage Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 25 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web